toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le calvaire d’une étudiante juive au lycée Aubanel d’Avignon. Esther sort de son silence.


Le calvaire d’une étudiante juive au lycée Aubanel d’Avignon. Esther sort de son silence.

Victime de menaces et d’insultes orales, puis sur Facebook depuis la rentrée scolaire, il lui a été conseillé de changer d’établissement « pour sa sécurité »

Depuis deux ans, Esther (*) est inscrite au lycée Aubanel d’Avignon. Si sa classe de seconde s’est bien déroulée, depuis la rentrée de septembre, elle semble vivre un véritable enfer. Sa première paraît compromise. Elle n’est plus scolarisée et devra changer d’établissement après les vacances scolaires d’hiver.

« Au mois de septembre, j’ai senti que le courant passait mal avec une fille nouvellement arrivée dans l’établissement. » D’un naturel plutôt calme, Esther a essayé de composer. « J’ai fait comme si, limitant mes relations au strict nécessaire, en essayant de tempérer, de rester naturelle. Puis, un jour, comme nous allons souvent au Maroc avec mes parents, elle m’a demandé si j’étais musulmane. » À la question, Esther a répondu qu’elle était juive.

Loading...

À partir de ce jour, la situation, qui était déjà tendue, est devenue invivable. « À quelques rares exceptions près, elle a ligué tous les élèves contre moi. Petit à petit, ils se sont éloignés, ils m’ont complètement isolée. »

Messages à caractère antisémite sur Facebook

Puis les rires moqueurs, les réflexions ont commencé à fuser. « Des critiques sur mon physique, sur ma manière de m’habiller, des mots que je n’ose répéter… » Esther s’est dit que ces agressions verbales allaient passer. Elle a donc gardé cette affaire secrète, avant de craquer et d’en parler à sa mère, Léa. « Nous avons fait part de cette situation lors d’une réunion parents-professeurs avant les vacances de Noël. Nous pensions que cela suffirait », se souvient Léa.

Las. Le 7 janvier, Esther découvre sur Facebook une quinzaine de commentaires qui la concernent : un flot d’insultes, de menaces, d’injures… Sur le réseau « social », quelques messages à caractère antisémite sont publiés. « Je me suis mise à trembler, à pleurer. Mille personnes peuvent lire ces choses. Ça m’a brisée, détruite. Avec ma mère, nous sommes allées voir le proviseur. Mais il semble que ces propos n’entrent pas dans le cadre scolaire... »

Aussi, Esther et sa mère ont déposé plainte. Rapidement, tout le lycée a été informé de la démarche. Et l’ambiance s’est encore dégradée.

« Ma fille était terrorisée, elle avait peur qu’on l’attende à la sortie. Nous avons alors fait appel à l’Équipe mobile académique de sécurité (EMAS) pour qu’elle prenne les choses en main », raconte Léa. Des représentants de l’EMAS sont intervenus dans la classe pour sensibiliser sur le harcèlement. « Ça n’a rien changé. Toujours les quolibets, les messages insidieux, poursuit Esther. Jusqu’au jour où on m’a demandé de ne pas venir au lycée par crainte de représailles… »

Il a donc été décidé, en accord avec Esther et ses parents, qu’elle change de classe. « Je pensais enfin tourner la page. Mais non. Le lundi matin, l’ambiance était malsaine, je me suis sentie fichée. Entre-temps, ma mère a verbalement été agressée et menacée par la mère d’une de mes harceleuses. »

Tombée en dépression

La situation se dégradant tous les jours un peu plus, il a été proposé à Esther de changer d’établissement, « pour sa sécurité m’a-t-on expliqué », précise Léa. « Je ne comprends pas pourquoi ma fille doit aller ailleurs, pourquoi ce harcèlement n’est pas réprimandé, pourquoi c’est elle, victime, qui doit s’effacer. Aujourd’hui, elle n’est plus scolarisée. Elle doit passer son bac de français à la fin de l’année. Dans quelles conditions ? C’est une année de perdue », s’indigne encore la maman.

Aujourd’hui, Esther est en pleine dépression. Elle ne mange plus, ne dort plus. Entre anxiolytiques, cauchemars et antidépresseurs, elle reste chez elle. Pour qu’elle ne perde pas le fil de sa scolarité, ses cours devaient lui être envoyés par e-mail.

Learn Hebrew online

Pour l’heure, rien, sinon un rendez-vous chez le psychiatre et une fragilité grandissante chez cette gamine de 16 ans, qui a du mal à relativiser

:«Je n’en peux plus, on ne peut pas me faire la misère comme ça. Je n’ai pas honte d’être juive, je ne porte aucun signe ostentatoire, aucune médaille, aucune étoile. Si on me demande ce que je suis, je ne vais pas pour autant me cacher. Ce qui m’arrive, je ne le souhaite à personne.»

Reste maintenant que le lycée lui adresse un certificat de radiation, et qu’elle puisse enfin retrouver toute sa sérénité.

* Pour préserver l’anonymat et pour d’évidentes raisons de sécurité, les prénoms ont été changés.

Loading...

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 27 thoughts on “Le calvaire d’une étudiante juive au lycée Aubanel d’Avignon. Esther sort de son silence.

    1. YONIII

      hi

      les juifs doivent ce securisé eux memes , et n’attendre rien des autres.
      il faut bien ce dire que nous seront a la fois abandonnée par les autres . parce qu’ils s’abandonne eux meme
      et en meme temps ont s’en prendra a nous , parce que nous somme le miroire de la dhimmitude de ceux qui nous lache et nous attaque

      1) ce n’est que le debut , et c’est toutes la societe qui va dans cette direction

      2) nous seront seul , contre tous . et cela n’est pas nouveau

      3) seul notre securité doit etre le fil conducteur de nous action et reaction
      tous ce qui accrfois notre securité doit etre fait sans exception aucune

      4) les association juives , dirigeant nous laisseront aussi sans defense
      car il ne nous protegeront pas reéllment vu qu’ils ne peuvent pas reéllment ce proteger eux meems

      5) l’etat nous abandonnera aussi , cr liu meme ne peut plus ce proteger liu meme

      en sommes la seul securité reél ce sera la notre .
      il faudra que compte sur nos propre force

      et cela ne pourra ce faire que lorsque nous adopteront la seul contre mesure efficace

      nous somme desarmé , donc faible , vulnerable , et donc designé comme cible facile a taatque

      nous devons donc disuader nos ennemi
      et pour cela il n’y a qu ‘un seul moyen
      ETRE ARMEE ;

      c’est une question de temps , nous finoeront par etre obliger d’etre arméé pour notre propre survie
      nous seront comme ces juifs du medievial , marchant la tete haut parce armée de leurs epée prette a etree degainée pour notre salue

      c’est une des raison et de critere que nous devront prendre en compte . quel pay donne reéllment le droit a un juifs d porter une arme et de pouvoir s’en servire lethalement pour sa survie

      le pays qui donne de droit devra etre priviligié

      celiu qui de faite laissera les juifs desarme , donc faible donc attaquable
      devra etre fiue , abandonnée

      by

      seul sa survie compte , le reste est sans importance

    2. Nemo

      Ce n’est certainement pas à cette jeune fille de quitter son établissement scolaire.
      Je lui conseille donc d’exiger de l’établissement de remplir son rôle républicain et d’assurer sa sécurité en sanctionnant et en mettant à la porte les harceleurs, et bien évidemment de refuser toute proposition de changement d’établissement.

    3. sarah

      Chacun dans ses écoles, chacun dans son quartier, dans ses bus, dans ses hôtels et campings lors des vacances puisque la France a fait le choix de choyer les coupables et de broyer les coupables. Tout Madame Taubira… Vive la séparation et vive l’apartheid.

      C’est arrivé une fois avec ma fille. J’étais prête à aller en prison : j’aurai frappé las parents à coup sûr et la fille avec. Ils ont compris que je ne plaisantais pas. C’est elle qui a retiré sa gamine de l’école. Mais ça, c’est moi : je ne demande pas à tout le monde de faire pareil.

    4. paul

      Ce qu’écrit YONIII à sa façon est malheureusement juste. Aucun miracle n’interviendra et seule l’ultra défende voire l’attaque règlera les problèmes de manière ponctuelle. Le vers est dans le fruit, et le vers ne rencontre aucun obstacle. Pour sauver le fruit, il faut avoir le courage de couper la partie gangrénée. Bonne chance aux angélistes, mais cela ne marche pas…

    5. sarah

      A côté d’Israël, Etat d’apartheid, d’après la gauche européenne, nous pouvons à présent mettre la France sur la plus haute marche juste à côté. LOL.
      Je me demande si Valls… Non, je suis mauvais esprit.

      Je ne voulais pas que ma fille souffre parce que j’avais beaucoup trop souffert. Mon sang n’a fait qu’un tour quand ma fille est rentrée en pleurant. Il y avait juste un joli canal à côté de l’école : j’en ai parlé aux parents de ce joli canal.

    6. Hollidayin

      C’est inacceptable et intolérable !!! Pourquoi ce serait toujours aux victimes de céder et d’être sanctionnés !!! Pourquoi ne renforce t’ont pas les lois en faveur des victimes ? Mes 2 enfants ont souffert d’antisémitisme au sein de leur établissement scolaire,de la part de certains camarades d’origine maghrébine et africaine,,et ce,il y a déjà 15 ans,avec un total desemparement de la directrice et du proviseur !!! Dans leur pays d’origine ils n’oseraient pas se comporter ainsi,ça marche aux coups de règle sur les doigts et les mains … !!! Il faut que notre gouvernement osé prendre des décisions fortes et des réformes courageuses au sein des établissements scolaires et sanctionner les parents pour leur mauvaise éducation et leur abandon de leurs rôles de parents,qui livrent lâchement leurs enfants à eux – mêmes, histoire d’être tranquilles (par lâcheté et irresponsabilité !!! Et qu’on arrête surtout ce laxisme lâche et irresponsable,cette Politique de l’autruche,cette langue de bois,au nom du Politiquement correct !!! Q’on arrêté de nous bassiner avec le pas d’amalgame et se rendre à l’évidence que l’intégration à été un échec total et y remédier de toute urgence,en supprimant le laxisme irresponsable,en sanctionnant plus sévèrement les fauteurs de troubles et d’actes malveillants et racistes !!! La France va très mal,sauvons la de toute urgence,car la guerre civile nous guette,on a eu déjà plusieurs alertes à ce sujet,des démonstrations de haine et de rejet d’autrui,de saccagé de mobilier urbain en toutes circonstances,commerces pillés, saccagés et brûlés lâchement,voitures et poubelles brûlées lachement,Cités de non droit,prières de rue,nombreuses provocations,rejet des lois en vigueur et de nos Valeurs Républicaines. .. Bon sang,réagissons de toute urgence car il y va de l’avenir de nos enfants et celui de la France qui a vendu lâchement le Patrimoine immobilier à l’Arabie saoudite et au Qatar et qui distribue lâchement l’argent de nos impôts à des pays étrangers, en nous taxant de plus en plus et en laissant dans la detresse matérielle un très grand nombre de Familles Françaises,de retraites …. pour tout accorder à d’autres !!!

    7. MisterClarvoyant

      D’accord avec NEMO, ce n’est pas à la victime harcelée, d’être obligée de quitter l’établissement, mais aux harceleurs. En France et surtout à l’école doit avoir de la place et de la protection pour les victimes, pas pour les harceleurs.

    8. sarah

      Vous rêvez. C’est la victime qui change d’école en France. Vous allez voir l’ institutrice et la directrice en 10 fois et en 10 fois, on vous dit que ce n’est pas grave. Alors, il faut employer les grands moyens et en 1 heure, la question est réglée parce que la peur change de camp.
      Tous les parents ne veulent pas qu’il arrive des choses fâcheuses à leurs jolies petites filles même si elles profèrent « Sale juive ». Quand vous mettez les choses au point, c’est leurs jolies petites filles qui s’en vont avec ses chers parents.

    9. sarah

      Ma fille ma rappelé les paroles d’une chanson à propos d’ Ahmed qui a dit qu’il était pour les terroristes : « La vérité des parents sort de la bouche des enfants ». C’est dans une chanson d’un enfant noir qui souffre du racisme dans un village de France. Mais dans ce sens là, tout le monde est d’accord; dans l’autre sens, non : il n’ y a pas de racisme anti-blanc et les juifs ne sont pas haïs par les maghrébins et africains. C’est dans votre tête et vous entendez des voix quand vous venez récupérer votre fille plus tôt et que vous entendez ces insultes.
      Alors, il faut parler du joli canal aux parents qui ont disent à leur fille de traiter la vôtre de sale juive. Et soudain , c’est magique, les parents ont peur.

    10. Alauda

      « Il semble que ces propos n’entrent pas dans le cadre scolaire… « , pensent la jeune fille et sa mère.

      Néanmoins des outils existent contre le harcèlement et le CYBER-HARCELEMENT :
      http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=72680

      Bulletin officiel > 2013 > n° 31 du 29 août 2013 > Enseignements primaire et secondaire
      Texte adressé notamment aux chefs d’établissement.

      extrait : « La loi n° 2013-595 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République prévoit, dans son rapport annexé, que la lutte contre toutes les formes de harcèlement constitue une priorité pour chaque établissement d’enseignement scolaire. »

      Le soutien de la communauté éducative aurait du être acquis (de plein droit) dans cette question relevant bien des missions de la Vie Scolaire.

      Tous mes vœux de bon rétablissement à cette jeune fille.

      Qu’elle sorte de cette épreuve grandie. Plus forte, aussi, en accordant mieux sa confiance et son amitié.

    11. chochana

      Il est arrivé la même mésaventure à ma soeur lorsqu’elle était au collége il y a environ 48 ans à Paris.
      Il y avait une fille qui la traitait tout le temps de sale juive. Au bout de quelques jours, ma soeur en a eu marre car elle ne voulait pas faire justice elle-même alors elle est allée voir la directrice pour lui dire qu’elle voulait changer d’école et pourquoi. La directrice a convoqué la fille pour lui dire qu’elle était renvoyée et ma soeur a pu continuer ses études tranquillement car il faut dire que ma soeur était une trés bonne élève et le choix de la directrice a été en sa faveur pour ça. Mais bon, c’étaient de véritables chefs d’établissement à l’époque et personne ne trouvait rien à redire à leurs décisions.

    12. sarah

      La justice a mis des années avant d’admettre que celui qui battait (en général, l’homme) son conjoint (en général , la femme) dans un couple devait quitter le domicile et non pas l’inverse.
      Pourquoi à l’école ne pas admettre que c’est le harceleur qui doit quitter l’établissement et non celui qui est harcelé.: des adolescents se suicident tous las ans suite à des harcèlements.

      Il est évident que j’aurai juste pu gifler la fille qui harcelait ma fille mais il était indispensable que ses parents pensent que je pouvais aller plus loin parce que sinon c’était ma fille qui aurait dû quitter l’école et ça, je ne le voulais pas. Alors, j’ait tout fait pour essayer d’implanter dans la tête des parents de cette fille l’idée que j’étais capable de bien pire. On peut me juger :j’étais comme une tigresse qui défend son tigron.

    13. sarah

      J’avais un doute : le bébé du tigre est un tigreau.
      Le tigron est un croisement entre une lionne et un tigre. Mais le terme tigron est quelquefois utilisé pour désigner le petit du tigre : une erreur certainement.

    14. Léa

      jai l’impression de lire mon histoire quand je t’ai dans un lycée pro à Paris j’avais 15ans aussi et toute les filles de ma classe ont décidé de se retourner contre moi. Cetait un vrai cauchemar ! Je ne voulai plus allé en cours et en même temps e voulais pas faire peur a ma Mere du coup je subissais jusqu’au jours où elle m’ont attendu à la sortie des cours dans la rue qui menait au Mztro avec tous les « grands » du lycée ils m’ont poussé en cribt sale juive t’as rien a faire ici vous êtes riches qu’est-ce que vous foutez dans un BEP rentre en Israël et d’autre connerie de ce genre . Bref j’ai finis par y croire et je suis partie en pension en Israël . Heureusement l directrice était une femme très bien elle a fait passer la meneuse du groupe en conseil disciplinaire et a insisté pour qu’il y ai écrit dans son dossier scolaire qu’elle avait eu des propos antisémites. Je pense qu’on est beaucoup en France a avoir eu ce genre d’histoire mais à l’époque cetait taboo et puis t’as tellement honte de toi quand t’es jeune et que t’es prise pour le souffre douleur de la classe …

    15. Aurélia

      C’est effrayant, et d’autant plus alarmant que les responsables ne soient pas meme sanctionnés ! Et que ce soit a elle de changer d’établissement :/

      Est-il possible de contacter cette jeune fille pour l’encourager, la soutenir, l’aider moralement ?
      Faite le moi savoir si c’est possible.

      Aurélia

    16. Marie l'Alsacienne

      L’E.N n’assume plus l’ordre dans ses établissements, les profs et les chefs d’établissements sont devenu très lâches.

      Ilspréfèrent protéger les muzzs pour ne pas avoir de problèmes avec eux si non c’est eux qui prennent, c’est à vomir tout ça !

    17. Pat

      Ce n’est pas une impression , c’est clair et net , les directeurs d’établissements

      pissent dans leur frocs rien qu’en voyant ces barbares les intimider .

      Ces sous merdes qui ne savent pas aligner trois mots de Français à part Fils de ….. ou j’nique la France .

      Dehors ces tordus que la bouffe hallal a rendu dingue .

      Si j’étais à la place des parents de cette fille j’organiserai un comité de soutien . Des parents avec des pancartes où seraient écrit

       » LES ANTISEMITES SONT PROTEGES DANS CET ÉTABLISSEMENT  »

      Même si cette jeune fille ne revient plus dans ce Lycée .

    18. Alauda

      @Pat @Marie l’Alsacienne : Les généralisations abusives sont un vilain défaut ! Renseignez-vous sur l’ampleur du phénomène : http://www.gouvernement.fr/6-choses-que-vous-devez-savoir-sur-le-harcelement-a-l-ecole-nah

      Des sanctions appliquées dans cet exemple :
      http://france3-regions.francetvinfo.fr/poitou-charentes/2015/02/12/poitiers-trois-lyceens-exclus-pour-harcelement-antisemite-d-un-camarade-653841.html

      D’autres pistes :
      http://www.francetvinfo.fr/societe/education/harcelement-a-l-ecole/lutte-contre-le-harcelement-scolaire-les-methodes-qui-marchent-a-l-etranger_819997.html

    19. RAMUNCHO1i

      Nombre de personne ont tellement peur qu’elles se convertissent a l’islam.Ce sont celles qui acceptent d’être les dhimis, déjà actuellement.

    20. mada

      J’ai été moi même harcelé quand j’étais à l’école.
      Que ce soit des musulmans ou autres qui l’a font chier, c’est juste des chiens.
      Je suis moi-même musulman et cela me fait mal au coeur ce qu’elle vit.

      Elle aurait du mettre une claque dès le début et insulté ce qui l’insulent, cela les aurait calmer quite à s’en prendre une, c’est un moindre mal.

      Ils réfléchiront à deux fois avant de la faire chier et chercheront quelqu’un de plus docile. Elel a trop laissé faire depuis le début

      Ces gens là ne comprennent que la violence.Je le sais, j’ai grandi avec ce genre de racailles qui me fait honte.

      Ces tyrans n’existent que parce qu’ils existent des gens qui se laissent faire.

      ps: pour celui qui croit que c’est la viande halal qui rend dingue, c’est …sans commentaire…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *