toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Pourquoi des jeunes Européens se convertissent-ils à l’islam ?


Pourquoi des jeunes Européens se convertissent-ils à l’islam ?

Guy Millière – Dans divers journaux et magazines, des auteurs s’interrogent sur le fait que le nombre de jeunes européens qui se convertissent à l’islam va croissant et a, même, connu une accélération depuis les tueries commises en France les 7, 8 et 9 janvier derniers.

La réponse le plus souvent apportée est que nous vivons dans des sociétés de consommation, et que la consommation ne parvient pas à satisfaire l’absence de possibilité de trouver un sens à sa vie. Une réponse corollaire est que les sociétés européennes manquent d’âme et de spiritualité, et que l’islam vient apporter une réponse à ce manque.

Ces réponses me semblent très lacunaires.

On peut vivre dans des sociétés prospères et trouver un sens à sa vie.

Ce qui caractérise l’Europe ces dernières années n’est, d’ailleurs, pas la prospérité, mais plutôt son reflux. La croissance est en panne presque partout. Le chômage avance, la pauvreté aussi. L’Europe aurait besoin de davantage de prospérité, de croissance, de dynamisme économique. Tout cela manque parce que l’Europe est enlisée dans le socialisme qui asphyxie prospérité, croissance, dynamisme, et qui multiplie pauvres et chômeurs. Au temps ou l’esprit d’entreprise n’était ni péjoré ni marginalisé, des gens trouvaient un sens à leur vie en innovant, en créant, en entreprenant, en accomplissant. Voir ces critiques de la société dite de consommation dans des publications qui ne sont pas censées être socialistes m’inquiète et me consterne.

Malgré Obama, qui s’efforce depuis six ans d’injecter du socialisme à haute dose dans les veines de l’Amérique et malgré les adeptes de la contre-culture qui ont préparé le terrain à Obama, il reste de l’esprit d’entreprise en Amérique, et, comme l’ont montré de grands penseurs tels que Michael Novak ou George Gilder, il existe une éthique inhérente à l’esprit d’entreprise, à ce qui le motive et à ce qui en résulte : ce qui semble ne plus traverser l’esprit de quiconque ou presque en Europe. J’ai écrit sur ce sujet des pages et des pages. Ce sujet est au coeur de mon livre La Septième Dimension*.

C’est, en Europe, le socialisme qui, en tuant l’esprit d’entreprise, en asphyxiant prospérité, croissance, dynamisme, en multipliant pauvres et chômeurs, condamne des êtres humains à une vie stérile et sans signification. Nombre de gens en Europe voudraient consommer davantage, ce qui ne leur oterait pas un sens à leur vie. Ce qu’on consomme ne donne, en soi, jamais un sens à sa vie : ne pas consommer ne donne pas davantage de sens à sa vie. Travailler et accomplir donne un sens à sa vie. Désirer des objets, ne pas pouvoir les acquérir par le fruit de son travail, peut ou bien inciter à travailler plus, à se doter de meilleures qualifications, à aller de l’avant pour gagner plus et s’offrir ce qu’on veut, ou bien à considérer qu’on a « droit à » ces objets, à être frustré de ne pas les avoir et à estimer que c’est « injuste » : le socialisme développe l’idée que chacun a « droit à », qu’il faut plus de « justice » sociale, et que quelqu’un qui gagne plus en travaillant plus et en se dotant de meilleures qualifications et qui peut s’offrir ce qu’il veut symbolise l’ « injustice ».

En détruisant le lien entre travailler plus, se doter de meilleures qualifications, et gagner plus et s’offrir ce qu’on veut, le socialisme détruit le moteur même qui a permis que, précisément, il y ait des sociétés dites « de consommation » : des sociétés où on peut, besoins de bases satisfaits, songer à satisfaire ses désirs et se récompenser soi-même de ce qu’on a fait, en consommant, et en passant ces contrats volontaires que sont les décisions d’acheter.

Les sociétés européennes manquent d’âme et de spiritualité en raison du socialisme encore : le socialisme est une forme de méta-religion ressentimentale qui a longtemps reposé sur l’espoir de voir naître une sorte de société utopique où chacun pourrait voir ses besoins satisfaits par une providence redistributrice reposant sur la confiscation de la richesse créée et gagnée par ceux qui entreprennent, travaillent, accomplissent, sur la péjoration de la création de richesse elle-même et sur la croissance du nombre d’êtres humains à la position d’assistés permanents.

Il a disséminé l’envie vis-à-vis de celui, ou celle, qui est plus riche et a mieux réussi au lieu de prendre celui ou celle qui a réussi pour exemple positif.

Learn Hebrew online

Il est aussi totalitaire, puisqu’il veut remplacer l’égalité de droit par l’égalité de fait imposée depuis le haut par les grands redistributeurs redistribuant ce qu’ils ont confisqué, et puisque, pour parvenir à ses fins, il doit détruire la liberté d’entreprendre, la liberté de choisir, celle d’être souverain sur sa propre vie.

Sous la forme qui est la sienne en Europe, il met en place un totalitarisme soft, façon A Brave New World*, d’Aldoux Huxley : passivité, anxyolitiques, chèque à la fin du mois envoyé par l’Etat qui assiste. Poussé à son extrême, il peut devenir totalitarisme dur, façon Orwell, 1984, donc façon Union Soviétique ou Allemagne nazie. Il détruit toute aspiration spirituelle, puisqu’il réduit l’être humain au statut d’animal domestique.

Nous sommes dans des sociétés où l’esprit d’entreprise est asphyxié, où un nombre croissant d’êtres humains sont condamnés à la vie stérile et sans signification à laquelle les condamne le socialisme, qui en a fait des assistés permanents, où le lien entre travailler plus, se doter de meilleures qualifications, et gagner plus et la possibilité de s’offrir ce qu’on veut est érodé, où l’envie vis-à-vis de celui, ou celle, qui est plus riche et a mieux réussi est omniprésente, où l’égalité de droit est de plus en plus par l’égalité de fait imposée depuis le haut par les grands redistributeurs redistribuant ce qu’ils ont confisqué, où la liberté d’entreprendre, la liberté de choisir, celle d’être souverain sur sa propre vie sont en voie de destruction avancée.

Nous sommes dans des sociétés où la réduction de l’être humain au statut d’animal domestique détruit, effectivement, toute aspiration spirituelle.

Ceux qui entreprennent (il en reste), trouvent encore un sens à leur vie.

Ceux qui ont des aspirations spirituelles et qui entendent respirer, malgré le socialisme ambiant, sont, essentiellement, Juifs, Chrétiens, tournés encore vers des religions qui sont porteuses d’élévation spirituelle. Le socialisme ambiant ne pousse pas dans cette direction.

Ceux qui sont très socialistes n’ont pas d’aspirations spirituelles et n’entendent pas respirer. Ils sont dans le ressentiment, ils veulent du totalitarisme dur.

Il n’y a pas de Lénine, de Staline, de Mao, d’Adolf Hitler sur l’horizon.

Mais il y a l’islam.

L’islam lui-même est porteur de ressentiment, de rejet de l’esprit d’entreprise, de la consommation, de la liberté sous toutes ses formes. Pris au pied de la lettre, il légitime la prédation. L’islam radical conduit ce que porte l’islam jusqu’à la quintessence, et permet et légitime la violence prédatrice.

Pourquoi de jeunes européens se convertissent-ils à l’islam ? Parce qu’ils trouvent dans l’islam ce qu’il contient. Pourquoi glissent-ils souvent vers l’islam radical. Parce qu’ils trouvent en lui le totalitarisme dur qu’ils ne trouvent pas ailleurs. Il y a trente ans, ils auraient rejoint Action directe, la Bande à Baader. Ils auraient affiché le portrait de Mao ou celui de Vladimir Illitch Oulianov. Aujourd’hui, ils regardent les vidéos d’Abou Bakr al Baghdadi.

Pourquoi des jeunes européens se convertissent-ils plus nombreux depuis les tueries en France au mois de janvier. Parce que les tueries de janvier ont été porteuses d’une violence prédatrice qui les séduit.

Le communisme a tué des centaines de millions de gens sur les cinq continents, et les tueurs volontaires n’ont pas manqué. Le national-socialisme a tué six millions de Juifs.

L’islam, avant même que vienne l’islam radical, a, au cours de quatorze siècles de prédation, tué bien plus que le communisme et le nazisme réunis.

L’islam radical rend légitime d’assassiner des gens par milliers aujourd’hui, Juifs, Chrétiens, dessinateurs, passants.

 © Guy Millière pour Dreuz.info.







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 20 thoughts on “Pourquoi des jeunes Européens se convertissent-ils à l’islam ?

    1. Robert Davis

      FORMIDABLE ARTICLE de Guy Millière comme toujours. Ces jeunes qui se convertissent trouvent dans l’islam le totalitarisme dur qu’ils ne trouvent pas dans le socialisme tueur d’espoirs en tous genres! Il n’y a vraiment que Guy Millière pour comprendre et exprimer les problèmes politiques d’aujourd’hui que nous cherchons à comprendre sans y parvenir toujours.

    2. Nejma

      Article mauvais propagandiste et décevant.
      Peu mieux faire monsieur Milliere, restez dans ce que vous maîtrisez sinon vous en devenez ridicule.

    3. patricia

      pourquoi les jeunes se convertissent a l islam, parce qu ils trouvent que jesus est plus cool que mahomet et qu ils vont trouver dans l islam, le gout du sang, de la barbarie, de la sauvagerie dont ils sont certainement assoiffes et le pire c est qu ils sont manipules par des immams,et abbreuves par les medias, les cineastes de gauche qu ils les gavent de justiciers a l envers, ou celui qui agresse est toujours du bon cote de la barriere et que la fiction a depasse de loin la realite.

    4. moka

      Bravo Guy ne faites pas attention aux mauvaises langues qui refusent de voire la réalité. Ici nous sommes pas sir un site muzz alors ne vous attendez pas que l on fasse la pub sur l islam.Votre idéologie est un fléau et je reviendrai pas la dessus peut importe votre indignation, je m en contre fiche.

    5. maujo

      ces jeunes sont en manque de repères qui les rattacheraient à leur racines., cours d’histoire de France rétrécis, plus de morale enseignée, les professeurs et maitres d’écoles, n’ont plus aucune autorité, plus de service militaire qui était l’un des ciments de la nation Française , très mal vue de se promener avec le drapeau Français, le socialisme qui tente de faire disparaître toutes les références à la religion catholique, les prestations sociales distribuées généreusement sans contrepartie, etc, etc… et nous arrivons à la situation que nous connaissons, une partie de ces jeunes deviennent des proies faciles et malléables à souhait pour les islamistes.

    6. Arabe ecoeuree

      J espere que tu portes ta burqua Negma et que tu en prends plein la gueule avec tes brutes islamistes ….

    7. BENTATA DAVID

      C’est « maujo » qui touche à la vérité: pendant près de 2000 ans le peuple ne savait pas que Jésus était juif la hiérarchie cahait le secret. Dans les prières ils maudissaient les juifs. En 1948 Jules Isaac a appris au monde Catholique que Jésus était juif; d’où fuite du catholicisme. Les jeunes déboussolés car ils cherchent un Dieu trouvent l’islam sur leur chemin au lieu de se renseigner sur la religion mère. Alors ils deviennent des islamistes.

    8. Christian

      Je trouve cette analyse très intéressante à bien des égards.

      Pour ma part, au delà du pure aspect psycho politique, ces conversions à l’islam sont la conséquence d’une dilution d’appartenance identitaire.

      Dans une société à la fois hostile à la transcendance où l’hédonisme individualiste prend le pas sur les valeurs familiales qui est censée apporter l’amour structurant qui établit les bases du futur adulte qui prendra sa place au sein de la société, nous avons une société qui fragilise, voire dénature l’image du couple et de la valeur de l’engagement et qui établit la liberté comme absolu de droit divin (cf mai ’68).

      On le voit de manière fugace dans les affaires dites DSK ou les frasques de Normal 1 er, la valeur  » liberté » est aliénée à la notion de faire égoïstement ce qui me plaît et non pas ordonnée au principe de  » bien, bon et vrai ». Elle se noie dans le subjectivisme et relativisme moral.

      Or, pour se construire psychologiquement, le jeune a besoin de s’inscrire dans un cadre structurant et une symbolique qui lui permette une identification à un projet de vie qui posera les bases des ressources dans lesquelles il pourra puiser pour affronter les difficultés de la vie sereinement.

      Les valeurs proposées par les idéologies dominantes ont montré une incapacité totale à promouvoir ces valeurs essentielles. Elles deviennent même des contre-valeurs.

      Le jeune en recherche de cadre et d’appartenance identitaire forte va naturellement se tourner vers l’islam qui malgré un ADN totalement liberticide, se présente trop souvent comme une alternative à ces manques car curieusement, devenir musulman donne une identité très forte.

      Les jeunes qui viennent des familles juives ou chrétiennes où l’identité familiale, les valeurs et la foi restent vives ne se verront pas ou peu concernés par ce problème et feront par la suite des acteurs efficaces de la société civile.

      J’ai beaucoup échangé avec ces nouveaux convertis et une chose m’a toujours frappé: il ne parle jamais de rencontre mystique avec Allah mais toujours de religion, règles et de leur rejet des autres religions et de la société dans laquelle ils évoluent.
      Notre modèle de société laïcarde porte aussi le gene de sa haine du christianisme et transmet ce germe via les structures scolaires, médiatiques et politiques rendant inaudible pour beaucoup le modèle de valeurs chrétiennes qui a construit historiquement notre société.

      Ces valeurs viennent du judaïsme mais la différence tient surtout dans le fait que le judaïsme est plus qu’une religion et qu’il est très difficile de s’y convertir.

      Avec la montée de l’islamisme, les premiers à en devenir les victimes seront bien entendu les juifs et puis les chrétiens ou les deux ensemble.

      Nous devrions y réfléchir sérieusement et chercher des réelles solutions à cette problématique. Les drames qui se passent en terre arabe devraient nous y inciter…

    9. Nemo

      Entièrement d’accord avec vous Christian.

      Mais à la différence que je considère qu’il y a aussi chez les laïcs des personnes tout à fait aptent à distinguer le Bien du Mal et à soutenir les valeurs de Vie.

    10. Christian

      Nemo

      Comme vous je pense qu’il existe des laïcs bons et honnêtes. D’ailleurs on peut être juif ou chrétien et laïc à la fois.

      On peut être athée et se reconnaître intellectuellement dans un système de valeurs lié à une foi sans partager celle ci. Les exemples de philosophes pouvant illustrer ce propos sont nombreux.

      Je ne visais personne en particulier dans mon explication. Je disais simplement qu’une certaine frange laïcarde (et non laïque), historiquement de gauche et anti religieuse domine politiquement et institutionnellement et est tellement dogmatique dans ses idées qu’elle ne se met pas au service du réel.

      J’avais lu le compte rendu d’un procès d’un jeune converti à l’islam qui faisait des envois de djihadistes en Syrie et quand on lui a demandé le pourquoi et le comment il en était arrivé là, il a expliqué au tribunal qu’il vient d’une famille communiste et agressivement athée. Qu’il avait toujours cru en Dieu mais n’avait personne à qui en parler. Les seuls qui lui ont tendu la main et cherché à étancher cette soif spirituelle légitime ont été. … des musulmans. …

      Combien d’exemples comme le sien faudra-t-il encore avant que l’on se pose les bonnes questions?

    11. Nemo

      Oui Christian, c’est aussi le cas de personnes musulmanes de naissance, qui ne se reconnaissent pas du tout dans le nihilisme et la pure violence totalitaire djihadistes, mais n’osent pas le faire-savoir par peur d’être stigmatisée dans leur propre « milieu » voire pire.

    12. Pat

      Ils se convertissent à l’islam pour faire un  » bras d’honneur  » à leurs parents , à la société , etc ….

      Ce sont des jeunes influençables qui se cherchent .

      Rappelez-vous la secte moon et le nombre de victime qu’elle a déclenchée .

      Toutes ses sectes empoisonnent l’esprit des ados comme la drogue .

      Ils y trouve un semblant de liberté , de révolte , d’indépendance .

      Ce qu’ils trouveront à part la mort ce sera l’enfer .

      Les islamistes sont , il faut le reconnaître le DEMON , SATAN sur terre .

      Malheur à ceux qui courent vers ce mirage fétide car ils seront broyés et vomis .

    13. Christian

      Nemo

      Pour ces musulmans je vois une solution. Elle consiste d’abord à faire le contraire que de répéter à longueur d’ondes radios et tv que l’islam est une religion de paix et d’amour. Les inviter à lire la sira (biographie) de leur beau modèle qui s’est marié avec une fillette et a égorgé entre 600 et 900 hommes juifs lui même devant une tranchée qu’il a fait creuser à Medine. Ils verront que ISIS n’a rien inventé et que tout se trouve dans le corpus des textes sacrés musulmans.
      Quand ils ne pourront plus détourner le regard de la réalité de cette religion, ils ressentiront de la colère, de la révolte et du vide mais pourront commencer à faire un choix et rejoindre le nombre croissant d’apostats qui vivent cela en secret et puis influencer positivement leur culture.

      Ce serait le prix à payer et ce sera impossible à réaliser en faisant l’économie de la vérité.

      Bien cordialement

    14. Global

      D’accord avec Nejma.
      Millière est un propagandiste simpliste et primitif.
      Il poursuit le même discours obsessionel depuis toujours; Obama est sa bête noire. Contre qui pesterait-il lorsque Obama ne sera plus Président en 2016? .
      A le lire c’est le penchant socialisant qui génère l’adhésion de jeunes, entre autres d’origines européenne, à l’Islam.
      Sauf que nos sociétés occidentales sont en réalité libérales-capitalistes; même la France.
      A aucun moment il ne répond à sa question dans le titre (bien racoleur d’ailleurs).
      La réponse, il ne la connait pas, tout à son regard sur le monde par le petit bout de la lorgnette.

    15. Maiziere

      On se lamente sans fin sur nos jeunes européens de souche qui rejoignent l’islam et ses horreurs.
      Ne cherchent-ils pas la spiritualité qu’ils auraient pu trouver, il y a cinquante ans encore, au coin de leur rue ? La culpabilité de ce qui prétend s’appeler aujourd’hui « Eglise catholique » est énorme.
      Autrefois, une doctrine sûre, un clergé vraiment catholique, une tradition, la beauté liturgique ; tout cela était à la disposition de tous avant le concile de Vatican II.
      Après ce concile, les prêtres, au sermon, chaque dimanche, ridiculisaient ce qui s’était toujours fait, on ne parlait plus que de de nos « frères séparés » (l’idéal protestant…) de tiers-monde affamé de notre faute, nous les occidentaux, et puis sont arrivés « les beaux textes sacrés musulmans », les messes « pour les jeunes » avec batterie et guitare. En deux ou trois ans, monsieur le curé est passé de la soutane à la chemise à carreaux. On retrouvait massivement sur les marchés aux puces ou chez les antiquaires, calices, ciboires, ostensoirs, ornements liturgiques… Il fallait faire simple ! Vendre ces prétendues richesses pour nourrir le tiers-monde…
      Les splendides chants de la liturgie des funérailles sont désormais remplacés par une chanson de Brel, de Brassens ou par un air folklorique. La liturgie du mariage est maintenant réglée par les mariés qui n’ont jamais mis les pieds dans une église, quant aux communions solennelles, il vaut mieux se taire…
      Le concile proclamait ouvrir les portes pour faire entrer dans l’Eglise ceux qui n’y étaient pas. Ces derniers n’ont pas répondu à l’invitation et ceux qui « y étaient » sont partis. De plusieurs messes par dimanche avec des gens debout dans le fond de l’église, tant était grande l’affluence, on est passé à des assemblées squelettiques.
      S’il est vrai qu’on reconnaît l’arbre à ses fruits, les fruits du concile Vatican II sont pourris.
      Le vide qui s’est produit profite à l’islam qui semble, je dis bien semble, donner une image de roc et de vérité.

    16. Schlomo Hamelekh-Europe-Israël.org

      Maiziere
      Je ne me prononce pas sur le « concile Vatican II », il ne m’appartient pas de le faire n’étant pas Catholique.
      En revanche, je partage complètement votre constat et votre analyse. Cordialement.

    17. Global

      D’accord avec Maizière (17) et Sa Majesté Le Roi Salomon (18).

      SAUF qu’il faut arrêter de taper sur l’Eglise;

      Le concile Vatican II était la conséquence, et non la cause, d’un glissement des plaques tectoniques civilisationnelles et idéologiques dont l’origine pourrait être tracée à la Révolution Française, la Loi 1905 et la Révolution bolchévique de 1917. (Je vous fais grâce de Voltaire histoire de na pas remonter à Mathusalem).
      L’Eglise n’a fait que suivre le mouvement.

      En conséquence l’Occident est démuni, ne sachant plus qui il est; face à une « Oumma Islamiyya » qui le sait fort bien, ayant gardé ses répères identitaires.
      intacts.

      Cherchez le problème dans le lien entre le collectif et l’individu; ce dernier étant desemparé par l’unique espoir que propose l’Occident: avoir un Iphone 6 en attendant le 7.

      Juifs, nous pouvons le comprendre. Vu que nous, comme l’Islam, nous avons gardé pas mal de répères identitaires.

      Nous, humains, sommes une espèce grégaire: hors du troupeau nous sommes perdus.
      l’Islam propose une solution.
      Elle n’est pas la bonne? Peut-être.
      Mais alors, il faut en proposer une autre au lieur de sauter comme un cabri et crier « laicitude, laicitude ».

    18. Pat

      Quand je regarde la photo de l’article je me dis qu’ils ont des sales gueules de monstres qui font peurs ces nazislamistes .

      DEHORS LES BOUCHERS DE L’EUROPE .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *