toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Prendre un enfant Yazidi par la main pour le soigner en Israël


Prendre un enfant Yazidi par la main pour le soigner en Israël

Wisam est né dans le nord de l’Irak il y a 17 mois avec cardiopathie congénitale mettant sa vie en danger. Sa famille est l’une des 200.000 adeptes de la foi Yazidie qui ont fui l’épuration ethnique, à proximité de leur ville natale de Sinjar qui est sous la persécution par « l’État islamique », d’al-Qaïda, une émanation de groupe terroriste anciennement connu sous « ISIS », qui raptent les femmes pour les mettre en esclavage sexuel, qui exterminent les hommes.

 

Malgré la tragédie qui se joue chez lui dans son pays, le père de Wisam a accepté une invitation à confier son bambin à Israël pour un traitement de sauvetage, gratuitement, au Centre médical Wolfson à Holon par l’organisation humanitaire israélienne « Enregistrer le cœur d’un enfant » (« SACH »).

Le père et le fils sont arrivés au mois de juin, et l’intervention chirurgicale du petit Wisam a pu être effectuée le 10 Juillet par le Dr. Lior Sasson.

 

Plus tôt cet été, les médecins de « SACH » ont également effectué une chirurgie cardiaque, gratuitement, sur ​​cinq enfants arabes-palestiniens en difficulté et ils ont été admis comme enfants gravement malades venant de Judée et Samarie (sous domination arabe) et de Gaza.

Une clinique hebdomadaire gratuite de cardiologie pour les enfants arabes-palestiniens a continué à rester ouvert alors que Holon, ainsi que toute la région de Tel Aviv, enduraient les sirènes en raison des lancements de missiles sur les agglomérations israéliennes à partir de Gaza.

Environ la moitié des enfants admis à Wolfson à travers « SACH » pour un traitement gratuit proviennent de « l’Autorité palestinienne », de la Jordanie, de l’Irak et du Maroc.

Des entités dont on connaît leur reconnaissance illimitée à l’égard du pays des Juifs …

 

Une porte-parole de « SACH » a déclaré que le père de Wisam, le petit Yazidi, souhaite rester au chevet de son fils jusqu’à ce qu’il puisse le récupérer à son rétablissement, comme il attend désespérément d’avoir des nouvelles de sa femme et de ses jumeaux nouveau-nés restés dans leur pays.

 

Source : The Tower

Learn Hebrew online

Claude Salomon LAGRANGE.

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif.





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Prendre un enfant Yazidi par la main pour le soigner en Israël

    1. MOLIERE

      Je sais bien que lorsque la main droite donne ; la main gauche doit l’ignorer .
      Mais attention à l’oeuf du serpent . A trop vouloir bien faire qu’adviendra t il ?

    2. Paula Koiran

      C »est merveilleux l’humanitaire en Israël. Il ne faut pas chercher la gratitude chez les palestiniens, cela fait partie des choses qu’ils ne connaissent pas. Mais on se sent bien avec soi-même quand on a secouru des enfants.

    3. JUSTICIEN

      Israël devrait intervenir militairement pour sauver ce Peuple en danger de mort.
      Ce peuple qui n’a rien d’extrémiste et qui est abandonné par une communauté internationale comme le fut en son temps le Peuple Juif laissé pour compte face aux intérêts des démocraties privilègiant leur tranquillité et leur bien être comme aujourd’hui. 200 000 Yazidis n’ont pas la même valeur que les 200 000 Qataris qui achêtent les démocraties !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *