toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Des centaines de marseillais sur le chemin de l’Alyah


Des centaines de marseillais sur le chemin de l’Alyah

Cet article sur l’Alyah des marseillais pourrait sembler objectif, mais la lecture du dernier paragraphe démontre  que la presse française ne peut  s’empêcher d’utiliser le vocabulaire de la propagande pro-arabe, qualifiant par exemple la Judée Samarie de « Cisjordanie occupée », avec un antisémitisme décomplexé. Que fait la France qui ne fait rien pour retenir les français juifs ? Rien.
2014 sera une année record pour le départ des juifs de Marseille vers Israël.

Serge et Josiane ont passé la soixantaine. Ils viennent d’arriver à Tel Aviv, en provenance de Marseille, pour des vacances en Israël. Des longues vacances en fait. Plusieurs semaines, ils évoquent de revenir en France en décembre, pour passer les fêtes de fin d’année avec leurs trois enfants. Pas avant. Ils ont loué un appartement à l’année à Netanya, à 30 km au nord de Tel Aviv, « c’est moins cher, explique Josiane, autour de 800 euros par mois. Autrement, le loyer peut varier du simple au double selon la saison ».

Au cours de ces prochaines semaines, ils vont faire les touristes. Visiter les sites historiques et culturels de Jérusalem, la Mer morte, aller à la plage… Pourtant à Marseille, ils habitent les quartiers Sud, plutôt agréables. « On aime Israël », déclare Serge, ce qui ne veut pas dire qu’il n’aime pas la France, loin de là. Pourtant ces seniors n’excluent pas de rester plus longtemps dans le pays. « C’est venu naturellement et facilement. On regarde surtout dans quel quartier on aimerait habiter », ajoute l’ancien agent commercial à la retraite. Ayant une famille nombreuse en Israël, ils ont toutes les raisons d’y rester. Ils apprennent l’hébreu et font des allers-retours avec Marseille depuis 6 mois.

Des séjours prolongés en Israël, comme d’autres le font au Maroc et au Portugal, c’est courant pour des retraités. Ça l’était beaucoup moins il y a deux ans encore, pour les couples bien installés en France, comme Maud et son mari, qui y pensent. « On fait des allers-retours, on regarde où on pourrait s’installer. Le seul point qui nous retient, c’est le travail. » Ils sont dans la comptabilité et les diplômes n’ont pas encore d’équivalence. « On n’attend plus rien de la France », lâchent-ils froidement.

Cette Alyah concernait également beaucoup moins, jusqu’à récemment, les jeunes, fraîchement diplômés ou sur le point de faire des études. C’est le cas d’Auriane et Esther, deux brunettes de 18 ans. Avec leur baccalauréat en poche, S pour l’une, ES pour la seconde, elles viennent de commencer une prépa leur donnant droit de rentrer à l’université, dans la banlieue de Tel Aviv. « Nous sommes là pour nos études », sourient-elles, l’une veut devenir architecte, l’autre faire du business, mais la suite laisse peu de place au mystère. « J’aurais pu aller à Londres ou aux États Unis », dit Esther.

Auriane est sûre d’elle. Elle restera en Israël. « En France, les universités ne m’ont pas plu, et puis le pays n’offre pas les possibilités qu’on a ici. Combien de jeunes qui ont bac + 5 ou 6 se retrouvent sans boulot ? Israël, c’est la start-up du monde, rappelle-t-elle. Le pays de toutes les opportunités. » Elles commencent à apprendre l’hébreu, nécessaire pour travailler. « Les parents sont fiers de nous, affirment-elles. Ils nous poussent. Pour eux, les enfants n’ont plus de place en France. »

Les raisons économiques sont loin d’être seules en cause. L’antisémitisme grandissant prend la première place. « Non seulement on ne peut plus porter de signes distinctifs dans la rue, mais nos écoles doivent être gardées et on n’est pas à l’abri d’agressions. » Esther dit en avoir fait elle-même l’objet. Elle évoque aussi l’affaire Ilan Halimi, séquestré et assassiné en 2006, la tuerie de l’école juive de Toulouse en 2012 et plus récemment Dieudonné. « L’insécurité ici, même si on médiatise la guerre, n’a rien à voir avec la France. Cette semaine je suis allée en boite, en rentrant je n’avais pas peur. La différence, c’est qu’ici il y a l’entraide, la solidarité. »

En Israël, elles ont aussi des attaches. Une famille. Elles y ont passé des vacances et fait récemment un stage bénévole dans l’armée à repeindre des véhicules. « C’est le pays où je me sens le mieux, le plus en sécurité », affirme Auriane. « Jamais, je ne mettrai mes capacités au service de la France », finit assez durement Esther.

Panier de l’intégration

Ce discours, des milliers de jeunes Français juifs le tiennent. En témoigne la Masa, l’organisme qui met en place des projets pour aider ces jeunes, 1 700 étudiants en 2014 dans le monde, 70 pays entrent dans ce programme. 600 jeunes Français sont arrivés en septembre en Israël pour 8 mois au moins. « Il y a 10 ans on comptait 2 000 arrivées par an en provenance de France », selon le ministère de l’Alyah et de l’intégration. Leur nombre a fortement progressé en 2013 pour arriver cette année à près de 6 000 personnes qui vont faire leur Alyah cette année, autour de 700 Marseillais.

On ne connaît pas les chiffres concernant les retours en France, moins nombreux certes, mais qui existent. À leur arrivée en Israël les familles bénéficient d’une aide financière, le « panier de l’intégration », mais qui n’a qu’un temps. Les loyers sont chers, alors elles s’installent plus facilement dans les villes nouvelles comme Netanya, Ashkelon ou Ashdod. Certaines seront ou sont déjà obligées de faire leur yérida (retour en France) bercées par un idéal sioniste ou religieux mais qui n’avaient pas vu les difficultés à s’intégrer ou trouver du travail. Pour des salaires bien inférieurs à la France.

En attendant, c’est à l’aller simple pour la terre promise auquel beaucoup de Français et de Marseillais pensent. Que fait la France pour les retenir ?

L’UE veut un État palestinien

La chef de la diplomatie européenne a plaidé, hier, pour un État palestinien ayant Jérusalem-Est pour capitale. Federica Mogherini, qui avait réservé sa première visite officielle à Israël et aux Territoires palestiniens, s’est rendue hier matin dans la bande de Gaza avant de rejoindre Ramallah, en Cisjordanie occupée (NDLR  il s’agit de la Judée Samarie ). Elle a de nouveau dénoncé la « colonisation israélienne », y voyant un « obstacle pour la solution à deux États ». Quelques heures plus tôt, la mort d’un Arabe israélien abattu par la police israélienne (NDLR alors qu’il s’opposait à l’arrestation d’un proche, et qu’il venait d’y avoir 3 attentats terroristes dramatiques sur des israéliens) a déclenché des heurts en marge d’une imposante mobilisation dans son village du nord d’Israël. Par ailleurs, Laurent Fabius a déclaré que la France devra « prendre ses responsabilités » si les négociations de paix au Proche-Orient n’aboutissent pas. « La France est profondément attachée à la solution des deux États », a rappelé le ministre des Affaires étrangères, alors que la pression monte pour que l’exécutif reconnaisse l’État palestinien.

Corinne Matias envoyée spéciale en Israël

Laprovence.com

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Des centaines de marseillais sur le chemin de l’Alyah

    1. Robert Davis

      Je ne me prononcerai pas sur les Juifs qui quittent la france je pense qu’ils ont probablement raison mais dans les cas même si on a raison de tirer à bulets rouge sur le(s) gouvernements français dont celui de hollande est le PIRE et de loin, qu’on ait jamais eu,il faut voir les choses en FACE et admettre que le plus fautif de tous les fautifs est le gouvernement Israélien. En effet POURQUOI VEUT ON QUE LES GOUVERNEMENTS ETRANGERS SOIT PLUS PRO ISRAEL QUE…ISRAEL??? Celui-ci ne proclame jamais sa SOUVERAINETE sur la Palestine,bafouille politiquement avec ces stupides négociations, n’untilise pas SON PLUS GRAND ARGUMENT QUI EST SA FORCE MILITAIRE que ses ennemis lui… »interdisent » d’utiliser (padi!on comprend pourquoi…) et lui comme un imbécile accepte tout. TANT QUE LE GOUVERNEMENT D ISRAEL NE DEFENDRA PAS SA SOUVERAINETE IL N Y A RIEN D ETRANGE A CE QUE LES ETATS ETRANGERS LA LUI CONTESTE.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *