toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Netanyahou: « Pour ces élections, nous ne pouvons pas parier avec la sécurité d’Israël! »


Netanyahou: « Pour ces élections, nous ne pouvons pas parier avec la sécurité d’Israël! »

Dans le cadre du lancement de la campagne électorale du Likoud, Binyamin Netanyahou a prononcé son premier discours de candidat lundi soir depuis le Parc des expositions de Tel Aviv devant une salle tout acquise à lui.

Il a commencé en présentant sa liste comme étant issue de tous les secteurs de la société israélienne, de toutes les régions et a loué le sérieux et le sens des responsabilités de tous les candidats présents.

Le discours de Netanyahou s’est concentré sur deux points: la sécurité et l’incompétence de la coalition de gauche dirigée par Itshak Herzog et Tsipi Livni en la matière, en leur reprochant faiblesses et compromis inutiles au cours des vingt dernières années, les accusant d’avoir mis en danger la vie des citoyens israéliens, en particulier en pointant du doigt le fait que la gauche ne réclame pas comme condition à la paix la reconnaissance par les Palestiniens du caractère juif de l’état d’Israël, mais en pensant que le retrait des territoires suffirait à la paix.

Il a rappelé que la lutte contre le fondamentalisme islamiste avait conduit le pays a avoir des intérêts communs avec des pays arabes modérés, sans avoir le droit de préciser lesquels, soulignant que cette coopération régionale pourrait permettre des avancées à l’avenir si le Likoud était aux affaires.

Il a insisté en affirmant « Je ne suis pas prêt à faire des retraits qui mettraient notre sécurité en danger » et a indiqué « je ne laisserai pas la sécurité des Israéliens dans d’autres mains que ceux de l’armée israélienne ».

Dans une moindre mesure, il a également évoqué les autres challenges que rencontrera le prochain gouvernement comme étant « au-delà de la sécurité, l’autre raison de voter pour le Likoud: apporter un changement réel à l’Etat qui ne sera possible que grâce à une large victoire. »

Alors qu’un récent sondage indique que les questions économiques représentent une préoccupation majeure des Israéliens, il a insisté sur le fait que les grandes réformes mises en oeuvre ont permis à l’économie israélienne de décoller.

Afin de relever ces défis, il a demandé aux électeurs d’offrir au Likoud une victoire claire, la crainte de Netanyahou étant de se retrouver dans une situation de coalition handicapante, en listant l’ensemble des partis centristes au cours des dernières années qu’il a qualifié de « parti d’atmosphère » voguant sur l’air du temps et n’ayant été, selon Netanyahou, qu’une succession de déceptions, précisant au passage la manière dont Yair Lapid, l’ancien ministre des finances, avait bloqué le déploiement de l’armée dans le sud du pays.

Le seuil électoral ayant été relevé en mars 2014 de 2% à 3,25%, Netanyahou a affirmé que, dans cette perspective, la confrontation se ferait entre la gauche de l’union Herzog/Livni et la droite avec le Likoud, et que le parti l’emportant formerait donc automatiquement le prochain gouvernement, qui aurait donc la possibilité de mettre en place sa politique sur la totalité des quatre ans de la législature, l’essentiel pour Netanyahou étant de s’assurer que les voix ne soient pas dispersés, rappelant ainsi que« l’état d’Israël a 66 ans. Le pays a connu 33 gouvernements différents avec une durée moyenne de deux ans à peine », et reprochant à l’instabilité permanente gouvernementale les raisons de certains ralentissement des capacités économiques israéliennes en introduisant des incertitudes néfastes à un climat serein pour les affaires.

Il a affirmé son credo en la matière « Le système doit être changé. Il peut être changé. Nous changerons radicalement ce pays. »

Rappelant l’angle sécuritaire de son intervention, il a insisté sur ce point : « Pour ces élections, nous ne pouvons pas parier avec la sécurité d’Israël! »

A la suite de ce discours de 30 minutes l’ensemble des candidats présents sur la liste l’ont rejoint sur la scène du Parc des Expositions.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Netanyahou: « Pour ces élections, nous ne pouvons pas parier avec la sécurité d’Israël! »

    1. Robert Davis

      Ce discours n’est pas convaincant il est seulement HABILE. Qu’un retrait d’Israel soit sans conditions ou avec une condition de forme comme la reconnaissance du caractère Juif de l’état, ce n’est que de la TACTIQUE! La STRATEGIE veut qu’il n’y ait de retrait sous aucune condition et même que ce soit les arabes qu’on…RETIRE. Bien sûr comparé à un parti de gauche TOUT est bon…moi je préfère Benett,Danon,Yaalon,Feigling etc.Ceux-la ont une STRATEGIE,pas une charrette de vendeur de glaces!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap