toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le New Deal de Nicolas Sarkozy par Shmuel Trigano


Le New Deal de Nicolas Sarkozy par Shmuel Trigano

OPINION

L’intervention de Nicolas Sarkozy au Journal télévisé de Fr2, le mercredi 21 janvier 2015, pourrait ouvrir la voie à une nouvelle donne dans la discussion politique sur la situation actuelle.

Elle tranche sur l’impasse qu’entraîne le discours sur le « pas d’amalgame » et la mise en garde contre l’islamophobie. Il est assez fascinant, en effet, de constater qu’après chaque attentat islamiste l’attention ne va pas aux victimes ni au fait lui même mais au souci d’une islamophobie potentielle. Et c’est bien ce qui s’est passé en France au lendemain du 11 janvier. A nouveau, pour ce qui nous concerne, l’antisémitisme émanant de l’islam mondial, dans lequel la France est immergée par le biais des télévisions satellitaires, fut éludé et les Juifs français n’intéressèrent les médias que parce qu’ils pourraient partir pour Israël, ce qui fut la plupart du temps l’occasion d’une réprobation à peine voilée – au moment même des cérémonies devant l’hypercacher.

En affirmant que la question qu’il fallait poser maintenant n’était plus de savoir ce que la République pouvait faire pour l’islam mais ce que l’islam pouvait faire pour la République, Nicolas Sarkozy a posé les vrais termes du débat. Il a évoqué à ce propos un épisode du passé, le Sanhédrin et le Concordat napoléoniens, qui régirent l’entrée du judaïsme et du christianisme dans l’ordre politique d’après l’Ancien Régime, à l’époque de l' »Empire des Français », en suggérant que la même chose devrait se produire pour l’islam.

J’avais publié en 2003 un livre intitulé La démission de la République. Juifs et musulmans de France (P.U.F.) qui proposait la même chose. Ce qui fut demandé aux deux religions en ce début du 19è siècle, fut surtout de renoncer à toute ambition politique, à toute allégeance à d’autres entités que l’Etat. Il est bien évident que c’est le problème central, pas seulement de l’islamisme (qui s’attaque clairement à l’Etat), mais de l’islam tout court, surtout depuis la prétention du pseudo « Etat islamique » à l’autorité califale, c’est à dire au statut de « commandeur des croyants » sur un plan mondial et donc français.

Ce n’est pas là une question théorique mais très pratique. Elle est même brûlante. Pour que l’amalgame ne se fasse pas, l’islam français doit officiellement, déclarativement et solennellement entreprendre une réforme théologique redéfinissant les aspects de son credo, notamment les dispositions concernant son rapport aux autres, et renoncer à l’effectivité de la Sharia sur le plan civil et politique, de la même façon que les Juifs durent renoncer aux dimensions civiles et politiques de la Halakha et les chrétiens à celles du droit canon.

Tel est le besoin du système politique français, centraliste dans son essence même, qu’on le regrette ou pas. Il y a là une donne structurelle de la réalité, si l’on choisit de vivre en France. Et il y a le choix.

Cependant, la question qui se pose est de savoir si celà est encore possible. Sarkozy lui même a râté son coup, en créant un CFCM de bric et de broc, une création qui aurait dû être l’occasion d’un tel tournant. Et où trouvera-t-on un Napoléon au pouvoir suffisamment convaincant pour contraindre les musulmans comme ce fut le cas pour Juifs et chrétiens? Et où est l’Etat suffisamment puissant pour imposer une réforme, alors que la France dépend d’une Union Européenne dont ce n’est pas du tout la politique? Enfin, les musulmans français sont-ils prêts à une telle révision déchirante qui acclimaterait l’islam à la démocratie, ce qui n’est pas le cas actuellement, contrairement à ce que proclame François Hollande, tout simplement parce que cette religion n’a pas été partie prenante à ce cheminement historique vers la modernité qui a commencé au début du 19è siècle? Ce ne sont pas des déclarations d’intention qui sont nécessaires mais des actes juridiques et dogmatiques.

Autant de questions qui restent sans réponses. Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que la citoyenneté ne peut être un supermarché de droits. Elle implique des devoirs.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Shmuel Trigano pour Europe Israël

*À partir d’une chronique sur Radio J le vendredi 23 janvier 2015





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Le New Deal de Nicolas Sarkozy par Shmuel Trigano

    1. Akerman Michel Israël

      « l’islam français doit officiellement, déclarativement et solennellement entreprendre une réforme théologique redéfinissant les aspects de son credo » ! Rêve !
      Les Islamistes ne changeront pas, tout le monde le sait mais certains regardent ailleurs. Reste une solution : ou ils respectent les lois du pays où ils vivent ou ils retournent d’où ils viennent, eux mêmes ou leurs parents. Les Juifs ont toujours respecté les lois des pays qui, souvent pour de courtes périodes, les ont acceptés avant de les tuer ou de les expatrier.
      Ils en sont, aujourd’hui encore, TRES mal récompensés.
      Shavoua Tov !

    2. Ephraïm

      Les lois de la République instaurées par le code napoléonien n’ont pas entraîné une réforme du Judaîsme pour les Juifs car la Hala’ha ( Codex de l’application formelle des commandements ) a le pouvoir de trouver les solutions ad hoc sans pour cela contredire l’injonction religieuse dans son fondement . Dans la mesure où cela devient impossible alors il a fallu émigrer vers des horizons plus hospitaliers comme cela a falli se produire de nos jours concernant l’opposition de la loi à la circoncision et à l’abattage des animaux qui heureusement n’a finalement pas vu le jour
      . A ce moment , la solution était d’émigrer en Israël . L’islam est , par nature ,incompatible avec les valeurs et injonctions républicaines aussi les musulmans qui se sentent lésés doivent retourner dans leurs pays d’origine comme le font les Juifs qui aspirent à une vie religieuse sans aucune contrainte et plus facile à pratiquer qui s’en vont en Israël . Les musulmans auraient dû envisager le choc communautaire avant de choisir d’émigrer dans les pays européens , l’absence de cette éventualité laisse rêveur et mène à la conclusion que les nouveaux venus étaient décidés à la base à conquérir les territoires de la République , leur projet est depuis longtemps en cours de réalisation , français réveillez-vous et cessez de vivre dans une bulle empoisonnée par les euphémismes propagés par vos dirigeants et vos médias !

    3. Michel, Paris

      Une fois de plus un très grand merci à M. Trigano pour la clarté et la justesse de son propos.
      Il cite et regrette (comme beaucoup) que M. Sarkosy ait « commencé de faire sans aller jusqu’au bout de ce qu’il voulait et aurait dû faire ». Et si, par extraordinaire, il revenait aux affaires : voudrait-il et pourrait-il mettre en oeuvre ce qu’il n’a pas fait… alors qu’il en avait eu tout le temps ?
      Mais je suis d’accord aussi avec les commentaires ci-dessus, à savoir que c’est bien à l’Islam (de France), et à lui seul, de faire son aggiornamento. On n’a pas « beaucoup » vu la « France black,…, beur », le fameux 11 janvier. Et jeudi soir, à l’émission « paroles et actes » (où une fois de plus M. Finkelkraut s’est fait piéger) il n’a pas fallu gratter et encore moins longtemps, pour que « les limites de la liberté d’expression » soient atteintes ! (N’est-ce pas M. l’Imam se contredisant sans sourciller. N’est-ce pas Mme la sociologue agressive, quérulente et revancharde. N’est-ce pas Mme la prof d’histoire à Nanterre qui « n’a rien vu ni entendu en 15 ans dans ces quartiers » : surdité sélective, non ?)
      Tout cela nous laisse perplexes et inquiets…

    4. MILANI Llyliane

      Les français ne sont ni racistes ni islamophobes mais ils ont une indigestion d’islam. Ils en ont assez d’être abreuvés du matin au soir , voire parfois soumis à obligation d’écouter, de supporter les traditions et coutumes de « ces religieux »criminels ou pas, STOP ! on en a assez !!!! qu’ils acceptent de vivre en appliquant nos lois ou qu’ils partent, qu’ils retournent chez eux et pratiquent toutes les religions qu’ils veulent.
      Nous voulons retrouver une France sereine, laïque et libre.
      Je ne sais pas si Nicolas SARKOZY est prêt à nous apporter tout cela ! Sinon qu’il reste où il est….. Mais pas de promesses de nos futurs gouvernants, nous voulons des actes et surtout une réponse à nos attentes.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap