toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le désarroi d’une prof qui parle de « Charlie » à ses élèves


Le désarroi d’une prof qui parle de « Charlie » à ses élèves

Minute de silence incomprise, parfois méprisée, provocation…, une enseignante dans un collège classé REP de l’académie de Grenoble raconte son étrange journée.

Image à la Une : L’Éducation nationale a demandé aux professeurs de faire respecter une minute de silence. © THIERRY ZOCCOLAN / AFP

 Le matin du 8 janvier, nous avons reçu un courrier de notre ministre qui nous rappelait que l’école était là pour transmettre les valeurs de la République. En tant que professeurs, nous avons pour mission d’expliquer à nos élèves les faits, de les faire réfléchir, de les aider à comprendre.

« Pourquoi respecter une minute de silence pour des gens que je ne connaissais pas ? »

J’ai d’abord eu un échange avec ma classe de 5e, composée de collégiens de 12 ans en moyenne. Ils étaient très silencieux. Sauf un qui m’a demandé : « Pourquoi respecter une minute de silence pour des gens que je ne connaissais pas ? » J’ai trouvé cette réaction violente. Ses camarades ont été choqués également. Ils sont jeunes, sans doute plus émotifs que leurs aînés. Je voyais que cet élève faisait semblant, il ne pesait pas ses mots. Il était dans la provocation.

J’ai rappelé les faits en commençant pas l’évidence : on a tué des êtres humains. Pour que la minute de silence soit ensuite respectée, j’ai dû « plomber l’ambiance », sinon ça n’aurait pas fonctionné. Je leur ai dit : « Vous vous rendez compte que les victimes sont parties hier matin en disant à tout à l’heure à leur famille ? » Il fallait éviter que d’autres s’amusent à jouer les caïds pour épater la galerie pendant ce moment de recueillement. Après la minute de silence, j’ai senti une lourdeur s’abattre sur la classe donc j’ai décidé de passer à autre chose. Je venais de voir quelques-unes de mes élèves de confession musulmane debout, la tête baissée, presque gênées, pour elles, pour leurs familles, ça doit être dur de voir certains faire l’amalgame.

Loading...

Quant à ce qui s’est passé dans ma classe, cette provocation, ce n’est rien à côté de ce que certains de mes collègues ont dû affronter. Durant la minute de silence, dans les autres classes, il y a eu plusieurs expulsions d’élèves, les uns parlaient, disaient des choses affreuses, les autres rigolaient. Un petit de 6e de confession musulmane a carrément refusé de respecter la minute de silence. Tous ces élèves un peu « retors » ont été envoyés chez le principal de l’établissement et chez l’infirmière scolaire pour entendre un discours différent de celui qu’ils entendent sans doute chez eux.

En début d’après-midi, j’ai accueilli une classe de 4e. Ils sortaient d’un cours de français pendant lequel ils avaient entamé un vif débat sur le sujet. Ils étaient bruyants, agités, je leur ai proposé qu’on poursuive le débat pendant mon cours. Certains jugeaient cet acte effroyable, traitaient les terroristes de « barbares ». Mais un élève a commencé à exprimer son désaccord. J’ai ensuite remarqué qu’une autre assise au fond de la classe attendait sagement main levée qu’on lui donne la parole.

« On ne va pas se laisser insulter par un dessin du prophète »

« Madame, me dit-elle, on ne va pas se laisser insulter par un dessin du prophète, c’est normal qu’on se venge. C’est plus qu’une moquerie, c’est une insulte ! » Contrairement au précédent, cette petite pesait ses mots, elle n’était pas du tout dans la provoc. À côté d’elle, l’une de ses amies, de confession musulmane également, soutenait ses propos. J’étais choquée, j’ai tenté de rebondir sur le principe de liberté et de liberté d’expression. Puis c’est un petit groupe de quatre élèves musulmans qui s’est agité : « Pourquoi ils continuent, madame, alors qu’on les avait déjà menacés ? »

Plusieurs élèves ont tenté de calmer le jeu en leur disant que Charlie Hebdo faisait de même avec les autres religions. Leur professeur de français avait eu l’intelligence de leur montrer les unes de Charliepour leur montrer que l’islam n’était pas la seule religion à être moquée. Mais ils réagissent avec ce qu’ils ont entendu à la maison.

Tout cela a divisé les élèves

Ce qui me désole, c’est la fracture que cet événement tragique a créée dans des classes d’habitude soudées. Tout cela a divisé les élèves. Il régnait aujourd’hui une ambiance glauque, particulière. Cette classe de 4e sympa, dynamique, était soudain séparée en deux clans. Les communautarismes ont resurgi d’un coup. Et ça me fait peur pour la suite.

L’école doit transmettre nos valeurs, mais on est parfois un peu trahis par les parents. On apprend les principes républicains aux enfants, mais une fois à la maison ils en font bien ce qu’ils veulent. Ils n’ont plus confiance en nous, professeurs. Ils ne nous prennent pas pour des alliés, mais pour des ennemis. En tant que prof, tu te demandes ce qu’ils peuvent penser de toi, de nous enseignants, nous qui avons la foi de leur apprendre. Nous avons devant nous des jeunes citoyens qui ont des idées telles qu’on est obligé de se demander : « Où allons-nous ? »

Learn Hebrew online

Propos recueillis par 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “Le désarroi d’une prof qui parle de « Charlie » à ses élèves

    1. yoniii

      hi

      quel decheance , quel betise , ses prof sont totalement defassée
      d’ une nulité deconcertante

      qu’est ce qu’ils croyaient ses bobo de gauche … que en ce couchant plus bas que platre . et islamisant les enfants de souche d’occident *qu’en islamisant l’histoire d’europe en histoire d’eurabia .

      leurs nouveaux maitre islamofaschiste allaient les remercier

      quel bande de con …

      et encore ce n’est que le debut , nous verront ce qu’ils diront losrque leurs propres eleves muzz , les egorgeront dans les recrés de leur propre ecole

      a j’oublié ils accuseront les juifs , les americain , l’extreme droite d’en etre la cause

      connards de gauchiste … vous ne recolté que ce que vous avez crée vous memes .

      comme toujours ce sont les patriotes qui perront le prix du sang .. tandis que vos couille molle , vous iraient vous cacher .. en pretendant que vous n’y etes pour rien

      un pois chiche , il vous manque un cerveau ….

      mais c’est vrai que l’ideologie mutlulturel pro hamas , pro palos , pro muzz.. vous a fait croire que les muzz vous epargneront

      et bien nous .. ilds vous tue aussi

      by

    2. laurent

      Toi qui parles si bien des profs, je suppose que c est en connaissance de cause. Tu as dû être assidu aux cours. Cela me paraît incontestable. Petit bémol cependant:tu devais dormir pendant les cours d orthographe. ….sans parler des cours de philosophie qui te sont passés très au dessus de ta compréhension visiblement. ..

    3. michel boissonneault

      c’est le devoir des institutions , des écoles d’éduquer les enfants chrétiens , juifs ou musulmans ….les enseignants ont bien fait de discuter de ce sujet sensible pour ainsi réveiller ses jeunes éduquer par des parents anti-occident , anti-républicain donc cela prouve encore une fois que les muzz sont déconnecter du monde de tolérence

    4. Jacques

      Il y a vraiment des profs qui vivent au pays des bisounours.

      Ils n’ont pas compris que l’éducation est du ressort des parents, et que leur rôle n’est que d’enseigner ? Certains se prennent pour bien plus qu’ils ne sont.
      Et même s’il est très louable de chercher à « corriger » chez certains ce qu’ils peuvent entendre à la maison, il ne faudrait pas être naïf non plus : le message entendu chez eux est mille fois plus puissant.
      Et faire semblant de découvrir que l’islam est potentiellement très intolérant en même temps que très autocentré pour ne pas dire parano, c’est un peu inquiétant.
      Enfin, si ça peut servir à leur ouvrir les yeux, à ces éternels utopistes…

    5. Gbm

      Pour ceux ayant l’intention de participer dimanche à marche ayons un slogan :JE SUIS CHARLIEJE SUIS CASHER

    6. amram

      @laurent
      avant d’insulter yoni regardez donc son nom et devinez ,abruti, de quelle nationalite il est
      parlerez vous une langue etrangere aussi bien que lui sans l’avoir apprise a l’ecole?
      je ne vous salue pas

    7. Herman

      Et voilà les chers profs qui votent forcément à gauche viennent de comprendre que les petites montons qui étaient en face d eux étaient en fait les loups déguises
      Ces chers profs qui sont toujours en train de remettre en place les Petits gaulois fils de racistes et qui votent au fn
      Et maintenant que les loups ont mordus et dépecé la petite communauté gauchiste de charlie hebdo les petits profs se voient en face du mur qu ils ont cree les gaulois qui ne pouvaient plus rien dire et subissaient et les petits musulmans a qui on a à tout permis pour éviter les accusations de racisme
      Et maintenant que l on veut revenir au valeur traditionnel de la France ou de l europe oups il y a gros hic les petits musulmans ne sont pas d accord
      Quelle surprise
      Ces petits musulmans ne sont pourtant des islamistes ce sont des musulmans éduque chez eux avec les valeurs de leurs parents
      Donc premier constat l intégration est un rate monumental
      L le fait d avoir créer des banlieu guethos de non droit et ou on laisser faire car cela arrangeait bien les politiques et aujourd hui le réveil est rude et le pire est a venir
      L europe et surtout la France vont vivre cé qui se passe en Israël on se lève sans savoir si on rentrera ce soir
      Trop de démocratie tue la démocratie comme dirait l autre . Les américains l ont compris avec les systèmes d écoutes mondiaux avec les centres de rétention des présumés terroriste
      Nous nous mettons sous contrôle des personnes et on attend que le mal arrive il faut anticiper et changer les lois dans le cas contraire ce qu c est passe n est que le commencement d une longue serie et a long terme
      Est ce que je suis raciste fasciste en disant cela oui celon les critères actuels non si on revient 20 ans en arrière, et ne me parlez pas de vichy ou autre on en prône pas l extermination ou le port du croissant pour les musulmans mais simplement qu ils s intégrent réellement et respectent les valeurs occidentales
      Nb hier a la radio l ihman de belgique a tenu les mêmes propos que ceux qui ne veulent pas s intégrer partent dommage qu il a fallu attendre ces massacres pour avoir une vrai réaction dU monde musulmans mais est ce qu il n est pas trop tard car la maison brûle
      Les semaines a venir nous confirmeront ou non ce qui va se passer mais je ne suis as optimistes
      La police va avoir la pression et en cas de bavure la réaction du monde politique dira ce qui va se passer virage total à droite ou on continue en démocratie encore un peu

    8. Saraiol

      Effarant mais pas étonnant !
      On voit là ce que vivent les profs.
      On peut penser que certains vont commencer à comprendre.
      En même temps, on peut penser aussi que beaucoup d’entre eux et autres « intellectuels » ou ces politiques comme Aubry, Cazeneuve Ayrault et autres Taubira ne sont choqués et ne sont pour la liberté d’expression que parce que la victime est Charlie Hebdo.
      En effet, quand, à ma grande stupéfaction, j’ai entendu ce soir un prof à la retraite accuser de ces massacres … le Front national!

    9. Passage

      L’élève réfléchit par lui même, pose une question intelligente, s’exprime, attend des réponses logiques. Bravo !
      Cette enseignante a eu un fonctionnement en dessous de tout !
      Elle aurait pu justement mettre en avant cette liberté d’expression de l’élève, lui dire combien il était précieux, le saluer, le respecter. Il aurait été tellement plus aisé ensuite de lui montrer ainsi qu’exprimer sa pensée est louable et ne mérite jamais la peine de mort.
      Mais non, l’enseignante l’a sanctionné, l’a condamné. Elle n’a fait que trouver matière à valider ses propres croyance, ses croyances, les mêmes que les vôtres, celles que cet article contribue à insinuer dans vos cranes et qui sont tellement loin de l’esprit des victimes de Charlie Hebdo.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *