toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Bobigny, des policiers menacés « Au nom d’Allah, vous allez tous mourir bande de bâtards… »


Bobigny, des policiers menacés « Au nom d’Allah, vous allez tous mourir bande de bâtards… »

Le 17è chambre du tribunal de Bobigny. Les affaires s’enchainent, et les peines prononcées surprennent par leur clémence. Photo © Patrick Iafrate

À Bobigny (Seine-Saint-Denis), le deuxième tribunal de France traite du dealer de banlieue jusqu’au multirécidiviste en détention provisoire. Plongée au coeur de la 17e chambre correctionnelle, chargée des comparutions immédiates.

« C’est quoi ça, pourquoi c’est aussi lent ? », s’énerve, dans un français hasardeux, un jeune homme en baskets et jogging. Au tribunal de Bobigny, les tensions commencent dès le hall d’entrée. Une fois passés les portiques de sécurité, deux mondes se mélangent : les visages graves et pressés des avocats en robe contrastent avec les sourires et l’air franchement décontracté des prévenus. Dans le hall, deux adolescentes voilées semblent s’amuser avec leurs téléphones. Attendent-elles d’être jugées, ou soutiennent-elles un proche, un frère ?

Sous l’oeil d’un avocat blasé, les deux jeunes filles s’adonnent au jeu du “selfie”. Scène banale d’un tribunal où les destins se croisent. « C’est le tribunal de la vie », commente un membre du barreau qui termine son café. « On a de tout ici : du vol avec violence, de la récidive, du voleur de sac à main, du violeur. C’est ça la vie », conclut-il avant de s’engouffrer dans l’un des grands couloirs du tribunal.

Au sein de la 17e chambre correctionnelle, chargée des comparutions immédiates, la machine judiciaire est bien huilée : les dossiers sont apportés en continu à la présidente du tribunal, tandis que le va-et-vient des avocats se poursuit dans une quasi-routine. Une dizaine de dossiers sont traités chaque après-midi dans cette petite salle d’audience. Parfois, les dossiers sont simples, comme cet homme, parlant à peine français, et déjà condamné deux fois pour des violences sur son ex-épouse. L’accusé comparaît car il ne respecte pas sa mise à l’épreuve et se rend souvent au domicile de son ex-femme, ce que la justice lui a interdit. « Vous rentrez ça dans votre tête : ne rentrez plus en contact avec votre ex-femme », s’énerve la présidente du tribunal. Le procureur réclamait trois mois de prison ferme ; l’ex-mari violent écopera finalement de 150 euros d’amende. Les affaires passent, avec la violence pour seul dénominateur commun. C’est pour cela qu’est jugé Ahmed (le prénom a été modifié). Âgé d’une trentaine d’années, il ne parle que quelques mots de français.

La présidente se saisit du dossier sous le regard des assesseurs et du procureur. Elle lit en silence et lève les yeux au ciel : Ahmed semble être un habitué de la 17e chambre, son casier judiciaire comporte dix-neuf condamnations au total. Le multirécidiviste, qui ne montre aucun signe de nervosité, est cette fois-ci jugé pour« outrage à l’autorité publique, menaces, violences et résistance à une arrestation en état de récidive ».

La juge résume brièvement le dossier : « Vous avez menacé les policiers après votre arrestation. Vous avez hurlé, je cite : “Au nom d’Allah, vous allez tous mourir bande de bâtards…”, à l’intérieur du commissariat. L’interpellation se passe mal, vous frappez trois policiers, crachez au visage de l’un d’eux et refusez tout contrôle d’alcoolémie. »

Lire la suite





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Bobigny, des policiers menacés « Au nom d’Allah, vous allez tous mourir bande de bâtards… »

    1. Laurence

      C’est sùr qu’aprés ça on ne s’étonne pas de ce qui se passe en France

      MERCI TAUBIRA !!!!!!!!!!!!!!!!!

    2. Robert Davis

      « La violence pour seul dénominateur commun » de ces arabes! Et la seule peine est…E 150 !!! Quant à la raison de la lenteur elle est dans le fait qu’on a pas encore f.dehors ou dans des caps de concentration toute cette racaille. Nous sommes en guerre et on tire à coup…d’euros? Je ne veux pas être plus royaliste que le roi,si les français veulent couler la france,c’est leur affaire!

    3. Jacques

      Si les condamnations étaient un peu plus lourdes donc dissuasives (remise au goût du jour des « travaux forcés » ?) et si la police n’avait pas pour consigne de laisser couler quand les voyous se montrent trop menaçants, ou qu’un risque existe de violences ou d’émeutes – ce qui au contraire encourage les délinquants ! – on n’en serait pas là, avec des tribunaux engorgés, des multirécidivistes qui perpètrent des attentats quasi librement, l’insécurité généralisée, et bientôt… pire ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap