toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Cristina Kirchner, la présidente argentine, accusée d’avoir couvert les suspects iraniens d’un attentat anti-juifs


Cristina Kirchner, la présidente argentine, accusée d’avoir couvert les suspects iraniens d’un attentat anti-juifs

Pour le procureur qui était en charge de l’affaire, des hommes du Hezbollah ont fait sauter le bâtiment abritant les principales institutions juives d’Argentine.

La présidente argentine Cristina Kirchner a été formellement accusée par Le procureur Nisman d’avoir couvert de hauts dirigeants iraniens, soupçonnés d’être les commanditaires de l’attentat antisémite de 1994 à Buenos Aires, accusation formulée avant sa mort par le procureur Alberto Nisman.

Vingt ans après, l’attentat contre la mutuelle juive AMIA qui a fait 85 morts et 300 blessés, n’a toujours pas été élucidé. Avant Cristina Kirchner, au pouvoir depuis 2007, un autre président, Carlos Menem (1989-1999), a été mis en cause et doit être jugé pour entrave, dans les années 1990, à l’enquête sur l’attentat contre l’AMIA.

Le procureur Nisman, en charge du dossier AMIA depuis 2004, a été retrouvé mort le 18 janvier dernier. Les premiers éléments de l’enquête indiquaient un suicide, thèse à laquelle ne croient pas les Argentins.

Le magistrat assurait que le pouvoir avait mis en place un plan pour protéger l’Iran de poursuites judiciaires en Argentine.

Pour Alberto Nisman, l’Iran avait commandité l’attentat et des hommes du Hezbollah ont fait sauter le bâtiment abritant les principales institutions juives d’Argentine.

Le procureur Gerardo Pollicita a requis vendredi l’inculpation de Cristina Kirchner et de son ministre des Affaires étrangères, Hector Timerman, pour « les délits d’entrave à la justice et manquement au devoir d’un fonctionnaire ». Gerardo Pollicita a donné un nouvel élan au retentissant dossier d’accusation contre Mme Kirchner, rendu public le 14 janvier par Alberto Nisman.

Le juge Daniel Rafecas devra désormais examiner le dossier de 300 pages, complété d’écoutes téléphoniques, et devra décider s’il ouvre ou non une procédure judiciaire contre Mme Kirchner.

« Coup d’État judiciaire »

Learn Hebrew online

Cet ultime rebondissement dans le dossier Nisman/Kirchner intervient près d’un mois après la disparition non élucidée du procureur Alberto Nisman, dont la mort alors qu’il était sous le feu des projecteurs a consterné les Argentins.

Alberto Nisman, en charge de l’enquête sur l’attentat contre la mutuelle juive AMIA, a été retrouvé mort dans son appartement à la veille de son allocution devant le Congrès où il comptait étayer son accusation.

Avant l’attentat contre l’AMIA en 1994, une autre attaque menée avec un véhicule piégé avait visé l’ambassade d’Israël à Buenos Aires, tuant 29 personnes en mars 1992.

En 2013, Mme Kirchner avait scellé avec Téhéran un mémorandum prévoyant l’audition en Iran des suspects iraniens dont l’Argentine demandait en vain l’extradition depuis 2007, pour les juger à Buenos Aires.

La communauté juive, l’opposition à Mme Kirchner, les États-Unis et Israël estiment que cette initiative est une entrave à l’élucidation, car elle écarte l’éventualité d’un procès en Argentine.

La procédure judiciaire contre Mme Kirchner a peu de chances d’aboutir. Sa coalition de centre-gauche, le Front pour la victoire (FPV), détient la majorité dans les deux chambres du parlement, qui seraient éventuellement sollicitées pour lever son immunité.

Réagissant à un article du journal Clarin anticipant la mise en cause de Mme Kirchner, le chef du gouvernement argentin Jorge Capitanitch a dénoncé « un coup d’état judiciaire ». « C’était prévisible et grave d’un point de vue politique et institutionnel. Je ne sais pas quel sera l’impact sur l’opinion publique. Les anti-Kirchner seront confortés dans leur position alors que ses sympathisants vont dénoncer une « tentative de déstabilisation », estime Matias Carugati, de l’institut de sondage Management & Fit.

L’enquête sur l’attentat de 1994 a été émaillée d’irrégularités.

Des suspects sont arrêtés puis remis en liberté, dont des policiers et le fournisseur présumé du fourgon piégé Carlos Telleldin.

Le juge chargé de l’instruction du dossier de 1994 à 2003, Juan José Galeano, inculpé pour avoir remis 400 000 dollars à Carlos Telleldin pour qu’il incrimine un suspect, l’ancien patron des services secrets et l’ex-président Carlos Menem doivent être jugés pour avoir freiné ou dévié l’enquête, mais la date du procès n’a pas encore été fixée.

Vendredi, la procureure générale argentine Alejandra Gils Carbo a annoncé la nomination d’une équipe de trois magistrats, Roberto Salum, Patricio Sabadini, Sabrina Namer, et d’un un coordinateur, à la tête du parquet spécial AMIA que dirigeait M. Nisman depuis 2004.

Mercredi, une marche silencieuse en hommage au procureur Alberto Nisman, a été convoquée par des magistrats. Divers secteurs de l’opposition et les dirigeants de la communauté juive ont d’ores et déjà annoncé leur participation à la manifestation.

Source : L’Orient-Le-Jour





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Cristina Kirchner, la présidente argentine, accusée d’avoir couvert les suspects iraniens d’un attentat anti-juifs

    1. michel boissonneault

      rien ne me surprend car l’argentine a depuis Peron été antisemite comme preuve ce pays a beaucoup caché et accepter des nazies après 1945…..beaucoup d’argentin sont redevable aux nazies car ils se sont enrichie …..cette argent est le résultat des vols commis par la gestapo……au moins le dernier procureur a le courage de vouloir montrer a tous la vérité

    2. Nemo

      Nisman avait très certainement raison, et j’espère que le prochain juge ne ratera pas tous ces politiques pourris.

    3. Geoland

      L’article est incomplet.
      Le Mémorandum de 2013 n’a plus lieu. Il n’a pas été approuvé par le Parlement Iranien et par en Argentine, il a été déclaré inconstitutionnel par la la Sala I de la Cámara Federal.
      http://es.wikipedia.org/wiki/Memor%C3%A1ndum_de_entendimiento_Argentina-Ir%C3%A1n

      En ce qui concerne l’assassinat de Nisman.
      Une nouvelle étude Scientifique microscopique n’a pas pu déceler des restes de poudre, sur les mains de Alberto Nisman, réfutant totalement la thèse du suicide.
      http://www.aurora-israel.co.il/articulos/israel/Mundo_Judio/63057/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *