toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le retour en France des trois djihadistes présumés vire au fiasco (TV)


Le retour en France des trois djihadistes présumés vire au fiasco (TV)

DOCUMENT – L’opération devait illustrer la réactivité de Paris face à la menace terroriste. Et pourtant, les trois djihadistes présumés sont rentrés de Turquie par leurs propres moyens, sans être inquiétés. Ils n’ont pas été arrêtés à leur arrivée à l’aéroport de Marseille.communique_de_presse_23_sept_2014

L’opération devait illustrer la réactivité de Paris face à la menace djihadiste. Elle a viré au fiasco par une  communication hasardeuse qui met soudain en exergue les failles du bouclier antiterroriste français. Mardi midi, le ministère de l’Intérieur avait annoncé un peu vite l’arrestation de trois individus dangereux «dès qu’ils ont posé le pied en France». Ils revenaient en principe de Turquie, où ils avaient été arrêtés en août dernier, après avoir combattu, dit-on, dans les rangs des islamistes radicaux en Syrie. Parmi eux, Abdelouahed Baghdali, 29 ans, n’était autre que le mari de Souad Merah, sœur de Mohamed Merah, le terroriste qui sema la mort à Montauban et Toulouse en mars 2012. Déjà connu des services de police pour ses liens avec une école coranique radicale, il était parti en Syrie en février dernier. Souad Merah l’y avait rejoint avec ses enfants en mai. Le second djihadiste présumé était Imad Djebali, 27 ans, ami d’enfance de Mohamed Merah. Il a grandi dans le même quartier toulousain que le tueur au scooter. Il avait déjà été condamné en 2008 à quatre ans de prison pour son appartenance à la filière dite «d’Artigat», nom d’un village ariégeois où résidait le chef présumé d’une filière de recrutement djihadiste en Irak. Reste le troisième individu, Gael Maurize, un converti à l’islam radical originaire d’Albi, lui aussi connu des services antiterroristes.

Le tableau était presque parfait. Mais voilà: le récit du ministère de l’Intérieur était partiellement faux. Les trois djihadistes sont rentrés en France par leurs propres moyens, sans être inquiétés. Ils n’ont pas été arrêtés à leur arrivée à l’aéroport de Marseille où ils se sont posés comme des fleurs, prétendant même aujourd’hui, par l’entremise de leurs avocats, se tenir à la disposition de la justice.

Mes Pierre Dunac et Apollinaire Legros-Gimbert, deux de leurs avocats, ont ainsi expliqué que les trois hommes n’avaient pu embarquer dans le vol initialement prévu au départ de la Turquie et à destination de Paris, mais qu’ils avaient pu prendre un vol suivant à destination d’un aéroport de province. Marseille, donc, selon nos informations.

Loading...

Le commandant de bord a refusé de les embarquer

L’attaché de sécurité intérieure français basé en Turquie avait pourtant bien préparé leur retour avec les autorités à Paris et Ankara. Mais, au moment de monter dans l’avion d’une compagnie turque, le commandant de bord, voyant à quels passagers il avait affaire, aurait refusé de les embarquer, comme c’est son droit. Il a fallu les faire rentrer par un vol suivant, qui atterrissait à Marseille, où rien visiblement n’était prévu pour les cueillir, puisqu’ils étaient attendus à Paris. Le ministère de l’Intérieur a confirmé cette version dans un communiqué: «Les services français ont été informés par leurs homologues turcs de ce changement de vol après l’arrivée sur le sol français des trois ressortissants expulsés.» Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a parlé mercredi d’une «initiative malencontreuse» d’Ankara de changer d’avion.

Evoquant sur France Info un «cafouillage», un «couac», M. Le Drian a assuré qu’une «solution sera vite trouvée», mais «l’initiative des autorités turques de changer d’avion a été malencontreuse».

«Le ministère de l’Intérieur a, à mon avis, dégainé un peu trop vite en annonçant leur arrestation. Ils n’ont pas du tout été arrêtés. Ils sont dans la nature, prêts à s’expliquer, à être interrogés », a déclaré mardi soir Me Legros-Gimbert. L’avocat s’est même montré très surpris que le passeport de son client et ceux des deux autres djihadistes présumés n’aient pas déclenché de signal dans l’aéroport d’arrivée. Un couac dû à une panne du système de contrôle informatique à Marseille, selon le site d’informations de RTL. Son confrère Me Pierre Dunac savoure: «Aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est la réalité. Ils ont voyagé avec leur passeport. Ils n’ont pas été inquiétés à leur arrivée.» Un sérieux serrage de vis s’impose dans les rangs de la police nationale, où l’amateurisme que révèle cet épisode risque d’éclabousser jusqu’au ministre.

DOCUMENT – Le communiqué de presse du Ministère de l’Intérieur

communique_de_presse_23_sept_2014

Figaro.fr

Learn Hebrew online






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Le retour en France des trois djihadistes présumés vire au fiasco (TV)

    1. anithal

      a moins que cela soit fait intentionnellement , volontairement . On peut être bête , et cela est monnaie courante en France mais a ce point cela est soit intentionnel soit vicieux de la part des autorités ,

    2. Claudio

      Je m’étonne un peu que les médias, qui tirent à boulets rouges sur les services du renseignement et sur ceux de la police ( en l’occurrence ceux de la PAF ), n’abordent pas les dégâts collatéraux engendrés par les réductions drastiques des budgets accordés aux ministères de la Défense et de l’Intérieur depuis plusieurs années : 60.000 suppressions de postes dans nos armées et plusieurs milliers de postes supprimés dans la police et dans la gendarmerie.

      C’est pourtant paradoxal, me semble-t-il, de prôner – à l’instar des gens de Gauche et des mondialistes zélés – la libre circulation des personnes, la prohibition des contrôles au faciès, d’afficher ouvertement son soutien aux étrangers en situation irrégulière, de défiler dans les rues pour exiger la régularisation administrative des sans-papiers, le logement et le rasage gratis, l’AME payée par l’État providence, plus d’aides sociales, plein de subventions, mais moins d’impôts.

      Et de ne pas comprendre qu’à force de déshabiller Paul, le policier et le gendarme vont bientôt se retrouver à poil.

      Les Français, certes pas tous, mais ils sont majoritaires, accordent leurs bulletins de vote aux hommes politiques qui s’engagent à préserver notre excellentissime système de redistribution des richesses.
      La construction des usines, qui sont indispensables pour en produire, des richesses, c’est le sujet qui fâche, alors on zappe.

      Mais la majorité des gens de Gauche, dont de nombreux journalistes, applaudit, car elle exige du social, toujours plus de social, sans jamais chercher d’où vient l’argent, qui finance, combien ça coûte ?

      Et depuis peu, tout le monde est d’accord, nous payons trop d’impôts.

      Pire que le virus Ebola, c’est le ras-le-bol fiscal !

      Mais quand il n’y a plus d’argent dans les caisses de l’État, pour payer le carburant des camions des marins-pompiers et celui des fourgons de police secours, les gens crient au scandale.

      Vous ne me croyez pas, quand j’explique qu’en France le social prime sur tout ?

      Alors posez-vous cette simple question : combien vont coûter à la collectivité les trois présumés djihadistes, pendant les mois et les années à venir ?

    3. FANNY

      Je miserais plutôt sur l’amateurisme et le manque d’organisation typiquement français. Il est inadmissible que des membres des services secrets et de la police français ne se soient pas coordonnés avec la police turque en est la preuve. De même que laisser sortir du territoire et agir des gens dont on sait pertinamment que ce sont des djihadistes. Une fois qu’ils sont sortis, qu’ils restent dans ces pays dont ils défendent les croyances non civilisées. Ils n’ont rien à faire en France et en Europe. Il va encore y avoir des avocats qui vont les défendre gratuitement, qui vont coûter cher aux contribuables et on se demande ce qui va ressortir de cette mascarade.

    4. FANNY

      ….ils se seraient rendus d’eux-mêmes à la police parce qu’ils se sentaient maltraités par les djihadistes qui ne les prenaient pas aux sérieux, mais qu’ils redouteraient sur le sol français, les pauvres !!! sans commentaire !!! encore des procès à venir qui vont être finacés par les contribuables. Pourquoi ne les a-t-on pas laissés sur place puisqu’ils avaient choisi de s’y installer : des terroristes islamistes repentis, ça n’existe pas et nous allons tous en payer les pots cassés. Il faut interdire le retour de ces terroristes et leur retirer le passeport français, c’est tout

    5. madeleine

      A Claudio,

      Nous sommes bien conscients de la réalité que vous décrivez, mais que voulez-vous, depuis De Gaulle, tous les dirigeants, je dis bien tous, qu’ils soient de droite comme de gauche, se font grassement payer pour leurs « services » par certains pays arabes : Arabie saoudite et surtout Qatar. De qui se moque-t-on ? Le Qatar est en train de racheter la France et d’autres pays européens (monuments classés historiques, terres viticoles, hôtels particuliers, Champs Elysées, Grands Magasins). Le plus terrible est que un des hôtels particuliers classé « historique », l’Hôtel Lambert, situé sur l’Ile St-Louis, a été démoli de l’intérieur par l’émir du Qatar pour le mettre à son goût….. Les dirigeants successifs en France ont joué les rôles de « larbins » du Qatar qui, c’est bien connu, finance l’EIIL (califat islamique) et maintenant fait partie de la « coalition » pour soi-disant les combattre ! L’Etat met ses citoyens en danger de mort. Il ne devrait pas accepter que des assassins partis faire le Djihad reviennent en France pour y commettre des attentats mortels. « Confisquer » leurs passeports pour les empêcher de partir de France est une insulte à l’intelligence des Français. Tout le monde sait qu’il est très facile de se procurer des faux-papiers, surtout dans ce milieu d’ordures. Ce qu’il faut faire, pour protéger les Français, c’est mettre ces assassins dehors, eux et leurs familles, les empêcher de revenir, leur enlever la nationalité française et veiller à ce qu’ils ne remettent pas les pieds en France. Tous les pays d’Europe devraient agir de cette façon. Et il faut supprimer cette invention idiote et dangereuse qu’est la « ligne Schengen » qui permet la libre circulation des étrangers en Europe.

    6. fanny

      Selon un de leurs avocats, ILS n’auraient eine a. SE reprocher: ILS vont donc etre relaches. Chacun saura apprecier !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *