toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Etat nation du peuple juif et démocratie : Politique politicienne, faux et vrais problèmes, par Nessim Robert Cohen-Tanugi


Etat nation du peuple juif et démocratie : Politique politicienne, faux et vrais problèmes, par Nessim Robert Cohen-Tanugi

On pouvait s’y attendre : Grand tollé de combat de l’Occident contre la volonté de la Knesset de renforcer le caractère juif de l’Etat d’Israël, et, de là, soupçonner qu’Israël déroge à son caractère démocratique, ce que semble suggérer les propos du Département d’Etat américain qui a déclaré lundi soir qu’il attendait d’Israël qu’il reste fidèle à « ses principes démocratiques ».

 

Faux problèmes

Et en quoi Israël n’y serait plus fidèle ? Parce que, nous dit-on, si l’Etat est Juif, les Arabes ne seraient pas égaux.

Réponse : Si un Arabe israélien a exactement les mêmes droits qu’un Juif israélien, la démocratie est évidemment totale !

Qu’importe que l’un soit Juif et l’autre Arabe s’ils ont les mêmes droits ?

Un Français arabe n’a-t-il pas les mêmes droits qu’un Français chrétien ?

Un Américain noir et un Américain blanc n’ont-ils pas les mêmes droits ?

En réalité, on tente ainsi d’imposer l’idée qu’en Israël il y aurait deux peuples : Un peuple juif et un peuple palestinien. Et c’est là qu’il faut parler clairement. S’il y a deux peuples alors les Arabes palestiniens seraient une minorité nationale. L’idée de minorité nationale est parfaitement compatible avec la démocratie, la preuve en est que la Constitution européenne le prévoit et l’applique !

Dans ce cas il faudrait modifier les lois israéliennes pour y introduire un correctif sur les minorités nationales. Il y aurait aussi des Druzes, des Bédouins, des Ethiopiens, des Arabes etc. Mais les lois israéliennes ne sont pas dans ce cas de figure.

En effet, toutes ces minorités sont civilement et pleinement des citoyens israéliens. Personne ne peut le contester. En vérité, ce n’est pas Israël qui discrimine les Arabes-palestiniens puisqu’ils sont pleinement citoyens. Ce sont bien les Arabes qui se discriminent eux-mêmes en se définissant comme « Palestiniens ». Dans ce cas, il faudrait les définir comme une minorité nationale et il faudrait changer la loi israélienne.

Or, il est très clair qu’une grande partie des Arabes d’Israël veulent rester israéliens et bénéficier pleinement de ce statut. Ils refusent toute citoyenneté palestino-cisjordanienne ou palestino-gazaouie.

Ceux qui voudraient un jour avoir la citoyenneté « palestinienne » ne pourraient vivre en Israël que comme résidents privilégiés et devront respecter les lois israéliennes ou aller vivre dans la future « Palestine ».

Mais, inversement, si demain « l’Etat de Palestine » était reconnu par Israël, il pourrait y avoir des Israéliens résidents privilégiés en Palestine ou des Juifs de citoyenneté palestinienne.

Rappelons cependant, non sans ironie, qu’Abbas a déclaré qu’il veut une Palestine judenrein !

Il faudra alors que nous aussi exigions un Israël « arabrein » !

On mesure bien ainsi à quel point notre vision démocratique est loin de celle des Palestiniens du Fatah, sans parler des Palestiniens de Gaza !

Ainsi donc, il est absolument faux qu’Israël, Etat du peuple juif, ne serait plus tout à fait démocratique.

 

Le vrai problème

En revanche, il y a un vrai problème et c’est ce que cette nouvelle loi veut résoudre. C’est que l’opinion publique occidentale, et hélas, nombre de politiciens passablement ignorants, sont persuadés que le critère fondamental de la démocratie est la règle de la majorité la moitié plus un : C’est une grossière erreur.

Hitler et Mussolini détenaient une incontestable très large majorité dans leur pays. C’était aussi le cas de Khomeiny. Ces régimes ne sont en rien des régimes démocratiques parce que la démocratie se manifeste par la majorité ET l’adoption de règles et de valeurs qui sont le socle de la démocratie.

Quand il y a parti unique, quand la minorité ne dispose pas des libertés, quand seule la propagande est diffusée et l’opposition muselée, quand elle est opprimée etc. le régime n’est nullement démocratique. C’est pour cela que dans la majorité des cas, il y a un préambule avant l’énoncé de la Constitution.

En France, il y a en préambule la déclaration des droits de l’homme, dans l’Europe, il y a un préambule et un exposé des principes etc. Or les lois fondamentales de l’Etat d’Israël ne sont pas assez explicites dans leur préambule.

Exemple : Une simple majorité pourrait décider que la circoncision est interdite, ce que certains veulent ajouter dans la Constitution européenne. Ou encore voter une loi abolissant le samedi chômé, ou l’interdiction de l’abattage par jugulation, ou l’interdiction d’un carré juif dans les cimetières etc., etc.

Il est évident que ces dispositions, seraient-elles majoritaires, sont incompatibles avec les valeurs fondamentales du peuple juif. C’est pourquoi il est indispensable et impératif de compléter le préambule qui sert de socle aux lois israéliennes. C’est pourquoi il est prévu que lorsque de nouvelles lois seront promulguées, elles ne pourront être validées si elles ne sont pas compatibles avec les valeurs et l’histoire du peuple juif.

 

Enfin et surtout

Détail capital : « Etat-nation du peuple juif » est la bonne formulation car le même mot, « juif », désigne le peuple juif et la religion juive tandis que « Arabe » désigne un peuple (il y a 10% d’Arabes chrétiens !) et « musulman « la religion. Cette confusion est à l’origine de nombre de malentendus.

La Nation juive est née avec Jacob, la religion juive est née ave Moïse près de trois siècles après !

Un Juif qui ne croit pas en D’ieu et ne pratique pas reste un Juif : Il fait partie de ce peuple.

Une personne qui croirait en D’ieu et pratiquerait la halakha ne sera en rien un Juif.

Il n’y a absolument pas exclusion ni apartheid des musulmans ou des chrétiens.

L’Etat nation juif n’est donc pas confessionnel.

Il est consternant de voir des analystes, des journalistes, et même des juristes, complètement déformés par la maladie politicienne qui consiste à ne voir dans la politique qu’un combat entre factions où hommes agissant au nom de leurs intérêts : Ainsi, Nahum Barnéa, célèbre journaliste du Yediot Aharonot, prétend que le but de Natanyahu est politicien : Gagner sur les deux tableaux avec cette loi soit pour faire pencher la coalition à droite pour la maintenir, soit grignoter des voix à ses adversaires lors d’élections anticipées si sa coalition fait naufrage.

C’est voir le monde à travers le petit bout de la lorgnette.

Et quand Tzippi Livni ou Yossi Lapid critiquent cette loi, ils font exactement de même.

 

Source : Nessim Robert Cohen-Tanugi, in Lien Israël-Diaspora : Lettre du 26/11/14. Malaassot.over-blog.com

 





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Etat nation du peuple juif et démocratie : Politique politicienne, faux et vrais problèmes, par Nessim Robert Cohen-Tanugi

    1. GUEDJ Gaston

      L NATION LE PEUPLE JUIF ET LA DEMOCRATIE
      Une nation est une âme un principe spirituel. Deux choses qui à vrai dire n’en font qu’un. L’une dans le passé l’autre dans la présent.
      Elle est la possession d’un riche legs de souvenirs .L’une est consentement mutuel le désir de vivre ensemble et de continuer la vie commune et avec la volonté de promouvoir le legs que l’on a reçu indivis.
      Comment Mme Livni ministre de la justice d’Israël s’oppose à la réalité historique et actuelle de l’identité juive d’Israël ? C’est pire qu’une trahison c’est une absurdité mortelle.
      Nier la réalité du peuple juif pour se confondre avec ses ennemis qui appellent à l’extermination du peuple juif est une infamie.
      Depuis l’antiquité que de juifs ont fait bien des sacrifices quelquefois de leur vie pour conserver avec dignité leur identité juive.
      Quel est donc le peuple de la nation? Une nation fonde sa légitimité sur son peuple sans lequel elle n’est pas une nation.
      La nation est une âme un principe spirituel. Le peuple juif est l’âme et le principe spirituel d’Israël. C’est la seule légitimité nationale d’Israël.
      Doit-on sacrifier le peuple juif sur l’autel de la démocratie selon les amis de Mme Livni ?
      Encore fait-il savoir ce qu’ils entendent par démocratie ?
      C’est un signe de notre temps pour justifier les pires vilenies on se gargarise de démocratie de liberté et autres balivernes pour se parer des plumes d’une grandeur d’âme humanitaire.
      Selon sa propre définition la démocratie est un régime politique qui fonde sa légitimité sur son peuple. Si le peuple d’Israël n’est pas l’Etat du peuple juif il n’a plus d’identité nationale.
      L’islam fait la guerre à Israël parce que il est l’Etat du peuple juif.
      Parce qu’il est l’Etat du peuple juif commémore annuellement le souvenir des victimes juive en Europe de la barbarie nazie.
      On peut excuser certains d’occulter le souvenir des victimes de la barbarie islamique sans discontinuer depuis 15 siècles. Mais ces humanistes au grand cœur devraient tout de même se poser la question de ce que sont devenues les communautés juives florissantes du Moyen Orient et en du Nord. Disparues massacrées ou chassées par la barbarie islamique.
      Pourquoi aujourd’hui encore les juifs quittent en masse les Etats qui deviennent islamiques et pourquoi ils quittent la France ?
      Ils auront une idée de savoir ce que deviendrait Israël si il n’était plus l’Etat du peuple juif et où les juifs iraient pour fuir la barbarie.

    2. Aaron Sandrine

      Israël est considéré comme la victime des palestiniens et des nations. Israël est aimé par un peuple croyants sioniste qui la soutiennent et l’appuie. Israël restera juive et non international et ni musulmane. Mais elle doit récupérer ses terres mettre les palestiniens dehors être contre un état palestinien et ne pas négocier la paix avec eux. Seul yeshua mettra la paix et la restaurer ra avec son amour qu’il a pour elle

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap