toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Quand la guerre est là, il faut la gagner


Quand la guerre est là, il faut la gagner

Après les attentats qui ont frappé la rédaction de Charlie Hebdo, le directeur des rédactions du Figaro, Alexis Brézet, appelle à l’union nationale et à une riposte sans faiblesse contre le terrorisme.

C’est une guerre, une vraie guerre, menée non par des soldats mais par des assassins de l’ombre, des tueurs méthodiques et organisés, dont la tranquille sauvagerie glace le sang. Elle a tué, hier, en plein Paris.

Cette guerre, longtemps nous n’avons pas voulu la voir. Elle se déroulait si loin de nous, n’est-ce pas?, aux confins de la Syrie, de l’Irak, du Nigeria ou de la Libye… Par scrupule – sans doute par peur aussi -, nous n’osions pas même dire son nom. Les oiseaux de mauvais augure qui ne craignaient pas d’enfreindre la consigne étaient promptement disqualifiés. Les signes avant-coureurs – ces «gestes fous» commis à Noël encore par des «déséquilibrés» – aussitôt minimisés. Depuis hier, les euphémismes ne sont plus de mise: c’est une guerre, une vraie guerre, qui nous a été déclarée: la guerre du fanatisme islamiste contre l’Occident, l’Europe et les valeurs de la démocratie.

Ne nous y trompons pas. Si la France est aujourd’hui dans la ligne de mire des fous d’Allah, d’autres pays libres le furent hier, et d’autres le seront encore demain. Au fond, ce n’est pas telle ou telle nation qui est visée, mais un mode de vie, des valeurs, une civilisation – la nôtre – pour qui la femme est l’égale de l’homme, les droits de la conscience une exigence non négociable et la liberté d’expression un impératif absolu. En assassinant des journalistes et des policiers – qu’il ne faudrait pas oublier -, les terroristes n’ont pas frappé au hasard. Ils ont visé au cœur la liberté de pensée et ceux qui la protègent, et à travers eux la Démocratie et la République, qui sont les deux piliers de notre nation.

Face à la guerre, le premier devoir est de s’unir. Quelles que soient nos origines, nos opinions, nos religions ou nos options politiques, proclamer immédiatement et sans barguigner l’union sacrée. Rien ne serait pire, dans l’épreuve que traverse notre pays, que de faire cadeau à l’adversaire de querelles de bas étage ou de divisions politiciennes. Il faut saluer à cet égard la dignité de nos responsables publics qui, président de la République en tête, ont su trouver les mots qu’il faut. Saluer aussi ces représentants de la communauté musulmane qui ont crié haut et fort l’horreur que leur inspirent les crimes abjects de ces barbares déguisés en dévots.

Mais le second devoir est de s’armer. Moralement, d’abord – comment défendre nos valeurs si nous ne sommes pas convaincus de leur prééminente dignité? Politiquement et juridiquement, ensuite: trop longtemps, au nom d’un humanisme perverti, d’un antiracisme dévoyé, nous avons fait preuve de complaisance envers nos pires ennemis. Ces «enfants perdus du djihad», ces fanatiques qui se déchaînent sur Internet, mais aussi ces groupes d’influence qui, drapés dans leurs oripeaux «communautaires», conspirent à ciel ouvert contre notre pays et sa sécurité. Contre ceux-là, nous devons frapper. Sans faiblesse ni pusillanimité. Quand la guerre est là, il faut la gagner.

Alexis Brézet

Figarovox







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Quand la guerre est là, il faut la gagner

    1. Pilou

      M. Alexis Brézet, dites moi vous avez vraiment entendu ces représentants de la communauté musulmane qui ont crié haut et fort l’horreur que leur inspirent les crimes abjects de ces barbares déguisés en dévots ?

      Ce sont eux ces hypocrites, les premiers responsables, qui ont laissé leurs enfants se perdre au djihad.

      Vous savez très bien qui sont les vrais responsables de cette guerre, comme vous dites, alors ayez le courage de les dénoncer.

    2. Gérard COHEN-ZARDI

      « Le guet-apens est un crime.
      « Le meurtre est un crime.

      « L’honnêteté universelle proteste contre ces forces du mal.
      « Pourtant, que les patriotes qui défendent la liberté, que les généreux peuples auxquels la force voudrait imposer l’immoralité, ne désespèrent pas. Que, d’un autre côté, les coupables, en apparence tout-puissants, ne se hâtent pas trop de triompher !
      « Quoi que fassent ceux qui règnent chez eux par la violence et hors de chez eux par la menace, quoi que fassent ceux qui se croient les maîtres des peuples et qui ne sont que les tyrans des consciences, l’homme qui lutte pour la justice et la vérité trouvera toujours le moyen d’accomplir son devoir tout entier
      « La toute-puissance du mal n’a jamais abouti qu’à de efforts inutiles. La pensée échappe toujours à qui tente de l’étouffer. Elle se fait insaisissable à la compression, elle se réfugie d’une forme dans l’autre. Le flambeau rayonne, si on l’éteint, si on l’engloutit dans les ténèbres, le flambeau devient une voix, et l’on ne fait pas la nuit sur la parole, si l’on met un bâillon à la bouche qui parle, la parole se change en lumière, et l’on ne bâillonne pas la lumière.
      « Rien ne dompte la conscience de l’homme, car la conscience de l’homme, c’est la pensée de Dieu.
      VICTOR HUGO
      (Extraits très larges de la préface des « châtiments »)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap