toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël, État Juif, pour quoi faire ? par Gil Kessary


Israël, État Juif, pour quoi faire ? par Gil Kessary

L’auteur nous présente ici son analyse de la crise politique actuelle en Israël, concernant la qualification Israël comme État juif

La crise politique et la décision sur des élections anticipées en Israël mettent un point final sur les expectatives concernant l’évolution de la situation précaire de la coalition et le gouvernement. Car à présent les dés sont jetés et les jeux sont faits: de nouvelles élections législatives auront lieux l’année prochaine.

Le processus et les controverses ayant provoqué cette évolution étaient visibles depuis un certain temps, parallèlement aux querelles entre le Premier ministre Netanyahu d’une part et ses ministres Lapid et Livni de l’autre, tous deux limogés ce mardi du gouvernement.
Sans revenir sur les controverses essentielles, je veux me concentrer sur le problème de la qualification d’Israël d' »État Juif », décision prise la semaine dernière par le gouvernement, et à laquelle se sont opposes ces deux ministres.

Loading...

Or, c’est un problème qui dépasse les positions politiques des uns et des autres dans l’échiquier politique. Il s’agit d’une vieille controverse de principe .Il ne s’agit pas forcement de controverses politiques , mais plutôt du caractère moderne et démocratique dont les Israéliens sont fiers. C’est l’un des rares  sujets dont une partie des Israéliens, notamment les jeunes, est perplexe: La qualification de « juif » pour un État principalement laïque incommode une bonne partie de l’opinion publique, y compris le Président d’Etat Robi Rivlin, pourtant vieux et fidèle homme de la Droite, ainsi que son prédécesseur  Shimon Pérès. Tous les deux, ainsi que des juristes et des intellectuels, affirment qu’une telle qualification est superflue.

Un argument soulevé affirme que cette exigence est un obstacle à un accord éventuel avec les Palestiniens, ayant toujours opposé une fin de non recevoir à reconnaître une telle définition.  Mais cet argument est, selon moi, secondaire en comparaison avec le malaise de principe.

Or, personnellement, moi aussi je suis perplexe. L’athée que je suis, la religion, toute religion, me laisse froid. Je respecte toute croyance sur le plan individuel, mais qualifier un État moderne, libre et démocratique avec une étiquette problématique?

Ceci dit, je dois admettre que les arguments avancés en faveur de cette qualification ne sont pas négligeables. En fin de compte, c’est un problème de terminologie. Le Judaïsme n’est pas conçu uniquement comme religion mais aussi comme appartenance à une nation, la nation juive. Et ceci depuis toujours, lorsque les juifs furent éparpillés aux quatre coins du monde.

Sur les cartes d’identité israéliennes figure sous la rubrique « nationalité » la mention « juif ». Un groupe de jeunes s’est adressé  jadis à la Cour Suprême afin de faire remplacer cette mention par « Israélien ». La demande a été rejetée avec l’argument que ce terme n’est pas valable dans ce cas.

Or, dans la charte fondamentale de la création de l’État en 1948 il est  précisé:

Learn Hebrew online

« Nous déclarons par la présente la création d’un État juif en Eretz Israël, qui est l’État d’Israël ».

Le premier Ministre Netanyahu, apparemment sous la pression des faucons dans son camp, a qualifié cette définition d’État Juif comme la « racine » de tout le conflit. « La racine n’est ni les colonies, ni l’absence d’un État Palestinien, mais plutôt le refus obstiné d’accepter l’existence d’un État national, indépendant, du peuple juif ». Et d’expliquer que les Israéliens n’ont pas besoin de cette reconnaissance en soi, mais plutôt pour examiner le sérieux des intentions Palestiniennes.
Or, des esprits cyniques affirment que cette décision gouvernementale, soumise à l’approbation de la Knesset, serait volontairement destinée à torpiller un consentement Palestinien à tout accord.

On pourrait se poser la question de savoir si telle qualification n’est pas contraire aux principes démocratiques, puisqu’en Israël existent des minorités religieuses non-juives. En effet, la minorité musulmane, représentant environs 10 pour cents de la population, est imbriquée dans les effets du conflit interminable, ce qui risque de leur poser le problème de la double allégeance. Mais ils bénéficient de pleine liberté de culte et de tradition. Tout comme, pour ne prendre qu’un seul exemple, les italiens d’origine Autrichienne habitant le nord d’Italie, lesquels se s’estiment faire partie de la nation autrichienne. Ce qui ne met guère en doute le caractère démocratique de l’Italie.

Alors,  la question subsiste donc : pour quoi faire et à quoi bon?

Loading...

Gil KESSARY © Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

GIL KESSARY –

Israélien deuxième génération, Journaliste francophone, ayant collaboré longtemps au journal israélien « Maariv », ainsi que dans la presse française notamment « L’Aurore » puis « Tribune Juive ». Enfance, adolescence, jeunesse et service militaire en Israël. Diplômé de Sciences Po , Licence de Doctorat en Droit international à l’université de Paris. Licence de droit de l’Université de Jérusalem. Ancien diplomate à l’Ambassade d’Israël à Paris.







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Israël, État Juif, pour quoi faire ? par Gil Kessary

    1. Mosche Ashkelon

      .
      Oui ! Que cela plaise ou non… Israël est le pays des Juifs… un État Juif !

      Le nom même le clame… Israël… si vous trouvez que ce mot n’est pas lié aux Juifs et au Judaïsme alors vous avez déjà rejoint ceux des nôtres qui se sont égarés et luttent contre le Peuple Juif, son héritage et sa mission parmi les nations !

    2. Tamara

      Israël est bien obligé de déclarer son Pays Etat Juif étant donné le peu de considérations qu’ont non seulement les palestinistes, otages de la ligue Arabe, et donc les territoires présents et futurs (Israéliens) sont convoités par ladite ligue, et pas pour bien de cette population otage d’elle, mais aussi par l’Internationale qui agit ainsi en raison du Pétrole!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    3. Disraeli

      Information pas à jour depuis très longtemps.
      En 2002, le gouvernement israélien a décidé de supprimer des cartes d’identité la mention : leoum : c’est-à-dire nationalité.

      Ce n’est pas sérieux de la part de l’auteur.

      Par ailleurs quel est son titre ? Licencié ou Docteur de l’Université de Paris ? car une licence de doctorat ne veut rien dire !

    4. Belhamou

      On ne comprend pas ce procès d’intention fait a Nettanyhaou, Israel est un etat juif et ce ne peut être conteste par personne d’où la nécessité de l’affirmer en l’inscrivant de manière ineffaçable dans la constitution ou dans une loi fondamentale et pourquoi: TOUT SIMPLEMENT POUR COUPER COURT À TOUTE VEILLEITE DES ARABES QU’ILS SOITENT FALASTINIENS OU GAUCHISTES ISRAELIENS DE VOULOIR À LA PLACE UN ETAT BINATIONAL IL N’AURA PAS D’ÉTAT BINATIONAL IL Y A SEULEMENT UN ETAT JUIF, celui qui veut être autre chose pour lui même rien ne l’empêche de quitter cet etat juif qui demeure par ses lois totalement démocratique voire laïque pour ceux qui souhaitent vivre leur laïcité de cette manière dans cet état juif personne n’envisage et n’a jamais dans son comportement envisager d’empêcher qu’il le soit…les états arabes se nomment bien etats islamique comme se rattachant à l’exercice de la charia ce refus d’accepter que etat voisin d’état arabe veuille se nommer ETAT JUIF et se faire reconnaitre comme tel dissimule de facto une arrière pensée du monde arabe qui pense à dissoudre dans un orient qui veut être seulement arabe une volonté de guerre envers l’état qui se veut juif….

    5. Lucy

      Natanyaou veut inscrire Israël comme État JUIF pour la simple et bonne raison que Abbas veut déverser en Israël des millions de « réfugiés ».ceci afin de dénaturer et deligitimer cet État.Par contre,lui, ne veut pas du TOUT de juifs sur « son » sol.Vous avez compris messieurs les athées et autres gauchistes.

    6. Gianni

      Tout a fait Israël a le droit de se donner le titre kel veut ,mais pourquoi el s’obstine a demander au palestinien de reconnaître se titre il ne se sente pas consterné par le territoire d’Israël puisqu’il se sente conserné uniquement par la Cisjordanie qu’Israël n’a toujours pas reconnut ,il faudrait peut être une reconnaissance mutuel ,mais il me semble k l’AP a déjà reconnu l’état d’Israel depuis les accords d’OSLO. Mais pourquoi aussi Bengourion et son gouvernement disaient k les palestiniens appelés fehllars qu’on ont jamais quittés leur nos terres etaient les descendants directs des hébreux reconvertis a l’islam et au christianisme les religions en continuités après le judaïsme ,

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *