toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

De la “Meth du Jihad”, très prisée chez les djihadistes de l’EI, a été saisie en Judée et Samarie


De la “Meth du Jihad”, très prisée chez les djihadistes de l’EI, a été saisie en Judée et Samarie

Des quantités de ce puissant stimulant, populaire auprès des groupes djihadistes de l’État islamique ou dans les rangs des soldats de l’armée syrienne ont été saisies en Judée-Samarie, ce vendredi, a déclaré la police du district de Judée et de Samarie.

Dans un communiqué émis ce vendredi, la police de district a déclaré que tout en contrôlant un arabe ‘palestinien’ de retour de Jordanie sur le passage Allenby, ils ont trouvé 1,3 kg de haschisch ainsi que des milliers de pilules de « Captagon ».

Le ‘palestinien’, un résident de Jéricho, a dit à la police que les pilules lui servaient à traiter son état cardiaque. Il a été arrêté et emmené pour interrogatoire par la police de Ma’ale Adumim.

Un porte-parole de la police du district de Judée et Samarie n’a pas été en mesure de dire samedi soir si c’était la première saisie de Captagon sur la rive occidentale.

Loading...

Le Captagon est la marque de pilules contenant du Fénéthylline actif, une liaison chimique de l’amphétamine et de la théophylline. Ce médicament a été interdit au milieu des années 80 dans la plupart des pays occidentaux mais reste très prisé dans le monde arabe, en particulier en Syrie, où une grande partie est fabriquée. Des produits de contrebande, des imitations génériques sont également assez fréquents.

Des rapports récents ont indiqué que le Captagon est très courant chez les combattants des deux camps de la guerre syrienne; à la fois chez les djihadistes et dans les rangs des soldats de l’armée syrienne. Un article publié dans le Guardian la semaine dernière intitulé « Captagon: l’amphétamine qui alimente la guerre civile en Syrie », montrait que le commerce de la drogue continuait de rapporter des revenus par millions chaque année, et servait presque certainement à payer des armes pour les forces rebelles et  les djihadistes, tout en stimulant les champs de bataille des combattants des deux côtés.

Des études antérieures de Reuters et de Time ont  dit que la drogue est très courante aussi dans la population civile de Syrie, ravagée par la guerre.

Au cours des dernières années, on a vu l’émergence de rapports disant que le groupe terroriste chiite libanais Hezbollah a aidé à financer ses activités grâce à la production et au trafic de grandes quantités de faux Captagon, et qu’il produisait des pilules de méthamphétamine puissantes vendues à travers le Moyen-Orient.

Les autorités libanaises ont également dynamité un certain nombre de laboratoires de drogues dans le sud du Liban, qui auraient été utilisés pour la préparation des méthamphétamines.

Ben Hartman ,Jerusalem Post

Learn Hebrew online

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “De la “Meth du Jihad”, très prisée chez les djihadistes de l’EI, a été saisie en Judée et Samarie

    1. David Belhassen

      L’usage de ce genre de substances pour stimuler la cruauté et le crime, n’est pas nouveau dans l’islam. Le terme français « assassins » est dérivé de l’arabe « hashashin » = consommateur de hashich.

    2. Laurence

      Que leur font ces pillules ? pourquoi, ces pillules sont utilisées spécialement par les djihadistes ?
      Pour quelles raisonsi sont elles interdites dans les pays Occidentaux ?

    3. Oxydent75

      @Kravi
      Si cela brûle les neurones, compte-tenu du nombre restreint de ces cellules dans ce genre de population, on peut considérer qu’il ne doit pas en rester beaucoup après la première prise… On comprend aussi leur animalité dans les combats.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *