toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël: la naissance d’une nationalité araméenne, cause de tensions arabo-chrétiennes


Israël: la naissance d’une nationalité araméenne, cause de tensions arabo-chrétiennes

 

La reconnaissance de la nationalité araméenne par Israël susceptible d’exacerber les tensions communautaires.

Le 16 septembre 2014 fut un grand jour pour la communauté chrétienne en Israël: le ministère de l’Intérieur a reconnu «la nationalité araméenne». Dès lors, ce sont près de 20.000 Chrétiens d’ascendance araméenne, une origine et une langue anciennes qui remontent à l’époque de la Bible et du christianisme primitif en terre d’Israël, qui auront le droit de s’enregistrer comme étant «araméens», plutôt qu’«arabes». Une nouvelle nation est née, ou plutôt ressuscitée.

La décision, qui a des implications politiques évidentes, a déclenché des réactions en chaîne: l’ancien ministre de l’Intérieur, Gideon Saar, a été couronné «père de la nation araméenne», une sorte de «Herzl d’Aram».Enfin, presque. Sa gloire se répand maintenant au-delà des frontières d’Israël dans toutes les communautés maronites et araméennes orthodoxes à travers le monde pour la décision historique qu’il a prise juste avant de se retirer de la vie politique.

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou s’est également vu attribuer un certain crédit. Lors d’une réunion avec les Chrétiens en février pour promouvoir des mesures destinées à les dissocier de la société arabo-musulmane, il leur a montré une photo sur le mur de son bureau où l’on peut voir une ancienne inscription sur une pierre retrouvée lors de fouilles archéologiques. L’inscription indiquait, en araméen, «Netanyahou». «Vous n’avez pas à me dire qui vous êtes et d’où vous venez», a souligné Netanyahou. La petite délégation a trouvé un sens profond à cette remarque.

Pourtant, le Premier ministre Netanyahou sait aussi que la reconnaissance même de cette nouvelle nationalité par l’Etat d’Israël ainsi que les autres mesures destinées aux Chrétiens encouragent la scission au sein de la société arabe et qu’elles sont potentiellement risquées. La communauté arabe d’Israël, dont les Chrétiens représentent maintenant seulement 9%, est furieuse. Non seulement envers les Chrétiens directement impliqués dans la décision audacieuse, mais aussi et encore davantage envers les autorités israéliennes. Les responsables arabes et les militants de la société civile voient en cette reconnaissance une nouvelle tentative brutale visant à «diviser pour régner». Faire front uni contre l’establishment juif israélien en camouflant les tensions entre Musulmans et Chrétiens a toujours fait partie de la stratégie prudente des communautés arabes en Israël et dans l’Autorité palestinienne. Récemment, les tentatives cherchant à affirmer cette unité sont devenues de plus en plus en plus difficiles.

La situation terrifiante des Chrétiens au Moyen-Orient face au fanatisme islamique grandissant – des églises brûlées aux meurtres de masse – a de profondes répercussions sur le tissu fragile des relations entre les communautés arabes en Israël. «L’émergence de l’Etat islamique (EI) a beaucoup aidé les Chrétiens ici», juge un militant musulman israélien. «Les Chrétiens autour de moi me demandent ce qui leur arrivera si I’EI atteignait Israël. Ils oublient que nous, les Musulmans, sommes aussi contre l’EI. Mais le tournant le plus significatif a été le massacre des Chrétiens de Mossoul en Irak. À ce moment-là, les Chrétiens ici sont descendus dans la rue».

En fait, pas seulement dans la rue. Le relativement jeune «Forum israélien de recrutement», promeut activement le service militaire au sein de la communauté chrétienne d’Israël. Le service militaire en Israël ne signifie pas seulement l’identification à l’Etat juif, mais s’accompagne de toute une série d’avantages accordés aux anciens combattants de l’armée. Dans l’ensemble, les Arabes sont exemptés du service et privés de ces avantages. La campagne pour encourager activement les Chrétiens à servir dans l’armée et la réponse enthousiaste ouvertement affichée par les autorités israéliennes et certains segments de la société juive israélienne, irritent la communauté arabe israélienne.

Même sans cette division, la plupart des Israéliens différencient les Arabes chrétiens des Arabes musulmans, favorisant clairement les Chrétiens. La dernière définition pour différencier les deux communautés arabes que j’ai entendu désignait les Chrétiens comme des «Arabes light». C’est censé être un compliment. Tous les Musulmans et de nombreux Chrétiens détestent ces distinctions.

Aram Khalloul Risha

 

Dans l’atmosphère inflammatoire et de tensions inter-religieuses, appliquer le Paradoxe d’Abilene peut s’avérer fatal pour toutes les parties concernées. Accorder un statut spécial à la langue araméenne exactement au moment où un nouveau projet de loi propose de révoquer le statut de la langue arabe comme deuxième langue officielle du pays est certainement la recette parfaite pour créer encore davantage de problèmes dans l’avenir.

«Il n’y a rien de nouveau là-dedans», explique Shadi Khaloul de Goush Halav, une région dans le nord d’Israël. Khaloul, 38 ans, est une force motrice derrière les efforts de recrutement et le projet de nationalité araméenne. «La lutte pour la reconnaissance de notre nationalité et de notre langue uniques a duré six ans. Les circonstances actuelles ont braqué les projecteurs sur elle». Chrétien maronite d’origine, il demande à être présenté dans cet article comme le «Capitaine (res) Aram Shadi Khaloul, chef de l’Association chrétienne araméenne d’Israël».

Cela saisit l’essence de son identité, qui inclut fièrement son service militaire de parachutiste. Depuis qu’il est devenu le nom et le visage des projets de recrutement militaire et de nationalité araméenne, une récompense a été promise sur internet pour qui l’assassinerait. «Vous voyez ce que les Arabes épris de démocratie «publient», s’exclame-t-il à i24News. «Les Arabes forment une nation raciste. Les Chrétiens vivent depuis des années dans la peur des Arabes dans cette région. Leur silence est la taxe de «protection» payée à l’Islam. Nous, la société chrétienne, ne sommes pas des «traîtres»; les vrais traîtres sont les Chrétiens qui coopèrent avec des gens comme Assad et encore avec l’Autorité palestinienne. Ils collaborent avec ceux qui sont là pour les tuer plutôt que de coopérer avec Israël». En attendant, Khaloul a une liste de 250 familles qui demandent à changer leur nationalité. Il est convaincu que des milliers suivront. Il entend en faire son affaire: le prochain point à son ordre du jour est de s’assurer que la communauté araméenne soit représentée politiquement au Parlement israélien. On peut présumer que Khaloul se voit sûrement comme ce représentant.

Lily Galili

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Israël: la naissance d’une nationalité araméenne, cause de tensions arabo-chrétiennes

    1. michel boissonneault

      j’ai eu l’occasion de discuter une fois avec un chrétien de l’état d’israel … pour lui
      israel est son pays , sa nation , sa vie donc si tout les chrétiens d’israel sont tous comme lui alors j’ai la certitude que comme patriote il ne se fait pas mieux.
      je souhaite une co-habitation dans l’harmonie et la paix car le seul problème est l’islam

    2. Lion

      D’accord avec vous Michel .
      j’ajoute un musulman accepte de servir un dogme totalitaire l’Islam donc c’est une personne dangereuse et traite dans la communauté différente ou il vit . Un jour son Dieu lui demandera de nous tuer ou nous soumettre et il obéira . Un musulman peut être noir , arabe , jaune ou blanc . Pour être musulman il n y a pas de races spéciales . C’est très bien que Israël fasse la différence entre un arabe musulman et un arabe chrétien .

    3. benzimra

      Merveilleux cette naissance d’une nationalité araméenne… Pourquoi cause t elle tant de tensions arabo-chrétiennes ..?…
      JE TROUVE NORMAL QUE CHACUN RETROUVE SON BERCEAU…
      Mariane de Tel Aviv

    4. Claudio

      Je ne sais pas ce que me réserve l’avenir, mais j’ai le pressentiment que c’est Israël qui ne tardera pas à devenir le dernier Phare de l’humanité pour l’ensemble des Occidentaux.

      Mise à part quelques rares exceptions, trop de nations ont perdu leur foi, par excès de tolérance, par masochisme, par manque d’orgueil, par bêtise…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap