toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le Golan brule-t-il?


Le Golan brule-t-il?

Gil Kessary  – Alors que l’Europe affronte la menace récente du terrorisme Islamique, sur le front Israélo-arabe la tension, bien plus ancienne, a nouveau monte d’un cran. Jamais disparu, le risque d’affrontement au nord d’Israël connaissait de temps en temps des accalmies. Or, cette semaine ce risque revient.

Le premier signe a été donné par Hassan Nassrallah, chef du Hezbollah, qui s’était tenu tranquille depuis un certain temps. Mais il y’a quelques jours il a tenu un discours belliqueux, menaçant Israël avec des nouveaux missiles iraniens perfectionnés, Fateh 110, pouvant atteindre tout le territoire israélien. Il est allé plus loin, envisageant des attaques, soit par tunnels soit en traversant la ligne de défense de Tsahal, afin de conquérir des habitations en Galilée “et au delà“. Si un tel projet se réalisait ce serait un succès certes local et provisoire, mais une réussite de prestige, nécessaire pour son image   de marque affaiblie par les déboires dans les conflits de Syrie au côté du gouvernement Assad

Or ce dimanche on s’est trouvé devant un premier signe concret de l’intention de mettre à exécution la menace de Nasrallah. Un groupe de chefs militaires haut places de l’organisation terroriste a fait apparition dans le Golan Syrien, région non fréquentée d’habitude par le Hezbollah, puisque pratiquement occupée par les rebelles. Cette apparition a été connue grâce à la mise à mort par raid aérien de douze passagers, dont des officiers supérieurs de Hezbollah, faisant route dans la région de Quneitra, en bordure de la frontière israélienne. Cette attaque par hélicoptère est attribuée à Tsahal, admettant par sous entendus sa responsabilité.

Loading...

L’identification des victimes de l’attaque est révélatrice: Il s’agit de Mohammad Issa, commandant militaire chargé du dossier Irak-Syrie, ainsi que d’un général Iranien faisant partie du commandement du Hezbollah, et lequel n’était pas prévu dans le convoi. Mais c’est surtout Jihad  – prénom symbolique -Moughniyeh qui est significatif, car il était chargé tout particulièrement du projet d’occupation d’habitations civiles en territoire Israélien, selon le scenario avancé par Nasrallah. Ce jeune terroriste est le fils d’Imad Moughniyeh, ancien stratège et chef légendaire des opérations du Hezbollah, tue dans un attentat commis à Damas en 2008. Sa mort a porté un coup à l’organisation, et son fils cadet, âgé à peine de 20 ans et adolescent à l’époque, avait rapidement repris l’action et le rang de son père.

Ayant reconnu avoir subi un coup le Hezbollah chercherait probablement à riposter. D’où les renforts envoyés par Tsahal vers le nord du pays. Les milieux militaires israéliens ignorent encore l’ampleur et l’emplacement de la riposte du Hezbollah. S’il se met à lancer des missiles vers Israël ce serait sans doute une nouvelle guerre. Selon Tsahal, il ne prendra pas ce risque, mais ce jugement ne serait-il pas une nouvelle appréciation erronée concernant les intentions de l’ennemi, à l’exemple de ce qui s’était produit par le passé?

On estime en revanche que le Hezbollah va entreprendre des ripostes limitées et locales, et surtout des tentatives d’attentats contre des objectifs israéliens à l’étranger, mais pas dans l’immédiat.

Bizarrement, ce regain de tension ne préoccupe pas outre mesure l’opinion publique, plongée dans la campagne électorale.

© Copyright  Gil Kessary pourEurope Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Le Golan brule-t-il?

    1. Yéochoua

      Si nos gouvernements avaient réellement recherché la paix, jamais un Barak (Ehoud) n’aurait ordonné le retrait du Sud-Liban de Tsahal. On aurait au contraire provoqué un déplacement des populations hostiles plus au Nord et annexé cette bande de terre qui sert de base de lancement de missiles (deuxième guerre du Liban) et d’où sont vraisemblablement creusés en ce moment des tunnels.
      Ou alors, on aurait poursuivi la coopération avec Tsadal, l’armée du Liban-Sud, qui vivait en une sorte de symbiose avec Israël. Les populations non hostiles à Israël vivaient en paix, et se protégeaient du terrorisme tout en servant de zone tampon à Israël.
      Quant à l’une des crapules qui ont péri dans l’affaire rapportée ci-dessus, elle a trempé dans l’explosion qui avait coûté la vie à 80 et quelques parachutistes français basés au Liban pendant le première guerre du même nom.

    2. Mir amie d Israël

      Une pensée pour notre jeune amie Léa partie servir la bas. Si le monde pouvait voir avec lucidité combien les jeunes de Tsahal sont magnifiques, courageux, responsables et ayant besoin de vivre, rire, exister dans l insouciance du jeune âge . Qu ils soient récompenses pour leur service. J oublié pas le besoin de reconstruction intérieure de Guilad Shalit .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *