toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Guerre civile en Europe : La politique de séparation


Guerre civile en Europe : La politique de séparation

Image à la Une : Le djihadiste hollandais d’origine turque connu sous le nom de Yilmaz, a quitté les Pays-Bas pour combattre en Syrie et s’est révélé être au service des médias sociaux en néerlandais, anglais, turc, pour les «relations publiques» entre djihadistes et leur recrutement.

La politique de séparation – qu’il s’agisse des ségrégations raciales en Amérique ou de la séparation des musulmans d’Europe de leurs voisins non-musulmans –  s’avère désormais le grand chantier.

L’Europe est au cœur d’une guerre civile, pour la victoire et la domination d’une minorité sur la majorité. Même en supposant que la majorité des musulmans d’Europe souhaite s’adapter et se fondre dans la masse des «indigènes», elle sera entravée par la minorité violente.

La minorité militante est une puissance à ne pas négliger, parce que la récompense qu’elle offre est tentante et alléchante aux yeux des jeunes ayant des besoins émotionnels encore confus. Les sources de financement et d’inspiration sont pour la plupart loin de la mêlée. Si ces sources pouvaient être taries, il y aurait davantage d’espoir pour une résolution pacifique.

Des incitations fiscales pour la croissance économique et la mobilité ascendante pourraient outre aborder le malaise économique des zones défavorisées, faire revivre au moins une partie des économies d’Europe.

Loading...

Si les Européens pratiquent des dénégations délirantes, ils iront sûrement vers la défaite.

****

Qui gouverne ce continent de nos jours? Est-ce le plus riche, l’Allemagne, ou est-ce le Royaume-Uni, qui ne s’est lié que géographiquement, tardivement, par la construction d’une ligne ferroviaire sous la Manche? La France insiste pour garder son indépendance et avoir son propre chemin.

Les pays européens ne peuvent être regroupés. Les pays de l’Union européenne [UE] ne sont pas culturellement homogènes. Les pays de la zone Euro sont économiquement séparés de ceux en dehors de cette zone. Les Membres de l’OTAN – même de l’OTAN élargie – sont perçus différemment militairement que ceux à l’extérieur de l’organisation. Il y a aussi, bien sûr, des différences marquées entre les pays de l’Est de l’ex-URSS et de ses satellites, et les démocraties occidentales; entre monarchies et républiques; entre catholiques et protestants; entre l’Europe musulmane (Albanie, Turquie côté européen, des parties de la Bulgarie et de la Bosnie-Herzégovine) et l’Europe chrétienne.

Ces différences ont été résolues partiellement ou totalement, de façon permanente ou temporaire, pour permettre aux «affaires de continuer»

Puis est apparue une autre variable: l’islamisation de l’Europe post-chrétienne. Avant de se prendre la tête à méditer tout cela, nous devrions commencer par en apprendre davantage sur l’histoire de l’islam: ses conquêtes précédentes, les Empires islamiques, leur déclin – en savoir plus sur ces nouveaux venus qui habitent un continent sur lequel ils ont immigré et que beaucoup espèrent islamiser. Il y a urgence, car de nombreux pays musulmans sont coincés dans des processus de pensée datant d’un millénaire. Le hiatus est souvent si grand qu’il défie la rationalité.

Learn Hebrew online

Nous ne pouvons pas nous attendre à un changement instantané rien que pour notre commodité. Les ingrédients du récent creuset européen ne peuvent pas se « fondre »,  ou ne voudront pas se « fondre », même au nom du vivre ensemble en paix et du travail en vue de la prospérité.

Même en supposant que la majorité des musulmans d’Europe souhaite s’adapter et se fondre dans la masse des « indigènes » et vivre non seulement côte à côte, mais totalement mixée dans tous les aspects de la vie, elle sera toujours contrainte par la minorité violente. Beaucoup d’immigrants, aussi, ont du mal à s’éloigner de leur passé. Ils peuvent se sentir perdus. Ils ont laissé derrière eux leurs origines et leur patrimoine mais ne sont pas en tandem avec leur progéniture, même si ce sont eux qui ont cherché volontairement et délibérément ce changement monumental.

En fait, leur progéniture les rejette souvent ainsi que leurs valeurs, la plupart du temps tout simplement parce qu’elle ne les comprend pas. C’est également vrai des «indigènes». Le «fossé générationnel» n’est pas souvent comblé pour le bien de la paix et de l’harmonie.

Loading...

La minorité militante, cependant, a un agenda totalement différent. Ses activistes sont acharnés à l’islamisation de chaque personne en Europe, de même que partout dans le monde. C’est une puissance à ne pas négliger, car ils recrutent d’autres nouveaux arrivants de tous les coins de la terre, et le prix qu’ils offrent est tentant et alléchant aux yeux des jeunes ayant des besoins émotionnels encore confus. Les sources de financement et d’inspiration sont pour la plupart loin de la mêlée. Si ces sources pouvaient être taries, il y aurait davantage d’espoir pour une résolution pacifique.

La politique de séparation – qu’il s’agisse des ségrégations raciales en Amérique ou de la séparation des musulmans d’Europe de leurs voisins non-musulmans –  s’avère désormais le grand chantier, une entreprise de longue haleine.

La question de savoir si l’islam est une religion de paix reste sans réponse. Premièrement, le mot arabe Islam ne veut pas dire «paix», mais un acte de soumission au Dieu (Allah) et à sa volonté. Deuxièmement, la base et l’enseignement de l’Islam est universellement comprise dans la conception qu’il faut considérer les non-musulmans comme des infidèles. Troisièmement, les infidèles doivent être anéantis. Tout est indéniable depuis la parole d’Allah dans le Coran jusqu’à la Shari’a en passant par les hadiths du prophète Mahomet. Ainsi, les musulmans natifs ou convertis, qu’ils soient ultraconservateurs, modérés ou laïcs, sont piégés dans cet étau d’obligation de respect à la volonté d’Allah, pour tous, pour le monde non-musulman ou musulman, sans aucune marge de manoeuvre.

Ce qui est poignant pour moi, en tant que chrétien copte égyptien qui a vécu et travaillé comme médecin dans les pays musulmans et non-musulmans, est le manque catastrophique de compréhension de l’Islam par les médias occidentaux, les dirigeants et l’homme-de-la-rue. Il est ahurissant de voir, dans la façon dont de nombreuses politiques sont traitées, le degré d’ignorance des faits et des vérités flagrantes.

L’Europe est au coeur d’une guerre civile semblable à aucune autre – pour le grand prix de la domination religieuse de la minorité sur la majorité. Quelles que soient les dénégations de nombreux Européens et observateurs du monde entier – pour qui ces actes terroristes ne sont pas liés à l’Islam, ou s’ils sont islamiques d’une certaine manière, ils  sont simplement commis par des déviants qui s’éloignent des «vraies» origines de l’Islam – – en réalité, le chaos que nous voyons actuellement est généré par l’islam djihadiste. Cette minorité est soutenue par d’autres ayant une conviction similaire, mais avec des idées encore plus militantes et des fonds importants.

Le reste du monde risque le même sort. Il y a le chapitre et le verset, autre que 9/11, 7/7, l’attentat du train de Madrid et les attentats en Inde, l’Argentine, la Russie, Israël, le Canada, la Belgique, l’Australie, la Grande-Bretagne et la France, entre autres. Comme premières mesures, les gouvernements d’Occident ont besoin honnêtement d’étudier l’islam; et une force de destruction doit affronter, contenir et couper l’alimentation de djihadistes et leurs sources de financement.

Si les islamistes européens souhaitent quitter le continent pour combattre en Syrie et en Irak, ils devraient être autorisés à sortir, mais ils ne devraient pas être autorisés à revenir. En outre, les législateurs doivent appliquer les lois interdisant la coopération avec les organisations terroristes désignées. Ils pourraient aussi rappeler aux gens que s’ils coopèrent avec des groupes terroristes désignés, ils pourraient être soumis à une arrestation de retour dans leur pays d’origine, ou même empêchés d’entrer.

Des incitations fiscales attrayantes en faveur de la croissance économique et la mobilité ascendante pourraient également, outre aborder le malaise économique dans les zones défavorisées, faire revivre au moins une partie des économies d’Europe.

Si les Européens pratiquent des dénégations délirantes, ils iront sûrement vers la défaite.

 Saba E. Demian – 25 janvier 2015
http://www.gatestoneinstitute.org/5135/europe-civil-war-the-politics-of-separateness

Saba E. Demian est professeur retraitée du Laboratoire de Médecine des écoles médicales USC et LSU et réside en Caroline du Sud.  .

 Traduction Europe Israël

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Guerre civile en Europe : La politique de séparation

    1. Estelle Mehal

       ن Estelle Mehal ن a Retweeté

      James Breen @JJ_Breen
      · 26 janv.
      Je suis Libby Lane.

      0 réponse 1 Retweet 1 favoris

       Répondre

       Retweeté 1

       Ajouté aux favoris 1

       Plus

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *