toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Un mot au sujet des victimes palestiniennes civiles – hélas ! – de l’opération israélienne de riposte à Gaza


Un mot au sujet des victimes palestiniennes civiles – hélas ! – de l’opération israélienne de riposte à Gaza

1.)   Il faut déplorer chaque victime civile, cela va sans dire.

Pourtant, Israël a adopté des mesures exceptionnelles – littéralement sans précédent dans l’histoire des conflits armés –  pour éviter dans la mesure du possible les répercussions des combats sur les civils de la bande de Gaza (procédures d’avertissement par appels téléphoniques, tracts, fusées annonçant les bombardements à venir afin de permettre aux civils de s’éloigner de la zone des combats).

2.)   On reproche vivement à Israël l’ampleur des pertes civiles alors qu’il n’est pas contesté que les combattants du Hamas se terrent au sein de la population civile et lancent leurs tirs de roquette à parti des zones de population et des édifices civils (l’UNWRA vient encore de découvrir hier un 2ème lot de fusées dans une école).

Pour rappel : depuis 2001, plus de 14.800 roquettes et obus de mortier ont été tirés depuis Gaza sur Israël, dont plus de 9. 000 depuis le retrait israélien de la bande de Gaza en 2005. Autrement dit, ce sont donc 3 roquettes par jour en moyenne qui ont été tirés ces 12 dernières années, mettant en danger la vie de  millions de civils israéliens au sud du pays.

3. )  Statistiques des tirs de roquettes à partir de Gaza au cours de ces derniers jours

                                                       (juillet 2014)

Le 8   :  157 

Le 9   :  130

Le 10 :  197

Learn Hebrew online

Le 11 :  137

Le 12 :  125

Le 13 :  130

Le 14 :  115

Le 15 :  156

Le 16 :  132

Le 20 :  87

Le 21 : 82

Le 22 : 87

4.)  A titre de comparaison : comment l’Occident démocratique s’est-il comporté ces dernières années dans des situations semblables ? 

A. – L’intervention de l’OTAN dans l’ex-Yousglavie (1995)

Nombre de civils tués par l’opération Allied Force : selonla République fédérale de Yougoslavie, les bombardements alliés au cours de l’opération ont causé de 1.200 à 5.700 victimes civiles. Selon le secrétaire général de l’OTAN, Lord Robertson, le nombre de victimes ne sera jamais connu avec précision. Se fondant sur les données de  l’ONG Human Rights Watch, il  reconnait cependant de488 à 527 victimes civiles serbes dans 90 incidents séparés, dont le plus important fut la mort de 87 civils lors du bombardement d’une cible militaire à Korisa que les forces serbes auraient fait occuper par des civils. [][]

A noter, puisque l’on évoque souvent la disproportion des frappes israéliennes par rapport aux  agressions auxquelles elles ripostent que la guerre n’a fait aucune victime au sein des forces militaires de l’OTAN.

Question : les Etats de l’OTAN sont-ils en droit de donner des leçons de droit de la guerre à Israël ?

B. – L’intervention des forces de la Coalition de  l’OTAN en Afghanistan

 (à partir de 2005)

Bilan humain (civils) de 2005 à 2009 selon Wikileaks

Civils tués

À la fin août 2009, le nombre de victimes civiles est estimé à au moins 9.500 tués. [] Les  Nations-Unies font état de plus de 2.400 civils tués en 2009, dont au moins 1.400 par les talibans et 465 par la Coalition[]tandis que le ministère de l’Intérieur Afghan fait état de 2.100 tués et 3.700 blessés.

On dispose de très peu de données concernant le nombre global de civils afghans tués depuis 2001, mais selon une étude de Marc Herold  parue dans le Guardian, plus de 4.000 civils ont été tués dans les trois premiers mois de la guerre. Après dix ans de guerre, il est très difficile de savoir combien de civils ont perdu la vie dans ce conflit.

En 2011, le nombre de civils tués depuis 2006 estimé par l’ONU est de 9.759, dont 6.269 tués par les forces anti-gouvernementales, et 2.723 par la coalition ou les soldats de l’armée régulière, à quoi il conviendrait de rajouter entre 6.300 et 23. 600 civils morts directement, ou indirectement, du fait de la guerre entre 2001 et 2003[].

De son côté, l’UNAMA évalue à au moins 10.292 le nombre de non-combattants tués entre 2007 et juillet 2011,[] chiffres qui n’incluent toutefois pas les morts indirectes dont le nombre, selon un article du Guardian, s’établit à au moins 20. 000, suite aux déplacements de population et à la famine causée par l’arrêt de l’approvisionnement en nourriture, rien que pendant la première année de la guerre[].

En 2012, le rapport annuel sur la protection des civils dans les conflits armés préparé par l’MANUA et le HCDH fait état de 3.021 civils morts en 2011[](contre 2 777 en 2010[]). En 2013, la MANUA a rehaussé son bilan et a évoqué 3.133 civils tués[.]. En février 2013, ce même rapport fait état de 2 754 civils morts en 2012[190],[191],. Ainsi depuis 2007 jusque fin 2011, au moins 11.864 personnes sont mortes dans le conflit qui oppose le gouvernement soutenu par les forces internationales et les talibans et d’autres groupes insurgés[][], soit au moins 14.618 victimes en incluant les chiffres de l’année 2012.

Selon la Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA), 2 959 civils sont tués pendant l’année 2013 et 5 656 blessés[].

Quant aux réfugiés afghans,  1,9 million se trouvent au Pakistan[], 935. 000 en Iran (en juin 2009).

Pourquoi le sort des civils afghans, victimes involontaires des  drones américains, n’émeuvent-ils personne ?

C. – La guerre civile qui se déroule actuellement en Ukraine

Plus de 515.000 réfugiés ukrainiens du sud-est du pays, fuyant les combats entre séparatistes et gouvernement de Kiev, se sont réfugiés en Russie depuis le 1er avril 2014, selon le chef du service russe de l’immigration (FMS) Konstantin Romodanovski. Dont quelque 80.000 originaires de la ville de Donetsk, soumis aux salves d’artillerie et pilonné par les tirs des chars du gouvernement ukrainien, soutenu par la communauté européenne. On y déplore déjà au moins 500 morts, dont de nombreux femmes et enfants et quelque 2.000 blessés.

Nous n’entendons pas analyser les responsabilités en cause ou le rôle joué par la Russie, mais simplement souligner que le désir de rattacher l’Ukraine à l’Union européenne et à l’Occident entraîne le silence et l’indifférence de ses membres envers les souffrances infligées à  sa population civile par les opérations militaires entamées par le gouvernement ukrainien envers sa minorité séparatiste.

Ici encore, les morts et les victimes civiles n’intéressent pas les donneurs de leçons….

Reproduction encouragée avec la mention suivante:

© Nathan  WEINSTOCK Le 23 juillet 2014 pour Europe Israël





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Un mot au sujet des victimes palestiniennes civiles – hélas ! – de l’opération israélienne de riposte à Gaza

    1. richardh

      courrier a bibi nethanyaou , surtout pas d arret avant que ces miserables terroristes du hamas soit vaincus, l ame de nos soldats disparus ne pardonneraient pas cette lachete……….

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *