toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les faux Palestiniens


Les faux Palestiniens

Il convient de reconnaître une réalité : le conflit généralisé entre les arabes d’une part, Israël et les Juifs de l’autre, voire l’Occident tout entier, est essentiellement religieux et confessionnel. Tout comme les bagarres meurtrières à l’intérieur du monde musulman, s’entretuant pour une simple interprétation du Coran.
Il me semble qu’il serait utile de tirer au clair certaines contre-vérités alimentées régulièrement par la propagande musulmane.
Par exemple: en clamant les « droits historiques » sur la Palestine on ignore que ce terme est un résidu du temps de l’occupation Ottomane et le Mandat Britannique.
Or les arabes y séjournant constituaient une minorité par rapport aux habitants Juifs. Aussi, le « peuple Palestinien » à proprement parler n’existait pas.

Qui sont les vrais Palestiniens d’origine?

En outre plusieurs dirigeants se voulant Palestiniens étaient nés ailleurs. En voici quelques exemples :

Yasser Arafat – né en Égypte ; Saeb Erekat – né en Jordanie, détient la nationalité Jordanienne ; Sari Nusseibeh – né en Syrie ; Mahmoud Al-zahar – né en Egypte; Faisal Qader Al-Husseini – né en Iraq.

En revanche la jeune génération des dirigeants Israéliens est née en Israël, donc dans l’ancien Mandat de Palestine:

Benyamin Nethanyahu, Ehud Barak, Ariel Sharon, Ehud Olmart, Itzhak Rabin. Itzhak Navon (ancien Président), Ezer Weitzmann.

Qui donc sont les vrais Palestiniens d’origine?

En ce qui concerne les événements récents à Jérusalem :

« Paris brûle-t-il? » avait demandé Hitler au General Von Choltitz, commandant allemand lors de la libération de Paris en Août 1944. Une question semblable – Jérusalem brûle-t-elle – vient à l’esprit dans certains milieux politiques ainsi que dans l’opinion publique en Israël, à la suite d’incidents et d’affrontements ayant marque ces derniers jours.

Non, Jérusalem ne brûle pas. Du moins, pas encore.

Mais les incidents ont éveillé l’inquiétude de voir un conflit général entre les habitants juifs et arabes de la capitale, voire une troisième Intifada tout à travers la Cisjordanie. Notamment à la veille du dernier vendredi sur le Mont du Temple (qualifié par les Musulmans  » Esplanade des mosquées »).

Des jeunes Palestiniens ont en effet jeté des explosifs près de l’entrée du Mont du Temple à Jérusalem-Est tandis que la police tentait de forcer son chemin dans le lieu de culte afin de disperser les émeutiers.

La police israélienne était en état d’alerte vendredi matin, 3.000 policiers ayant été déployés à travers la ville avant les prières de midi du vendredi

La veille, l’annonce de la fermeture du lieu de culte par Israël, qui craint un durcissement des émeutes de la rue palestinienne, a provoqué de vives réactions, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas qualifiant la décision de «déclaration de guerre ». Cependant, la prière des plus de 50 ans a été autorisée, ce qui a peut être contribué à limiter les incidents. Donc, pas d’incendie, mais tout de même des flammes. .

En somme, c’est une situation complexe qui avait envenimé l’ambiance dans cette ville, où la cohabitation ne parvient guère à s’imposer.
Certes, des événements récents ont aggravé la situation : l’enlèvement et assassinat des trois adolescents juifs suivi par la vengeance ignoble des jeunes juifs ayant assassiné un adolescent musulman.
Puis la guerre de Gaza.
Plus récemment encore, « l’accident » routier prémédité par un jeune palestinien ayant écrasé volontairement un bébé de trois mois en pleine ville.
Enfin, la tentative d’assassinat de Yehuda Glick, fervent partisan du caractère juif du Mont du Temple, grièvement blessé par un jeune terroriste au passé chargé, mais pourtant embauché par l’institution où l’attentat a eu lieu.

Ceci dit, c’est une vieille décision prise par Moshé Dayan au lendemain de la libération de Jérusalem en 1967 qui sert de toile de fond. Il avait interdit la prière juive et musulmane dans l’enceinte, afin d’éviter des tensions religieuses.
Or, c’est le contraire qui s’est produit, les deux communautés refusant de se plier devant l’interdiction.
Donc, le Statu Quo, existant toujours théoriquement, n’avait pas été respecté de part et d’autre, d’où les affrontements fréquents.

Gil Kessary © Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

 

 

GIL KESSARY – Brève biographie

Israélien deuxième génération , Journaliste francophone, ayant collaboré longtemps au journal israélien « Maariv », ainsi que dans la presse française notamment « L’Aurore » puis « Tribune Juive ». Enfance, adolescence, jeunesse et service militaire en Israël. Diplôme de Sciences Po. Droit international public Paris, licence de droit de l’Université de Jérusalem. Ancien diplomate à l’Ambassade d’Israël à Paris.

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Les faux Palestiniens

    1. Robert Davis

      Je regrette mais je ne suis pas d’accor’d avec cette analyse! Croyez-vous que si les religions n’existaient pas,le conflit Israélo-arabe n’exisrerait pas? bien sûr que oui : il faut à tout conflit un élément fédérateurs pour pouvoir NOUS contre les autres. Mais cet élément peut être différent de la religion et lorsque qu’un groupe humain avec ou sans religion passe en un siècle de 50 m.d’individus à…350 m. d’individus il trouvera toujours une raison pour faire de l’xpansionnisme ç-à-d la guerre. En fait il fera la guerre même sans raison comme l’Homo Sapiens lorsqu’il est sorti d’afrique. Et pourquoi est-il sorti d’afrique il y a 70.000 ans d’abord? il n’était pas musulman…

    2. yoyo

      PHILISTEA philistine Palestine dont la capitale était, est, et restera GAZA !

      Il n’y a que des ignares et des incultes en histoire pour se complaire a tergiverser sur ce point.

      Jérusalem unifiée à été et est redevenu la capitale d’Israël et de ses habitants a majorité de confession juive.

      2 Solutions soit le monde l’admet le comprend et cesse d’essayer de nous casser les pieds soit on va tous partir d’Israël et on va récupérer les lieux d’habitation en centre ville des capitales du Monde entier en ayant au préalable rasé la Mecque et le Vatican avec deux bombinettes.

      Ce n’est pas parce que dans son immense humanisme laïc et communiste, que les dirigeants historique d’Israël n’ont pas rasé les mosquées du Mont du Temple, qu’on est tous devenu idiot et qu’on va aussi se laisser spolier de Jérusalem.
      LE TEMPS DES VEXATIONS ET DES SPOLIATIONS EST RÉVOLU, C’EST LE TEMPS DES RESTITUTIONS !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap