toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La plupart des Palestiniens de Judée Samarie étaient autrefois des Juifs


La plupart des Palestiniens de Judée Samarie étaient autrefois des Juifs

Image à la Une : Les collines de Judée (Photo Credit: Lori Lowenthal Marcus) —

En tant que journaliste, j’ai toujours été très sceptique sur les origines du ‘peuple palestinien’. Certains ont soutenu que les origines des palestiniens remontent à mille ans. D’autres prétendent que les ancêtres des palestiniens sont venus beaucoup plus récemment, pendant les dernières périodes des mandats ottomans et britanniques. Et d’autres encore affirment que les racines du peuple palestinien en Terre Sainte sont anciennes. Alors, que devons-nous croire?

L’archéologue américain Eric Cline a rapporté dans son livre ‘Jérusalem assiégée’: «Bien que certains seraient en désaccord, les historiens et les archéologues ont généralement conclu que la plupart, sinon tous les palestiniens modernes sont probablement plus étroitement liés aux Arabes de l’Arabie saoudite, du Yémen, de Jordanie et autres pays qu’ils ne le sont des anciens Cananéens, Jébuséens ou Philistins.

Les principaux mouvements de ces Arabes dans la région ont eu lieu après l’an 600 de notre ère, plus de 1600 ans après que David et les Israélites aient conquis les terres aux mains des autochtones.»
Ce fait est confirmé par Sherif Hussein, le Gardien de Lieux saints islamiques de l’Arabie, qui a déclaré que les ancêtres des palestiniens ne sont dans la région que depuis 1000 ans.

De nombreux chercheurs ont signalé qu’à la suite de la peste noire et des Croisades de 1517, seulement 300 000 personnes sont restées sur  la Terre d’Israël, dont 5000 étaient juifs, et que la plupart des ancêtres des palestiniens modernes sont venus à la fin et au début des mandats ottoman et britannique. Au cours de la période du mandat britannique seul, 100 000 arabes des pays voisins ont immigré en Terre Sainte.

Toutefois, après avoir effectué une recherche intense sur cette question, une autre histoire sur les origines du peuple palestinien est apparue qui réaffirme en outre l’attachement juif en Terre Sainte. Un palestinien vivant à Jérusalem qui souhaite rester anonyme a avoué dans une interview exclusive que les origines des membres de sa famille sont 100% juives et que la famille de son père était des Cohanim. Il a affirmé: “La plupart des palestiniens en Judée et Samarie sont d’anciens Juifs. Les Ottomans les ont convertis de force. Ma famille s’est convertie à l’Islam au début des années 1900 « .

Ce palestinien a expliqué que sa ville d’origine se trouve dans les sept villages environnants où il y avait une majorité juive en place jusqu’au début des années 1900: “Mes grands-parents me disent qu’ils sont nés musulmans. Tout comme leur ville d’Islin, toute la série des  villes près de Beit Shemesh étaient juives. Les villes entières autour de nous avaient un juge juif connu sous le nom de Kakum Khawaja, qui était un rabbin « .

Le Palestinien a noté qu’à la fin des années 1800, l’Empire ottoman a commencé à faire pression sur la population locale pour accepter l’Islam, après qu’Herzl eût informé le sultan ottoman des intentions des mouvements sionistes. Le Sultan fou de rage a fait en sorte que cela ne se produise pas, bien qu’il se soit abstenu de délivrer un édit formel de conversion forcée: “Les soldats ottomans arrivaient, enquêtaient et
s’assurer que chacun était juif et que cela impliquerait un acte humiliant. Les habitants ont dû apporter tous les tapis de fantaisie pour que les soldats puissent les utiliser, et préparer du foin mélangé à du sucre pour les chevaux de la cavalerie ottomane. Et puis, les habitants ont dû faire cuire la nourriture pour les soldats. Ils ont été forcés de mélanger le yaourt avec de l’agneau dans un plat connu aujourd’hui comme mansaf ».

Le palestinien a noté que Bayt Itab, qui était près de Beit Shemesh, était habitée par des juifs séfarades: « Une famille en particulier dans la ville a commencé à tenir les prières du vendredi le vendredi et le samedi, de sorte à tromper les Ottomans pour qu’ils croient qu’ils n’étaient pas juifs. Maintenant Beit Shemesh, une autre ville proche, avait surtout des familles juives qui allaient plus tard devenir musulmanes palestiniennes, à l’exception d’une famille ».

Learn Hebrew online

« Beaucoup de Juifs ne croiraient jamais cela, mais si vous visitiez Zora, vous verriez la tombe de Samson le Grand « , a noté le palestinien. « Vous apprendriez que les palestiniens ont l’habitude de glorifier cet homme dans la ville. Chaque fois que quelqu’un meurt, les palestiniens chantent pour évoquer tristement sa mémoire : « Oh mon Dieu, pourquoi l’avez-vous pris, il n’a jamais destitué sa grand-mère ni donné conseil à un musulman. » Pourquoi les palestiniens musulmans chanteraient des chansons folkloriques comme ça « ?

« L’une des chansons folkloriques pour enfants dit ceci : « Par le Dieu de Moïse, ne me faites pas perdre mon chemin, » a expliqué le palestinien. « Pourquoi ce n’est pas Mahomet? En outre, les commentaires des autochtones reflétés dans l’ensemble de la communauté palestinienne utilisaient l’expression ‘il est un Cohen’ pour suggérer que quelqu’un est un sage, ou qu’il pouvait voir des choses que d’autres ne pouvaient pas voir. La plupart des palestiniens ne savent pas ce qu’est un Cohen. Pourquoi utilisent-ils l’expression ‘il est un Cohen’ pour décrire quelqu’un ayant des connaissances données par D.ieu? »

Bien que de tels propos aillent à l’encontre de la propagande pan-arabe et des livres d’histoire standards du Moyen-Orient enseignés à travers le monde, ce palestinien n’est pas le seul à les affirmer. Selon le Jérusalem Post, Tzvi Tsvi Misinaï a mené des recherches sur les racines juives du peuple palestinien et a découvert que 90% des palestiniens ont des racines juives: « Et qui plus est, la moitié d’entre eux le savent ». Il a noté que de nombreux palestiniens maintiennent des coutumes juives, y compris des rituels de deuil, l’allumage des bougies de Chabbat et même le port des tefillin.

Misnai n’est pas le seul chercheur à croire cela. Les études génétiques menées par Hadassah Medical School ont découvert que la population juive est étonnamment proche génétiquement de la population palestinienne, ce qui implique que beaucoup d’entre eux ont du sang juif en eux. Le Premier ministre d’Israël, David Ben Gourion avait évidemment convenu que la plupart des palestiniens ont des racines juives, selon Arutz Sheva: « Si nous étudions les origines des Felahim, il n’y a pas de doute que beaucoup de sang juif coule dans leurs veines. »

En fait, Ben Gourion croyait si fermement à cette idée qu’en 1956, il a créé un groupe de travail avec Moshe Dayan et Haim Levkok pour développer des moyens de judaïser les Bédouins, leur enseigner la vie juive et les éduquer à faire partie de la nation israélienne, au moins sur le plan ethnique à défaut du plan religieux. Selon le Jérusalem Post, les Bédouins étaient favorables à l’idée, mais les enseignants ont abandonné le programme parce qu’ils ne pouvaient vivre dans les mêmes conditions que les Bédouins. En conséquence, ces personnes n’ont jamais été intégrées à la société israélienne.

Dr Harry Mandelbaum a noté dans son article écrit pour ‘Think Israël’ que, malgré deux mille ans de persécution et diverses conversions forcées par divers conquérants au cours de la majeure partie de l’histoire juive sur la Terre d’Israël, les Juifs ont constitué une partie importante de la population si ce n’est la majorité en Terre Sainte. Ces faits contredisent les recensements effectués, qui prétendent que la Terre Sainte avait une majorité musulmane à partir de l’époque des Mamelouks. Ils contredisent aussi les livres d’histoire standards qui insistent pour faire remonter les racines palestiniennes au plus tôt au 7ème siècle de notre ère et non bien avant dans le cours de l’histoire.

S’il est certain que la conquête arabe et les conquêtes islamiques ultérieures, ainsi que les croisades et la Peste Noire, ont eu leur rôle dans l’élaboration de la démographie de la Terre Sainte, ces recensements n’en transmettent sans doute pas une image complète.

« Il est important de noter que les estimations et les recensements effectués par les conquérants musulmans étaient fortement biaisés pour  exagérer le nombre de musulmans et minimiser le nombre de juifs et de chrétiens, » a-t-il noté. « Par conséquent, les seules données fiables sont fournies par des sources neutres non-musulmanes. Les touristes et les hommes politiques, les arabes comme les non-arabes, ont documenté  leurs observations de la population en Terre Sainte sur plus de mille ans « .

Selon l’historien James Parker, « Pendant le premier siècle de la conquête arabe, le calife et les gouverneurs de Syrie et de la Terre Sainte exerçaient essentiellement un contrôle sur les sujets chrétiens et les juifs. A part les Bédouins dans les premiers jours, les seuls arabes à l’ouest du Jourdain étaient des garnisons « . En 985, un écrivain arabe Muqadassi s’est plaint: « La mosquée est vide de fidèles. Les Juifs constituent la majorité de Jérusalem ». En 1377, l’historien arabe Ibn Khaldoun a déclaré, » la souveraineté juive en Terre d’Israël s’est étendue sur 1400 ans. « 

Mandelbaum a également noté dans son article que le savant hollandais Adriaan Reland qui a visité la Terre Sainte en 1695 a constaté que la plupart des communautés avaient des noms hébreux, certaines des noms grecs et d’autres romains. Aucune de ces communautés à cette période n’avait de noms musulmans arabes. Il a en outre affirmé que les villes étaient principalement peuplées de Juifs, alors que le reste de la population essentiellement chrétienne et musulmane constituait une minorité de population.

Fait intéressant, Reland  a rapporté ces faits, même si le calife El Hakim a forcé tous les Juifs de la Terre Sainte de se convertir soit à l’islam ou de quitter le pays en 1012 et les Croisés ont massacré de nombreux Juifs en Terre Sainte à la fin de la période médiévale. Il soutient que jusqu’à la période du mandat britannique, l’afflux de musulmans en Terre Sainte a été minime et la plupart des habitants avait des racines juives.

« Lorsque le général Allenby, le commandant des forces militaires britanniques, a conquis la Palestine en 1917/1918, seulement quelques milliers d’arabes musulmans vivaient en Terre Sainte, » a écrit Mandelbaum. “La plupart des arabes étaient chrétiens, et la plupart des musulmans dans la région soit provenaient de la Turquie sous l’Empire ottoman, ou étaient les descendants de Juifs et chrétiens qui ont été converties de force à l’islam par les conquérants musulmans. »

Cependant, malgré l’afflux massif de musulmans en Terre Sainte pendant la période du mandat britannique, le palestinien interviewé a proclamé: « Je ne connais pas de famille palestinienne qui n’a pas une histoire juive dans sa généalogie. Tout comme les Juifs ont été forcés de se convertir au christianisme en Espagne, ils ne sont jamais revenus en arrière, mais il serait utile de nous rappeler publiquement que qui nous étions et ce que nous étions, pour montrer que nous devons nous connecter en tant qu’êtres humains. « 

Ce palestinien a expliqué que les deux parties ont fait des erreurs dans les années qui ont précédé la création d’Israël et après. Le mouvement sioniste n’a pas reconnu aux Palestiniens les racines juives de leur famille tout en soulignant que les deux côtés ont souffert de l’antisémitisme et les palestiniens eux-mêmes ont également regardé de travers ces nouveaux arrivants en provenance d’Europe. Mais ce palestinien espère que cette information peut aider à rapprocher les deux peuples et à tout le moins à poursuivre la paix dans l’avenir:  » Faute d’étudier notre passé, nous ne pourrons pas aller de l’avant vers l’avenir »

Rachel Avraham
http://www.jewishpress.com/indepth/analysis/most-palestinians-in-judea-samaria-were-formerly-jews/2015/01/06/0/

Traduction Europe Israël

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 12 thoughts on “La plupart des Palestiniens de Judée Samarie étaient autrefois des Juifs

    1. David Belhassen

      Cet article, comme tout article écrit par une plume journalistique, est superficiel et erroné en grande partie.
      L’imprécision, le « flou artistique », l’amalgame entre les notions ethnie et religion, remplacent ce qu’un tel sujet exige : rigueur scientifique, historique, sémantique etc…
      Dire que  » La plupart des Palestiniens de Judée-Samarie étaient autrefois des Juifs », est faux !
      50-60 pour cent de la population de Judée-Samarie nommée (à tort) « palestinienne », sont des descendants de Samaritains arabisés et islamisés de force.
      10-20 pour cent de cette population sont des descendants de Judéens arabisés et islamisés de force.
      20 pour cent sont des descendants d’émigrés (eux aussi arabisés-islamisés), venus récemment des pays aux alentours d’Israël (Egypte, Liban, Syrie, et même d’Afrique du Nord et d’Albanie !).
      Un infime pourcentage (2 à 3 pour cent) descend vraiment (ethniquement parlant) des conquérants arabo-musulmans venus du Hedjaz au VIIème siècle après J.-C.
      La solution est donc la désarabisation de cette population, afin qu’elle recouvre sa véritable identité ethnique et sa mémoire historique.

    2. David Belhassen

      Bonsoir Jacques. Un article à ce sujet doit être publié prochainement sur ce site.
      Nous en reparlerons après sa publication.

      David

    3. Prince

      Enfin un articles intéressant qui dit une par de vérité ,sa va faire beaucoup de jalous chez les ashkénazes qui sont issu des khazars du Caucase converti au judaïsme au 7eme siècles et qui n’ont aucun lien territoriale et de descendance avec la Palestine ou le pays de Canaan au choix .

    4. Prince

      Comme souvent je l’ai commenté dans divers articles enfin les palestiniens en grosses majorités sont reconnu commets les vrais descendants des vrais hébreux de Paletine mélanger avec les cananéens ,les philistins ,les jebuséens les chaldéens,les édomiens,les amalecites ,les judéens, les samaritains les assyriens ,ext…..aucun n’étaient ashkénazes .

    5. Prince

      Laurence la Fuji, pas que pour moi les historiens le disent Bengourion le polonais sioniste immigré le disait ainsi que Zvi misrai ext… Les séfarades sont orientaux d’origines bédouine,arabe (yéménites ´saoudite, irakien,perse ext…

    6. Laurence

      Les sepharades et les ashkenazes se sont appelés comme cela apres l’exode donc en diaspora , mais ils sont un seul peuple tiré du meme peuple le peuple Hébreux qui est revenu sur ses terres

    7. Prince

      Laurence la belle, c’est pourquoi les ashkénaze qui le savent développent une haines et un racisme envers les palestiniens qu’ils savent légitimes sur la terre de Palestine par rapport a eux qui sont d’origines russes ou européenne et qui n’ont aucun liens familiale ou territoriale le deul lien est biblique m’est ce n’était pas suffusant .la plupart des Paletiniens on des titres de propriétés et sont propriétaires .cela remonte depuis des siècles puisqu’ils sont pour une partis les descendants directes des hébreux.

    8. Prince

      Laurence vous êtes très mal informé puisque les Palestiniens aujourd’hui chrétiens et musulmans convertis sont les descendants directes des hébreux orientaux qui sont un mélanges de toutes les populations qui vivent dans toute la région depuis l’antiquité . Voir sur youtube shlomo sand historien hisraelien je origine autrichienne donc ashkénaze. À plus demain je me lève a 6 h bonne nuit .la belle

    9. Laurence

      shlomo sand historien israelien ?

      Bien sùr , plus antiIsrael , plus antisémite , il n’y a pas
      Un révisioniste de l’histoire ,désolée

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *