toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël rejettera-t-il le « Syndrome d’Oslo » ?


Israël rejettera-t-il le « Syndrome d’Oslo » ?

Le « Syndrome d’Oslo » est une expression inventée par l’historien et psychanalyste Kenneth Levin, qui a écrit un livre intitulé « The Oslo Syndrome » : Délires d’un Peuple assiégé (Smith & Kraus, 2005). Il est lié au soi-disant « Syndrome de Stockholm » dans lequel les otages s’identifient à leurs ravisseurs, mais c’est une réponse spécifique des Juifs à la haine du juif (le nom de « Syndrome de Stockholm » provient d’une situation d’un braquage de banque avec otages qui a eu lieu près de Stockholm en 1973.) Le « Syndrome d’Oslo », bien sûr, lui porte sur les « Accords d’Oslo » entre Israël et l’OLP.

J’ai écrit sur le « Syndrome d’Oslo » il y a plusieurs années, mais dans la mesure où il continue d’être épidémique chez les Juifs, j’ai décidé de revenir sur le sujet.

Alors qu’est-ce que c’est ?

Loading...

Un mécanisme psychologique de défense adopté par les Juifs en réponse aux persécutions et à la haine du juif. Un juif affichant le syndrome :

a) En vient à croire les accusations de la culpabilité juive des antisémites,

b) Et croit également qu’il est en son pouvoir pour atténuer leur haine en devenant une meilleure personne selon leurs normes.

 

Tel un juif qui veut s’assimiler, rejeter le judaïsme ou (particulièrement) le sionisme ou même faire partie des forces de persécution des Juifs ou d’attaquer Israël, parce qu’il croit inconsciemment que cela lui permettra de se protéger de leur colère.

C’est illogique et cela s’est révélé faux plusieurs fois, mais le subconscient n’est pas nécessairement rationnel.

 

C’est une des explications pour attirer des Juifs dans les organisations anti-Israël, comme des « étudiants pour la Justice en Palestine », « la Voix juive pour la Paix », etc.

Learn Hebrew online

Ces Juifs éditent souvent la question embarrassante du mea culpa qui me rappelle les « sessions de lutte » de la Révolution culturelle chinoise ou soviétique.

En raison de la profonde motivation émotionnelle — en un mot, la peur — la victime du syndrome ne peut pas facilement être persuadée par des faits et la logique. Il va souvent se réfugier dans la répétition aveugle des mots à la mode comme « profession », « apartheid » et « racisme ».

Ils ont aussi tendance à s’opposer viscéralement aux expressions du particularisme juif.

Loading...

Ils trouvent le nationalisme, les armées et les frontières odieuses et sont attirés par les idées multiculturelles, universalistes et humanistes.

Si nous disons assez souvent que toutes les cultures, y compris celle « Palestinienne » qui trouve son expression politique dans l’OLP, le Hamas, le Jihad islamique, etc. — méritent d’être respectées, que nous devrions détruire la barrière et de fin de la conscription à l’armée israélienne, que nous comprenons leur « droit » à « résister à l’occupation » (parfois exprimée avec des couperets à viande et des bombes incendiaires), alors ils ne nous tueront pas. Pas vrai ?

 

Levin fournit des exemples puissants et choquants comment le « Syndrome d’Oslo » aurait empêché des tentatives délirantes de Juifs de tenter de sauver des juifs durant l’Holocauste (à partir de mon article de 2011)

…/…

Peut-être pire encore, le philosophe Martin Buber, qui s’était réfugié en toute sécurité à Jérusalem (il s’est échappé de l’Allemagne en 1938), publia un article en 1944 qui réclamait un Etat binational et dit que les niveaux d’immigration juive doivent être déterminés en accord avec les arabes-palestiniens (bien sûr, ce qui voulait dire zéro puisque la direction collaborait avec les Nazis).

Tellement bien qu’il professait l’admiration pour la spiritualité des Juifs d’Europe orientale, Buber a préféré laisser leurs corps aux mains d’Hitler !

En effet, tout au long des années 1930, alors que David Ben Gurion frénétiquement tentait de créer un front-uni afin de maximiser l’immigration des Juifs d’Europe vers la Palestine — où il vit clairement qu’il n’y avait pas d’avenir — il s’est battu bec et ongles contre des Juifs comme Buber, Felix Warburg et Judah Magnes, qui estimaient qu’une majorité juive serait désastreuse (elle conduirait à l’antisémitisme serait injuste, etc..).

Combien de Juifs auraient pu être sauvés sans des obstacles placés par des juifs anti –sionistes ? Des milliers ? Des Centaines de milliers ? Nous ne le saurons jamais, bien sûr.

L’homme politique israélien Naftali Bennett a construit sa campagne autour du rejet du « Syndrome d’Oslo » (ainsi que l’esprit des désastreux « Accords d’Oslo »).

« Arrêter de s’excuser » dit-il dans ses publicités télévisées et ses annonces sur Internet. L’idée sous-jacente est que nous devrions arrêter d’accepter le récit arabe faux et diffamatoire dans lequel nous sommes coupables de voler leurs terres, du meurtre de leurs enfants, du maintien d’un « Etat d’apartheid », et même commettre un « génocide » à leur encontre.

Bennett vise directement la gauche israélienne, dont certains membres ont intériorisé le point de vue arabe si bien qu’ils sont de bien meilleurs calomniateurs que les Arabes eux-mêmes.

Un article récent et un livre d’Ari Shavit dans lequel il a inventé un massacre est un exemple. Et voici un autre particulièrement éhonté, en réponse à Bennett, de l’inimitable Gideon Levy. On peut se demander pourquoi il ne s’égorge pas lui-même pour épargner aux arabes la peine de le faire !

Pour Levy et Shavit, nous sommes coupables, coupables, coupables.

L’antidote à ce cas bénin du syndrome, il devrait simplement étudier l’histoire, mais quand quelqu’un est allé aussi loin qu’ils l’ont fait, ils sont incapables de voir la vérité, peu importe même si elle est présentée clairement.

L’heure est-elle arrivée enfin, après le long détour qui a débuté en 1993, qu’un appel à la fierté juive et au patriotisme plaira aux plus jeunes Israéliens, qui remplaceront la Gauche nihiliste par des leaders tels que Bennett, Tzipi Hotovely, Ayelet Shaked, Ronen Shoval et d’autres ?

Nous verrons.

 

Source : Par Vic Rosenthal, adapté par Mordeh’aï pour malaassot.com





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Israël rejettera-t-il le « Syndrome d’Oslo » ?

    1. TUIL

      Remettons à l’honneur les livres de Maccabées 1 et 2 qui ont été exclus du canon hébraïque et qui sont la gloire du peuple juif au 2 ème siècle avant notre ère ; ces livres avaient déjà été mis à l’honneur par le sionisme au début du
      20 ème siècle ; et arrêtons de donner une quelconque importance aux écrivaillons juifs de la haine de soi

    2. Marie 1

      Gideon Lévy plus fou que lui tu meurs, l’exemple excecrable du juif mentalement atteint du virus anti juif : insoignable sauf par antisemitox le produit miraculeux qui tue les antijuifs et antisionistes

    3. Robert Davis

      Excellent article et c’est tellement EVIDENT qu’ilne parait même pas nécéssaire d’élaborer. Evidemment ces juifs atteints du syndrome d’oslo sont des COUARDS de la pire espèce et la raison ne peut pas les atteindre car ils sont en état de panique et d’hystérie. Que font les médecins en présence d’un caqsz d’hystérie? allez-vous raisonne la malade? elle ne vous entend même PAS! Ils lui donnent un GIFLE pour la « réveiller » Si on devait donner une raison parmi d’autres(pas à eux car ils ne l’entendraient même pas préssés d’aller aus toilettes…). Dans une bataille on a moins de chances de se faire tuer en allant sus à l’ennemi qu’en s’enfuyant car dans le premier cas l’ennemi n’a qu’un temps LIMITE pour vous tirer dessus tandis que contre la troupe qui s’enfuit on a tout le temps pour la mitrailler,10,100 fois plus de temps de tirer…évidemment le couard ne peut pas comprendre cela.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *