toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le jihadiste de Sydney était aussi un répugnant antisémite


Le jihadiste de Sydney était aussi un répugnant antisémite

Ce que l’on a pu constater à l’occasion de la prise d’otages par un islamiste à Sydney en Australie et largement relayée par les chaînes de télévision du monde, c’est que l’islamophilie politiquement correct et dominante dans les médias et la classe politique en France comme ailleurs interdisent de nommer les choses et la source criminogène de ce type de comportements. A les en croire, il semblerait que les jihadistes trouvent leurs macabres inspiration dans le Bhagavadgita et non dans le Coran, et que le Coran s’adresserait à des Inuits et non à des musulmans.

Ce que l’on sait, de manière encore incomplète sur cette prise d’otages, c’est que l’individu avait 49 ans, d’origine iranienne était né sous le nom de Mohammad Hassan Manteghi et s’était rebaptisé « Man Haron Monis », comme il s’était auto proclamé « cheikh » en prenant bien soin de son look d’ayatollah.

Il avait été admis au statut de « l’asile politique » en Australie en 1996, sans que l’on ne sache pourquoi d’ailleurs.

Il prétendait agir au nom de l’« État islamique » (EI) (ou « DAESH » comme nommé par selon le gouvernement français pour ne pas avoir à incriminer l’islam), et auquel il avait prêté allégeance il y a peu de temps.

Le temps du siège, il avait forcé certains des 17 otages à tendre sur la vitre du café « Lindt Chocolat Cafe » un drapeau noir portant des caractères arabes mentionnant la « shahada » (profession de foi musulmane « Il n’y a de Dieu qu’Allah et Mahomet est son prophète »), et non autre chose.

Il est mort, en même temps que deux des otages, dans l’assaut donné par les forces australiennes dans un café du centre-ville Sydney qui a fait également des blessés graves.

On apprend assez marginalement, car les médias en France sont discrets sur cet aspect du personnage, que Man Haron Monis était aussi un répugnant antisémite, connu des services australiens.

Il envoyait des lettres d’insultes aux membres de la communauté juive d’Australie qui, comme d’autres familles, avaient eu leur fils mort au combat aux côtés des États-Unis dans la lutte contre l’organisation État islamique (EI).

Il alléguait que « quelques Juifs accusent Hitler pour ses violations de droits de l’homme, mais ils ne sont pas beaucoup mieux que lui » ; et  « quand le corps d’un soldat mort,  meurtrier des civils est renvoyé en Australie, nous ne devons pas respecter sa dépouille, car un tel corps ne mérite pas de cérémonie respectueuse. »

Learn Hebrew online

Il déclarait encore  qu’« un homme juif qui tue des musulmans innocents et des civils n’est (même) pas un porc. Il est mille fois plus mauvais qu’un porc. Quelques personnes ne mangent pas la viande de porc, mais ils sont plus sales que le porc. À quoi bon que quelques personnes ne mangent pas de porc, tandis que leur comportement est plus mauvais que des animaux sales ? »

Cette comparaison délirante nous la trouvons dans plusieurs centaines d’articles et de plusieurs livres sur l’Islam, où sont expliqués les fondements théologiques de cette déshumanisation des Juifs. L’islam considérant les Juifs comme ayant été transformés en « singes et en porcs », les deux animaux les plus méprisables aux yeux selon leur Moloch, ceci étant relaté dans plusieurs versets du Coran.

C’est ainsi Man Haron Monis avait dû faire face en Nouvelle Galles du Sud à des actes d’accusation multiples en 2011, notamment  le fait « d’utiliser un service postal pour menacer et harceler » une famille d’un soldat juif australien qui avait été tué en Afghanistan dans la guerre contre les islamistes le décrivant comme « un animal sale. » Ce qui laisse à penser que ce jihadiste aurait pu tout aussi bien s’en prendre à un lieu fréquenté par des Juifs.

Dans une lettre, ses avocats avaient plaidé le fait que ces abus n’étaient qu’un « échange politique légitime » et que « les insultes sont une partie légitime du discours politique » ! (sic)

Notons encore qu’en novembre 2013, il avait été inculpé pour complicité de meurtre dans l’enquête sur le meurtre de son ex-épouse, 30 ans, et mère de deux enfants, retrouvée poignardée à Sydney, selon le Telegraph.

Il sera remis en liberté sous caution. Il a également été mis en cause pour 36 faits d’agressions et d’abus sexuels remontant à 2002, pour lesquels il devait être jugé en 2015.

Mais ce que l’on peut encore noter à l’occasion de ce passage à l’acte jihadiste, c’est que pendant tout le temps de la couverture médiatique de cette prise d’otages qui s’est conclue tragiquement, c’est la promptitude, sans autres éléments de preuves et  avant tout résultat d’enquête, de la caste journalistique et autres expertocrates invités à longueur de temps sur les plateaux de télévision pour faire le buzz, à décréter que le preneur d’otages n’était qu’un « loup solitaire » (qui avait quand même recueilli 14 000 likes sur sa page Facebook), un islamiste « auto-radicalisé », un individu « dérangé » souffrant « d’instabilité mentale » ou encore « d’un cinglé avec une vraie pathologie, plutôt qu’un jihadiste agissant de son propre chef ».

Une affirmation et son contraire pour rejeter toute interaction. C’est-à-dire qu’il (leur) faut impérativement dissocier l’acte criminel de Man Haron Monis d’une inspiration coranique.

L’islamophilie politiquement correct et dominante dans les médias et la classe politique en France particulièrement comme ailleurs interdisent de nommer les choses et la source criminogène de cette croyance : Les mécanismes de l’identification à l’agresseur agissent sous la forme de l’autocensure.

A les en croire, il semblerait que les jihadistes trouvent leurs macabres inspiration dans le Bhagavadgita et non dans le Coran, et que le Coran s’adresserait à des Inuits et non à des musulmans.

Ce qui est intéressant, c’est que son ancien avocat  évoquait, non pas sur un média français bien sûr, mais sur la chaîne « ABC » le fait que Man Haron Monis était selon lui sous l’influence d’une « idéologie tellement forte et puissante qu’elle altère le sens commun et l’objectivité » de ceux qui s’en réclament. Et que « cette idéologie est si radicale et si puissante qu’elle obscurcit la vision du bon sens, et l’objectivité ».

Une idéologie affolante, l’islamisme pour le nommer, agit est en effet comme une croyance toxique qui conduit de plus en plus ses adeptes hors de la raison humaine !

Quand bien même ce meurtrier aurait agi seul et présenté une « personnalité trouble », ou que ses revendications fussent très disparates (obtenir un drapeau de l’Etat islamique et une rencontre avec le Premier ministre Tony Abbott), sur son compte Twitter il saluait les actions de Daesh et non le Tour de France cycliste.

Et il n’en a pas moins mis en pratique la consigne diffusée par les groupes comme Al-Qaïda, l’Etat islamique et le Hamas comme nous l’avons vu ces dernières semaines en Israël, qui incitent les croyants à  « passer à l’action, là où ils vivent, en faisant le plus de bruit possible, avec n’importe quel moyen ».

C’est-à-dire que les candidats au jihad sont encouragés, où qu’ils se trouvent, à lancer des attaques contre les « infidèles », les militaires, les policiers et même les civils. Et s’ils ne sont pas en mesure de rejoindre une « terre de jihad », de pratiquer le jihad partout ils le peuvent, et toutes les terres des mécréants doivent à leurs yeux devenir des terres de jihad. Les exemples ne manquent pas en France, en Europe, aux Etats-Unis, etc.

D’ailleurs, Man Haron Monis avait posté peu de temps avant cette phrase paradoxale sur internet : « L’islam est la religion de la paix, c’est pourquoi les musulmans se battent contre l’oppression et le terrorisme des USA et de leurs alliés, comme le Royaume-Uni et l’Australie. »

De même, malgré qu’elle soit refoulée de la vérité officielle avec de grands efforts, cette violence barbaresque s’exprime et s’affiche aujourd’hui sur le net, sous forme de suppliciés crucifiés, de populations spoliées et expulsées, de femmes et d’enfants violés et vendus, de prisonniers tourmentés et décapités par milliers, etc.

A supposer qu’aucun lien opérationnel ne relie les auteurs d’attaques multiformes aux mouvements jihadistes, cela n’empêche pas ces derniers de crier victoire et de chanter les louanges des agresseurs, qualifiés sur internet de « martyrs » s’ils venaient à y perdre la vie.

Notons enfin que la seule paix que l’islam réussit à promotionner est celle des cimetières. Oubliées ou évacuées « la clémence, la miséricorde, la longanimité, la générosité, l’amour, la paix, la tolérance ». Tel est le visage de l’islam qui s’impose sans que l’Oumma ne cherche à rectifier cette générescence hideuse de l’islam restauré dans sa « pureté » à laquelle nous assistons.

Il ne reste de l’islam et de ses influences sur ceux qui s’en réclament que la terreur et la barbarie, c’est-à-dire tout le contraire du principe de l’humanisation du monde.

Claude Salomon LAGRANGE pour Europe-Israël.

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif.





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Le jihadiste de Sydney était aussi un répugnant antisémite

    1. Laurence

      Ces djihadistes sont moisis jusqu’à la moelle !
      Ils ont tous les travers possible et inimaginable
      Le cas de ce monstre ne sera pas un cas isolé , il va y en avoir de plus en plus
      Ils rejetent leur propre monstruosité sur les autres

    2. moka

      Vous avez tout à fait raison Laurence, jamais rien n est de leur faute c est toujours les infidèles coupables de leur ingérence au mieux les juifs victimes expiatoires des saint musulmans, bouc émissaire du désastre du peuple musulman.Le peuple islamique jamais coupable toujours victime.

    3. moka

      Si les juifs sont êtres répugnants comment appelle t on un homme d une cinquantaine d années qui a eu pour femme une fillette de 9 ans Aicha ,qui a violé des captives de guère(femmes esclaves de la tribu juive?)le beau modèle que tout bon musulman doit suivre le comportement pervers, dégradant de mohamet. Qui a conseillé la pisse de chameau pour guérir des maux ,hein!mohamet bien sûr.

    4. ROBERT

      pourquoi ne pas enterré ce chien cousu dans une peau de porc ? il s’en trouvera beaucoup plus propre pour l’éternité puisque beaucoup plus sale de son vivant !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *