toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Aux Français de « confession juive »


Aux Français de « confession juive »

Lettre ouverte à M. François Hollande, Président de la République

Monsieur le président,

Nous nous permettons de revenir sur le discours que vous avez prononcé à l’occasion de la commémoration de la libération d’Auschwitz. Nous ne pouvons que nous féliciter de la teneur de vos propos et de votre remarquable détermination à condamner sans réserve l’antisémitisme, en pleine résurgence hélas !

En revanche, vous vous adressez à nous par : « Vous, Français de confession juive », ce qui pourrait laisser croire que vous vous adressez uniquement aux Juifs croyants. Français (citoyens) juifs (peuple, ethnie) paraît suffisant. Que le Juif soit croyant, agnostique ou athée relève de la sphère privée.

C’est Clermont-Tonnerre, qui, par sa célèbre exclamation lors du débat sur l’émancipation des Juifs – « Tout pour les Juifs comme citoyens, rien pour les Juifs comme nation ! » – avait cru trouver la formule magique qui pouvait faire l’unanimité. Désormais, nous n’étions plus désignés comme des Juifs, mais comme des « Français de confession israélite », en excluant toute connotation de peuple ou de nation pour ne retenir que celle de « confession ».

C’était une dénomination politiquement très habile et très utile à l’époque, mais néanmoins malheureuse. Car un Juif non croyant reste évidemment un Juif. Pour preuve, le peuple juif est né et s’est développé pendant près de trois siècles avant d’adopter la religion de Moïse révélée sur le mont Sinaï. Les Juifs ont cette double dimension : Ils sont à la fois un peuple ET une religion. Ceci n’est pas un détail, mais un point capital.

En effet, dans l’histoire, certains ont haï les Juifs à cause de leur religion : C’est ce que l’on appela durant des siècles l’antijudaïsme chrétien. Selon ce courant et en toute logique, si vous vous convertissiez au christianisme, vous n’étiez plus du tout un Juif. La démarche pouvait souvent être sincère, mais pas toujours, loin de là.

L’Inquisition harcelait les convertis en les dénommant « marranes » parce qu’ils mangeaient du cochon, racine de ce mot, et en les accusant de jouer la comédie.

Pour d’autres, la religion ne changeait rien au statut, on restait, physiquement si l’on peut dire, des Juifs. On sait comment Georges Bidault, président du Conseil, ironisa lors de la conversion de Maurice Shumann : « Eh bien, aujourd’hui il y a un chrétien de plus, mais il n’y a pas un Juif de moins ».

À côté de l’antijudaïsme, il y eut l’antisémitisme, mot inventé par un Allemand en 1860 pour distinguer la race de la religion. On connaît l’exploitation faite par Hitler de cette nouvelle approche : Pour le racisme nazi, ce n’était pas la religion qui faisait le Juif, mais les gènes et les chromosomes.

Aujourd’hui, les antisémites arabo-musulmans et les occidentaux qui les soutiennent ne s’attaquent pas à la seule confession, mais au peuple et à sa foi sans distinction, aux Juifs dans leur ensemble, englobés en particulier dans Israël.

En employant le terme mixte de confession juive, on ne sait pas si vous vous adressez aux seuls Juifs religieux ou à tous les Juifs de France.

Quoi qu’il en soit, au Consistoire de France, les Juifs n’utilisent désormais plus la formule désuète et inappropriée d’« israélite de confession juive ». Or « Français de confession juive » souffre de la même ambiguïté.

Il est dangereux de trier les Juifs entre religieux et non religieux, car l’antisémitisme ne fait pas de distinction.

En effet, après un débat que j’avais engagé à l’époque, au titre de secrétaire du Consistoire central de France, le mot israélite a été supprimé de la dénomination du Consistoire qui est devenu l’« Union des communautés juives de France ». Ce fut assez difficile, car nombre de membres de la génération précédente étaient restés attachés à l’expression « israélite de confession juive » que nous avons fini par supprimer.

Nous n’avons réussi dans cette entreprise à l’époque que grâce au tout nouveau grand rabbin de France, Joseph Sitruk, qui comprit immédiatement l’importance du changement que je préconisais. Avec son autorité, la modification fut acceptée séance tenante

C’est pourquoi, Monsieur le président, en définissant les Juifs de « Français de confession juive », vous effacez sans le vouloir leur existence en tant que peuple, en tant que communauté spécifique.

Croyez-vous sincèrement que les antisémites aujourd’hui distinguent entre les pratiquants et les nationalistes ?

Israël n’est pas un Etat de religion juive mais l’Etat des Juifs, croyants ou pas. Sinon les Arabo-musulmans ne devraient avoir aucune hostilité pour l’Etat laïc juif.

Les terroristes tuent les Juifs comme l’ont fait les nazis, en tant que peuple qu’ils soient orthodoxes, traditionalistes, sceptiques ou athées.

Et les arabes-palestiniens anti-israéliens refusent les Juifs qu’ils soient pratiquants ou pas. Ils se font sauter aussi bien dans une pizzeria et dans un dancing que dans une synagogue ou dans la rue lorsque les Juifs portent une kippa ou des tzitzits.

D’ailleurs, précisément à Auschwitz, d’où vous vous êtes exprimé, tous les Juifs déshumanisés, martyrisés, gazés sont morts, tous, absolument tous, non en raison de leur confession, mais en tant que membres d’un même peuple

En vous remerciant de votre combat contre l’antisémitisme, je vous prie de croire, Monsieur le président, en notre haute considération.

Source : Robert Cohen-Tanugi, La Lettre du Lien Israël-Diaspora du 28/1/15. ©Copyright malaassot.com

 





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Aux Français de « confession juive »

    1. Robert Davis

      Quelle lettre ridicule,PUSILLANIME, digne de coupeurs de cheveux en quatre et totalement inutile. Franchement si j’étais le président au reçu d’une telle lettre je me mettrais à RIRE et me moquerais d’une mentalité aussi SUBALTERNE. Navré d’être franc,je le fais avec une bonne intention celle de ne plus écrire ce genre de lettre. Juif de confession Juive ,Juif français etc. pour le commun des mortels c’est du pareil au même et ne mérite pas un long discours illisible! Ceci est d’autant plus FACHEUX que si on veut se faire entendre de la plus haute autorité du pays à qui on ne peut pas s’adresser tous les jours sous peine de passer pour des em. IL Y A BIEN UNE CHOSE QU IL FAUT LUI DEMANDER ET EN MEME TEMPS LUI FAIRE REPROCHE C EST SON ATTITUDE ENVERS ISRAEL QUI ATTISE L ANTISEMITISME! Vous aimeriez que je vous explique ce mot en …10.000 mots? de quoi me traiteriez-vous si je le faisais? de c.je serais d’accord avec vous dans ce cas!

    2. mimile

      entre le discourt présidentiel et cette lettre, des mots, encore des mots, toujours les mêmes.
      ce sont les paroles d’une chanson de Dalida.
      au delà de ce rappel, place à l’action : bougez vous au lieu de quémander une protection illusoire, et venez dans le seul endroit au monde qui est perpétuellement sous les yeux du créateur, comme dit notre livre.
      Depuis plus de 66 ans, nous avons enfin un pays grâce au retour annoncé par nos prophètes, qu’attendez-vous ?

    3. Robert Davis

      Mimile : Israel est un PETIT pays aux ressources limitées,il n’y a pas de ressources pour les…20 ou 30 m. de Juifs du monde. Que ceux qui en ont envie y aillent c’est trés bien, mais franchement on ne peut pas le recommander. Je lisais encore hier sur le site Time of Israel(vous pouvez y aller si vous parlez anglais TimeofIsrael.com) c’est un trés trés bon site,une jeune femme dans la force de l’âge,23 ans je crois qui racontait sur le mode un peu humouristique les difficultés qu’elle avait à trouver un emploi! Comme on dit pour rire « Pour devenir millionnaire en Israel il faut y venir avec 10 millions…) Donc dur dur!

    4. saraiol

      Pendant la guerre, la gestapo et la police française n’ont pas demandé à ma mère et sa famille si elles allaient à la synagogue et si elles étaient croyantes.
      Cela ne les a pas empêché de récupérer leur magasin de vêtements, de les obliger à se cacher et à se créer une fausse identité, de les empêcher de passer des concours universitaires, de les pousser au maquis et à la résistance.

    5. Charles Etienne NEPHTALI

      Merci, cher Monsieur, pour la transmission de cette lettre ouverte à M. Hollande citée en objet.

      Après lecture et relecture attentives, je m’interroge pour savoir s’il fallait vraiment s’attacher à cette subtilité de la langue française, à ce détail (et non « point de détail » d’un certain infâme personnage) ? Croyez-vous vraiment que cela a tant d’importance pour le lui faire remarquer ?

      Personnellement je ne le pense pas. Mais il est vrai que je ne possède que peu d’instruction n’ayant pratiquement pas fréquenté l’école dans ma jeunesse du fait des lois scélérates de Vichy strictement appliquées dans mon Maroc natal.

      A mon gré, M. Hollande est très vraisemblablement, et même sûrementd’ailleurs, sincère, très sincère même. Aucun de ses prédécesseurs de la Vème République a dit autant de bien de nous Juifs et nous a tant respectés et sûrement pas son dernier prédécesseur.

      Il faut se souvenir, et en tout cas moi je m’en souviens, que M. Sarkozy ne se contenta que d’envoyer M. de Villepin (22 juillet 2005) et M. Fillon (22 juillet 2007) à la Commémoration de la rafle du Vel’ d’Hiv’ et ne se déplaça jamais.

      Il faut se souvenir, et en tout cas moi je m’en souviens, que lors de la Commémoration de la rafle du Vel’ d’Hiv’ du 22 juillet 2012, M. Hollande prononça un discours plus fort à mon gré que le très courageux discours de M. Chirac du 16 juillet 1995, M. Chirac qui, le tout premier, reconnut la responsabilité de la France dans cette ignominie en déclarant « La France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable » (j’y étais). Oui, le 22 juillet 2012, il (M. Hollande) fut clair et net « La vérité, c’est que le crime fut commis en France par la France » (j’y étais également).

      Il faut se souvenir, et en tout cas moi je m’en souviens, que M. Hollande inaugura le 21 septembre 2012, le Mémorial de la Shoah à Drancy (j’y étais là encore). Avant lui, à ma connaissance, aucun président de la République ne se rendit dans cette commune pourtant située à moins d’une demie heure de Paris, cette commune dans laquelle se trouvait ce camp de la honte, dernière étape avant le départ pour le néant pour 76.000 Juifs, hommes, femmes, vieillards, enfants et bébés dont très peu revinrent. Pourquoi ?

      Alors, de grâce, cher Monsieur, laissons de côté les petites subtilités de la langue française, même si elles vous semblent importantes, pour n’en retenir que l’essentiel que je pense avoir, peut être maladroitement, résumées ci-dessus.

      Autres choses, entre autres, si vous me le permettez :

      1 – J’ignorais totalement la réflexion pour le moins déplacée, voire idiote, de M. G. Bidault glosant sur la conversion de M. M. Shuman. Merci de me l’avoir appris, ça me rassure, je ne mourrai ainsi pas idiot.

      2 – Par principe et en principe, je n’écris jamais le nom du monstre hitler ni ceux des autres criminels de guerre ayant assassiné 6 millions des miens dont 1 million et demi d’Enfants avec une majuscule, considérant que ce ne sont plus pour moi des noms propres.

      3 – Par principe et en principe, je n’utilise jamais le mot « nazi » et écrirais « le racisme de beaucoup allemands et de leurs complices ». Pourquoi ? Parce que je crains que quelques générations des gens ne sauront plus de quel pays surgit la « bête immonde » qui assassina 6 millions de Juifs dont 1 million et demi d’Enfants.

      4 – Ces monstres, ces assassins ne sont pas des humains. Je me souviendrai toujours que le Professeur V. Jankélévitch, pourtant germanophile et germanophone, déclara en substance, découvrant l’étendue de la Shoah « Ce peuple débonnaire transformé en peuple de chiens enragés ». Lorsqu’on lui fit la remarque que ce n’était pas bien de comparer des hommes à des chiens, il reconnut qu’il avait eu tort et présenta ses excuses aux…………chiens !!!

      Enfin et par contre, je regrette profondément l’utilisation par M. M. Valls, cet homme courageux et intelligent, des mots « apartheid » et « ghetto ».

      Comme ils auraient été heureux les Noirs d’Afrique du Sud de souffrir d’un tel « apartheid » !

      Comme ils auraient été heureux les Juifs de Varsovie, Lodz et autres ghettos d’Europe dans lesquels ils furent forcés de vivre par des allemands et leurs complices, ou plutôt de mourir d’ailleurs, s’ils avaient été dans les conditions dans lesquelles vivent les habitants de certaines banlieues !

      Il avait bien raison Albert Camus : « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde ! »

      J’arrête là ma réaction et, en tout état de cause, encore merci.

      Avec toute ma sympathie. Chavoua tov.

      Charles Etienne NEPHTALI

    6. Nemo

      « confession juive » … l’expression a tout de même un petit côté catho (de gauche) : repentez-vous Mister Hollande, allez voir votre confesseur et faites nous 3 pater et 3 avé !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap