toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Ça va mal finir avec l’Islam !


Ça va mal finir avec l’Islam !

Des attentats sanguinaires, des tombes juives profanées, des actes antisémites à n’en plus finir, et des veules qui se terrent la tête dans le sable. Une désinformation abjecte….

Un communauté musulmane atone, une Europe qui n’est pas préparée à ce dont nous devons faire face chaque jour en Israël,

Une Europe qui prépare encore et toujours des sanctions contre l’Etat Juif, tout en continuant à financer les promoteurs du terrorisme contre Israël, Abbas ses sbires et le Hamas !

Je vous conseille de relire cet article d’il y a 10 ans Rédaction Israël-flash

ISLAM ET DHIMMITUDE – LE CHOC DES CIVILISATIONSLa dhimmitude dépend d’une loi divine, appliquée à tous les peuples conquis par jihad (1) pendant plus d’un millénaire, sur trois continents. Les « Infidèles » se convertissaient ou devenaient dhimmis (2) et étaient réduits à une condition humiliante et sous-humaine.

La dhimmitude est née des décrets de Mahomet au VIIIème siècle. Elle impose l’infériorisation du dhimmi, chrétien ou juif, et sa différenciation avec le musulman : seul un adulte musulman peut être témoin; les cultes doivent se passer en silence; les dhimmis doivent porter des signes distinctifs; toute critique du Coran ou des lois islamiques est punie de mort; le dhimmi ne peut posséder d’armes. De plus, le dhimmi doit être humble et reconnaissant à la loi islamique qui lui épargne la vie. La per­fection de l’oumma (3) implique la perfection de son histoire, de ses conquêtes, de ses lois. Par là-même, elle légitimise le statut de dhimmi. Cette vulnérabilité, imposée par la loi, a induit peur et servilité dans la mentalité dhimmi.

 

Bat Ye’or est née en Egypte. Elle est de nationalité britannique et vit en Suisse. Elle a écrit de nombreux articles et livres sur la condition des non-musulmans vivant sous l’islam. Son dernier livre examine les tendances qui poussent vers une « dhimmitude occidentale » au XXe siècle, inévitable sans une ré-évaluation des concepts de jihad et de dhimmitude. Cette évaluation, rendue encore plus essentielle depuis les actes terroristes de jihad qui ont choqué l’Amérique le 11 septembre 2001, n’a encore jamais été entreprise. C’est pourtant de là que viendra le succès d’une réconciliation entre judaïsme, chrétienté et islam, (www.fnb.be/dhimmitude.htm)

LA REPRESSION DE L’HISTOIRE
En Orient, la glorification des conquêtes et civilisations islamiques a réprimé l’histoire des dhimmis au point d’imposer une lecture islamique de la Bible qui supprime son affiliation judéo-chrétienne et la rattache au Coran, renversant l’ordre entre les trois religions.
Dans les universités occidentales, on enseigne le concept d’un jihad pacifique qui idéalise la société islamique et le désir nostalgique de sa restauration en Europe. Les ouvrages apologétiques occidentaux se basent sur le négationnisme historique, oubliant conquêtes, esclavage, déportations, massacres… et insistent sur la «cohabitation pacifique» (le Mythe de l’Andalousie).
Ce mythe est colporté par les réseaux pro-palestiniens pour justifier le remplacement d’Israël par une Palestine arabe multiculturelle et démocratique. Il a polarisé le conflit anti­israélien et la glorification du terrorisme international en « juste cause palestinienne ».

Arafat a déclaré : « Nous étions sous l’impérialisme romain. Nous avons envoyé un pécheur palestinien, appelé St Pierre, à Rome » Et il termine par : « Jésus était le premier fedayin (3) palestinien qui a porté son épée le long de la route où, au­jourd’hui, les Palestiniens portent leur croix. »
Ainsi, les religions chrétiennes et juives sont dépossédées de leurs fondations historiques.

MANIPULATION ET CULPABILISATION DE L’OCCIDENT
La dénonciation de la résistance aux premières invasions arabes, des croisades, de l’impérialisme, de la colonisation, de la création d’Israël, ont tenté d’impliquer que l’Europe avait une dette morale vis-à-vis des Palestiniens et du monde musulman. Pourtant, en insistant ainsi sur la culpabilisation de l’Occident, on minimise les causes de ces guerres : destructions d’églises en Terre Sainte, les déportations, conversions forcées, jihads et génocides, tels qu’en Arménie.
La propagande a utilisé la culpabilité européenne, amalgamant juifs persécutés et arabes palestiniens, Israéliens et nazis. Les lobbies euro-arabes ont exploité la Shoah pour châtier l’opinion publique occidentale, réticente à l’immigration de musulmans originaires d’États qui, eux-mêmes, tolèrent à peine leurs dhimmis.

DU TIERS-MONDISME A L’ISLAMISATION ET A L’ANTISEMITISME
Des observateurs ont noté que le processus d’islamisation du tiers-monde dépendait d’alliances entre gauchistes et mouvements révolutionnaires islamistes. L’idée de base était d’utiliser les fondamentalistes pour mobiliser les masses au nom d’une guerre sainte contre le colonisateur, détournant les frustrations sur le modèle anti­occidental: nationalisme, sécularisme, égalité des sexes et des religions, symbolisent les tactiques diaboliques de la conspiration occidentale pour détruire l’islam. En Occident, ce mouvement a développé l’antisionisme comme autoprotection pour dériver l’agression vers un parti tiers, politique traditionnelle des communautés arabo-chrétiennes orientales, transposée au niveau des États européens.
L’Europe s’est ouverte à l’immigration musulmane pour fusionner les deux rivages de la Méditerranée : le mélange des populations, la destruction des chauvinismes nationalistes et l’abolition des frontières créent l’émergence d’un bloc hostile à Israël qui contrebalancerait l’influence des États-Unis. Mais la rencontre entre chrétiens et musulmans exige une certaine conversion à l’islam («attitude de dialogue») et a pour corollaire que les chrétiens se sont rendus dépendants de l’ordre islamique.
La vocation chrétienne des Églises orientales au service de l’islam a donné au clergé arabo-chrétien la mission apostolique de répandre la propagande islamique par les canaux religieux occidentaux; d’encourager et de donner un support pratique et moral au terrorisme anti-israélien (en utilisant le thème du désespoir palestinien); de diaboliser Israël; de dissimuler l’islamisation et la purification religieuse des sociétés arabes avec toutes ses restrictions discriminatoires vis-a-vis des chrétiens.
Elles ont fait de l’élimination de l’État juif une priorité plus importante que la défense des droits de leurs propres communautés. Les travaux missionnaires tiers-mondistes, basés sur le rejet du judéo-christianisme, identifié avec l’exploitation capitaliste, ont développé, par le biais du clergé, le mouvement d’islamisation en Europe.

Les ruines d’églises, comme de synagogues, éparpillées en Afrique du Nord, au Proche-Orient, en Arménie, en Mésopotamie, révèlent l’étendue des persécutions religieuses là où, un jour, vivaient des populations dhimmis. Avant la conquête arabe, ces régions étaient majoritairement chrétiennes…

LA DHIMMITUDE EN EUROPE
L’abstentionnisme de l’Europe et des Églises dans la condamnation des violations des droits de l’homme des pays musulmans, le silence au sujet de l’esclavage et des génocides commis au sud du Soudan, la ré-islamisation des Balkans, l’attitude laxiste envers les millions de musulmans d’Europe, la politique anti-israélienne, sont des symptômes de soumission de l’Occident à la shari’a (4) qui ont décalé les lignes de front des conflits en Europe même. La guerre de l’OTAN contre les Serbes (en compensation de la Guerre du Golfe) a répété tactiques euro-palestiniennes : contrôle des médias, démonisation des Serbes, banalisation de la Shoah en pillant les histoires juive et serbe… Ces stéréotypes appliqués aux Serbes manquent de toute rationalité et pourraient s’appliquer à n’importe quel autre groupe.
Cette politique de l’Europe a été planifiée, exécutée et proclamée par ses propres responsables politiques, démocratiquement élus ainsi que par ses guides spirituels. L’histoire jugera de leur silence en ce qui concerne la destruction de la chrétienté orientale par la Syrie et les Palestiniens, de leur responsabilité pour la diffusion de la dhimmitude en Europe, de leur obéissance passive aux pressions politiques et de leur désir obsessif de voir la disparition d’Israël… L’actuelle situation chaotique et dangereuse est le résultat de l’incroyable irresponsabilité des dirigeants européens, ces trente dernières années.
M.S.

(1) Jihad- Guerre sainte ; sacralisation des razzias de Bédouins, transformées en politique légale et théologique.
(2) Dhimma – Système rançon-protection qui garantissait la vie et la sécurité en échange d’une totale soumission.
(3) Oumma – Communauté arabe.
(4) Fedayin – littéralement, combattant contre les chrétiens pour le triomphe de l’islam.
(5) Shari’a – Législation islamique sacrée, basée sur le Coran.

L’idéologie du jihad est fréquemment dissimulée dans la phraséologie de type tiers-mondiste. Le jihad fait, de tout terrain conquis, une possession islamique jusqu’au jour de la résurrection. Cela inclut : l’Espagne, le Portugal, la Sicile, la Grèce, les Balkans, l’Arménie, l’Inde… Selon la conception islamiste, le refus du nationalisme n’est pas limité à l’État d’Israël: il est enraciné dans la conception de l’humanité qui devrait obligatoirement être assujettie à la shari’a (4). Le nationalisme n’a aucune légitimité: l’illégitimité d’Israël est incorporée dans celle de l’Occident.
L’Oumma a été élue par Allah entre les nations et a le devoir de prendre possession de son héritage, le monde entier, pour que la parole d’Allah règne universellement: le jihad consiste à rendre aux musulmans ce que les infidèles contrôlent illégalement, selon la loi divine. Toutes les régions conquises l’ont été par jihads qui ont provoqué réfugiés, esclavage et massacres sur trois continents. Après les conquêtes, les peuples dhimmis sont restés des majorités ethniques : les définir en tant que minorités falsifie la nature de leur identité historique.
source www.coranix.com
©Left 2003-2004




Chroniqueuse israélienne vivant à Aschkélon



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Ça va mal finir avec l’Islam !

    1. Frank Adam

      Les jihadists pensent arrive a leur victoire par la guerre civile, mais on peut trouver la defaite dans la guerre civile aussi bien que dans la guerre reguliere. Faut -il peut etre faire quelques films au sujet du refoulement de l’Islam de la France sous Charles Martel, de l’Espagne sous Le Cid et Ferdinand et Isabelle, et de Vienne sous Jean Sobieski le Roi de Pologne.
      Autrement ce n’est meme pas une vie depuis que les populations Juives furent deportees et tuees; et que les Allemands Auslanddeutsch furent au moins deportes en Allemagne.

    2. Ghyslaine

      Ça va mal finir c’est,certain mais on se réveille un peu tard non ? La classe politico/journalistique est RESPONSABLE mais ne se sentira jamais COUPABLE…..tiens ça me rappelle quelque chose ou plutôt quelqu’un !!!!

    3. moka

      L islam est un fléau pour le monde de.Plus je vois les horreurs de l’islam plus je de déteste l islam. Et il y a rien d islamophobe de dire que l on aime pas la religion musulmane.

    4. Alain

      Il n’y a que les juifs sur cette planète qui connaissent la vérité sur l’islam, une religion crée dans le seul but de prendre la place du judaïsme et du christianisme . L’islam s’est propagé par la terreur, par le sang car depuis toujours il subit une frustration qui date de l’époque d’Abraham et de son fils Ishmaël né de sa servante , on connait la suite, le peuple juif n’a en plus pas reconnu le message de Mahomet et voilà d’où viennent une partie des frustrations islamiques.
      L’islam ne supporte pas la comparaison avec Israël pour cela il a depuis sa naissance toujours voulu éradiquer le peuple juif et son bagage spirituel,
      comme preuve la construction des mosquées sur le mont du temple pour être
      sûr que celui-ci ne sera pas reconstruit !
      Un contentieux de plus de mil ans qui n’est pas prêt d’être réglé¨

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap