toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les fruits de la lâcheté et de l’apaisement face au terrorisme islamiste en Europe


Les fruits de la lâcheté et de l’apaisement face au terrorisme islamiste en Europe

Les vents mauvais convergent sur l’Europe et descendent avec la force d’une tornade, la semaine dernière sur Paris avec le massacre barbare de Charlie Hebdo, suivi par l’attaque terroriste horrible dans un supermarché casher – un total de 17 morts en trois jours. Hélas, les horreurs  selon toute vraisemblance ne reculeront pas, et la vie continuera comme d’habitude jusqu’à la prochaine attaque.

Permettez-moi de dire d’emblée, tout en condamnant de toute évidence, les meurtres et la défense de la liberté d’expression sans équivoque, que je ne m’associe pas avec le mouvement « Je suis Charlie ». En condamnant ces actes barbares, nous ne sommes pas obligés de nous identifier avec le racisme et la vulgarité des victimes. Charlie Hebdo était offensant, obscène envers les chrétiens et les musulmans et a promu la satire antisémite au vulgaire. D’autre part, certains mormons étaient probablement scandalisés par la comédie musicale satirique « Le Livre de Mormon », mais cela ne leur a pas accordé le permis de se lancer dans une tuerie des producteurs.

Les gouvernements occidentaux n’ont pas encore internalisé la réalité que ce qui est arrivé à Paris n’était pas simplement un autre exemple de « terrorisme », mais une manifestation classique du « Choc des civilisations ».

Loading...

Mis à part les attaques meurtrières ciblant principalement les Juifs en Europe ces derniers mois, les terroristes islamistes ont commis des massacres et des atrocités  à travers le monde. Pour n’en citer que quelques-uns : 2000 Nigérians ont été massacrés cette semaine dans le sillage de l’asservissement par Boko Haram de 300 écolières ; les talibans ont assassiné 130 écoliers à Peshawar-Pakistan; des vidéos des otages décapités ont été diffusées ; des masses continuaient à être assassinées en Syrie et en Irak. Sans parler de l’oppression des femmes et des persécutions, des expulsions et des horribles meurtres de chrétiens au Moyen-Orient.

Aujourd’hui, alors que l’impact global de l’intégrisme islamique croît de façon exponentielle avec l’augmentation des manifestations de terrorisme, les dirigeants occidentaux n’ont même pas le courage de nommer l’ennemi. Il y a des parallèles inquiétants à la lutte avec le nazisme. Alors, comme aujourd’hui, les gouvernements occidentaux ont d’abord cherché à éviter un conflit en apaisant les barbares, qui n’a servi qu’à les enhardir.

Cela s’est produit lors des attentats du 11 septembre lorsque le président d’alors George W. Bush, dans son appel à une action militaire concertée contre le terrorisme islamique mondial, a cherché à apaiser ses alliés arabes en décrivant l’islam comme une « religion de paix.» Ce mantra absurde a  maintes fois été seriné chaque fois que le terrorisme islamique a été mentionné, et a depuis pollué le lexique politique.

Mais le successeur de Bush, le président Barack Obama et son administration, malgré la multiplication spectaculaire du terrorisme islamique, qui doivent être tenus responsables pour avoir refusé systématiquement son existence et même éviter le terme « terrorisme islamique ».

Le même refus obstiné d’affronter la réalité et le désir d’apaiser leurs propres populations musulmanes de plus en plus radicalisées qui a motivé tous les gouvernements européens – en particulier les Français – à plusieurs reprises, malgré toutes les preuves l’état a voulu apporter des preuves du contraire, que ces actes de terrorisme n’étaient pas liés au radicalisme islamique et étaient les actions de « loups solitaires » ou d’individus atteints de démence. Même maintenant, quand les massacres ont été accompagnés par des cris de « Allahu Akbar » et des déclarations que « nous avons vengé le prophète Mahomet », le président français François Hollande a refusé d’utiliser le mot « islam », en se référant simplement « aux forces obscurantistes ». Cependant, en contraste frappant avec Obama, Hollande au moins a condamné l’attaque du supermarché casher comme une « agression antisémite terrible ».

Partout dans le monde, des mollahs et des prédicateurs djihadistes font la promotion de la haine et de l’extrémisme. Dans les villes européennes, la deuxième génération de musulmans et des convertis d’origine autochtone sont endoctrinés à approuver, et dans certains cas à participer au jihad et à assassiner des infidèles. Ceux qui se convertissent ne sont pas nécessairement membres de la classe défavorisée, mais sont souvent idéologues, dont beaucoup viennent de familles aisées de la classe moyenne et qui détiennent un diplôme universitaire.

Learn Hebrew online

Mais pire, c’est l’acquiescement tacite de la plupart des gouvernements ainsi que des médias, empêchant toute discussion sérieuse sur la menace posée par l’extrémisme islamique. En dehors de minimiser et souvent même nier l’élément islamique dominant dans les actes de terrorisme, les gouvernements et les médias ont honteusement marqué tout effort sérieux pour discuter et analyser le problème du terme « islamophobe » ou de promotion du « discours de haine » la législation, même a étouffé toute discussion publique. L’Organisation des 57 membres de la Conférence islamique a tenté de faire du blasphème (c.-à-d la critique de l’islam) une violation du droit international.

Ils ont encore été enhardis par l’absence de poursuites immédiates des extrémistes islamistes qui menacent de violence ceux qui expriment des critiques ou déshonorent l’islam. Ce qui est vraiment ironique, c’est que beaucoup de ceux à gauche qui approuvent normalement les plus grossiers éclats contre le christianisme et le judaïsme qui sont les premiers à accuser les critiques de l’islam d’islamophobie, et ils affichent des sensibilités beaucoup plus préoccupantes pour des musulmans. Dans de nombreux cas, Obama et les dirigeants européens se sont excusés et même ont rampés chaque fois que certaines explosions contre l’Islam, souvent d’une importance marginale, ont été exprimé.

Bien sûr, tous les musulmans ne sont pas des terroristes. Mais le nombre de radicaux augmente considérablement, et comme al-Qaida dans la décennie précédente, l’Etat islamique est maintenant omniprésent leur insufflant un sentiment d’autonomie et les imprégnant d’une volonté de mourir dans la poursuite de leurs objectifs. Les massacres Paris illustrent ce que nous pouvons attendre des milliers d’assassins endurcis autochtones bien formés imprégnés d’un fanatisme à sacrifier leur vie pour promouvoir l’Islam et terroriser les infidèles, en particulier les Juifs, après leur retour de zones de conflit du Moyen-Orient.

Loading...

Alors que les dirigeants et les chefs d’Etats islamiques musulmans locaux ont condamné les massacres, il est effrayant d’assister à la mesure du soutien public populaire au terrorisme, en particulier dans le monde arabe. Nous devrions nous rappeler que son origine avec la fatwa de l’ayatollah iranien pour assassiner le romancier Salman Rushdie, qui a été massivement approuvé dans le monde islamique.

Même si seulement 20% des musulmans sont considérés comme pro-djihadistes – et selon toute probabilité, le pourcentage est plus élevé – cela se traduirait par deux ou trois cents millions de terroristes potentiels. Pour persister à nier l’existence d’une énorme présence terroriste islamique est totalement délirant.

Surtout, cela sape les forces islamiques modérées qui s’efforcent d’endiguer ou d’isoler ce fanatisme toxique qui a surgi de l’intérieur. Pourtant, l’administration Obama a couvé les Frères musulmans (une extension plus nuancée mais néanmoins directe du réseau terroriste) et a condamné le chef du plus grand pays musulman du Moyen-Orient, le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi.

Ironiquement, dans une adresse de vœux pour la nouvelle année historique et critique; qui a été largement ignorée par la presse grand public, Sissi s’est exprimé publiquement sur ce qu’Obama et les dirigeants occidentaux ont nié. Il a déclaré expressément que le djihadisme et le terrorisme étaient liés au « corpus de textes et des idées que nous avons sacralisé au cours des siècles. » Il a averti que ceci « contrariait le monde entier », que « cette Oumma [nation] est déchirée, elle est détruite … par nos propres mains »  et que « nous avons besoin d’une révolution religieuse. »

Il est clair que, maintenant que toutes les parties engagées ne sont plus attachées à la démocratie, il est un temps de revoir nos politiques multiculturelles. Les gouvernements occidentaux doivent cesser de ramper, d’imposer des mesures draconiennes contre les extrémistes islamiques et d’intensifier la pression sur les communautés musulmanes à se débarrasser de ces éléments.

Les questions de libertés civiles doivent être considérées comme secondaires lorsque la sécurité de civils innocents est en jeu. Si cela nécessite une surveillance particulière et l’interrogatoire des suspects musulmans, qu’il en soit ainsi ! Le bon sens, pas le sectarisme, faire du profilage racial et se concentrer sur ceux du milieu dont 99% des terroristes sont originaires.

Il faudra intensifier la pénétration des mosquées et des centres communautaires islamiques pour identifier et  traiter ces mollahs fanatiques et promouvant le djihadisme, y compris les points financés par les wahhabites saoudiens – dans les ghettos d’immigrants. Cela nécessitera la surveillance rigoureuse des écoles musulmanes et Internet pour éradiquer et poursuivre les extrémistes qui transforment les jeunes en décapiteurs.

L’inaction intensifiera le déplacement massif qui prévaut vers les partis opposés à l’immigration et les partis de l’extrême droite comme le Front National en France, dont le chef, Marine Le Pen, est maintenant le favori dans les sondages présidentiels.

Les Juifs ont repris le rôle du canari dans la mine et sont les premiers à être ciblés, mais le monde ferait face à la même menace si les Juifs n’existaient pas.

Israël a été en première ligne, face à l’extrémisme islamique, mais a reçu peu de soutien. En effet, jusqu’à récemment les gouvernements occidentaux ont ignoré le carnage en Syrie, en Irak et dans d’autres pays, préférant se concentrer sur la condamnation de la construction  israélienne de logements dans les quartiers juifs de Jérusalem et au sujet d’Israël comme le principal lubrifiant à l’extrémisme islamique. Le soutien français de la demande de l’Autorité palestinienne au Conseil de sécurité des Nations Unies le 30 décembre, a de toute évidence été conçue pour attirer les faveurs des musulmans locaux, cela n’a pas dissuadé les terroristes de commettre leurs massacres à Paris une semaine plus tard.

Pour les Juifs, les graffitis sont sur les murs depuis longtemps. La virulence de la haine antisémite s’est refermée sur les Juifs en Europe (et ailleurs) c’est horrible. Robert Wistrich, le premier chercheur au monde sur l’antisémitisme, dit que l’antisémitisme en France est maintenant dans un irréversible « stade avancé de la maladie ». Il y avait une série de meurtres antisémites en France et en Belgique précédant le dernier massacre de Paris, mais ils n’ont pas soulevé le même niveau d’indignation que les meurtres de Charlie Hebdo. Il n’y avait pas de campagnes populaires en disant « Je suis Juif. »

En effet, il semblait y avoir plus de préoccupation pour « l’islamophobie » que pour les victimes juives ciblées.

L’Europe fait face aujourd’hui à une crise aussi grave que la confrontation avec le nazisme. Si les dirigeants occidentaux continuent à se comporter comme Chamberlain et ne parviennent pas à se lever et à faire à cette menace mondiale, ils pourraient ouvrir la voie à un nouvel âge des ténèbres dans lequel la culture « judéo-chrétienne » est arrêtée par la barbarie primitive. La messe sera dite.

Pour les Juifs, la vision sioniste a de nouveau été tragiquement justifiée.

Source : Par Isi Leibler, ©Copyright malaassot.com





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Les fruits de la lâcheté et de l’apaisement face au terrorisme islamiste en Europe

    1. HENRIETTE Irène

      La manifestation « je suis Charlie » était louable pour les 3 millions environ de manifestants. Je ne soutiens pas cette hystérie car je n’ai jamais apprécié la vulgarité et la provocation des dessins. Nous vivons déjà dans un climat très sensible, et certains ont cru bon de mettre beaucoup d’huile sur le feu.

      Ce qui m’a sidéré, c’est la lâcheté du gouvernement, tant français que belge et autres gouvernements, c’est de parader, sans honte aux côtés d’un émir, de Mammoud Abbas, de Erdogan, les premiers à ne pas respecter les droits élémentaires des hommes. Et pire !

      Hollande paradait l’air très content de lui, et Mammoud Abbas tirait une tronche noire tout le long du cortège.

      Je n’ai pas vu beaucoup de voiles, de foulards dans la foule…..

      Maintenant, y en a marre de voir partout le slogan « je suis Charlie » !
      Il y a des milliers d’ « infidèles » qui sont massacrés depuis des années en Orient et personne parmi nos gouvernants n’y a vu de problèmes, n’a manifesté en leur faveur, et n’a surtout pas réalisé le danger qui nous attend…… Nous sommes vraiment dirigés par des guignols…..

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *