toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Jean-Pierre Filiu : «L’État Islamique agit comme un rouleau compresseur»


Jean-Pierre Filiu : «L’État Islamique agit comme un rouleau compresseur»

INTERVIEW – Pour le chercheur français, il existe aujourd’hui une vraie menace pour la paix mondiale.

Jean-Pierre Filiu est professeur à Sciences Po, spécialiste du Moyen-Orient et auteur, entre autres livres, de Je vous écris d’Alep (Denoël).

LE FIGARO. – Qu’est-il en train de se passer aujourd’hui en Irak?

Jean-Pierre FILIU .- C’est la continuation d’une campagne structurée, planifiée et ordonnée par l’État islamique. Elle a commencé le 10 juin avec la chute de Mossoul, s’est poursuivie par l’instauration du califat puis par l’expulsion des chrétiens, des yazidis et d’autres minorités. Comme les avances de l’État Islamique (EI) n’ont pas été contrées, les djihadistes ont pu mener des opérations simultanées sur les fronts kurde et gouvernemental. Chaque «razzia» alimente l’offensive suivante en permettant aux combattants de s’emparer de nouveaux stocks d’armes.

Loading...

L’armée irakienne étant incapable de réagir et les Kurdes pas encore en mesure de le faire, ça va continuer. La stratégie d’al-Baghdadi a été d’instaurer un califat à cheval sur la Syrie et l’Irak, en utilisant ce qu’on appelle le «management de la terreur». Aucune armée ne peut lutter lorsque des vagues humaines, mues par la peur, se replient sur les lignes de défense. Quand l’État islamique se concentre sur un objectif, il agit comme un véritable rouleau compresseur.

Les pays occidentaux ont-ils sous-estimé la menace djihadiste?

Ils n’ont pas compris que les djihadistes se géraient en termes de flux et non de stocks. Ils présentent les bilans de leurs actions de destruction en Afghanistan ou au Mali, sans imaginer que les organisations peuvent se reconstruire et reconstituer leurs stocks d’armes rapidement. La communauté internationale n’a pas fait preuve d’anticipation stratégique, elle n’a pas produit de renseignement solide, elle n’a pas compris quels étaient les véritables objectifs des djihadistes. Les pays occidentaux passent leur temps à attendre le coup d’après ou à combler les brèches!

Aujourd’hui, par exemple, on ne réalise pas à quel point Gaza est une caisse de résonance extraordinaire pour les islamistes de l’État islamique. Il existe aujourd’hui une vraie menace pour la paix mondiale. C’est même une menace sans précédent: l’existence de milliers de terroristes prêts à agir sur le continent européen ou ailleurs, comme la tuerie perpétrée à Bruxelles par Mehdi Nemmouche l’a récemment rappelé. Sans compter que des pans entiers de l’humanité – les chrétiens d’Orient et d’autres minorités – sont en train de disparaître sous nos yeux. C’est une catastrophe.

Qui peut aujourd’hui faire échec à l’État Islamique?

Ceux qui tiennent les lignes de défense dans la région: les révolutionnaires syriens à Alep et les Kurdes à Kirkouk. L’un des seuls endroits du monde où les djihadistes ont été expulsés, c’est à Alep, grâce aux révolutionnaires syriens. Mais la communauté internationale doit elle aussi se mobiliser. Si on ne réussit pas à endiguer les djihadistes en Syrie et en Irak, ils continueront à avancer.

Learn Hebrew online

Quelles sont les racines de ce conflit?

Bien sûr, il y a l’intervention initiale des États-Unis en Irak en 2003, qui a ouvert la porte du pays à al-Qaida. En Irak et en Syrie, c’est le soutien aveugle des États-Unis au premier ministre irakien Nouri al-Maliki et celui de la Russie au président syrien Bachar el-Assad. L’illusion de croire qu’il vaut mieux Maliki ou Assad à al-Qaida mène à une faillite stratégique. Al-Baghdadi, le patron de l’État islamique, est devenu ce qu’il est grâce à Maliki et à Assad. La vision consistant à penser que les dictateurs sont un rempart contre al-Qaida est erronée et dangereuse. Car, à la fin, on a tout: les dictateurs et al-Qaida.

LE FIGARO

Loading...




Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Jean-Pierre Filiu : «L’État Islamique agit comme un rouleau compresseur»

    1. kravi

       » Jean-Pierre Filiu sait parfaitement qu’il retourne délibérément la réalité, tête en bas, qu’il intervertit l’assaillant et la victime, le porteur de civilisation en porteur de barbarie, et qu’il active des mythes meurtriers. Car si les Israéliens, plus ordinairement les Juifs, sont des oppresseurs cruels et des tueurs d’enfants, il n’y a pas d’exactions à leur encontre qui ne soient pas justifiées. Merah l’a déjà dit. Filiu sait aussi qu’il y a dans la France en crise profonde d’aujourd’hui, une masse de jeunes gens, généralement de sensibilité arabo-musulmane, qui sont la cible facile des prêches salafistes et jihadistes. Il sait que le point d’entrée de leur endoctrinement est la criminalisation d’Israël et des Juifs, le second temps étant celui de la stigmatisation de la France et de l’Occident. En s’associant à Zebda pour diffuser une version modernisée du crime rituel, clip soigné à l’appui, il trouve un vecteur idéal de transmission du virus qu’il héberge à la jeunesse arabo-musulmane. Il jette essence et allumettes sur le baril ethno-communautaire français. D’autant que l’ennemi jihadiste intérieur de la nation France a vite fait de trouver une jonction avec les rejets innombrables d’Al Qaïda et en particulier, avec l’Aqmi qui nous menace à nos portes.

      Son motif ? Ne pas laisser s’effacer passivement la « Palestine » de l’actualité qu’elle occupe depuis des décennies dans la sphère des média et des intellectuels, cette réserve des bataillons supplétifs et bornés de la propalestine. On avait remarqué, alors que le Printemps arabe en était à ses débuts et qu’ils n’avait pas encore été colonisé par les phalanges islamistes, que le thème d’Israël, l’ennemi indispensable des dictatures, avait disparu du discours arabe. C’était un excellent signe, les Arabes allaient se poser les bonnes questions sur leurs sociétés, et peut-être élaborer un véritable avenir. Le mouvement de réaction islamiste, qu’il ait pris le visage du tunisien Ghannouchi ou de l’égyptien Morsi, a très vite fait de remettre la haine d’Israël en tête des priorités. Et en France, il y a depuis la rentrée une véritable entreprise collective de retour au bon vieux « narratif » antisioniste. Alain Frachon du Monde du 4 octobre « Le conflit Israël-Palestine a disparu », Enderlin sur son blog, Mme Carole Gaessler avec son brûlot minable « Les cinq caméras cassées » du 9 octobre sur France 5. A présent M. Filiu, sa chanson, et sa grosse caisse, Zebda. Appuyé sur ses innombrable relais médiatiques, la baleine antisioniste reprend son éternel numéro d’exécration.

      Qui est M. Filiu? C’est un ancien fonctionnaire, un diplomate, un universitaire polyglotte. Il croule sous les diplômes, les reconnaissances universitaires, les publications scientifiques et grand public. Il fait partie de l’aristocratie nationale bureaucratique et universitaire. Sa chanson porte à l’incandescence les secteurs les plus sensibles et les plus pathologiques de la nation. Ceux qui ont donné le jour à un Merah ou un Jeremy Bailly, des tueurs. Combien de nouveaux tueurs va-t-on devoir à M. Filiu, à sa chanson et à son clip ? En fait, M. Filiu est un diffamateur, un voyou. Son aristocratie n’est qu’une voyoucratie. Et l’on entend des cris. Entend-les Filiu. Ils s’appellent Imad Ibn-Ziaten 30 ans, Abel Chennouf 26 ans, Mohamed Legouad 24 ans, Jonathan Sandler 30 ans, Gabriel Sandler 3 ans, et Aryeh Sandler 6 ans, Myriam Monsonégo 8 ans, et ils te regardent au fond des yeux.  »

      Jean-Pierre Bensimon publié sur le blog de Danilette oct 2012

    2. Paul

      Quand j’entends la voix de Fiuliu, j’entends celle du hamas!

      Science Po est un bon engrais pour l’antisionisme primaire!

    3. kravi

      Oui, Schlomo. C’est assez ahurissant de voir que le Times of Israël en a fait un de ses blogueurs.
      Encore un syndrome de Stockholm ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *