toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

France: Léa, 15 ans : « Ils nous demandent de faire des attentats en France »


France: Léa, 15 ans : « Ils nous demandent de faire des attentats en France »

« Encerclée » par les réseaux intégristes, Léa est submergée par le tourbillon des vidéos et des messages qui la convainquent qu’elle est élue pour « sauver le monde ».

Arrêtée alors qu’elle s’apprêtait à fuir en Syrie et que ses recruteurs djihadistes la poussaient à commettre une tuerie en France, Léa est la première à livrer son récit.

De longs cheveux qui entourent un visage pâle et de grands yeux noisette qui semblent en permanence chercher un point auquel se raccrocher. C’est une enfant, douce, frêle, fragile. Une ado de 15 ans choyée, bonne élève, qui a grandi dans une belle maison de province, au sein d’une famille française soudée, aisée et athée. A l’opposé de tous les clichés sur l’apprenti djihadiste. Et pourtant, en deux mois à peine, via internet, Léa s’est laissé entraîner dans les abîmes de l’islam radical.

Interceptée alors qu’elle tentait de s’enfuir vers la Syrie, elle est d’abord placée sous mesure éducative par un juge des enfants. Pendant plusieurs mois, elle va se dédoubler, donnant les gages d’un retour à la « normalité » à ses parents, ses éducateurs, son psychologue, tout en se laissant convaincre par son réseau de préparer un attentat antisémite sur le sol français… En septembre, elle est arrêtée par les policiers de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI, ex-DCRI), qui la surveillaient.

Jusque-là, elle était restée mutique. Elle a finalement tout raconté il y a quelques jours lors d’une intervention du CPDSI, le Centre de Prévention contre les Dérives sectaires liées à l’Islam créé par l’anthropologue Dounia Bouzar, qui décrypte dans « le Nouvel Observateur », en kiosque le jeudi 2 octobre, ce témoignage inédit recueilli en exclusivitéPour des raisons évidentes de sécurité, son prénom a été modifié. Le destin de Léa appartient désormais à la justice.

« Ils sont venus me parler sur Facebook » 

Un jour où je ne me sentais pas très bien, j’ai laissé sur ma page Facebook un message disant que j’aimerais pouvoir me faire pardonner toutes mes bêtises. Là, des gens m’ont ajoutée dans leurs amis et puis ils sont venus me parler. Ils sont arrivés tout seuls, très vite. Comme j’avais écrit que je souhaitais devenir infirmière, ils m’ont dit que je pouvais venir aider en Syrie, pour faire de l’humanitaire, et qu’il n’y avait rien de mieux au monde que de se faire pardonner au Sham [le Levant, où se trouve la Syrie, NDLR].
Ils m’ont envoyé des vidéos sur les enfants gazés par Bachar [al-Assad, NDLR], sur les mensonges des politiques, sur l’islamophobie… […] Ils disaient que je ne devais pas obéir à mes parents, parce qu’eux n’obéissaient pas à Allah et qu’il ne fallait obéir qu’aux lois d’Allah sinon on était un mécréant, un ignorant, un infidèle… […] »
Petit à petit, je me suis mise à ne plus parler à personne, ni à l’école ni à la maison, je restais dans ma chambre, volets fermés. Et je me connectais. Ils sont venus encore plus nombreux quand j’ai pris un « blase » [pseudo, NDLR] musulman, ils étaient au moins cinquante, d’abord des hommes, après des femmes, de France, de Belgique, de Syrie… […] »

Passeurs et mari virtuel

« Encerclée » par les réseaux intégristes, Léa est submergée par le tourbillon des vidéos et des messages qui la convainquent de l’imminence de la fin du monde et qu’elle est « élue » pour accomplir une mission. […] Son urgence est dès lors de gagner la Syrie, qui lui est présentée comme l’unique voie du salut.

[…] C’est très facile de trouver des passeurs. On les appelle ou on leur donne un numéro de téléphone sur internet. Ils m’ont expliqué qu’il fallait d’abord que j’aille en Turquie, que je me marie là-bas, puis que je tombe enceinte pour qu’on puisse m’emmener en Syrie avec l’enfant » […]

Rapidement, Léa se voit désigner un « mari » et a rendez-vous avec des passeurs. Tout est prévu. Elle fait semblant d’aller à l’école comme d’habitude, sauf que dans son sac elle glisse un passeport au lieu de son cahier de texte. Mais au dernier moment, ses projets avortent, ses parents découvrent le contenu de son ordinateur… Un juge des enfants la place sous mesure éducative, assortie d’une interdiction de quitter le territoire.

Le départ avorté en Syrie 

[…] Mes parents me demandaient si j’avais changé, si j’avais renoncé à mes idées, je leur disais que oui, mais en fait c’était de pire en pire. Sur internet, ils me disaient : « Dis-leur que tout va bien, que tu as arrêté tout ça, que tu ne veux plus partir et que c’étaient des bêtises. Ils finiront par te lâcher et tu seras tranquille. »

Attentats en France 

Un jour on m’a dit : ‘C’est mort, avec ce que tu as sur le dos, tu ne pourras jamais venir, alors maintenant il faut passer à l’acte en France.’ Ils ont commencé à me montrer des vidéos des enfants morts en Palestine, à me parler de la nécessité d’agir contre les juifs. Quand on est fiché à la frontière, ils nous mettent la pression pour qu’on fasse des attentats kamikazes ou « à la Merah » [du nom de Mohamed Merah, le tueur de Toulouse, NDLR]. C’est une femme qui m’en a parlé la première. J’avais trouvé le lieu, le moyen de me procurer des armes. […]

La pression de ses recruteurs est permanente. Les contacts téléphoniques et internet s’intensifient. Par ce harcèlement, ils veulent s’assurer que Léa ira jusqu’au bout. La DGSI, qui l’a placée sur écoute, juge la menace sérieuse et décide d’intervenir.

Les regrets

Lors des séances du Centre de Prévention contre les Dérives sectaires liées à l’Islam (CPDSI), Léa prend brutalement conscience de son endoctrinement en écoutant le récit de familles parlant de leurs enfants partis au djihad. L’atterrissage est comme une chute libre. Aujourd’hui elle garde l’angoisse que ses recruteurs viennent la chercher chez elle.

Maintenant, c’est dur… J’ai du mal à assumer que je me suis fait avoir […] Je m’en veux beaucoup pour ça, d’avoir pu moi aussi entraîner d’autres filles sans le faire exprès, même des plus petites que moi… Je voulais tellement partir, on enviait toutes celles qui y arrivaient. Maintenant, certaines vont mourir là-bas, en Syrie ou en Irak, et peut-être à cause de moi… »

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 15 thoughts on “France: Léa, 15 ans : « Ils nous demandent de faire des attentats en France »

    1. Laurence

      Une enfant frèle fragile… mais avoir envie de se faire mettre en cloque à 15 ans par un inconnu pour ensuite aller tuer des gens il y a un gros problème tout de meme!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    2. Nemo

      Les réseaux de propagande djihadistes sont très bien organisés et efficaces : regardez comment ils s’y prennent quand ils ont ferré un pigeon : ils l’encerclent et l’isolent complètement du reste du monde, et tout ça juste avec un ordinateur !

      Il faudrait faire de la prévention dans toutes les écoles, comme on l’a fait pour le sida ou les sectes.

    3. FANNY

      Vous avez tous raison : parents pas assez présents et trop peu préoccupés par l’éducation de leurs enfants, parents qui ne surveillent pas internet, ados. trop influençables, manque de prévention dans les écoles, lycées et collèges. Mais nous devons nous demander comment Facebook et autres, comment les services secrets qui sont censés surveiller et ne pas laisser passer ce genre de propagande font pour ne pas voir cet endoctrinement et ne pas bloquer les comptes des utilisateurs puisqu’ils en connaissent le fonctionnement

    4. Marie l'Alsacienne

      Pauvre petite Léa, adolescente de 15 ans et perdue dans le monde d’adultes perverse !

      J’espère que ses parents la reprennent bien en main et que ces salopards ne la retrouvent pas pour l’éliminer à leur manière…

      Que Dieu te protège Léa !

    5. bataille de Tourtour

      L’athéisme crée un vide, et la nature a horreur du vide.L’être humain ayant besoin de transcendance ,de « sens », est prêt à s’adonner à une « religion de substitution », ou de « compensation »: une quelconque idéologie,y compris la pire qui soit,assortie d’une sorte de servitude volontaire:tout est pensé à votre place,il y a réponse à tout, quel soulagement ! Il n’y a plus qu’à agir selon les ordres reçus.

    6. Rose

      Parents, le message à retenir est que les enfants, car à 15 ans on est encore un enfant, courent de graves dangers à se promener sur internet sans surveillance. On voit ici que facebook est une source d’embrigadement pour les islamistes qui ne dorment jamais, sont très bien organisés et sont à l’affût de la moindre faiblesse, de la moindre brèche pour tendre une embuscade et distiller leur message de mort. Car ils se moquent totalement de la vie, abrutis qu’ils sont par la promesse de paradis. Les réseaux sociaux du web sont extrêmement dangereux.

    7. robert haim

      Mais non mais non L »ISLAM EST UNE RELIGION DE PAIX surtout en europe BEN VOYONS !!!!! et mon C….L

    8. sztajnrod

      Nous e pouvons rien reproccher aux parents car depui l’arrivvee des psy . et des lois pour le droit des enfants les parents n’ont pas d’emprise sur leurs enfants ;dans combiens de maisons il y a une pancarte sur la porte des chambres a coucher « lieu prive -interdictions d’entree ‘ et si les parents veulent sevir il suffit aux enfants de porter plainte a la police en inventant des mensonges pour que ceux si soient arrete’interoges et souvent mis en garde a vue ;il y a eu plusueurs cas de ce genre en France ; ce qui fait que d’abord il faut redonner l’autoritee aux parents sur leurs enfants et le droit absolu de surveller courie normal ou electronir frequentations et sorties meme au dela de 15 ans

    9. Femme arabe libre

      C est une paumee qui cherche a donner « un ses » a sa vie de petite fille , capable tout de meme de se laisser aller a echanger avec une bande de cingles pendant plusieurs mois!!!! C est gros et personne de son entourage n a percu les changements????nous sommes bien mal bares !!!!!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap