toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Apartheid islamique : Lettre ouverte à Manuel Valls. Par Sami Aldeeb


Apartheid islamique : Lettre ouverte à Manuel Valls. Par Sami Aldeeb

Monsieur le Premier ministre,
Ces derniers jours, vous avez tenté de cerner les origines du drame de Charlie Hebdo, afin que cela ne se répète pas dans votre beau pays.
Après que votre président ait disculpé l’islam en déclarant que les «terroristes n’ont rien à voir avec la religion musulmane», vous visez maintenant l’école qui aurait failli à son rôle d’intégration, et l’existence d’un «apartheid territorial, social, ethnique, qui s’est imposé à notre pays».
En tant que suisse d’origine proche-orientale, j’ai réfléchi à la situation en Suisse, petit pays pauvre en ressources naturelles, divisé en 26 cantons jaloux et fiers de leur souveraineté, quatre communautés linguistiques et deux principales communautés religieuses traditionnellement antagonistes (catholiques et protestants). Pourquoi la cohabitation y a-t-elle fonctionné alors qu’au Proche-Orient, et notamment dans mon pays d’origine, la Palestine, les gens s’entre-tuent, et comment empêcher que votre France soit contaminée par le mal proche-oriental et ravagée par une guerre religieuse?
Sans doute, on dira que la prospérité économique suisse a joué un rôle, mais cette prospérité a été précédée par des réformes institutionnelles qui ont évité à la Suisse une guerre entre protestants et catholiques, en permettant l’intégration de ces deux communautés. Aucune prospérité économique ne peut intervenir dans un pays sans une cohabitation harmonieuse entre ses différentes communautés.
À refuser d’apprendre la leçon de l’histoire, on risque de répéter les erreurs du passé. Je vous propose donc un peu d’histoire.
La Suisse, comme d’autres pays européens, a connu ce qu’on appelle le Kulturkampf, traduit généralement en français par «Combat pour la civilisation». Ce qui rappelle étrangement l’expression «Clash of civilizations» rendue célèbre par Samuel P. Huntington.
Ce «Combat pour la civilisation» a débuté par un conflit entre le royaume prussien, et ensuite l’empire allemand sous la houlette de Bismarck d’une part, et d’autre part l’Église catholique sous Pie IX autour de la séparation de l’État et de la religion, conflit provoqué par l’adoption de lois régissant la vie en société dans l’État sans l’approbation préalable de l’Église et des autorités religieuses. C’était une extension du conflit opposant les philosophes des Lumières, qui plaçaient la raison au-dessus de la religion, et l’Église catholique qui plaidait pour la suprématie de la religion sur la raison et la science, affirmant qu’il appartenait à la religion (ou plus précisément aux autorités religieuses) de délimiter les compétences législatives de l’État.
Ce «Combat pour la civilisation» a commencé dans les années 1860, dans la région allemande de Baden, qui avait imposé aux prêtres un examen culturel visant à établir dans quelle mesure ils acceptaient l’État et lui prêtaient allégeance. Celui qui refusait cet examen se voyait interdire l’exercice de la fonction religieuse. En 1864, le Pape Pie IX a établi une liste de 80 erreurs en politique, en culture et en science, où figuraient la liberté d’expression, la liberté religieuse et la séparation entre l’État et la religion. Ensuite est venu le Concile Vatican I (1869-1870) affirmant l’autorité de l’Église, notamment à travers le dogme de l’infaillibilité du pape. Ce geste a été perçu par les libéraux comme une violation de la liberté de pensée et de religion. L’État a appuyé ce courant libéral et les relations entre l’Allemagne et le Vatican ont été rompues en 1872. Bismarck a alors promulgué plusieurs lois visant directement ou indirectement l’Église catholique. Ce fut le fondement de l’État moderne en Europe occidentale.
Le «Combat pour la civilisation» s’est étendu à la Suisse et a failli y provoquer un conflit armé entre les cantons catholiques et protestants. La Suisse a rompu ses relations avec le Vatican en 1873, en raison du dogme de l’infaillibilité du pape, et, une année plus tard, elle a adopté la Constitution de 1874 qui consolidait l’unité nationale et affirmait son indépendance à travers des normes visant à séparer l’État de la religion et à garantir les libertés individuelles.

On citera ici les dispositions suivantes:
– Retrait du registre des personnes des mains de l’Église et son transfert à l’État, qui le baptisa «Registre de l’état civil».
– Imposition du mariage civil devant l’Office de l’état civil. Dès lors, une cérémonie religieuse ne pouvait intervenir qu’après le mariage civil. On ne parlait plus de mariage religieux, mais seulement de bénédiction religieuse. Un religieux qui donnait sa bénédiction avant le mariage civil était poursuivi, sanctionné pénalement, et son acte restait sans aucun effet juridique. Cela permettait à toute personne, quelle que soit sa religion, d’épouser qui elle voulait devant l’Office de l’état civil, sans se référer aux autorités religieuses.
– Suppression des tribunaux religieux et attribution exclusive des juridictions à l’État. Il devenait ainsi possible de dissoudre le mariage par le divorce dans des circonstances prévues par la loi civile, et non par l’Église.
– Garantie de la liberté religieuse, dont la liberté des parents de choisir la religion de leurs enfants et leur éducation religieuse dans les écoles, et ce jusqu’à l’âge de 16 ans. Par la suite, ce droit est transféré à l’enfant lui-même qui a le droit de changer de religion s’il le veut, ou de ne pas suivre d’éducation religieuse.
– Placement des cimetières entre les mains des autorités civiles. Ainsi, tous les cimetières sont ouverts à tous, quelle que soit leur religion. On a supprimé la séparation entre catholiques et protestants après la mort, et les autorités religieuses n’avaient plus le droit de décider qui serait enterré dans un cimetière. Toute personne avait désormais droit à un enterrement décent, sans discrimination religieuse.
Par ces mesures, les autorités suisses ont mis la main sur toutes les compétences civiles de l’Église de la naissance à la mort. Voilà les normes qui ont assuré la paix confessionnelle en Suisse au XIXe siècle, laquelle a permis la prospérité.

Or, dois-je vous le rappeler, les usages islamiques appliqués par la communauté musulmane, et dont certains sont admis par votre pays, s’opposent aux normes que je viens de citer. Ce sont ces usages qu’on doit qualifier d’apartheid, ou qui conduisent à l’apartheid social que vous dénoncez. Voyez vous-même: 

Loading...

– Les musulmans refusent le mariage d’une musulmane avec un non-musulman, alors qu’ils se permettent d’épouser les femmes non musulmanes. Si un chrétien en France veut épouser une musulmane, la communauté musulmane française lui impose la conversion à l’islam. S’il ne s’y plie pas, sa femme musulmane et son mari non musulman risquent de se faire tuer par leur propre famille. Or sans mariages mixtes, aucune intégration sociale n’est possible pour la communauté musulmane. Et ces mariages doivent avoir lieu dans le respect des normes françaises, sans les discriminations spécifiquement musulmanes. Un musulman qui refuse que sa fille épouse un chrétien ne doit pas avoir le droit de séjourner en France, d’y demander l’asile politique ou d’en obtenir la nationalité.
– Des imams en France célèbrent des mariages religieux à l’insu des autorités françaises, et certains de ces mariages sont polygames, en violation du droit français. Ces imams doivent être sanctionnés, déchus de leur nationalité et expulsés de France.
– La communauté musulmane en France ne reconnaît toujours pas la liberté de changer de religion. Les apostats, ceux qui quittent l’islam, doivent rester discrets par peur de se faire harceler, voire tuer dans votre propre pays. Aucun imam et aucun musulman ne doit être accepté en France s’il n’admet pas la liberté religieuse, y compris le droit de changer de religion, de quitter l’islam.
– La communauté musulmane demande la création de cimetières ou de carrés réservés exclusivement aux musulmans, parce que le droit musulman interdit qu’on enterre un musulman à côté d’un mécréant. Votre pays doit interdire la création de cimetières religieux, supprimer ceux qui existent et exiger que les morts soient enterrés les uns à côté des autres sans distinction de religion. Aucun imam et aucun musulman ne doit être accepté en France s’il n’admet pas ce principe d’égalité et de non-discrimination devant la mort.
– La communauté musulmane place la loi religieuse au-dessus de la loi française. Il suffit d’observer les restrictions vestimentaires que la communauté musulmane impose à ses membres malgré l’interdiction du voile intégral en France. Un de vos ressortissants musulmans va jusqu’à payer les amendes infligées aux femmes qui portent le niqab en violation de la loi française. La France doit être ferme dans ce domaine et renvoyer les imams et les musulmans qui refusent de se plier aux normes françaises dans ce domaine.
– La communauté musulmane cultive une vision de rejet par rapport aux non-musulmans dans leur propre culte. La prière de la Fatiha, premier chapitre du Coran, que chaque musulman doit répéter 17 fois dans les cinq prières quotidiennes, dit: «Dirige-nous vers le chemin droit. Le chemin de ceux que tu as gratifiés, contre lesquels tu n’es pas en colère et qui ne sont pas égarés. Or, l’écrasante majorité des exégètes affirment, sans réfutation aucune, que ces deux catégories désignent respectivement les juifs et les chrétiens, comme je le démontre à travers l’examen de 88 exégèses anciennes et modernes, dans mon ouvrage intitulé La Fatiha et la culture de la haine. Et ceci est enseigné aussi aux enfants. Comment voulez-vous que des musulmans répétant 17 fois par jour de telles invocations haineuses à l’égard des non-musulmans puissent s’intégrer dans la société française? En outre, comment voulez-vous que des musulmans puissent s’intégrer parmi des gens que le Coran qualifie de mécréants (kafirs, terme constituant la pire insulte possible en langue arabe) et avec des juifs que le Coran dit transformés en porcs et en singes?
À ces problèmes juridiques et cultuels qui favorisent l’apartheid, j’ajouterai le jeûne du Ramadan, qui empêche toute activité normale et freine tout progrès économique pendant un mois, et affecte la santé des musulmans.

Monsieur le Premier ministre, ces normes islamiques doivent être combattues par votre pays afin d’assurer l’intégration de la communauté musulmane en France. Il est de votre devoir d’assurer la suprématie de la loi française sur le territoire de votre pays et de refuser l’octroi de l’asile politique, du permis de séjour et de la nationalité à ceux qui refusent de se plier aux lois françaises. Vous devez exiger des imams qui officient dans votre pays qu’ils prêtent un serment d’allégeance à votre pays, qu’ils se soumettent à ses lois et ne prônent pas les normes islamiques contraires à ces lois. Cela nécessite une profonde remise en question des enseignements islamiques qui contribuent à l’apartheid dans votre pays et menacent la paix religieuse entre les communautés. Ces imams doivent être formés en France, dans le respect des lois françaises, et non pas importés, avec leurs normes désuètes contraires à vos lois et aux conventions internationales signées par votre pays.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de ma haute considération.

Sami Aldeeb, Dr en droit, professeur des universités
Directeur du Centre de droit arabe et musulman: http://www.sami-aldeeb.com/
Auteur d’une traduction française du Coran par ordre chronologique,
d’une édition arabe du Coran par ordre chronologique et d’autres ouvrages

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2015/01/24/sami-aldeeb-lettre-ouverte-a-manuel-valls-apartheid-islamique/







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Apartheid islamique : Lettre ouverte à Manuel Valls. Par Sami Aldeeb

    1. naftali

      C’est royal ce que dit ce monsieur,pour faire court il dit que c’est les musulmans français qui se placent eux meme en situation d’aparteid c’est pas du tout la faute de la france ,qui a tout accepter,pour la paix sociale,qui helas est en train de devenir, une vraie guerre civile qu’a dieu ne plaise.par contre tous les pays arabo musulmans sont de veritables aparteid.apres nous avoir degager,je suis venu en france(c’est la destinée de tous mes soeurs et freres) j’ai 50 ans me suis cassé la tete pour avoir un bon boulot,une femme a mon gout,un appart,une fille,la paprasse qui est une veritable folie,etc etc et a peine que je veux souffler un peu ,croyez moi c’est pas facile de construire tout ça ,vla t y pas qu’on me dit de me casser pour une 2ieme fois,ah non c’est pas possible ce monde pourri,en plus c’est pas l’etat qui nous terrorise(enfin pour l’instant) c’est la caillera ,non mile fois non c’est pas ces cloches qui vont nous faire peur,ou a l’etat,je me batterai ,j’ai pas peur de crever(toutes façons j’aurai rien loupé de cette vie de klebes)car israel pauvre chou comment va t elle faire pour recevoir,les juifs d’ue,d’amerique du sud,d’iran etc etc tous sont en danger,donc moi perso je conseille a valls de garder les juifs qui sont un exemple d’integration,et de desintégrer ceux qui ne s’integreront jamais.shavouah tov lecoulam!!!

    2. Tribune

      Certaines personnes malgrés qu’ils ont tout pour etre heureux ne font que pleurer sur leurs sort , tout ce que dit cet article est faut ,nous en banlieux depuis tout jeune on subit le rascisme verbale ,parfois phisique avec la police et pour combler le tout l’apartheid a l’embauche ou l’ont nous donne pas de travail même en intérim comment voulez vous que les gens de banlieue ne pètes pas les plomb sans boulot pour la plupart d’entre , certains finissent par tremper dans l’illicite par contrainte . Le reste finissent par se droguer ,rentrent en délinquance et d’autres finissent en psycatrie .la faute a qui (au rejet de cette population qu’on ne veut pas intégrés tout simplement et cela est une réalité .

    3. Tribune

      Pour le premier ministre m.walls sont analyse de la situation des francosmagrebins et franco.africains est très juste tout et de la faute du racisme d’une partie des franoos européen et de ces RH fachos qui expédient nos cv directement dans leurs poubelles des que des noms maghrébins et africains apparaît sur ces cv .

    4. bataille de Tourtour

      [email protected]
      Les Français ne vous ont pas invités à venir taper l’incruste chez eux. Vous vous êtes imposés, et les successifs gouvernements vous ont imposés à eux pour faire baisser les salaires,et les mieux écraser.
      Si vous ne vous sentez pas bien en France, dégagez,barrez-vous, foutez le camp,déguerpissez; ici, ce n’est pas un pays soviétique: personne ne vous retiendra.
      Comment se fait-il que dans ce pays, la France,qui est censé ostraciser les allogènes, les stigmatiser, les persécuter,que sais-je encore, vous arriviez encore et encore de partout: du Maghreb, d’Afrique subsaharienne, d’Orient ? Etrange masochisme .
      S’il y a un « apartheid » en France, c’est celui que subissent les Français depuis plus de quarante ans,les Français qui payent, qui subissent, qui sont insultés, culpabilisés, discriminés, outragés, diffamés,voire massacrés à longueur de temps dans leur propre pays par ces mêmes allogènes avec la complicité de ses apparatchiks autoproclamés « élites ». Abjectes, ignominieuses « élites ».

    5. Tribune

      Bataille de tourtour salut a toi grand philosophe sache que vous avez raison ,mais a quelques détail qui me font te. Répondre avec fairplay ,je me présente pour que vous me cerné , je ne viens pas d’un pays étrangers car je suis né en France , mes parents de nationnalité Française se sont installé en france en 1948 venus d’Algerie qui était département Français a cet période , je me considaire comme tous citoyens Français et cerise sur le gâteau j’ai fait mon service militaire a Besançon . Je n’ai aucun accent une je parle et ayant été scolarisé en France depuis l’âge de 3 ans a la maternel jusqu’au licée . Mais c’est la FRANCE qui a voulu que moi meme ,mes parents,mes grands parents ,mes arrières grands parents sommes exetera sommes Francais depuis 1830 quand l’Algérie fut colonisé par descision politique des gouvernements successifs droite et gauche confondu ,heureusement que je fais beaucoup de sport depuis mon adolescence (boxe américaine ) et que j’encadres bénévolement des pratiquants qui m’apporter un équilibre et m’empêches peut être comme vous en avez une opinion de taper sur tous les français que je rencontre . Bref arrêté de nous traiter comme des étrangers pour ceux comme moi né en France et possédant la nationnalité Française et européenne .

    6. Robert Davis

      Excellent article du Prof.Sami Aldeeb avec lequel je suis entièrement d’accord sauf sa conclusion optimiste: ses recommandations sont justes mais INAPPLICABLES car les mus. se sentent forts de l’appui de 1,2 milliard de mus du monde,sans parler des gauchistes qui veulent détruire la démocratie et les aident à ce faire,la politisation de l’islam,du coran,des traditions impossibles à briser etc. Il n’y a pas d’autres solution que l’expulsion des 98% des mus. à l’exception bien sûr des personnes exceptionnelles comme ce professeur. Pour être franc on voit même les enfants de musulmans exceptionnels faire le…jihad!!! Que peut-on faire d’une telle population? RIEN!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *