toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Au Caire, on a discuté d’un accord intermédiaire limité.


Au Caire, on a discuté d’un accord intermédiaire limité.

Image à la Une : La délégation palestinienne dans son hôtel du Caire

A minuit, a pris fin le cessez-le-feu de 72 heures qui avait été décrété entre le Hamas et Israël.
[….]
La délégation israélienne qui était revenue hier en fin de journée à Jérusalem est repartie ce matin pour les bords du Nil avec de nouvelles instructions.

Dans la capitale égyptienne, il se passe des choses étranges ; les deux délégations sont réunies au siège du Renseignement égyptien, dans des salles et à des étages séparés, et elles s’envoient des propositions et des contre-propositions par l’intermédiaire d’un officier supérieur de l’Armée d’al Sissi. Mais hier, les Palestiniens ont pété les plombs ; un membre de la délégation palestinienne a directement appelé par téléphone un journaliste israélien, Gal Berger, de la radio publique Reshet Bet, pour partager avec lui ses états d’âme.

Il s’est plaint du médiateur égyptien, qui, selon lui, n’a que de la haine pour le Mouvement de la Résistance Islamique : les Palestiniens sont convaincus qu’il ne convoie pas les réponses israéliennes telles qu’il les reçoit, mais qu’il les modifie dans les escaliers, en les durcissant à l’envie et en leur apportant le message égyptien qui diffère de celui des négociateurs hébreux.

Pour les ambassadeurs du Hamas, l’Egypte constitue désormais « le » problème pour parvenir à un accord, et non les Israéliens.

Ils ont par exemple demandé de recevoir les messages de la délégation de Jérusalem par écrit, « même en hébreu, nous comprenons l’hébreu » s’est emporté l’interlocuteur de Berger, « parce que nous n’avons pas du tout confiance dans le médiateur égyptien ». Les Egyptiens ont refusé.

« Ils veulent notre éradication, c’est tout ce qui les intéresse, ils veulent que le conflit reprenne », a-t-il poursuivi. « Nous n’avons pas reçu 5% des réponses aux questions que nous avons posées.

Comme les Israéliens refusent de se passer des services du médiateur local, nous avons proposé de lui adjoindre un second entremetteur ; nous admettons même que les Israéliens refusent qu’il soit turc ou qatari, il pourrait être européen, cela ne nous dérange pas ».

Cette surprenante conversation téléphonique, que nous transcrivons d’oreille, nous n’en étions pas, dévoile la détresse du Hamas ainsi que sa volonté de parvenir à tout prix à une entente, tout en pouvant se prévaloir de quelque succès dans le texte d’un accord définitif.

Learn Hebrew online

Reste que le fait de critiquer publiquement ses hôtes arabes, les présentant plus intransigeants que l’ennemi israélien, procède d’une démarche quelque peu suicidaire qui ne va pas faire plaisir aux Egyptiens et qui pourrait se révéler détrimentaire pour les intérêts des islamistes. Cette initiative assurément téméraire indique également le désarroi des négociateurs palestiniens.

Au niveau de l’avancement des discussions, les Israéliens sont d’accord pour un assouplissement des contrôles aux points de passage, qui pourrait se traduire dans les faits par une augmentation de la quantité de camions qui les traversent quotidiennement ainsi que du nombre des voyageurs autorisés à se rendre journellement en Israël. Le Hamas aurait mentionné le chiffre de 160 personnes par jour.

Jérusalem pourrait aussi légèrement étendre la zone de pêche pour les marins de Gaza. A ce propos, cette nuit, un navire du Khe’l ha Yam a tiré des coups de semonce en direction d’une embarcation gazaouie qui s’approchait de la limite fixée actuellement.

Un des autres points d’achoppement participe de l’exigence des Israéliens de pouvoir contrôler à distance l’usage des matériaux de construction et des produits chimiques qui entreraient dans la bande côtière.

Pas question pour le gouvernement Netanyahou de prendre le risque de laisser les terroristes se mettre à réparer les tunnels et à fabriquer de nouvelles fusées. Le Hamas s’oppose à cette condition.

En revanche, il accepterait la présence des policiers d’Abbas, à sa place, à la frontière de Rafah avec l’Egypte. Il demande aussi qu’Israël s’abstienne d’effectuer des éliminations ciblées sur son territoire, ce qui ne devrait pas poser de problème tant que les djihadistes ne tirent pas sur Israël ou ne sont pas en train de se préparer à le faire incessamment.

De l’avis des négociateurs hébreux, et c’est la proposition égyptienne qu’ils soutiennent présentement : il faudrait se borner à ces quelques points d’entente pour une durée déterminée.

On passerait ensuite, après quelques mois de calme, durant lesquels on aura pu se persuader que l’ennemi aura tenu parole,  à l’examen du reste des demandes mutuelles ; celles-ci peuvent se résumer à l’équation formulée par Jérusalem dès le début des négociations : « reconstruction contre démilitarisation ».

L’Etat hébreu ne perdrait pas grand-chose à attendre, puisque, dans la situation actuelle, avec l’entente cordiale qui règne avec le Caire, les milices n’ont pas la capacité de se réapprovisionner en armes et en munitions. Tsahal peut, en outre, aisément gérer la branche armée du Hamas au niveau actuel des armes et munitions en sa possession. Accord ou pas accord, gel ou démilitarisation, jusqu’à nouvel avis, cela ne changerait pas grand-chose.

On n’arrivera probablement pas à négocier un accord complet répondant à l’équation israélienne avant la fin du cessez-le-feu. Ce qui nous amène à penser que la proposition égyptienne pourrait servir de base à une première trêve durable, et que la balle est globalement dans le camp des djihadistes.

Ces derniers, qui en comparant l’attitude à leur égard de leurs hôtes égyptien à celle de leurs ennemis israéliens commencent à préférer les derniers cités. Dans la délégation du Hamas beaucoup se mettent à penser qu’ils feraient mieux de s’asseoir face à face avec les Israéliens et de faire l’impasse sur les médiateurs. On n’en est pas là, mais la décrispation en cours et la faiblesse des islamistes favorise le dialogue constructif.

mercredi, 13 août 2014 –Breaking News !© Metula News Agency







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *