toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

« L’islam n’a jamais eu pour but de coexister pacifiquement avec les autres religions »


« L’islam n’a jamais eu pour but de coexister pacifiquement avec les autres religions »

Guillaume Bernard est maître de conférences HDR à l’Institut catholique d’études supérieures. Pour lui, « l’ensemble de la classe politique fait preuve d’un sidérant aveuglement en refusant de saisir le caractère impérialiste de l’islam (isme) ».

Pourquoi la quasi-totalité de la classe politique s’entête-t-elle à proclamer évidente l’hétérogénéité de l’islam et de l’islamisme ainsi que la compatibilité du premier avec la République (et non, d’ailleurs, avec la culture française), quiconque émettant un doute étant instantanément mis au ban de la catégorie des êtres pensants ? Il est devenu difficile de discuter des ambitions politiques de l’islam sans être instantanément dénoncé, dans un réflexe pavlovien, comme islamophobe.

Plusieurs raisons sont identifiables. Sans doute, certains hommes politiques entendent-ils sincèrement éviter la stigmatisation des musulmans, qui restent a priori pacifiques. D’autres, plus cyniques, cherchent certainement à protéger des intérêts électoraux et à conserver (mais pour combien de temps ? ) la paix sociale en abdiquant la culture autochtone et la puissance publique en certains lieux abandonnés à des organisations soit criminelles, soit d’embrigadement religieux. Plus stratèges, certains font preuve de davantage de prudence : sachant qu’il existe des territoires en quasi-sécession, il faudrait éviter, avant que des mesures fermes ne puissent être prises, la conscientisation et la coagulation de la masse musulmane encore divisée en plusieurs sensibilités.

Loading...

Cependant, c’est avant tout l’orgueil qui conduit l’essentiel des élus à une stupéfiante cécité mentale se manifestant par le refus obstiné de voir le caractère impérialiste de l’islam(isme). C’est le syndrome Roubachof, du nom du héros du Zéro et l’Infini : ils ne peuvent changer de politique d’immigration, reconnaître que les sociétés multiculturelles sont hyperconflictuelles et que l’assimilation des immigrés (leur conversion à la culture française) n’a pas été poursuivie, sans implicitement avouer que, depuis des décennies, ils se sont trompés et-ou ont menti aux Français. Les voici conduits à faire de la surenchère. Ayant une foi aveugle dans le creuset républicain, ils sont prêts à tenter de dissimuler encore, après des naturalisations massives, le remplacement démographique en le disséminant sur l’ensemble du territoire, la mixité culturelle devenant la norme partout. Et honte aux récalcitrants : ce ne seraient que des racistes.

Analysant l’islam à l’aune de leurs critères et non des siens, plaquant sur l’objet étudié des principes qui lui sont exogènes, les hommes politiques se condamnent à ne pas comprendre son ontologie. C’est ainsi qu’ils réduisent l’islam à une foi individuelle, évacuant sa nature politico-juridique; ils en concluent que, circonscrit à la sphère privée, il est soluble dans n’importe quelle société. À cela s’ajoute une convergence intellectuelle formelle. Islamistes et “républicains” ne s’accordent pas a priori sur les dispositions de la loi. Mais ils partagent la même conception quant à sa force déontique : il faut lui obéir non parce qu’elle permet de réaliser le bien mais parce qu’elle est l’expression de la volonté supposée de la puissance supérieure. Dans ce schéma, fort éloigné de la tradition classique occidentale, la soumission à la loi est bonne par principe. Il est donc techniquement possible de collaborer comme l’anticipe Houellebecq dans Soumission.

S’autorassurant, les politiques en viennent à compter sur l’islam modéré pour vaincre sa version radicale. Ils refusent de voir que cette distinction n’est recevable qu’en termes de moyens et non de fin.

Car toutes les formes de l’islam ont un même objectif : la conquête !

L’hostilité de l’islam envers l’Occident n’est pas le résultat de l’actuel matérialisme de ce dernier. Son expansion militaire a commencé dès sa naissance, au VIIe siècle, à une époque où la civilisation chrétienne du pourtour méditerranéen ne pratiquait pas le culte de l’argent. L’animosité des islamistes ne vise pas uniquement, parce qu’elle les briderait, la laïcité. Les chrétiens d’Orient et d’Afrique convertis de force, réduits en esclavage ou massacrés, n’en sont pas les thuriféraires.

Qu’il soit hard (guerre militaire) ou soft (guerre culturelle), le djihad vise le règne, à terme, de la charia. L’islam n’a jamais eu pour but de coexister pacifiquement avec les autres religions mais de s’y substituer.

Learn Hebrew online

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “« L’islam n’a jamais eu pour but de coexister pacifiquement avec les autres religions »

    1. capucine

      l’islam est incompatible avec la façon de vivre et les coutumes occidentales !
      d’autant que les islamistes sont violents et qu’ils font des attaques terroristes !
      les personnes visés sont les juifs et les catholiques !!

    2. Nemo

      Comme dans le marcionisme, la source principale de l’antisémitisme provenant de l’islam prend sa source dans cette volonté de se substituer au judaïsme après avoir pillé ses textes sacrés (sans y avoir d’ailleurs compris grand chose).

    3. Jim42

      Paraphrasant Sarko:
      Pourquoi les hommes politiques sont-ils si aveugles au danger de l’Islam?
      Hé bien moi, je vais vous le dire mes amis!………
      Parce que les politiques sont tous payés par le Qatar et autres sources arabes et ont une trouille faramineuse d’entrer en guerre avec qui que ce soit.
      D’ailleurs pour une fois, j’aime ça… puisque cela va éviter que ces mêmes crétins ne se laissent entraîner (avec nous…) par les USA dans une guerre contre les Russes! Enfin, j’espère!

    4. Serge

      Je pense que le problème est plus profond. Les musulmans se considèrent comme supérieures et tous ceux qui ne sont pas des leurs sont destinés à leur être soumis. Notre tolérance est considérée comme une faiblesse, voir comme l’acceptation de notre servilité. Les nombreuses allocations dont ils bénéficient leur paraît être le paiement du haradj.
      Je pense qu’il est difficile pour un Français de culture judéo-chrétienne de comprendre leur mentalité qui n’a pas beaucoup évoluée au cours du dernier millénaire.

    5. Maitre Huineng

      Rappelons- nous ce qu’a déclaré Mohamed Merah exécutant toutes ses victimes à bout touchant avec un pistolet mitrailleur :  » La guerre ( sous entendue musulmane ) est une ruse  » . Ceci est corroboré par le verset diabolique n° 35 de la 47ème sourate (Muhammad) du coran « :. Ne faiblissez donc pas et n’appelez pas à la paix alors que vous êtes les plus hauts, qu’Allah est avec vous, et qu’Il ne vous frustrera jamais [du mérite] de vos oeuvres ».

      C’est évident que dans toutes les dénégations de pacifisme de la religion musulmane suite aux attentats contre Charlie Hebdo, les autorités musulmanes en France, devaient avoir ce verset en tête.

      Entre eux, notamment des conseillers musulmans de F. Hollande, ils appellent cela  » faire le dos rond en attendant que cela passe « 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *