toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Netanyahou: « mon travail est de m’assurer qu’Israël n’est pas menacé »


Netanyahou: « mon travail est de m’assurer qu’Israël n’est pas menacé »

Pour le 70e anniversaire de la libération d’Auschwitz, les dirigeants commémorent la Shoah dans le monde.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a assisté aux commémorations au mémorial de Yad Vashem, à Jérusalem, à l’occasion de la journée du 70e anniversaire de la libération d’Auschwitz mardi.

« L’Iran est une menace, ma mission est de veiller qu’il n’y ait plus de menace de destruction de l’Etat d’Israël », a-t-il déclaré au cours de la cérémonie.

« Mon rôle est d’assurer qu’il n’y aura pas d’autres raisons de construire un mémorial comme celui de la Shoah (Yad Vashem) ».

Loading...

« L’accord qui se prépare avec l’Iran sur son programme nucléaire est dangereux pour Israël », a-t-il mis en garde, affirmant qu’Israël s’y opposait fermement.

« Plus jamais ça »

Le président américain Barack Obama a marqué mardi le 70e anniversaire de la libération d’Auschwitz en mettant en garde contre une résurgence de l’antisémitisme et en exhortant la communauté internationale à faire en sorte qu’un tel génocide ne se reproduise « plus jamais ».

Jurant de « ne jamais oublier » la mort des six millions de juifs et les millions d’autres personnes assassinées par le régime nazi, M. Obama a appelé la communauté internationale à faire en sorte que ce génocide « ne se reproduise plus jamais ».

Vladimir Poutine a qualifié mardi d’inacceptable toute tentative de réécrire l’Histoire en référence au regard porté sur des personnages controversés de la Seconde guerre mondiale, considérés comme des supplétifs des nazis par Moscou et comme des héros de l’indépendance par certains en Ukraine et dans les pays baltes.

« Vous, Français de confession juive, votre place est ici. La France est votre patrie », a déclaré le président François Hollande au Mémorial de la Shoah mardi.

« La mémoire des crimes contre l’Humanité n’appartient à personne. Elle est notre héritage commun », a-t-il encore indiqué.

Learn Hebrew online

« Comment en 2015 accepter qu’il faille des soldats pour défendre les juifs de France », s’est indigné le président, en référence à l’attentat meurtrier contre l’Hypercacher de la porte de Vincennes le 9 janvier au cours duquel 4 Juifs ont été tués.

Hollande a ensuite annoncé que l’antisémitisme et le racisme seront dorénavant considérés comme circonstances aggravantes d’un délit.

« Je veux sortir la répression de la parole raciste et antisémite du droit de la presse pour l’intégrer au droit pénal général », a-t-il ajouté.

Loading...

Le président français est attendu mardi après-midi à Auschwitz à l’occasion de la Journée internationale de commémoration de la Shoah.

Des survivants du monde entier, des chefs d’Etat ainsi que de nombreux journalistes sont arrivés dans la ville polonaise de Krakow où 1,1 million de personnes ont été exterminées, dont un million de Juifs de différents pays d’Europe.

Le roi des Belges Philippe Ier accompagné de son épouse Mathilde et celui des Pays-Bas Willem-Alexander avec la reine Maxima s’y sont rendus, avec une vingtaine d’autres présidents ou Premiers ministres.

Une centaine d’anciens prisonniers sont également arrivés d’Israël avec un ministre et des représentants de plusieurs associations.

Le président israélien Reuven Rivlin a de son côté appelé l’ONU à poursuivre le combat contre l’antisémitisme dans le monde lors d’un entretien avec le secrétaire général Ban Ki-moon lundi.

180.000 rescapés de l’Holocauste vivent aujourd’hui en Israël selon la fondation pour le bien-être des survivants de la Shoah.

 « La rue des survivants »

Dans cette rue ombragée et calme, il n’y avait à l’origine qu’un centre social qui fournissait des repas aux personnes âgées de Haïfa, ville portuaire du nord d’Israël où beaucoup d’immigrés juifs arrivés d’Europe par bateau ont posé leurs valises.

« Chaque été, quand ils prenaient leurs plateaux, on en voyait de plus en plus avec un numéro tatoué sur l’avant-bras », rapporte Tamy Sinar, coordinatrice de l’association « Yad Ezer » à l’origine du projet.

180.000 rescapés de la Shoah vivent aujourd'hui en Israël

180.000 rescapés de la Shoah vivent aujourd’hui en Israël

En 2007, aidé par des subventions et des donations, le centre a décidé d’acquérir ou de louer tous les immeubles de la ruelle pour y loger, à très bas prix, uniquement des rescapés de la Shoah en fin de vie.

Malgré les aides gouvernementales, près d’un quart vit sous le seuil de pauvreté.

« Rue des survivants », il a fallu en priorité greffer des ascenseurs à chaque immeuble, aménager des espaces communs pour le repos et pour le bridge, un cabinet médical et surtout le restaurant, où les deux repas quotidiens rythment la vie de cette drôle de colocation.

« L’entraide qu’on avait dans les camps »

A midi, c’est donc le ballet des ascenseurs. En bas de chaque immeuble se forme un cortège de cannes et de déambulateurs, de petits vieux à casquette et de vieilles dames apprêtées aux cheveux teints qui convergent vers le réfectoire.

Shoshana Colmer, 95 ans, s’amuse encore d’avoir été élue en 2013 « Miss Shoah » lors d’un concours de beauté organisé pour divertir les rescapés.

Après chaque déjeuner, elle remonte dans sa chambre et n’oublie jamais d’emporter avec elle un morceau de pain emballé.

« Pendant un an j’ai pesé 23 kilos », se justifie-t-elle.

« Quand j’ai été libérée d’Auschwitz, je suis rentrée en Tchécoslovaquie. Là aussi on n’avait rien à manger. En Israël aussi j’ai eu faim. Mais me voilà ici, et ici on mange bien, c’est délicieux », s’emballe-t-elle.

Israel Government Press Office

Israel Government Press Office »Israeli highschool students visiting the site of the Nazi death camp at Auschwitz »

Quand elle évoque cette année passée dans le camp d’Auschwitz, il y a 70 ans, son regard se fixe au loin.

« Je me souviens de tout mais je ne peux pas vous dire comment j’ai vécu à Auschwitz car je n’étais plus vivante. J’avais peur et c’est tout ».

Pendant qu’elle parle, sa voisine, Hava, de 5 ans sa cadette, en profite pour mettre un peu d’ordre dans la chambre mais aussi un peu d’ordre dans les noms et les dates qui s’emmêlent.

« La Shoah, on vit avec tout le temps. On en parle, on en rêve, la nuit on se réveille avec les cris des autres ou avec nos propres cris », dit-elle.

« Quand j’entends Shoshana crier la nuit, alors je me réveille je vais la voir, je lui dit un mot gentil. C’est cette entraide-là qu’on avait dans les camps ».

Plus de grand-père pour raconter

Arrivés au terme de leur vie, ces derniers témoins s’aident aujourd’hui mutuellement, en douceur, à ouvrir les vannes de la mémoire. Ce ne fut pas toujours possible dans la société israélienne où l’urgence des années 1940 et 1950 était de construire plutôt que de se souvenir.

Depuis, la mémoire de la Shoah a pris dans le pays une place centrale, voire institutionnelle. L’enseignement de la Shoah est obligatoire dès que le lycéen israélien sait qu’il pourra participer à un voyage de classe à Auschwitz.

Malgré ce dispositif mémoriel, Judith Hershkowitz, une autre habitante de la « rue des survivants », se demande ce qui restera une fois qu’il n’y aura plus de grand-père ni d’arrière-grand-mère pour raconter.

« Un de mes arrière-petits-enfants a commencé à me poser des questions après avoir étudié le journal d’Anne Frank à l’école. L’autre est revenu d’un voyage à Auschwitz et n’a pas voulu que nous en parlions. Je ne sais pas vraiment ce qu’ils en comprennent », se désole-t-elle.

Pour la coordinatrice Tamy Sinar, la responsabilité de transmettre n’incombe déjà plus seulement aux habitants de la « rue des survivants » mais à ceux qui les accompagnent.

« Je suis sûre que nous, la deuxième génération, ne laisserons jamais ces choses-là tomber dans l’oubli », dit elle.

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *