toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La démocratie israélienne à l’épreuve de ses ennemis intérieurs : Le cas d’Hanin Zoabi, ex-députée arabe israélienne et terroristophile


La démocratie israélienne à l’épreuve de ses ennemis intérieurs : Le cas d’Hanin Zoabi, ex-députée arabe israélienne et terroristophile

Compte tenu des actes répétés d’Hanin Zoabi, ex-députée arabe du parti nationaliste arabe israélien Balad faisant l’apologie du terrorisme islamiste contre l’Etat juif, et donc visant à porter atteinte à la sécurité de l’Etat, la Commission d’Ethique de la Knesset a jugé qu’il y avait une différence entre des critiques, même très violentes mais concevables dans une démocratie, et le fait d’encourager et de légitimer les ennemis de l’Etat d’Israël. En raison de la gravité des multiples faits constatés, la commission d’Ethique a décidé d’infliger la sanction maximale à Hanin Zoabi : L’invalidation de sa candidature à la députation.

Hanin Zoabi avait déjà été suspendue de ses fonctions pour une période de six mois par la Commission d’éthique de la Knesset pour avoir justifié, à la mi-juin 2014, l’enlèvement, puis l’assassinat barbare des trois adolescents israéliens – Eyal Yifrach (19 ans), Gilad Shaar (16 ans) et Naftali Frenkel (16 ans) – par des terroristes du groupe fascislamiste Hamas.

Hanin Zoabi avait provoqué un scandale en Israël pour avoir déclaré que les barbares du Hamas n’étaient pas des terroristes, mais des « résistants à l’occupation ».

Loading...

Face à ce défi, la justice israélienne a donc pris son temps pour légiférer et la Haute cour de justice israélienne (où siègent également des arabes et des druzes) s’est, enfin, prononcée pour son invalidation pour cause d’apologie du terrorisme et de connivence avec les milieux terroristes.

Elle est également accusée d’avoir soutenu les terroristes du Hamas pendant l’opération « Bordure protectrice » en juillet 2014 ; d’avoir plus tôt en 2010 fait partie de la « flottille » pro-Hamas sur le Mavi Marmara affrétée par la Turquie pour tenter de briser le blocus maritime militaire de la bande de Gaza et qui avait porté gravement atteinte aux forces de sécurité de Tsahal, etc.

En conséquence de quoi Hanin Zoabi n’a pas le droit de se représenter aux prochaines élections à la Knesset (l’Assemblée nationale israélienne) en mars 2015 !

Ces faits multiples, pour ne retenir que les plus graves, participent à faire d’Hanin Zoabi davantage qu’une simple contestatrice de la politique du gouvernement israélien comme se complaisent à la présenter certains médias.

Ses actes, ses provocations et ses discours de haine en font une complice active d’organisations islamofascistes qui ont pour projet l’éradication de l’Etat juif, violant ainsi en tant que citoyenne élue de ce pays le serment de fidélité qu’elle doit à l’Etat d’Israël.

Qualifier Hanin Zoabi d’ennemie de l’intérieur est un truisme. Sous d’autres latitudes, dans un pays démocratique en guerre comme l’est Israël, elle aurait été depuis longtemps privée depuis longtemps de son mandat électif et condamnée pour « intelligence avec l’ennemi ».

Learn Hebrew online

Bien qu’Israël soit un Etat où tous les citoyens israéliens, quelle que soit leur religion, jouissent des mêmes droits comme nulle part ailleurs dans les pays arabo-musulmans, Hanin Zoabi se déclare activement ennemie de l’Etat d’Israël.

Cette demande d’invalidation a été déposée par Alex Miller (du parti « Israël Beiteinou »), soutenue par le parti « Yesh Atid » (de Yaïr Lapid) et approuvée par tous les partis de « droite ».

La coalition auto-proclamée « Camp sioniste » de gauche (formé par le parti Travailliste d’Yitzhak Herzog et celui d’HaTnoua de Tsipi Livni) s’est montrée jusqu’au bout indécise sur le principe de l’invalidation d’Hanin Zoabi et s’est exprimée sur ce vote de manière contradictoire. Il ne faut pas fâcher l’électorat arabe … Les débats qui ont précédé le vote ont été houleux.

Loading...

Une majorité de 26 membres (sur les 35 que compte la Commission électorale centrale) s’est en fin de compte prononcée contre la candidature de la députée arabe israélienne, pour sa complicité à l’égard du terrorisme. Six autres membres ont voté contre.

Nous voyons ainsi comment une démocratie peut donner, parfois, l’impression qu’elle est pour elle-même son plus redoutable adversaire quand elle permet, au nom de la démocratie, la manifestation d’une liberté pervertie qui vise à lui nuire en lui portant les pires attaques.

Ce type de situation paradoxale est aussi rendue possible par une sorte de charge de culpabilité infondée que porte la société israélienne qui se croit obligée de pratiquer une « ultra-démocratie », en s’interdisant souvent d’exercer des sanctions contre de tels écarts.

Le cas de Hanin Zoabi est instructif à plus d’un titre

L’exercice de la démocratie ne se limite pas à une forme de régime politique au sein duquel s’y joue aussi un type de rapport social particulier, une manière d’être de l’humanité, selon des règles éthiques à respecter.

Cela exige de tous ses citoyens, quel que soit leur rang et plus encore lorsqu’ils exercent ou prétendent exercer un mandat électif, qu’ils soient à la hauteur des responsabilités et des devoirs qu’impose nécessairement le fonctionnement d’une société démocratique.

Dans une démocratie tout n’est pas possible

Même si le système démocratique permet tout, ou presque, cette liberté n’est envisageable qu’à la condition que cela ne procède pas d’une banalisation des conduites perverses et subversives visant la sécurité l’Etat et de celle de ses citoyens.

C’est ainsi qu’une démocratie, selon son contexte, peut, si elle n’y prend pas garde, se trouver piégée dans un ensemble de contradictions qui, poussées à leur paroxysme, constitueraient des pathologies spécifiques sous l’aspect d’attitudes autodestructrices, voire suicidaires, en procédant à un retournement mortifère de « la démocratie contre elle-même ».

Une société démocratique, de surcroît dans un pays comme Israël qui doit faire face à la guerre permanente que ses ennemis lui imposent à l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières, qui s’interdirait de sanctionner des manifestations cherchant à lui porter atteinte, serait une société qui aurait perdu tout instinct de survie et le sens de la défense de ses libertés fondamentales et de la protection de ses citoyens. D’ailleurs, au-delà de la situation spécifique d’Israël, nous assistons à des mises à l’épreuve identiques en Europe avec les mêmes ennemis islamistes de la liberté et les mêmes atermoiments quant à savoir à quels moyens recourir pour combattre un ennemi intérieur.

Car l’exercice de la liberté est un principe qui constitue un fondement du devoir, de la responsabilité, et de la morale. Et comme tous les principes, il ne peut se passer de règles.

S’il n’existait pas de « garde-fous » pour prévenir des dérives extrêmes, nous assisterions, paradoxalement, à la capacité d’une société démocratique à générer sa propre désagrégation en réagissant de manière ambivalente, hésitante ou impuissante à se défendre face à ses prédateurs. Donnant ainsi l’impression qu’une société, parce que démocratique, serait un « ventre mou », sans défense immunitaire, sans capacité à décider des mesures pour sa protection. Et ce, d’autant que la perversité de ses ennemis à repérer ses points vulnérables, sait user d’armes redoutables : La culpabilisation, la corruption des institutions, la propagande et la délégitimation de l’Etat.

Hanin Zoabi se revendique ouvertement ennemie de l’Etat d’Israël. A sa manière, elle a fait la démonstration de sa nuisance en tentant de subvertir la seule démocratie du Proche-Orient – tout en sachant que les ennemis de la démocratie se contre-fichent du fait qu’Israël soit la seule démocratie du Proche-Orient ! – dans le but affirmé de servir les intérêts du Hamas et des autres ennemis islamistes d’Israël.

Hanin Zoabi ne s’est pas privée d’exploiter les larges failles du système israélien, jusqu’à enfin trouver une limite.

C’est pourquoi l’invalidation de sa candidature constituera une victoire pour la démocratie israélienne dès l’instant où la Cour suprême ratifiera cette décision.

 

Claude Salomon LAGRANGE, pour Europe-Israël.

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif.

 





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “La démocratie israélienne à l’épreuve de ses ennemis intérieurs : Le cas d’Hanin Zoabi, ex-députée arabe israélienne et terroristophile

    1. yoniii

      hi

      si l’etat juifs et les israelien ne ce debarrasse pas des palestinein de l’interiuer

      et ne detriuse pas le faux etat palos

      et n’ejecte pas tous ses muzz hors des territoire de l’etat juifs

      alors l’etat juif et les israelien vont a leurs perte inevitablement

      tous peuple
      tous etat

      fini par devenir faible , c’est l’evolution naturel des chose sur terre

      et si israel continu a joué a la roulette russe , avec ses muzz de l’interiure et le faut etat palos

      alors israel et le peuple juifs vont a un aneantissemnt certain et inevitable

      a mions de ce renforcer et de faire le necessaire pour survivre , pendant qu’ils sont fort

      une foit faible ce sera trop tard pour faire le necessaire afin d survivre

      by

      by

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *