toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Pourquoi nous devons parler de l’antisémitisme musulman


Pourquoi nous devons parler de l’antisémitisme musulman

Même des articles sur l’antisémitisme musulman veulent rarement parler de l’antisémitisme musulman. Au lendemain du massacre du supermarché casher en France, les articles concernant la persécution des Juifs en Europe par la communauté musulmane planent nerveusement autour du sujet avant de louvoyer et finir par discuter de l’extrême-droite européenne. Un article sur l’antisémitisme musulman en France devient inévitablement un article sur le Front National, qui ne tire pas réellement sur des juifs dans les supermarchés. Des partis européens se concentrent  plus largement jusqu’à l’obsession sur le parti Jobbik en Hongrie qui, malgré toute son abjection, n’a pas effectivement tué des Juifs.

 (Des articles interminables sur Jobbik le caractérisent comme un parti européen d’extrême droite chrétien, mais en fait c’est une organisation panturque, dont le Président avait dit à un public turc : « L’Islam est le dernier espoir pour l’humanité. »

Son identité réelle repose sur un large front de solidarité ethnique en identifiant les hongrois comme un peuple turc. Son antisémitisme est antisioniste. Jobbik déteste les Juifs parce qu’il s’identifie aux musulmans.)

Le traitement habituel de l’antisémitisme musulman est superficiel. Livres d’histoire reconnaissent son existence tout en affirmant que l’antisémitisme européen était pire. La couverture médiatique moderne prend la même approche en trouvant un dérivatif utile en Europe, l’extrême-droite.

L’Antisémitisme musulman doit être abordé sur son propre terrain seul pour aucune autre raison que celle de sa forme dominante : La violence contre les Juifs en Europe. Et il a été comme ça depuis un certain temps.

Les articles qui escamotent l’antisémitisme musulman et s’axent sur le Front National qui, dans cette crise, s’est montré pour être moins antisémite que la BBC dont le journaliste Tim Wilcox a accusé une fille de survivants de l’Holocauste en France d’opprimer les arabes-palestiniens, les médias semblent délibérément ignorer la question. La politique des médias a conduit de réunir ensemble les anti-immigrés et la bigoterie d’être hostiles dans un fanatisme violent. Mais le fanatisme violent ne vient pas de ce genre de personnes, mais plus des médias qui pensent qu’ils le devraient.

Ce n’est pas les partisans de l’UKIP (Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni United Kingdom Independence Party) qui traquent et tuent les Juifs et donc les médias évitent le sujet jusqu’à ce que certaines atrocités violentes leur forcent la main et à ce moment ils les reprochent à l’antisémitisme musulman pour l’échec de l’intégration. Ahmed ne peut pas obtenir un emploi à cause de l’UKIP ou Wilders et donc il rebondit en attaquant une synagogue.

Les Juifs sont justes des victimes collatérales du retour de flammes musulman dû à leur persécution des adversaires européens de l’immigration.

Ajoutez à cela un petit quelque chose au sujet d’Israël et l’antisémitisme musulman se transforme en un phénomène méconnu qui n’est pas vraiment ce qu’il semble être. Les Musulmans ne détestent pas les Juifs. Ils ont juste « illogiques »…

Mais l’antisémitisme musulman est antérieur aux difficultés d’intégration des algériens et des pakistanais en Europe depuis plus de mille ans.

Dans l’Islam, les Juifs sont aussi bien une race de sujets soumise qu’un ennemi naturel.

Israël exaspère beaucoup de musulmans, non pas parce qu’ils se soucient beaucoup des arabes-palestiniens qui ont été expulsés en grand nombre de pays musulmans au sein de la dernière génération, mais parce que les Juifs ne savent plus être à leur place. L’Islam représente la supériorité de la race. Allahu Akbar affirme la suprématie islamique sur toutes les autres religions.

Comme une race soumise historique, les Juifs sont une cible naturelle à la violence par des immigrés musulmans penchants pour une suprématie forte.

Le musulman privé de ses droits n’est pas la recherche de l’égalité. Il cherche la suprématie. C’est ce que l’État islamique et le Coran lui donnent. Il reprend les mêmes cibles juives comme Mohammed l’a fait parce que les Juifs sont une minorité vulnérable. C’est aussi vrai en Europe aujourd’hui que cela l’a été à l’époque en Arabie.

À la différence du monde chrétien, qui n’a jamais totalement été subjugué par l’Islam, la patrie juive et une grande partie de la population de la diaspora juive a existé sous domination musulmane assez longtemps pour que les Juifs non-soumis deviennent un rappel particulièrement exaspérant de la chute du califat.

Les Musulmans avaient pris la soumission juive pour acquise rendant l’existence des Juifs, à Jérusalem ou à Paris comme des non-soumis, ce qui est beaucoup plus scandaleux. L’algérien musulman peut accepter plus facilement de s’effacer pour un chrétien français que pour un juif algérien, parce qu’il sait qu’il l’aurait considéré comme inférieur à lui s’ils étaient les tous deux en Algérie.

La gauche va tellement s’embourber dans une vision du monde post colonial qu’elle refuse de comprendre que la lutte n’est pas entre le colonialisme européen occidental et un post colonial du tiers-monde, mais entre différentes époques du colonialisme.

La domination de l’islam arabe qui n’est pas post colonial, c’est un colonialisme qui est antérieure à elle et la précède.

Quand les gauchistes occidentaux font cause commune avec les nationalistes islamiques et arabes, ce ne sont pas des postcoloniaux, ils préconisent une ancienne forme de colonialisme qui a conduit et est une fois de plus conduisant au nettoyage ethnique, au génocide, à l’esclavage de population et à la destruction des cultures autochtones ; y compris celle des Juifs.

Les Juifs moyen-orientaux, comme les autres minorités non musulmanes et non arabes, se sont félicités du colonialisme européen comme soulagement du colonialisme islamique et Arabe. La France est remplie de Juifs d’Afrique du Nord parce qu’ils ont reçu leurs droits pour la première fois en vertu de la poi française.

En tant que citoyens Français, ils ont perdu leurs vêtements noirs obligatoires et n’ont plus eu peur d’être tué à cause de la loi islamique, comme Batto Sfez, un Juif tunisien qui a été exécuté pour blasphème dans une atrocité qui a déclenché une intervention Française.

Yoav Hattab, un des Juifs assassinés dans l’attaque du supermarché casher à Paris, était le fils du grand rabbin de Tunisie. Alors que le grand rabbin, à la mode malheureuse de dhimmi de ceux qui vivent selon la règle islamique, a dû louer combien la Tunisie traite bien les Juifs, pour que son fils soit enterré en Israël.

Israël est également le lieu où la plupart des Juifs tunisiens s’installent pour échapper à la persécution des musulmans arabes.

L’Occidental de gauche ne peut pas parler d’antisémitisme musulman parce qu’il faudrait aussi parler du colonialisme musulman. Et puis la base entière de son approche du monde arabe et musulman s’effondrerait.

Si le post-colonialisme au Moyen-Orient est juste le remplacement d’un colonialisme par un autre, donc la gauche devra admettre qu’il s’est encore une fois de plus déshonoré en soutenant un système totalitaire.

Tout comme il remplacé le tsar par le Commissaire, il remplace le protectorat par le califat.

L’Histoire moderne du Moyen-Orient excuse la persécution musulmane historique des Juifs pour la même raison, que les médias excusent les attaques musulmanes contre les Juifs. Ce révisionnisme historique justifie le colonialisme islamique dans la fonction du post-colonialisme avec le mythe d’un âge d’or de la tyrannie bienveillante.

Le récit post colonial oblige les universitaires et les journalistes de contraster favorablement le traitement musulman, des Juifs, ou maintenant par le traitement européen des Juifs. Cette obstruction a mis en danger les Juifs européens encore plus par des vidéos de djihadistes prônant la violence, car il ne permet pas de discuter une menace urgente violente par crainte de violer l’histoire postcoloniale de la gauche.

L’Antisémitisme musulman doit être discuté. Et il doit être contextualisé dans l’histoire des relations entre musulmans et juifs, en non européens, comme le Front National ou le Jobbik. Il ne doit pas être rejeté comme un phénomène transitoire causé par la pauvreté ou le Hamas pour les derniers affrontements, mais lus dans le contexte du colonialisme islamique et du traitement des non-musulmans dans le monde musulman.

Le traitement des Yazidis en Irak et des chrétiens en Syrie doit aussi être placé dans ce même contexte.

Le Révisionnisme historique de l’antisémitisme musulman est aussi inacceptable que la négation de l’Holocauste ou de toute autre tentative de coller un visage souriant sur l’oppression des Juifs.

Et ce qui est en jeu ici n’est pas simplement l’histoire, mais la cause d’une racine qui pousse les hommes musulmans et les femmes nées en Europe à attaquer et à tuer des Juifs.

Les autorités coloniales de la gauche ne pourraient pas être intéressées à discuter de l’antisémitisme musulman, alors que l’antisémitisme musulman suprématiste reste intéressé à persécuter et à tuer les Juifs.

Source : Daniel Greenfield,  ©Copyright malaassot.com





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Pourquoi nous devons parler de l’antisémitisme musulman

    1. Estelle Mehal

      Some UK members of parliament remind us 1 century ago, when Israel land was seculiar with British governance : now it has become a messianic land linked to Ban ki Moon who has homologated in UN the Korean Church of sect Moon some rabbin belong to, which increases the difficulty of dialogue…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap