toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Pour empêcher les amalgames, Laurent Fabius souhaite ne plus parler « d’islamistes »


Pour empêcher les amalgames, Laurent Fabius souhaite ne plus parler « d’islamistes »

Depuis le massacre de Charlie Hebdo et la prise d’otages sanglante de Vincennes, l’exécutif et plusieurs responsables politiques exhortent la nation à ne pas assimiler, sous le coup de l’émotion, une minorité de fondamentalismes islamistes et la majorité des Français de confession musulmane.

Dans ce refus de l’amalgame, Laurent Fabius préconise d’aller plus loin encore, en l’espèce en bannissant le mot « islamiste ». Invité ce dimanche matin du Grand Rendez-vous Europe 1-iTélé-Le Monde, le ministre des Affaires Étrangères précise sa pensée :

«Je n’aime pas… Je ne veux pas faire le censeur, mais je pense que l’expression islamiste – et j’en avais aussi fait la remarque dans l’expression Etat islamique – est probablement pas celle qu’il faut utiliser. J’appelle ça des terroristes. Parce dès lors que vous utilisez le mot islam, vous favorisez une espèce de vision de continuité entre le musulman, qui pratique sa religion qui est une religion de paix, et puis quelque chose qui serait une certaine interprétation de la religion musulmane.»

De fait, Laurent Fabius est attaché de longue date à ce combat lexical. En septembre 2014, le patron du Quai d’Orsay avait invité le gouvernement et la classe politique à suivre son exemple. Il s’en était expliqué ainsi lors d’une question à l’Assemblée nationale consacrée à l’Etat islamique, le groupe djihadiste qui a fait main basse sur une partie de l’Irak et de la Syrie :

«Le groupe terroriste dont il s’agit n’est pas un état. Je recommande de ne pas utiliser l’expression état islamique car cela occasionne une confusion : Islam, islamistes, musulmans. Il s’agit de ce que les arabes appellent « Daesh » et de ce que j’appellerais les « égorgeurs de Daesh ».

Des précautions sémantiques dont ne s’embarrassent pas tous les responsables politiques. À l’instar du député socialiste Malek Boutih, qui a même parlé d’ »islamo-nazisme » vendredi 9 janvier. […]

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 12 thoughts on “Pour empêcher les amalgames, Laurent Fabius souhaite ne plus parler « d’islamistes »

    1. Yves V.H.

      Ce terrorisme Allah Akhbar n’a donc rien à voir avec l’islam mais il suit bien les messages coraniques à la lettre: « Tuez-les partout où vous les rencontrerez ». (II-191)

    2. madeleine

      Ce Juif converti au catho a la haine des Juifs. Parasite entretenu du Qatar qu’il ne lâche plus (c’est le grand amour), Qatar riche de quelque 550 milliards de dollars ! Je me pose de plus en plus la question de savoir si ce traître et renégat de Fabius ne s’est pas converti à l’islam (les conversions, il est spécialiste !)

    3. dorylée50

      Il a raison, le marchand de tableaux. Il ne faut pas dire islamiste. Il faut dire musulman. Hassan II roi du Maroc et commandeur des croyants a clairement dit qu’il n’y a qu’un seul islam et qu’un seul coran. Les nuances ont été inventées par les occidentaux. Il s’y connaît quand même : c’est lui le chef. Depuis, il a cassé sa pipe et son rejeton a pris la suite dans le même esprit. Et fabius et ses affidés auront beau se tire bouchonner l’esprit dans tous les sens, tel qu’il est aujourd’hui, l’islam est incompatible avec notre démocratie, notre culture, notre société.
      Qu’ils commencent par arracher de leur livre vert toutes les pages incitant à la violence envers les mécréants (et tan pis s’il ne reste que la couverture ! ) ; qu’ils abandonnent leurs accoutrements étendard dans l’espace public ; qu’ils admettent l’égalité homme – femme dans tous les domaines de la vie ; qu’ils déposent les couteaux et les fusils ; qu’ils admettent enfin qu’il vivent en FRANCE, terre de culture judéo-chrétienne où ils ne sont pas captifs. On pourra alors parler des  » vivre ensemble  » . Mais pour l’instant, même morts, ils ne veulent pas nous côtoyer. Alors, vivants….

    4. MisterClairvoyant

      Vouloir cacher l’identité des assassins, c’est cela faire des amalgames, car on met au même niveau les assassins islamistes et les juifs ou les français assassinés. Qui fait de l’amalgame? Je ne pense pas que tous les musulmans soient « jugés ni mis en prison ».
      Je vois venir la question et la réponse des médias. On a droit de faire de l’antisémitisme en France, même quand ils sont les victimes, et pas de faire de anti-islamisme quand eux sont les assassins? Point

    5. Michele KERTESZ-GROSS

      Même si ces terroristes sont à 100 % Musulmans ?
      Et compte-t-il également rayer du dictionnaires le mot Islamophobe et le remplacer par « terroristophobe » ?

    6. robert haim

      Cette ordure est egal a son patron,,le hollande qui a refuse que nethanyaou assiste a la manif,alors qu’il s’est agi de victimes juives aussi,mais n’a pas hesite une seconde a inviter des terroristes,turcs,qataris et abbas
      ou est la morale francaise a (vichy encore) socialisme Français vecteur du terrorisme mondial.fabius au bucher pour expier se crimes du sang contamine un bon rappel.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap