toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Etats-Unis vs Israël : La crise fabriquée par Barak Hussein Obama


Etats-Unis vs Israël : La crise fabriquée par Barak Hussein Obama

 

La crise entre les Etats-Unis et Israël a été fabriquée par l’Administration Obama. Une crise s’accroissant et diminuant au gré de la puissance de l’administration, et elle a choisi de la développer. Pourquoi ? Trois raisons : Pour attaquer et vaincre Netanyahu (qu’Obama a toujours détesté simplement parce qu’il est de « Droite », et qu’Obama est de « Gauche ») lors de sa campagne électorale, pour empêcher qu’Israël n’affecte le débat politique avec l’Iran aux États-Unis et pire que tout, pour diminuer la popularité d’Israël aux Etats-Unis et plus particulièrement chez les Démocrates.

Supposons un instant que le discours de Netanyahu devant le Congrès soit une erreur, une violation du protocole, une manœuvre de campagne, en effet toutes ces vilaines choses dont la Maison Blanche le qualifie.

Prenons tout cela un moment à titre d’exemple, l’argument et le comportement de l’Administration Obama reste encore inexplicable.

Clairement, c’est plus après le fait de son comportement que sur le principe du discours à venir de Netanyahou.

Vient d’abord la relation personnelle et le désir de voir Netanyahu perdre l’élection.

Rappelons qu’Obama est devenu président avant que Netanyahu ne soit premier ministre, et il est évident que son aversion était plus personnelle que politique avant même que Netanyahou n’ait fait quoi que ce soit. Obama n’aime pas les gens de Droite – américains, israéliens, ou australiens.

Obama a également décidé immédiatement à son arrivée au pouvoir, de choisir un combat avec Israël et de faire de la construction dans les « colonies » et à Jérusalem, la question centrale dans les relations israélo-américaines sous sa présidence.

N’oubliez pas qu’il a nommé George Mitchell comme son négociateur spécial un jour après son accession à la présidence, et Mitchell fut le père de la demande du gel de la construction – y compris la construction qui tient compte « la croissance naturelle » des familles dans la population des implantations.

Une confrontation était inévitable et a été voulue par la Maison Blanche.

Obama a surestimé sa main, en ce sens que, sondage après sondage, les israéliens disent qu’ils ne supportent pas sa politique au Proche-Orient.

Historiquement, un premier ministre israélien perd le soutien interne lorsqu’il ne peut pas gérer les relations avec Washington. Cette année, sera peut-être l’exception, d’autant que les Israéliens veulent un premier ministre qui s’oppose à la politique américaine qu’ils considèrent comme dangereuse.

Ils peuvent aussi croire que l’Administration Obama est simplement si hostile qu’aucun autre premier ministre ne pourrait éviter des affrontements.

Je me souviens bien comment nous, à la Maison Blanche, du temps de Bush avons traité les mauvaises relations personnelles entre le Président et le Président Français Jacques Chirac. En 2004-2005, en particulier, lorsque les deux hommes ne se sont pas entendu (sur le soutien surtout de l’Irak et tout simplement ne s’aimant pas), mais nous voulions empêcher que leur mauvaise alchimie personnelle n’endommage les relations bilatérales.

Donc le conseiller à la sécurité nationale Condoleezza Rice en 2004, puis son successeur, Steve Hadley, en 2005, ont mis en place une solution de contournement. Le Français Maurice Gourdault-Montagne, conseiller à la Sécurité Nationale française s’est rendu à Washington presque chaque mois et est venu à la Maison Blanche. L’Ambassadeur Français aux Etats-Unis, Jean-David Levitte, s’est joint à lui pour rencontrer des responsables clés de NSC, et du département d’Etat. En 2005, la Secrétaire d’État Rice était plus en état de rejoindre Hadley et plusieurs d’entre nous du personnel de la NSC, et au cours d’une demi-journée, nous examinions chaque question concernant les États-Unis et la France.

Avec un engagement de la part des responsables américains et Français, qui étions déterminés d’empêcher d’infecter la relation dans son ensemble par la mauvaise alchimie personnelle des présidents – un objectif qui avait été fixé par le Président Bush lui-même.

De toute évidence, le président Obama n’a rien de tel comme objectif.

Les responsables israéliens s’en sont plaints à moi-même depuis plusieurs années par le manque de contacts et de communications avec la Maison Blanche.

Susan Rice a déterminé que son travail était d’aggraver les relations bilatérales et n’a établi aucune relation avec son homologue israélien Yossi Cohen.

Donc le problème n’est pas seulement qu’une mauvaise alchimie au sommet ; C’est une administration qui a décidé de créer une relation tendue et négative.

Une des raisons, comme on l’a noté, c’est l’espoir que la tension avec l’Amérique puisse mener à la défaite de Netanyahu à l’élection du 17 Mars.

La deuxième raison c’est la politique iranienne.

L’administration cherche désespérément un accord avec l’Iran à des conditions qui jusqu’à récemment étaient inacceptables pour une large majorité des Démocrates, ainsi que pour les Républicains.

Une après l’autre, les exigences américaines ou «lignes rouges» ont été abandonnées.

Il est clair que l’administration craint que les critiques israéliennes (pas seulement Netanyahu, mais les israéliens) de l’éventuel accord nucléaire iranien pourraient commencer à se faire sentir.

Donc, Obama a adopté la tactique de personnaliser la critique israélienne. Arguments qui sont partagés par le spectre-politique que le probable accord Iranien ne dit rien sur le développement des missiles balistiques de l’Iran, ne dit rien sur le développement d’ogives iraniennes, n’exige pas que l’Iran réponde aux demandes de l’AIEA, permette à l’Iran des milliers de centrifugeuses, permettra à l’Iran d’échapper à tous les contrôles et limites après dix années – que ces arguments ne soient attribués exclusivement qu’aux israéliens, à Netanyahu et à sa campagne électorale.

Donc les Démocrates ont dit qu’ils devaient s’opposer à ces arguments, et ont une peur bleue qu’ils contribuent à la réélection de Netanyahu, intelligent, en quelque sorte, mais bien sûr tout à fait trompeur. Et irresponsable quand il s’agit de la question mortelle du programme d’armement nucléaire de l’Iran.

La troisième raison de l’Administration Obama pour la construction de cette crise est aussi mortellement très sérieuse : Elle doit utiliser la tension actuelle afin de nuire au soutien des Etats-Unis à Israël de façon permanente.

Tous les sondages d’opinion de ces dernières années montrent un bord partisan pour l’appui d’Israël : En général le soutien pour Israël est stable et élevé, mais sa composition est en train de changer.

De plus en plus de Républicains soutiennent Israël, et l’écart entre les niveaux de soutien Démocrates et Républicains grandit.

Le président Obama se comporte comme s’il voyait cela comme un développement formidable, celui qui devrait être élargi autant que possible avant qu’il ne quitte ses fonctions. De cette façon, il laisserait derrière lui, non seulement un accord avec l’Iran, il aurait affaibli également le soutien à Israël et tout le reste.

Le soutien à Israël deviendrait moins qu’une question bipartisane, en plus il deviendrait un sujet de discorde entre les deux parties.

Il n’est pas difficile d’imaginer Obama à la retraite rejoindre Jimmy Carter comme critique fréquent d’Israël, poussant le parti Démocrate à s’éloigner de ses décennies de soutien très solide à l’Etat juif.

Peut-être que cette crise fabriquée diminuera après le discours de Netanyahu, où il est susceptible de dire des choses avec lesquelles beaucoup de Démocrates sont d’accord.

Elle peut diminuer si l’Iran rejette tout accord, même sur les termes de l’offre de l’Administration Obama.

Peut-être que Netanyahu va perdre son élection et un nouveau gouvernement dirigé par le Parti travailliste apparaîtra à Jérusalem. Mais plus probablement, les 23 mois restants de l’administration Obama seront des mois de tension continue entre Israël et les Etats-Unis. C’est parce que l’Administration souhaite la tension et la considère comme productive.

Le problème n’est pas le discours de Netanyahu, bon ou mauvais pour ce qu’il livrera et ne devrait être qu’un facteur mineur passant dans les relations bilatérales. Les vraies questions sont plus profondes et beaucoup plus graves.

Ce président a favorisé une crise dans les relations, car il avance ses propres objectifs politiques et stratégiques. C’est ce que ses subordonnés et de nombreux Démocrates au Congrès tentent très durement, et avec un réel succès, à masquer.

Source : Par ELLIOTT ABRAMS, ©Copyright malaassot.com





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Etats-Unis vs Israël : La crise fabriquée par Barak Hussein Obama

    1. David

      Je pense seulement qu il est le vers dans la. Pomme c Est un islamislamiste qui opere contre son propre pays il a sur endetté et affaibli les USA economiquement , il a donné une mauvaise reputation à son pays il flirte avec les enemis et critique . les pays amis il fait un excellent travail de demolition.
      Je suis tres surpris de voir encore le soutien qu il a surtout de certains democrates juifs .Il lui reste presque deux ans. Pour . Finir de realiser son objectif qui est de detrure l Amerique de l intérieure .ggod save America!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap