toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Une Tache d’Amertume dans mon Coeur


Une Tache d’Amertume dans mon Coeur

Par Richard C. Abitbol —-

Présentation de Marc le Stahler —-

Le document ci-dessous a été adressé par Richard Abitbol, président de la Confédération des Juifs de France et Amis d’Israël (CJFAI) à toute la presse française avant la grande marche du 11 janvier 2015.

Il est passé – sans surprise – pratiquement inaperçu des journalistes et des médias officiels, qui ont préféré faire la propagande de ceux qui conduisaient les cortèges, contribuant ainsi – à leur manière – à les laver de tout soupçon. 


[Il est publié aujourd’hui] en hommage à toutes les victimes (et à leurs familles) des attentats de la semaine sanglante avec une pensée particulière pour celles du supermarché casher de Vincennes, un peu oubliées par la machine médiatique.

 

***

Le peuple de France est touché dans sa chair, un symbole a été touché : la presse ! Des journalistes ont été tués, de manière ignoble !

Alors spontanément le peuple de France se mobilise, se rassemble par milliers, par centaines de milliers; les partis politiques et les corps constitués s’activent afin de faire de ce Dimanche un rassemblement mémorable, peut-être le plus grand que notre pays ait connu.

Je tiens à le dire, je suis heureux, très heureux que spontanément la France se soit mobilisée, enfin, contre le crime odieux dont a été victime Charlie Hebdo et ces valeureux journalistes et dessinateurs avec qui, on ne partageait pas tout, mais avec qui on partageait l’essentiel , c’est-à-dire, notre soif de liberté et de démocratie.

Mais cette mobilisation, à laquelle j’adhère totalement et sans réserve, me laisse, tout de même, une tâche d’amertume dans mon cœur car quand on a tué des juifs et notamment des enfants juifs, nous n’avons pas constaté, loin de là, la même mobilisation. Cela pourrait se comprendre quand on connait la symbolique que représente une attaque mortifère contre un journal et des journalistes, mais peut-être qu’on aurait pu espérer 50%,  10%, voire même 1% de cette mobilisation spontanée lorsqu’il s’agissait de compatir avec les familles des enfants juifs assassinés, ou avec une de nos communautés nationales meurtrie dans sa chair, ou quand il s’agissait de crier sa révolte contre les émeutes anti-juives de l’été dernier, nous ne l’avons pas eue !

Je ne veux nullement ternir l’image d’unité et l’unanimisme face à la barbarie dont a été victime Charlie Hebdo. Mais je ne pouvais pas, je n’avais pas le droit de laisser passer sous silence cette réflexion.

Je le devais, non seulement, à la communauté juive de France mais surtout à nos martyrs juifs que ce soit à Toulouse, à Bruxelles ou ailleurs en France.

L’assassinat de journalistes a, certes, une résonance symbolique forte, très forte, mais l’assassinat du jeune Ilan Halimi avec une barbarie inouïe, ou celui d’enfants juifs pour la seule raison qu’ils étaient juifs, et de plus, dans le pays qui a osé rafler et déporter ses citoyens juifs pour le seul fait qu’ils étaient Juifs, n’était-ce pas là aussi une symbolique forte, peut-être encore plus forte ?

Dans la Bible, dans le livre de Samuel, Aga, Roi d’Amalec, s’exprimant face à sa mort imminente, et entendant ce déchirement suprême auquel nous sommes tous condamnés s’interroge: « Est-ce ainsi que la mort amère doit nous séparer ? » . Dans le cas présent, nous devons , bien entendu, répondre NON ! Bien sûr que NON !

Car la mort n’est pas naturelle mais cruelle quand elle frappe la jeunesse alors qu’une longue vie se dessinait devant elle, elle est atroce et odieuse quand elle frappe par la main d’un bourreau, mais elle est encore plus odieuse quand ces bourreaux assassinent des personnes pour leur idéologie, leur croyance ou leur non-croyance.

Mais pour les Juifs de France, cette phrase a un sens encore plus lourd. En effet, elle a un sens très fort quand nous apprenons soudainement que la mort de citoyens juifs fait apparaître que leur mort les sépare du reste de la France, du reste de leurs concitoyens.

En effet, on ne peut que constater que la réaction du peuple français est différenciée face à la mort de victimes innocentes, elle différencie la mort d’un Juif, de la mort d’un non-juif !

Nous avions déjà constaté qu’elle différenciait la mort d’un enfant israélien de celle d’un enfant palestinien, mais aujourd’hui, nous avons la tristesse de constater qu’elle différencie la mort d’un citoyen français juif de celle d’un citoyen français non-juif !

Ainsi, il y a tout juste un mois, après une attaque antisémite ignoble, un rassemblement républicain a eu lieu à Créteil. A peine un millier de citoyens ! Le Premier Ministre s’interrogeait et s’étonnait du manque de mobilisation des Français. Il avait raison. Mais, comme je l’avais écrit récemment, cette indifférence citoyenne ne visait que nos frères Juifs.  La situation aujourd’hui le démontre !

Nous ne pouvons pas, non plus, passer sous silence la réaction de la presse qui a été pendant des années l’incubateur de la violence qui pointe son nez aujourd’hui, en minimisant, voire en occultant ce qui se préparait sous nos yeux.

Jeudi, une jeune policière, Clarissa Jean-Philippe, 26 ans, a tristement perdu la vie en rencontrant Amedy Coulibaly qui allait faire oeuvre de boucherie contre une Ecole juive à Montrouge. La vie de cette policière a sauvé celle de nombreux enfants, et personne ne connait son nom ! Car c’était bien une Ecole Juive qui était la cible à Montrouge !Jamais au cours de ces longues heures répétitives de reportages la mémoire de cette policière n’a été évoquée ! Les véritables héros restent dans l’anonymat ! Les médias sont-ils incapables de s’indigner pour le meurtre de ceux qui ne font pas partie de leur corps ?

Que dire encore d’un Aymeric Caron qui vient justifier devant les téléspectateurs, avec des précautions oratoires peu audibles, l’assassinat d’un Ilan Halimi ? Mais, malheureusement, il n’est pas le seul !

Et que dire encore de ceux qui se mettent aujourd’hui en première ligne pour manifester : le Parti Communiste, les Verts, le N.P.A, le Front de Gauche,… Tous ceux qui ont manifesté sous le drapeau de la Barbarie Islamique, ou qui ont levé une barricade pour protéger les terroristes en tous genres, pire qui les ont décorés quand ils étaient en responsabilité et en possibilité de le faire.

Voilà donc que les incendiaires veulent devenir pompiers bénévoles ! Et, comble du comble, le corps des pompiers les accepterait en son sein et les embaucherait dans ses rangs ! Cela est absurde et immoral !

Et à la horde de ces indésirables, voilà que le Premier Ministre Turc, Ahmet Davutoğlu, se rajoute à la fête ! Incongru et honteux que ce gouvernement turc qui a condamné Charlie Hebdo, pourchasse les journalistes indépendants et attise l’antisémitisme vienne participer à ce rassemblement !

Que penser encore de la présence dans ce rassemblement des représentants desFrères Musulmans, l’U.O.I.F, qui a été placé dans la liste des groupes terroristes par les Etats du Golfe ! Et la présence du Hamas qui feint de se joindre aux condamnations des attaques contre Charlie Hebdo, peut-être afin de renforcer son soutien aux attaques qui ont touché les Juifs de France. Ils sont les représentants de ceux qui financent l’islamisme radical qui tue non seulement les chrétiens et les juifs mais surtout les musulmans modérés !

Que penser du silence face à ce qui s’est passé jeudi et vendredi, dans les écoles et les lycées de Seine-Saint-Denis ? Le journal « Le Monde » rapporte ce qui s’est passé au Lycée Paul-Eluard de Saint-Denis et d’autres établissements et qui est inadmissible: lerefus de la minute de silence et du soutien à Charlie Hebdo !

Que penser de la fête qui a été organisée dans différentes villes d’Algérie et d’ailleurs, à l’annonce de l’attaque contre Charlie Hebdo ?

Voilà toutes les questions auxquelles nous attendons des réponses concrètes avant de festoyer sur l’Unité Nationale !

En lieu et place de s’interroger sur la place du Front National dans le cortège de Dimanche, c’est à la place de ces commanditaires des assassins au sein de la République que l’on devrait se préoccuper !!!

A moins que, tristement, le rassemblement de ce Dimanche ne soit plus un rassemblement contre le terrorisme et la barbarie de l’islamisme radical mais qu’il ne se transforme en un rassemblement, inutile et illusoire, pour un « Vivre Ensemble », insipide et anesthésiant, qui ne serait alors qu’un étouffement supplémentaire du sursaut face au vrai danger qui menace la France. Il ne deviendrait alors qu’un nième slogan incantatoire à un fantasme illusoire !

Oui, pour toutes ces raisons, une tâche d’amertume fait saigner mon cœur !

Cependant, dans un infinitésimal espoir, j’appelle tous nos concitoyens à venir manifester Dimanche avec deux badges: « Je suis Charlie » et « Je suis Juif » !

Naguère, dans un contexte nettement moins dramatique, les français défilaient en criant nous sommes tous des juifs allemands !

Nous osons espérer qu’aujourd’hui nous puissions entendre dans les bruissements de nos villes et de nos villages, cette phrase qui réchaufferait le coeur d’une communauté meurtrie et désespérée par l’indifférence citoyenne: «Nous sommes tous des Juifs de France ».

Richard C. ABITBOL Président







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Une Tache d’Amertume dans mon Coeur

    1. Mercedes Obadia

      JE CHERCHE LES MOTS POUR DIRE MES MAUX…

      Depuis Israël, j’ai regardé les images de cette marche républicaine mais déjà avec certains apriori, car l’attitude de Hollande à l’égard de Netanyahu a fait perdre une partie du véritable sens à cette marche.

      Ce qui s’est passé en coulisse : Selon les sources médiatiques israéliennes, Hollande s’était formellement opposé à la présence du Premier Ministre Israélien, parce que cette présence aurait pu diviser les opinions, parce que cette venue pouvait « polluer »l’image d’unité autour de la France avec des polémiques autour des relations judéo-palestiniennes.
      Netanyahou s’étant imposé, par « représailles »Hollande invite Mahmoud Abbas…

      Cette marche se voulait être « solidaire », donc la présence de Netanyahou par solidarité envers les familles des 4 juifs massacrés était incontournable, mais aussi envers tous les juifs de France. Mais Hollande a choisi de ne pas le voir sous cet angle-la et a très vite sombré dans le paradoxe en lui interdisant l’accès à cette solidarité. Déjà, il avait mal commencé…

      Cette marche où tout le monde se gargarisait des mots « solidarité et valeurs », cette marche a pris des allures « d’hypocrisie Hollandaise » qui fait croire à son peuple que la masse brandissant des pancartes pouvait faire reculer les Djihadistes. A propos de pancartes et de ce que j’ai pu voir sur toutes les chaines TV, ces malheureux journalistes de Charlie Hebdo étaient sous les feux des projecteurs, ceux qu’on a haïs étaient subitement adulés et j’ai vu se dérouler sous leurs pieds un tapis d’hypocrisie cousu de fil d’or.

      Je cherchais mais en vain les pancartes à la mémoire de ceux qui eux aussi représentent l’âme de la République parce que français eux aussi : les policiers et les 4 juifs massacrés. Mes yeux se sont faufilés entre les « Je suis Charlie »et les crayons géants….très éparses et encore fallait-il tomber dessus par hasard, j’apercevais les mots discrets « policiers » ou « juifs »….

      Après tout ce grand carnaval somptueusement organisé par le Président de la République Française, la question se pose : que va-t-il se passer demain ? Après demain ?

      Monsieur le Président, dans vos invitations officielles vous avez su montrer à qui allaient vos préférences, l’UOIF mis dans la liste des terroristes par les pays du Golfe, Abbou Mazen représentant du Hamas. Bref, vous invitez paradoxalement tout ce qui incarne le terrorisme en refusant celui qui le subit et qui le combat : M. Netanyahou.

      J’ai éprouvé un sentiment de peine pour toute cette foule leurrée par son gouvernement et venue se serrer les coudes et, sans aucun doute possible, dans une grande sincérité. Mais vous-même Monsieur le Président, que réservez-vous à tous ces citoyens ? Allez-vous enfin leur dire la vérité ou allez-vous continuer à trahir les valeurs de la République ?
      Car et pour reprendre les termes de Josiane Filio, « vous ne pourrez indéfiniment glapir que l’islam est une religion d’amour et de paix, quand les fleuves de sang que vos lâchetés ont enfantés coulent dans les rues de France. ». Allez-vous encore enfumer les naïfs pour sauver la face ou prendre exemple sur ceux qui sont quotidiennement confrontés au terrorisme ?

      La planète entière a fait honneur à la France, au terrorisme en France. Allez-vous en faire autant, vous Monsieur le Président, allez-vous en faire autant vous citoyens français ? Car ceux qui ont tué Charlie veulent aussi tuer Israël et les juifs.
      Les juifs du monde entier et même en Israël, n’ont pas hésité à rendre hommage aux journalistes de Charlie Hebdo, ils n’ont pas hésité à crier « Je suis Charlie », sans faire de différence entre la mort d’un juif français et la mort d’un non-juif français.

      Cette différence, vous citoyens français, vous Monsieur le Président, vous l’avez hélas marquée à bien des égards. Allez-vous être à présent plus spontanés quand d’autres juifs seront tués en France ? Allez-vous contre manifester quand les musulmans crieront « mort aux juifs » ? Allez-vous rendre à Israël ce même hommage qu’il vous a rendu quand ses citoyens seront victimes d’attentats ? Serez-vous capables de comprendre qu’hormis les conflits judéo arabes, Israël souffre comme vous et bien avant vous du terrorisme pur et simple ? Qu’on y assassine comme en France des civils innocents ? Que des Charlie Hebdo il y en a presque chaque jour en Israël ?

      A vous tous, Monsieur le Président et citoyens français présents dans cette cohue du 11 janvier, à vous de prouver aux juifs français, mais aussi à tous les juifs du monde entier qui ont soutenu Charlie Hebdo que cette marche n’était pas factice…

    2. Mercedes Obadia

      « APRES L’IMPOSTURE ». MERCI A GUY MILLIERE.

      Guy Millière – J’aimerais me réjouir des immenses manifestations qui ont eu lieu partout en France dimanche 11 janvier.

      J’aimerais penser qu’un élan s’est dessiné qui va permettre une fraternité générale, un effacement des haines et des divisions, une résolution de tous les problèmes que compte ce pays. Je ne doute pas qu’il existe en France des millions de braves gens qui ont été profondément heurtés par les actes terroristes qui ont marqué ces derniers jours.

      Je dois considérer que tout n’est pas si simple. J’ai eu dimanche, la sensation d’assister à une immense opération politique. François Hollande, cet homme qui n’a pas été à la hauteur de ses fonctions et qui a montré mille fois qu’il avait crevé son seuil d’incompétence en devenant Président, s’est retrouvé maître d’une cérémonie planétaire : nul doute qu’il va en bénéficier dans de prochains sondages, et nul doute non plus qu’il était en campagne électorale. Les grands médias français qui se sont évertués à édulcorer depuis des années et à tout reconduire vers le politiquement correct ont pu contribuer à une grande opération de communication au service de l’édulcoration et du politiquement correct.

      Je dois dire qu’avoir vu plusieurs membres du gouvernement, dont Christiane Taubira, venir samedi soir devant le supermarché cacher de la porte de Vincennes m’a semblé particulièrement écoeurant : si l’assassin ignoble retranché dans le supermarché n’avait pas été relâché par des décisions judiciaires voulues par madame Taubira, il n’aurait pas assassiné, et il aurait été en prison. Je me suis un instant demandé si les pyromanes venaient constater les dégâts causés par un incendie qu’ils ont contribué à allumer.

      Je dois ajouter qu’avoir vu, dans le défilé dimanche à Paris, des gens venant de pays où la liberté de parole est constamment bafouée « manifester » en faveur de la liberté de parole m’a paru relever d’une ignominie grotesque, et qu’avoir vu des représentants de régime qui financent l’islam radical venir commémorer la mort de victimes de l’islam radical m’a semblé relever du cynisme le plus abject. Il y avait même le Président d’une entité terroriste, comme une cerise moisie sur un gâteau empoisonné, un certain Mahmoud Abbas qui, entre deux cérémonies de célébration de djihadistes tueurs de Juifs a trouvé un instant, grâce à l’invitation de la France, pour venir faire semblant de pleurer sur des crimes djihadistes.

      Je dois dire que j’ai vu beaucoup de panneaux disant « Je suis Charlie » portés par des gens qui ne sont pas Charlie, mais très peu de panneaux disant « Je suis policier », et moins encore de panneaux disant « Je suis Juif » : les Juifs assassinés sont pourtant les seuls à avoir été tués en raison de ce qu’ils étaient, puisqu’ils ne travaillaient pas dans la police et ne faisaient pas de dessins satiriques et étaient simplement des Juifs en train de faire leurs courses.

      Je n’ai vu aucun rejet clair et net de l’antisémitisme parmi les manifestants, et moins encore de rejet de l’antisémitisme qui tue et qui est le seul à tuer depuis des années : l’antisémitisme islamique. Il fallait éviter les mots qui fâchent. Je n’ai pas vu évoquer le djihadisme, alors que c’est lui qui a tué, et pas un terrorisme abstrait. Je n’ai pas vu évoquer le fait que la cause des morts à Charlie Hebdo a été le blasphème envers Mohamed. Il fallait éviter les sujets qui fâchent.

      J’ai entendu les quelques Musulmans venus manifester dire craindre la « stigmatisation » : je les comprends. S’ils avaient ajouté une compassion envers les victimes du djihadisme et une horreur de l’antisémitisme, cela aurait été mieux. S’ils avaient regardé en face le fait que ceux qui ont tué étaient musulmans, cela aurait été mieux encore, et les aurait incité à se demander ce qui fait que la religion musulmane poussée à son extrême produit la quasi-totalité des terroristes actifs depuis trois ou quatre décennies, ce qui entraîne, effectivement, une peur de l’islam et des effets de stigmatisation. Les discours de dirigeants politiques disant, comme l’uléma François Hollande, que ce qui se passe n’a rien à voir avec l’islam, ne contribuent certes pas à la réflexion, et contribuent plutôt à un accroissement de la stigmatisation. On le verra, sans doute.

      J’ai vu, en somme, un festival de l’imposture, et je dis seulement : nous sommes après l’imposture.

      Les zones de non droit qui sont de véritables bombes à retardement vont-elles se résorber par miracle ? Les prisons, qui sont des centres de formation au djihadisme, vont-elle connaître une mutation ? Le laxisme judiciaire va-t-il cesser dès la semaine prochaine ? Le dynamisme économique va-t-il revenir, et des mesures à même de permettre ce retour vont-elles être votées incessamment ? Va-t-on, aux fins de favoriser l’intégration des Musulmans effectivement modérés en France, tenir enfin un discours courageux et lucide sur l’islam et l’islam radical, et prendre des mesures enfin drastiques pour combattre ce dernier ?

      Je crois que je connais les réponses à ces questions, hélas. Outre la présence dans la manifestation de Paris de l’émir du Qatar, du Premier ministre turc, et de Mahmoud Abbas, j’ai noté que Binyamin Netanyahou ne semblait pas le bienvenu : c’est ce que des sources bien informées ont fait savoir à la presse internationale, et c’est en soi une réponse supplémentaire. J’ai noté qu’à la synagogue de la Victoire, il n’était apparemment pas prévu que Binyamin Netanyahou puisse prendre la parole, et les officiels français se sont précipités pour quitter la synagogue avant qu’il parle : c’est une réponse de plus. On invite Mahmoud Abbas, mais on se conduit ainsi vis-à-vis du Premier Ministre d’Israël alors que quatre Juifs viennent d’être assassinés ? Tout commentaire est inutile.

      Il semble que les seules mesures fermes qui seront envisagées seront dans le domaine de la lutte contre « l’islamophobie ». Des Juifs sont assassinés, mais c’est l’ « islamophobie» qui constitue le danger : c’est une évidence. Des gens tels que Mohamed Sifaoui sont prêts à déverser des bordées d’injures chargées d’excréments sur tout « islamophobe », cela va de soi.

    3. Marie l'Alsacienne

      Merci à vous Guy Millière,

      Vous avez raison, c’était la marche des hypocrites, du cinéma !

      Bien que j’ai été choquée par ce qui est arrivé, je n’aurait pas particippée à cette mascarade.

    4. vincent

      Présentation de Marc le Stahler —-

      Le document ci-dessous a été adressé par Richard Abitbol, président de la Confédération des Juifs de France et Amis d’Israël (CJFAI) à toute la presse française avant la grande marche du 11 janvier 2015.

      Oui, ce document à été adressé avant le 11 janvier. Mais bien avant même. Il est diffusé daté dans le time of israël du 9 janvier à 12h02, soit avant la prise d’otage du magasin casher. Pourquoi ne pas diffuser cette info M le Stahler? Le message n’a plus la même portée suivant le moment de son apparition. Il n’était alors pas question de prise d’otage, seulement de Charlie hebdo. Dès lors, pourquoi M.ABITBOL rédigez vous une telle lettre? Récupération politique?
      J’étais dans la marche dimanche. Pas pour Charlie hebdo, pas pour les juifs. Seulement pour la communion avec toutes les personnes de bonne volonté qui veulent que l’intransigeance recule, D’OU QU’ELLE VIENNE!!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap