toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

France: La communauté juive craint un effet boule de neige. Mise à jour: la synagogue n’a pas fermé.


France: La communauté juive craint un effet boule de neige. Mise à jour: la synagogue n’a pas fermé.

Mise à jour: Lettre du Président de la Synagogue de la Victoire. La Synagogue n’a pas fermé.

Bonjour,

Trois jours d’horreur absolue, 16 victimes sauvagement assassinées, parce que dessinateurs, journalistes, employés, policiers, ou juifs.

Depuis qu’on laisse crier « Mort aux juifs » dans les rues de Paris, certains croient que tout est permis dans la patrie de la Liberté et des Droits de l’Homme.

Après nous avoir demandé de fermer nos synagogues pour Chabbat, on va nous demander de fermer nos écoles, on va nous demander de fermer nos boucheries, nos épiceries, car c’est devenu dangereux d’être juif et de vivre normalement.

Mais une fois les synagogues, les écoles, les magasins fermés on va nous demander de rester chez nous, car c’est dangereux d’être juif dans la rue.

Et une fois chez nous, on va nous demander d’arrêter d’étudier, de penser, car c’est dangereux de penser, d’écrire, de dessiner…

….puisqu’on a le droit de crier « Mort aux juifs et à Israël » dans les rues de Paris depuis juillet 2014.

Et bien non !

Contrairement aux demandes nous n’avons pas fermé la Victoire ce Chabbat. Nous avons pris le maximum de précautions et nous avons ainsi accueilli nos amis des synagogues voisines que la police ne pouvait pas sécuriser.
Fidèle à ses 140 ans d’histoire la Victoire reste ouverte, comme pendant la Seconde Guerre Mondiale, malgré les menaces, les attentats et les arrestations.

La Parole, l’Etude et l’Intelligence ont toujours droit de Cité et pignon sur rue,  en France et à Paris.

         Jacques CANET
        Président de la Victoire

La grande synagogue de Paris ferme pour la 1èr fois depuis la 2è guerre mondiale

La grande synagogue de Paris de la rue de la Victoire est restée fermée pendant l’attaque terroriste menée contre le magasin Hypercacher de la porte de Vincennes vendredi, et n’a pas rouvert ses portes pour les offices du Shabbat, ce qui constitue une première depuis la Seconde Guerre mondiale, rapporte samedi le journal USA today.

La police française a imposé la fermeture de la synagogue pour des raisons de sécurité, bien que le lieu de culte ne se soit pas dans le même quartier que l’Hypercacher qui lui se trouve à l’est de Paris. Même après le siège a pris fin, la synagogue n’a pas rouvert pour les prières.

A titre préventif, la police a demandé également la fermeture immédiate de tous les commerces, rue des Rosiers a indiqué la mairie du IVe arrondissement de Paris sur Twitter, ce vendredi.

La communauté juive craint un effet boule de neige

« La prise d’otages à Vincennes est la traduction d’une véritable guerre », déclare Richard Prasquier, ex-président du Conseil représentatif des Institutions juives de France (CRIF) interrogé vendredi par i24news au moment même où des otages étaient encore retenus dans un supermarché casher de Paris, par le terroriste responsable du meurtre de la policière à Montrouge jeudi.

Au surlendemain de l’attentat contre les locaux de Charlie Hebdo et au lendemain de la fusillade à Montrouge, l’ex-président du CRIF déplore « ne pas être surpris» par la prise d’otages qui se déroule actuellement à Vincennes, compte tenu de « l’expérience », dit-il, avant de faire référence à l’attaque perpétrée par Merah contre l’école juive de Toulouse en 2012.

« Je crains que ces événements ne donnent des idées à d’autres », déclare-t-il insistant sur « la haine de ces hommes pour les Juifs ».

M. Prasquier souligne par ailleurs l’importance de désigner « l’ennemi impitoyable » qui n’est autre que « l’islamisme radical » et de « trouver des modalités de ripostes dures vis-à-vis de tous ceux qui seraient prêts à les (djihadistes) imiter ».

Interrogé sur la probable poussée du Front National après ces événements tragiques, M. Prasquier a insisté sur l’importance du vocabulaire à utiliser : « il est indispensable d’en finir avec les difficultés de langage car cela est très mal vécu par la population », indiquant qu’il s’agirait d’un élément important pour le vote des Français.

Si le gouvernement fait preuve de « faiblesse » et ne désigne pas ‘le terrorisme islamiste’ comme responsable, « le FN engrangera des succès », selon lui.

Une éventuelle hausse de l’électorat juif du FN n’est d’ailleurs pas exclue par l’ex-président du CRIF qui déclare à ce sujet : « oui, peut-être, il faut regarder les choses en face ».M. Prasquier a tenu toutefois à rappeler combien l’unité nationale est importante durant ces événement et appelle à ne pas faire d’amalgame.

« Il n’y a rien à voir entre les Musulmans qui vivent en paix et ceux qui désirent imposer à la France un monde effroyable », a-t-il expliqué.

A la question, « pensez-vous que l’Alyah soit une solution pour les Juifs de France ?», M. Prasquier a confirmé la tendance émanant des derniers chiffres publiés par l’Agence juive faisant état d’un nombre de départs record.

« Une grande partie des Juifs pensent que l’Alyah est une solution et ‘qui suis-je moi pour dire qu’ils ont tort ? », a-t-il lancé avant de rappeler que le combat mené par Israël contre le Hamas est le même que celui auquel la France est actuellement confronté. « Ce qui me choque c’est qu’on ne veut pas voir non plus que cette idéologie effroyable c’est aussi le Hamas », a-t-il dit. « Le combat mené par Israël est un combat mené au nom de notre civilisation ».

« Nous sommes tous dans le même bateau (…) Charlie Hebdo – dont les journalistes ne partageaient pas notre sensibilité – s’est retrouvé victime des mêmes assassins qui espèrent tuer tous les Juifs », a conclu le représentant.

Francis Kalifat est vice-président du Crif a également bien voulu répondre aux questions d’i24news par l’intermédiaire d’Edith Lenczner la responsable de la communication.

Il confirme que la police avait renforcé la protection des sites institutionnels juifs, comme les écoles, les synagogues depuis mercredi après l’attaque de Charlie Hebdo. « Les organisations communautaires ont reçu des consignes des autorités françaises les appelant à renforcer la vigilance ». Cependant, précise-t-il, il n’est évidemment pas possible de protéger chaque commerce juif.

Francis Kalifat et Edith Lenczner ne croient pas qu’un nombre important de Juifs se rapprocheront de Marine Le Pen à cause de la situation actuelle et du fait que les Juifs sont particulièrement visés par les attaques islamistes. « On ne guérit pas le mal par le mal ». Pour eux , le pourcentage de Juifs qui seraient tentés de voter pour le parti d’extrême-droite sera toujours nettement inférieur à celui la moyenne nationale et il serait même « marginal ».

Par contre, c’est une nouvelle onde de choc qui est en train de secouer les tréfonds de la communauté juive dont les conséquences risquent d’être incommensurables pour son avenir dans ce pays puisque de plus en plus de Juifs vont se poser la question de leur sécurité. Et particulièrement les Juifs religieux, ceux qui fréquentent les commerces kashers. « Cela risque d’accélérer le mouvement de l’Aliyah », estime Francis Kalifat, mais aussi de leur expatriation vers d’autres pays qu’Israël.

En tout cas, ils sont de plus en plus nombreux à se poser des questions, même ceux qui n’avaient jamais envisagé cette éventualité car, dit Francis Khalifat ‘les Juifs se posent aujourd’hui la question du bien vivre en France ».

Quant aux relations avec la communauté musulmane, les responsables juifs ne se veulent pas nécessairement pessimistes.

Selon eux, les dirigeants des autorités reconnues des Musulmans de France sont « dans une position de dialogue, mais doivent faire face à environ 5% de radicaux ». Et les instances musulmanes n’auraient pas pris la mesure adéquates ni compris l’ampleur du discours islamiste.

Les responsables juifs leur reprochent de ne pas faire entendre suffisamment leur voix, un discours ferme, mais peut-être disent-ils, « c’est parce qu’ils craignent pour leur propre sécurité ». Et ils en veulent pour preuve la protection rapprochée nécessaire pour assurer la sécurité de personnalités modérées prônant le dialogie telles que l’imam de Drancy Chalgoumi.

Finalement disent-ils, « les Juifs en Israël n’ont aucun problème de sécurité spécifique, si ce n’est ceux de la population toute entière ». Alors qu’en France, ils subissent la violence comme n’importe quel citoyen français , comme on a pu le voir cette semaine, mais en plus « ils sont stigmatisés en tant que Juifs ».

Beaucoup de jeunes ne veulent plus mettre leurs enfants dans des écoles juives qui sont gardées par la police, mais ne peuvent plus les mettre dans les écoles publiques en raison de l’ostracisme dont ils sont victimes.

Ils en ont assez de devoir pénétrer dans des lieux de culte sous protection policière.

L’Agence juive pour Israël va devoir renforcer son personnel dans les prochaines semaines en France.

 i24news Marion Bernard et Marc Femsohn





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “France: La communauté juive craint un effet boule de neige. Mise à jour: la synagogue n’a pas fermé.

    1. Kravi קרבי

      C’est une grave erreur d’avoir fermé la synagogue. Elle aurait dû rester ouverte pour accueillir Juifs et goyim sympathisants.
      Ne plus jamais céder au terrorisme, ne plus jamais se coucher.

    2. eric

      La synagogue n’etait pas fermé chabat.
      c’est une mauvaise information d’i24.
      Voici le mot du president de la synagogue suite à cette fausse information :

      Trois jours d’horreur absolue, 16 victimes sauvagement assassinées, parce que dessinateurs, journalistes, employés, policiers, ou juifs.

      Depuis qu’on laisse crier « Mort aux juifs » dans les rues de Paris, certains croient que tout est permis dans la patrie de la Liberté et des Droits de l’Homme.

      Après nous avoir demandé de fermer nos synagogues pour Chabbat, on va nous demander de fermer nos écoles, on va nous demander de fermer nos boucheries, nos épiceries, car c’est devenu dangereux d’être juif et de vivre normalement.

      Mais une fois les synagogues, les écoles, les magasins fermés on va nous demander de rester chez nous, car c’est dangereux d’être juif dans la rue.

      Et une fois chez nous, on va nous demander d’arrêter d’étudier, de penser, car c’est dangereux de penser, d’écrire, de dessiner…

      ….puisqu’on a le droit de crier « Mort aux juifs et à Israël » dans les rues de Paris depuis juillet 2014.

      Et bien non !

      Contrairement aux demandes nous n’avons pas fermé la Victoire ce Chabbat. Nous avons pris le maximum de précautions et nous avons ainsi accueilli nos amis des synagogues voisines que la police ne pouvait pas sécuriser.
      Fidèle à ses 140 ans d’histoire la Victoire reste ouverte, comme pendant la Seconde Guerre Mondiale, malgré les menaces, les attentats et les arrestations.

      La Parole, l’Etude et l’Intelligence ont toujours droit de Cité et pignon sur rue, en France et à Paris.

      Jacques CANET
      Président de la Victoire

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap