toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Comment les donateurs ont sauvé le Hamas !, par Khaled Abu Toameh


Comment les donateurs ont sauvé le Hamas !, par Khaled Abu Toameh

La reconstruction ou la réparation des infrastructures dans la bande de Gaza est la meilleure chose qui pouvait arriver au Hamas. Le Hamas sait que chaque dollar investi dans la bande de Gaza servira les intérêts du mouvement islamiste. Les fonds promis absoudront le Hamas de toute responsabilité de la catastrophe qu’il a fait tomber sur les Palestiniens lors de la confrontation avec Israël.

Le Hamas va maintenant utiliser ses propres ressources pour faire passer des armes supplémentaires et de préparer la prochaine guerre avec Israël. Le Hamas peut maintenant revenir creuser de nouveaux tunnels et obtenir de nouvelles armes au lieu d’aider les Palestiniens dont les maisons ont été détruites suite à ses actions.

La plus grande erreur des pays donateurs ont fait ce n’est pas d’exiger le désarmement du Hamas comme une condition préalable pour canaliser l’aide à la bande de Gaza. On avait espéré que les résultats catastrophiques de la confrontation augmenteraient la pression sur le Hamas, ou peut-être déclencher une révolte contre elle, elle a disparu.

Ce serait naïf de penser que le Hamas ne bénéficiera pas des milliards de dollars qui viennent d’être promis pour aider à la reconstruction de la bande de Gaza, lors d’une conférence de donateurs au Caire.

Les Palestiniens espéraient 4 milliards de dollars, mais les pays donateurs ont promis 5,4 milliards de dollars dont la moitié sera «dédiée» à la reconstruction de la bande de Gaza, selon le ministre norvégien des Affaires étrangères Borge Brende.

Il n’est pas encore clair à quoi sera consacré l’autre moitié.

Le Qatar, un partisan de longue date et bailleur de fonds du Hamas, a promis 1 milliard de dollars alors que le secrétaire d’Etat américain John Kerry a annoncé une aide américaine immédiate de 212 M $.

L’Union européenne, pour sa part, a promis $ 568 000 000.

Les pays donateurs ont déclaré qu’ils canaliseraient l’aide par l’Autorité palestinienne [AP]. Mais cela ne signifiera pas que le Hamas, qui continue de maintenir un contrôle strict sur la bande de Gaza, ne bénéficiera pas de l’aide financière.

En fait, tous les fonds destinés à la bande de Gaza vont renforcer le Hamas, même si l’argent arrive par l’Autorité palestinienne.

Le Hamas a accepté de mettre de côté ses différences avec le président Mahmoud Abbas et sa faction le Fatah afin que sa décision ouvre la voie à la communauté internationale d’allouer des milliards de dollars à la reconstruction de la bande de Gaza.

Le Hamas s’est félicité que le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah, de sa visite dans la bande de Gaza la semaine dernière.

Au cours des dernières semaines, le Hamas avait accusé Hamdallah et son gouvernement de ne pas aider les palestiniens dans la bande de Gaza dans le sillage de l’opération Bordure de protection d’Israël. Le Hamas a également accusé le gouvernement Hamdallah et Mahmoud Abbas de commander une opération de sécurité sur les partisans du Hamas en Judée et Samarie.

La visite de Hamdallah dans la bande de Gaza est survenue à la veille de la conférence des donateurs du Caire ; c’est pourquoi le Hamas était prêt de le recevoir lui et ses ministres dans la bande de Gaza. Le Hamas ne voulait pas que les États donateurs retiennent les fonds sous le prétexte que les arabes-palestiniens se battaient encore entre eux et incapables de se ressaisir.

Le Hamas savait que c’était la seule façon de convaincre les pays donateurs d’approuver des milliards de dollars d’aide à la bande de Gaza. Le spectacle de «l’unité» entre l’Autorité palestinienne et le Hamas était principalement destiné à montrer aux donateurs qu’ils ne doivent pas s’inquiéter pour leur argent qu’il ne se retrouvera pas dans de mauvaises mains.

Après tout, le Hamas sait aussi que chaque dollar investi dans la bande de Gaza servira les intérêts du mouvement islamiste. Bien sûr, ce sont d’excellentes nouvelles pour le Hamas.

Tout d’abord, les fonds promis ont absout le Hamas de toute responsabilité dans la catastrophe, qu’il a fait tomber sur les arabes-palestiniens lors de la confrontation avec Israël.

Maintenant, les arabes-palestiniens de la bande de Gaza ne demanderont plus au Hamas de les indemniser pour la perte de leurs maisons et les membres de la famille. Tout Palestinien qui demandera au Hamas de l’aide financière, dès à présent, sera renvoyé vers l’Autorité palestinienne ou les États donateurs.

On avait espéré que les résultats catastrophiques de la confrontation augmenteraient la pression sur le Hamas ou peut-être déclencheraient une révolte contre lui cela a disparu maintenant que l’Autorité palestinienne et les pays donateurs sont devenus l’adresse pour la distribution de l’aide financière.

Deuxièmement, le discours sur la reconstruction ou la réparation des infrastructures dans la bande de Gaza est la meilleure chose qui pouvait arriver au Hamas. Les fonds promis par les pays donateurs aideront à rétablir diverses installations contrôlées par le Hamas dans la bande de Gaza, tels que les ministères, les bases de sécurité, les universités, les mosquées et les organismes de bienfaisance. L’infrastructure dans la bande de Gaza est presque entièrement contrôlée, directement et indirectement, par le Hamas.

Tous les investissements dans l’infrastructure de la bande de Gaza finiront par servir les intérêts du Hamas, même si ce travail est effectué par l’Autorité palestinienne.

Troisièmement, les membres et partisans du Hamas seraient parmi ceux qui auront droit à une partie de l’argent provenant des donateurs occidentaux et arabes. L’Autorité palestinienne serait dans l’impossibilité de remettre de l’argent seulement aux loyalistes d’Abbas dans la bande de Gaza, qui a déjà promis de prendre soin de tous les Palestiniens dans la bande de Gaza, quelles que soient leurs affiliations politiques.

Quatrièmement, l’aide financière n’a pas été conditionné au désarmement du Hamas ou même de céder le contrôle de la bande de Gaza à l’Autorité palestinienne. A partir de maintenant, l’Autorité travaillera à la reconstruction de la bande de Gaza alors que le Hamas utilisera ses propres ressources pour passer en contrebande des armes supplémentaires et préparera la prochaine guerre avec Israël. Cela semble être la répartition des responsabilités convenue entre le Hamas et l’Autorité palestinienne.

Cinquièmement, il n’existe aucune garantie que les milliards de dollars auraient un effet modérateur sur les Palestiniens dans la bande de Gaza ou les détourneraient du Hamas. Certains Palestiniens sont même inquiets que la communauté internationale pourrait  essayer de corrompre l’Autorité palestinienne pour l’empêcher de poursuivre son intention de demander la reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien à l’ONU. D’autres croient que les fonds promis seront destinés à arrêter l’Autorité de signer le Statut de Rome en tant que première étape vers l’adhésion à la Cour pénale internationale, afin de déposer des accusations de «crimes de guerre» portées contre Israël.

Les Palestiniens sont néanmoins disposés à accepter les milliards de dollars. Mais cela ne signifie pas qu’ils vont s’abstenir de voter pour le Hamas aux prochaines élections. Cela ne veut pas dire non, ils feront des concessions ou modéreront leurs revendications, mais d’abord et avant tout le « droit au retour » des réfugiés palestiniens en Israël.

Les décisions prises lors de la conférence des donateurs du Caire constituent une grande victoire pour le Hamas.

Le Hamas peut maintenant revenir creuser de nouveaux tunnels et obtenir de nouvelles armes, au lieu d’aider les Palestiniens dont la vie et les maisons ont été détruites à la suite de ses actions.

La plus grande erreur que les pays donateurs ont fait c’est de ne pas avoir exigé comme condition préalable le désarmement du Hamas avant de canaliser l’aide à la bande de Gaza. Les bailleurs de fonds n’ont pas seulement sauvé le Hamas, ils l’ont enhardi, lui permettant d’exister pour de nombreuses années.

Sources : http://www.gatestoneinstitute.org/4776/hamas-, par Khaled Abu Toameh, adaptation pour malaassot.com par Mordeh’aï





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Comment les donateurs ont sauvé le Hamas !, par Khaled Abu Toameh

    1. Elia

      C’est ce qui arrive quand on ne termine pas le travail.
      Maintenant il faut encore se préparer à un autre round !

    2. Richard

      Le Président Obama se dit inquiet la coalition l écoute sans conviction au fond l occident n à rien compris à la façon dont fonctionne le monde arabo-musulman
      Et plus l occident simisse plus les arabes se radicalisent …il y a des désordres en monde arabe il y a une organisation ..la ligue arabe c est à elle que reviens le travail,de voir comment gérer et ramener l ordre …le monde arabe ne veux plus des frontières dessinées pour eux par les anciens occupants c est leur problème …l occident à la fâcheuse habitude de s imisser dans les affaires d un monde différent du leur …tout ce qu ils touche se radicalise et deviens explosif
      Ils ont du mal à la comprendre ils considèrent qu eux seuls détiennent vérité ….
      Et c est au nom de celle ci et de la démocratie dont le monde arabe ne veux pas qu ils s impliquent …en ce qui concerne Gaza le quatar va être propriétaire de facto à hauteur de 1 milliard de dollars des bâtiments et cela lui permettra de s impliquer politiquement dans la région pour la mettre un peux plus en feu en douce …quand l occident dira clairement que la solution sera trouvée par tous les voisins et pas seulement par Israeĺ ..la paix avancera à grand pas …..

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap