toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Selon un expert israélien, les chiffres de la population arabe sont gonflés pour faire croire à une «bombe à retardement démographique»


Selon un expert israélien, les chiffres de la population arabe sont gonflés pour faire croire à une «bombe à retardement démographique»

Image à la Une: Des arabes chrétiens de Ramallah célèbrent Noël 2014. Le Bureau ‘palestinien’ des statistiques a surestimé la population des arabes palestiniens d’au moins un million dit l’expert en démographie, Yoram Ettinger. Photo: Twitter

Selon l’un des principaux experts en démographie israélienne, interrogé par The Algemeiner, la dernière enquête démographique de la population arabe palestinienne par le Bureau central de statistique ‘palestinien’ surestime le nombre de résidents arabes entre la mer Méditerranée et le Jourdain d’environ 1,2 millions d’habitants.

L’Ambassadeur Yoram Ettinger, un ancien diplomate israélien exerçant maintenant comme conférencier et consultant et qui est bien connu des cercles politiques pour ses recherches sur la démographie arabe palestinienne et israélienne, a déclaré que les statistiques ‘palestiniennes’, publiées hier, « sont gonflées de plus de 1 million en Judée et Samarie et de près de 400 000 dans la bande de Gaza ».[released yesterday]

Selon le bureau des statistiques ‘palestinien’, il y a plus de 6 millions de ‘palestiniens’ vivant à l’ouest du Jourdain; Ettinger calcule le nombre à 4,8 millions.

Les chiffres gonflés sont un facteur clé derrière l’affirmation actuelle que les ‘palestiniens’ seront plus nombreux que les Juifs vivant en Israël et dans les ‘territoires palestiniens’ (Judée-Samarie) en 2016. Semblables fausses allégations ont été faites au cours des années précédentes. Elles ont engendré la conclusion politiquement tendancieuse qu’Israël en passe d’être un pays à minorité juive régnant sur une majorité arabe, émerge effectivement comme un Etat d’apartheid.

Ettinger a identifié plusieurs lacunes méthodologiques dans le comptage officiel ‘palestinien’. «Selon leurs propres dossiers, ils incluent plus de 400.000 personnes, principalement en Judée et Samarie, qui sont à l’étranger depuis plus d’un an», dit-il. Selon Ettinger, cela contredit, les «normes internationales» qui dictent qu’une personne vivant en dehors de son pays depuis plus d’un an ne doit pas être incluse dans un comptage de la population résidente.

« La seule entité qui ne suit pas cette pratique est le bureau ‘palestinien’ des statistiques », a déclaré Ettinger.

Les 300 000 habitants de Jérusalem-Est porteurs de cartes d’identité israéliennes sont dans la même problématique en termes de nombre d’habitants, observe Ettinger, car ils sont « comptés deux fois, dans le décompte israélien du nombre d’arabes israéliens, et le compte ‘palestinien’ du nombre de résidents en Judée-Samarie ». Les 105 000 ‘palestiniens’ qui ont reçu la citoyenneté israélienne entre 1997 et 2003 en vertu de leur mariage avec des citoyens arabes israéliens. – une voie annulée par une décision de la Cour suprême israélienne en 2003, qui a refusé la citoyenneté automatique par le mariage aux résidents de plusieurs pays arabes et musulmans qui n’ont pas de relations diplomatiques avec Israël – sont également « doublement comptés », a déclaré Ettinger.

Tous ces chiffres, souligne Ettinger, progressent chaque année, « parce que beaucoup de ces personnes mettent au monde des enfants qui s’ajoutent au nombre. » En Octobre 2014, il a noté, que le sous-ministre ‘palestinien’ de l’Intérieur a même dit que « 100 000 enfants nés Outre-mer de parents ‘palestiniens’ avait été ajoutés au compte global ».

Quand il s’agit de modèles de migration, les statistiques ‘palestiniennes’ sont tout aussi problématiques, dit Ettinger. Comme il n’y a pas d’immigration nette dans les zones palestiniennes, les enquêtes de population ne prennent en compte aucune émigration nette. Cependant Ettinger souligne, que les données recueillies par la police des frontières israéliennes, qui contrôlent les 13 points d’entrée et sorties terrestres, maritimes et aériens entre Israël et les territoires arabes palestiniens démontrent qu’en 2013, l’émigration nette s’élevait à 20 000, avec des chiffres similaires enregistrés au cours des quatre années précédentes. De manière significative, la bande de Gaza où aucun comptage n’a été réalisé depuis le retrait israélien de 2005 ne figure pas dans ces statistiques mais Ettinger affirme que « ceux qui traitent avec Gaza disent que le nombre d’émigrants est beaucoup plus élevé, en raison de la guerre, l’instabilité et la désintégration économique. « 

Une fois les ajustements des erreurs ‘palestiniennes’ rétablis, Ettinger dit, qu’une image différente de la colonisation arabe émerge: 1,7 millions en Judée-Samarie (Cisjordanie) – par opposition aux 2,83 millions revendiqués dans l’enquête ‘palestinienne’, qui inclut Jérusalem-Est – et 1,4 million à Gaza (au lieu des 1,79 million selon l’enquête). De façon significative, l’enquête ‘palestinienne’ produit un relevé inférieur du nombre d’arabes palestiniens résidant en Israël – 1.46 millions, par opposition aux 1.7 million revendiqués dans le décompte israélien – ceci étant probablement à rapprocher de la façon dont les résidents de Jérusalem-Est sont comptés respectivement par des sources ‘palestiniennes’ et israéliennes.

Avec 6,5 millions de Juifs résidant en Israël, Ettinger dit, qu’il y a une majorité juive claire de 66 pour cent en Israël et en Judée-Samarie – ce chiffre plonge à 58 pour cent si Gaza est pris en compte. En outre, dit-il, les comportements de natalité sont désormais pondérés en faveur de la population juive: le taux de fécondité arabe palestinien a chuté de cinq enfants par femme en 2000 à 2,9 aujourd’hui, tandis que le taux de natalité juive « est un peu plus de trois enfants et il est en augmentation ».

Parmi les raisons de la baisse du taux de natalité chez les arabes palestiniens il y a la popularité croissante de la contraception, la progression de l’accès à l’enseignement supérieur, et une tendance à l’urbanisation, ce qui signifie que les femmes arabes palestiniennes se marient plus tard dans la vie.

La population juive a en outre été stimulée par des schémas de migration favorables. Selon Ettinger, Israël « bénéficie maintenant d’un nombre jamais atteint de retour d’expatriés » – et l’augmentation de la fécondité chez la population juive laïque. Cela comprend les descendants du million de Juifs venus en Israël en provenance de l’ancienne Union soviétique au cours des années 1990, et dont le taux de fécondité dépasse deux enfants par famille, ainsi que la classe moyenne israélienne en plein essor, qui il y a vingt ans aurait eu un ou deux enfants par famille, et qui actuellement en a trois ou quatre.

Bien que les révisions d’Ettinger soient peu susceptibles de contrer le discours constant d’une « bombe à retardement démographique » qui renverserait la majorité juive d’Israël, ses calculs sont, dit-il, considérés comme beaucoup plus fiables par les experts en démographie. La prévalence dans les médias des chiffres ‘palestiniens’ est due, selon lui, en partie aux protocoles internationaux qui considèrent que les statistiques rassemblées par les autorités nationales sont irréprochables. «Les bureaux centraux de statistiques sont considérés comme étant au-dessus de la politique», dit-il.

Source: The Algemeiner – 30 décembre 2014
Ben Cohen

Traduction Europe Israël
© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Selon un expert israélien, les chiffres de la population arabe sont gonflés pour faire croire à une «bombe à retardement démographique»

    1. Akerman Michel Netanya

      Yoram Etinger a tout à fait raison, les chiffres de la population arabe de Judée, Samarie, Jérusalem et de la bande de Gaza sont faux !
      Outre les raisons évoquées il y a aussi la montagne d’argent que donnent l’ONU et les généreux « donateurs » à ces pseudos réfugiés mais véritables colonisateurs, car ces sommes sont directement liées au nombre des bénéficiaires : plus ils sont nombreux, plus le Hamas et le Fatah s’enrichissent.
      D’autre part, outre le fait que l’arme proclamée par le terroriste arafat est moins dangereuse aujourd’hui (les femmes arabes ont moins d’enfants), les familles Juives en ont plus malgré le choix de Netaniyahou d’abaisser fortement les allocations familiales. Pourtant ces données fausses ont ma vie dure car elles permettent entre autre de donner des arguments à ceux qui veulent créer un état islamiste sur notre Terre. Ce que proposait Rehavam Zeevi z »l suffirait largement : les arabes qui ne veulent pas respecter notre Loi et notre Pays peuvent partir (en les aidant financièrement si nécessaire) et rester avec le statut de résidant. N’oublions jamais que les vrais réfugiés sont les Juifs et, en particulier, plus d’un million de nos frères expulsés des pays musulmans. Fin de Tsom kal !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap