toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Etats-Unis : Les Démocrates ne peuvent pas se permettre de perdre Israël, par Daniel Greenfield


Etats-Unis : Les Démocrates ne peuvent pas se permettre de perdre Israël, par Daniel Greenfield

Les juifs gauchistes gardent en réserve la menace de rompre avec Israël. Ils fournissent une liste de leurs revendications, griffonnent des choses désagréables sur l’Etat juif dans les médias sociaux et même, écrivent des livres entiers où ils menacent de rompre avec lui pour de bon, mais jamais ne passent réellement à la recherche d’un certain autre pays.

Peter Beinart de la « Crise du sionisme », et l’acte de Jeffrey Goldberg de « poule mouillée » comme des copains jaloux avertissent constamment Israël qu’ils sont sur le point de rompre avec lui.

Mais la cassure jusqu’à présent n’arrive jamais. Ils ne peuvent pas.

Loading...

Les harceleurs utilisent leurs victimes pour soutenir leur identité fragile.

Sans Israël, les juifs gauchistes, qui se disent libéraux, deviennent indiscernables de la gauche originale.

Ils peuvent détester Israël, mais ils ne peuvent pas laisser le lâcher.

Le soutien d’un juif « libéral » à Israël ne s’efface pas.

Le juif libéral devient moins libéral et moins juif.

Il devient un homme de gauche avec un patronyme juif, et aucune quantité de concessions israéliennes aux terroristes ne peut convaincre les juifs gauchistes de mettre leur identité juive avant leur politique de gauche.

Learn Hebrew online

Israël ne peut pas faire n’importe quoi pour inverser cette tendance.

Davantage de Juifs vivent à Jérusalem, la plus récente demande d’Obama et de J. Street ne pourra pas les sauver d’eux-mêmes.

Ce n’est pas une crise israélienne. Il s’agit d’une crise de juifs américains.

Loading...

J-Street débite des éditoriaux exhortant les groupes juifs de s’unir avec les jeunes Juifs pour frapper Israël. Et quoi de mieux pour nous donner des conférences sur la connexion avec la jeunesse juive qu’une organisation « artificielle », soutenue par un collaborateur nazi âgé de 84 ans, qui a dit que sa propre mère était une juive antisémite !

La haine de la gauche pour Israël a précédé son existence.

La gauche ne déteste pas Israël à cause de ses politiques. Elle déteste les Juifs !

« Quelle est la religion en ce monde du juif ? » Huckstering.

« Quel est son Dieu ? » – L’argent » a dit Marx.

« Le juif est l’ennemi du genre humain. On doit l’envoyer en Asie ou l’exterminer ! » a déclaré Pierre-Joseph Proudhon, l’économiste socialiste et « père de l’anarchisme. »

H.-G. Wells a dit : « Jusqu’à ce qu’ils soient prêts à s’assimiler et abandonnent l’idée de « peuple élu », leurs problèmes doivent nécessairement s’intensifier », alors que l’Holocauste était en cours.

 « Quand on parle des Juifs, nous entendons l’esprit juif, l’esprit du profit, du gain malhonnête, du gain, l’esprit du commerce ! » a déclaré Pierre Leroux, qui a inventé le terme « socialisme ».

 « Chaque gouvernement, compte tenu de la bonne moralité, devrait réprimer les Juifs ! » a déclaré Charles Fourier, qui a inventé le terme « féminisme ».

Aucun de ces penseurs dirigeants de la gauche n’avaient pourtant jamais vu à cette époque un soldat israélien en Judée et Samarie !

L’extrémisme politique s’aligne sur l’antisémitisme.

Comme les libéraux américains sont devenus gauchistes, ils sont plus susceptibles de devenir antisémites. Un coup d’œil sur l’Europe nous montre que c’est vrai.

Il n’y a rien sauf la raison et la décence qui empêchent ces juifs d’être des antisémites et la raison et la décence sont les premières victimes de l’extrémisme politique de la gauche.

Marx pouvait dénoncer les Juifs comme l’incarnation du « capitalisme sale », parce qu’il n’avait pas une identité juive.

Il y a beaucoup de Marx brisant là-bas des vitres de magasins Juifs, scandant la haine à l’extérieur des synagogues et soutenant les terroristes génocidaires malgré leurs traits du visage ou des marqueurs génétiques de Marx.

Les imposteurs sionistes-libéraux avertissent Israël que c’est s’aliéner que de leur vendre le mythe d’un libéralisme juif qui tournera en anti-israélien et continuera encore d’exister.

C’est une menace vide parce que les données démographiques sont contre eux.

Lors des dernières élections, le soutien juif à New York pour Obama était de 51%.

Les chances que la population orthodoxe, dont la plupart ont des parents vivant de plus en plus dans la ville de Jérusalem, se joigne à Obama aux cris de « les Juifs doivent sortir de Jérusalem » se situe quelque part entre le zéro et l’infini.

Pourquoi Obama ne s’est-il pas ouvertement et vocalement déchainé contre Israël au lieu de répandre des citations médisantes à ses copains des médias ?

Pourquoi les cabines téléphoniques sont remplies de sionistes libéraux éconduits, qui ne sont ni libéraux ni sionistes, appelant Israël en haletant dans le combiné-téléphonique avant de transmettre quelque chose de misérable qu’une certaine personne anonyme que la Maison Blanche a apparemment dit ?

Le lien politique entre les Juifs et le Parti Démocrate est devenu ténu au fil des ans. Contrairement aux autres minorités, les démocrates ne répondent pas aux besoins de la communauté juive.

Leur ordre du jour de taxes élevées punit les Juifs financièrement.

Leur hostilité à la religion a rendu plus difficile pour des familles juives d’offrir une éducation religieuse à leurs enfants.

Ils ont beaucoup d’argent et l’investissent dans des organisations à but non lucratif avec une étiquette juive, mais ces organisations profitent surtout aux mêmes populations de la minorité urbaine et aux membres gauchistes du personnel des autres associations gauchistes sans but lucratif.

Soustrayez Israël de l’équation et le lien entre les Juifs et le parti Démocrate devient subitement très fragile. Car les Démocrates ont une règle fondamentale. Ils mentionnent Martin Luther King lors de manifestations noires, Israël lors d’événements Juifs et l’immigration lors d’événements Latino.

C’est pourquoi l’establishment politique du parti Démocrate met frénétiquement en garde contre la fabrication d’une question partisane d’Israël.

La dernière convention DNC (Democratic National Comitee) a montré que ses délégués détestent l’État juif, mais ils ne peuvent pas (se) permettre qu’Israël devienne un enjeu Républicain, car alors ils perdraient sa seule position manifestement juive.

Sans Israël, l’appel du parti Démocrate aux Juifs devient une épreuve difficile sur des questions sociales controversées de plus en plus, alors que la démographie favorise les communautés juives socialement conservatrices.

Le Parti Démocrate et ses sorcières gauchistes veulent éviter un effondrement comme ça, à tout prix. Obama peut menacer secrètement et dénigrer Israël, il ne peut mettre en place des interdictions de vols aériens et des suspensions de livraison d’armes et solder Israël à l’ONU, au risque d’une rupture publique et de fragmenter sa propre base politique.

Les rangs des juifs de gauche continueront d’augmenter.

Les nouvelles générations aux identités juives plus faibles endoctrinées sur les campus de la haine seront beaucoup moins susceptibles de soutenir Israël.

Mais il s’agit d’une réalité, comme l’antisémitisme de gauche et musulman existent entièrement en dehors de tout ce que fait Israël.

Le consensus juif américain se fissure.

Les Juifs américains, comme les américains en général, sont partagés entre « Gauche » et « Droite ». Mais la démographie de la « Gauche juive » n’a aucun pouvoir de résister quand on veut avoir des enfants ou rester juif.

La Gauche a pris de l’avance devant le problème à l’échelle nationale en changeant l’évolution démographique du pays, mais elle ne peut pas trouver des millions d’illégaux étrangers Juifs qui peuvent profiter de son amnistie.

Ce n’est pas une crise du Sionisme. C’est une crise de Juifs américains !

BeinArt, Goldberg et les autres copains jaloux qui menacent l’Etat juif n’ont aucune carte à jouer. Les grandes tendances sociales au travail en Israël et en Amérique ne seront pas altérées par ce qui se passe en Judée et Samarie.

Leur argument réel n’est pas avec les Israéliens, mais avec les américains.

La Communauté juive américaine se bat de nouveau avec bon nombre de mêmes batailles qui ont déchiré les Juifs russes le long des lignes de faille de la tradition, de la religion, du socialisme et du changement social radical.

Cette lutte a atteint son apogée avec la répression et les massacres de Juifs russes sous l’URSS, avant que les bouchers communistes de la Section juive (1) ferment des synagogues et assassinent des rabbins avant d’être eux-mêmes mis au ban de la société russe.

Le sionisme est une des questions en jeu dans la bataille entre Juifs traditionnels et de la « Gauche radicale », mais il n’est pas la seule question en litige.

Et Israël ne peut pas déterminer l’issue de cette bataille.

Seuls les Juifs américains le peuvent.

Source : Daniel Greenfield, adaptation Mordeh’aï pour malaassot.com

Note Europe Israël :

  1. Dans la Russie communiste, la « Yevsektsia sektsia » de sinistre mémoire, créée en 1918, avait le dessein déclaré d’éliminer de la communauté juive toute particularité et pratique religieuses et sociale, à inciter la jeunesse juive à quitter le Judaïsme et elle était une plaie supplémentaire qui venait s’ajouter à d’autres qui s’abattaient sur les Juifs.




Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Etats-Unis : Les Démocrates ne peuvent pas se permettre de perdre Israël, par Daniel Greenfield

    1. serge027

      Je ne sais pas si cet article a été traduit de façon automatique par Goggle, mais j’avoue que je n’y comprend rien!

    2. Robert Davis

      Je suis d’accord avec beaucoup d’affirmations dans cet article mais pas avec d’autres comme le fait que les « socialistes »(communistes plutôt? ces libéraux sont de drôles d’hybrides communistes et millionnaires souvent…) Juifs américains seront de plus en plus nombreux et détachés du conflit israélo arabe. NON ils seront de moins en moins nombreux,leurs enfants reviendront au judaisme et se moqueront de JStreet (jihad street) et le conflit terminé par une victoire israélienne et l’expulsion des arabes,toutes ces controverses fonderont comme neige au solei avec l’arrêt du harcèlement qui les gêne..

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *