toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Entretien avec Alain Finkielkraut : « Il y a un climat d’intolérance qu’il faut combattre sans hésitation »


Entretien avec Alain Finkielkraut : « Il y a un climat d’intolérance qu’il faut combattre sans hésitation »

À la suite de l’éviction d’Éric Zemmour d’i>TéléBoulevard Voltaire lance un appel à la liberté d’expression [que vous pouvez signer sur leur site]. Et interroge chaque jour un invité différent pour connaître sa réaction. Aujourd’hui, Alain Finkielkraut…

Quelle a été votre réaction à la dénonciation de propos prêtés à Éric Zemmour par Jean-Luc Mélenchon ?

Jean-Luc Mélenchon a réagi avec indignation à ce qu’il avait lu dans le Corriere della Sera : interviewé sur une éventuelle « déportation » des musulmans, Éric Zemmour, sans s’émouvoir du terme, avait répondu que l’histoire réservait des surprises, comme par exemple le retour des pieds-noirs en France. Vérification faite, non seulement Zemmour n’a pas employé le mot de « déporter », mais le journaliste lui-même ne l’avait pas utilisé lors de l’entretien. Cela, Jean-Luc Mélenchon ne le savait pas. D’ailleurs, lorsqu’il a appris le licenciement d’Éric Zemmour par i>Télé, il a protesté. Je ne vais donc pas, moi, ici, dénoncer à mon tour Mélenchon. Je déplore la décision d’i>Télé, et je la regrette d’autant plus qu’Éric Zemmour n’y tient pas le rôle d’un éditorialiste. Il participait à une émission de débat, avec Nicolas Domenach, et ces deux-là se disputaient sur tout.

Est-ce que vous auriez trouvé plus compréhensible que la direction de RTL cède à sa propre Société des journalistes, sachant que Zemmour n’a pas de contradicteur sur son antenne ?

Non, pas du tout. Je dis simplement que la décision d’i>Télé est inquiétante car elle semble annoncer un monde où le seul débat licite sera la confrontation du même avec le même : Le Monde avec Le MondeL’Obs avec L’ObsLes Inrocks avec Les InrocksTélérama avecTélérama… Cette idée-là de la discussion démocratique est affligeante, mais on en a eu un autre exemple récemment avec la polémique autour de Marcel Gauchet puisqu’un nombre assez conséquent d’intellectuels, de chercheurs et d’enseignants ont protesté contre sa présence aux Rendez-vous de Blois, et qu’un festival off a même été organisé par des gens qui ne voulaient pas partager la terre avec celui qu’ils appellent maintenant « Marcel droitier ». Il y a un climat d’intolérance qui se répand en France et qu’il faut combattre sans hésitation, quelles que soient par ailleurs les divergences qu’on peut avoir avec Éric Zemmour. Et mes désaccords sont nombreux ! Je ne partage pas son indulgence pour Dieudonné et Soral, je ne me reconnais pas dans son natalisme, ni dans l’idée qu’il se fait de la place des femmes dans la société, je juge tout à fait infondée sa réhabilitation partielle du régime de Vichy… Mais cela veut dire une chose : je veux débattre avec lui, je ne veux surtout pas qu’il soit interdit de débat.

Certains s’offusquent du fait qu’on n’ait pas autant protesté contre la censure de Dieudonné…

Dieudonné est un négationniste actif. Il diffuse la haine. Et pour que le débat d’opinion ait un sens, il faut maintenir une frontière infranchissable entre les faits et les opinions. Dieudonné a fait monter Faurisson sur scène. L’extermination des juifs ne peut pas être une affaire d’opinion. Éric Zemmour réfléchit, raisonne, propose un certain nombre d’hypothèses. On ne peut absolument pas tracer la moindre analogie entre Le Suicide français ou le dernier sketch de Dieudonné, « Feu Foley », où celui-ci se moque de l’émotion suscitée par la décapitation de l’otage américain et invite ses parents à « se calmer ». Il y a une différence fondamentale, il y a un fossé, il y a un abîme entre les deux choses. Je n’ai jamais, pour ma part, milité en faveur d’une liberté sans limites. Celle-ci règne sur Internet et c’est pourquoi, même si j’y donne parfois des entretiens, je ne fréquente pas la vidéosphère. Car dans une anarchie comme celle-là, où toutes les distinctions sont abolies, aucun débat digne de ce nom ne peut prendre son essor. Je ne débattrai jamais ni avec Dieudonné, ni avec Soral, ni avec aucun négationniste.

Vous avez à l’inverse déclaré : « On ne peut pas m’interdire de débattre avec Zemmour. » Mais certains disent qu’il est encore bien loin d’être réellement censuré…

Oui, mais il y a quand même un mouvement aujourd’hui, une sorte d’allergie montante à l’égard des opinions dissidentes, et il est tout à fait légitime qu’on s’inquiète de voir des journalistes prendre la tête du combat pour la censure, et qu’ils soient relayés par des intellectuels, car il y va de la survie même de la discussion publique en France. Zemmour ne sera pas le seul visé. J’ai été moi-même l’objet d’un certain nombre de pétitions réclamant mon renvoi de France Culture en 2005. Je sais très bien que, derrière Zemmour, il y a d’autres cibles qui ne perdent rien pour attendre.

Boulevard Voltaire lance une pétition, est-ce que vous la signeriez ?

Non, je ne signe pas de pétitions. Je préfère intervenir à la première personne car je peux introduire des nuances, ce que la pétition, en général, ne permet pas.

Alors, à la première personne, auriez-vous quelque chose à ajouter ?

Oui, je voudrais citer Pierre Manent : « Le politiquement correct est la langue artificielle de gens qui tremblent à l’idée de ce qui pourrait arriver s’ils arrêtaient de se mentir. » Il me semble que plus l’immigration devient un problème, plus on nous explique que c’est une chance, et plus on s’acharne contre ceux qui persistent à voir ce qu’ils voient.

Entretien réalisé par Bertrand Pasquet







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Entretien avec Alain Finkielkraut : « Il y a un climat d’intolérance qu’il faut combattre sans hésitation »

    1. yoniii

      hi

      je n’ai rien compris cette personne personellment ,
      mais je doit quand meme dire ce que beaucoupo constate helas

      avant cela ; bruno bettelheim ouvrage survivre
      en regardant comment et qui cédée en 1er et plus profondement dans une situation extreme d’un camp de concentration pas d’extermination dans les années 1920 30 . avant la solution finale

      et bettlehim a compris que plus vousetier a un haut poste en temps de pâix , juge , universitaire etc
      et plus vous cédier en 1er et le plus profondement entemps de guerre , dans une situation extreme
      parce que justement vous n’etir pas adapter a survivre en temps de guerre

      Finkielkraut, fait partie de ses gens bien adapter en temps de paix
      et tres tres mal adapter en temps de guerre

      il suffit pour cela de le voir lors des derniere prestation a la tv

      face a des salopard , les dhimmiphié de service Finkielkraut est de faite incapable de faire face a une tel situation et de vaincre
      ces prestation ont etaient un echec helas
      mais il avait perdu d’avance de toutes facon face a des ennemi biaisé

      Finkielkraut est un homme adapter a discuter avec des intellectuel honnette intellectuellment . dans unsalon causu avec des petit four

      mais discuter avec des salopard , dans une arenne pleinne de chien desirant votre propre mort , alors la Finkielkraut , est inadapter et il perd

      il faut des homme adapetre en temps de guerre , cynique ,manipulateur , menteur , vil , etc… u ngagnant , un battant , un salopard
      c’est le seul moyen de vaincre reéllment

      encore faut il s’en donner les moyen

      by

    2. Dorilée50

      Ce mec là fait partie du comité d’honneur de la licra http://www.licra.org/comite-honneur aux côtés des fabius, juppé, bayrou, delanoë, jospin…
      Cette licra qui a demandé aux médias de ne plus accorder de tribune à Éric ZEMMOUR
      http://www.20minutes.fr/medias/1503467-20141217-licra-demande-medias-plus-offrir-tribune-eric-zemmour
      Il faudrait quand même savoir de quel bord il est ! Contre Éric avec la licra et pour quand il est sur Boulevard-Voltaire… Pas clair ce mec !

    3. Isaac OHAYON

      Alain Finkielkraut, qui, quoiqu’on en dise, aime son prochain, quel qu’il soit, soulève l’éternel problème de la lâcheté ordinaire qui a pris le voile du « politiquement correct ». Sa pensée ne se nourrit – je l’espère – que de la volonté d’éclairer ceux qui ne peuvent, ne veulent ou ne savent pas voir les côtés sombres de l’actualité. Hélas, les artistes, les journalistes, les élus ont souvent un autre objectif : leur clientèle ou eux-mêmes. Comme ils sont en première ligne, comme ils sont appréciés pour leur esthétique, leur humour ou leur gouaille ou au contraire leur obséquiosité, on leur fait spontanément confiance. Et on a tort: tôt ou tard, il faut payer la note.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap