toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Alain Finkielkraut : «Au nom de la lutte contre l’islamophobie, on sous-estime la haine des Juifs et de la France»


Alain Finkielkraut : «Au nom de la lutte contre l’islamophobie, on sous-estime la haine des Juifs et de la France»

 
FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN – Le philosophe Alain Finkielkraut a accordé un long entretien à FigaroVox dans lequel il donne en exclusivité son point de vue sur le conflit israélo-palestinien ainsi que sur ses répercussions en France.

 

FigaroVox: S’agissant du conflit israélo-palestinien, certains intellectuels vous reprochent de ne pas dénoncer les bombardements israéliens à l’encontre des civils palestiniens comme vous vous insurgiez naguère contre les sièges de Vukovar et de Sarajevo par les Serbes. Que leur répondez-vous?

ALAIN FINKIELKRAUT: Une précision pour commencer. J’aime Israël et je suis saisi d’effroi devant la haine intercontinentale qui se déchaîne sur ce tout petit pays dont l’existence est encore en question. Mais je n’ai jamais soutenu inconditionnellement la politique israélienne. Le 9 juillet, j’étais à Tel-Aviv à l’invitation du journal Haaretz qui organisait une grande conférence sur la paix. Je représentais Jcall * et j’ai dit qu’en tant qu’intellectuel juif, je devais constamment me battre sur deux fronts: contre un antisémitisme d’autant plus sûr de lui-même et dominateur qu’il dénonce le «monstre sioniste» dans la langue immaculée de l’antiracisme, et pour le compromis, c’est-à-dire la séparation en deux États des Israéliens et des Palestiniens. J’ai ajouté qu’en s’installant dans le statu quo, le gouvernement israélien mettait en péril le projet sioniste lui-même. Dès 1991, le grand orientaliste Bernard Lewis s’inquiétait de voir Israël devenir, sur le modèle du Liban, «une association difficile, une de plus, entre ethnies et groupes religieux en conflit». Et il ajoutait: «les juifs se trouveraient dans la position dominante qu’avaient autrefois les Maronites avec la perspective probable d’un destin à la libanaise en fin de parcours.» Pour empêcher cette prédiction de se réaliser, il serait urgent de faire ce qu’Ariel Sharon, à la fin de sa vie, appelait de «douloureuses concessions territoriales». Si ses successeurs y répugnent, c’est parce qu’ils se défient de leur partenaire, mais c’est surtout parce qu’ils ont peur de leurs propres extrémistes. Ils craignent la guerre civile entre Israéliens qui accompagnerait le démantèlement des implantations de Cisjordanie. Gardons-nous cependant de tout confondre. Les Israéliens n’occupent plus Gaza. Il n’y a plus de présence juive sur ce territoire. Si les leaders du Hamas avaient choisi d’y construire un commencement d’Etat et, pour y assurer une vie décente à leurs administrés, de coopérer avec Israël, il n’y aurait pas de blocus et le camp de la paix israélien serait assez fort aujourd’hui pour imposer le retrait de Cisjordanie. Au lieu de cela, le Hamas a employé tout l’argent de ses généreux donateurs à l’achat de missiles et de roquettes et à l’édification d’une ville souterraine pour enfouir cet arsenal, pour cacher ses dirigeants et pour permettre à ses combattants de mener des incursions meurtrières dans les kibboutz du sud d’Israël.

Loading...

 

N’est-il pas légitime de s’interroger sur le nombre important de victimes parmi les civils palestiniens?

Quand j’étais à Tel-Aviv, j’ai vu un petit film de propagande où le Hamas demandait aux «colons» de Beer-Sheva (NDLR: dans le Néguev) de quitter leur ville car ils allaient la pilonner. Pas questions de deux États pour cette organisation, pas question non plus d’un Etat palestinien. Ce qu’elle veut, c’est que la Palestine tout entière redevienne propriété de l’islam. On apprend dans sa charte que les juifs, qui grâce à leur argent contrôlent les médias du monde entier, sont à l’origine de toutes les révolutions et de tous les conflits à travers le monde! Si la civilisation de l’image n’était pas en train de détruire l’intelligence de la guerre, personne ne soutiendrait que les bombardements israéliens visent les civils. Avez-vous oublié Dresde? Quand une aviation surpuissante vise des civils, les morts se comptent par centaines de milliers. Non: les Israéliens préviennent les habitants de Gaza de toutes les manières possibles des bombardements à venir. Et lorsqu’ on me dit que ces habitants n’ont nulle part où aller, je réponds que les souterrains de Gaza auraient dû être faits pour eux. Il y a aujourd’hui des pièces bétonnées dans chaque maison d’Israël.

Mais le Hamas et le djihad islamique font un autre calcul et ont d’autres priorités architecturales. Pour gagner médiatiquement la guerre, ils veulent faire apparaître Israël comme un Etat criminel. Chaque victime civile est une bénédiction pour eux. Ces mouvements ne protègent pas la population, ils l’exposent. Ils ne pleurent pas leurs morts, ils comptabilisent avec ravissement leurs «martyrs».

Et ils bombardent méthodiquement l’hôpital de campagne pour les blessés palestiniens que l’armée israélienne a installée en bordure de Gaza. Je manifesterais moi-même à Paris en faveur du cessez-le-feu à Gaza si dans ces défilés on exigeait également l’arrêt des tirs de roquettes sur toutes les villes israéliennes. Je demanderais la levée du blocus si elle était assortie de la démilitarisation de Gaza. Au lieu de cela, on confond Gaza et Sarajevo. Là où il y a la guerre, on parle de massacre, voire, tant qu’on y est, de génocide. Toutes les distinctions sont abolies par l’émotion et ce sont les plus cyniques, les plus inhumains, qui profitent de cette grande indifférenciation humanitaire.

D’aucuns comparent même Gaza – long d’un peu plus de quarante kilomètres et large de moins de dix- au ghetto de Varsovie, de sinistre mémoire. Cette comparaison vous paraît-elle déplacée? Scandaleuse?

On se souvient en effet que la Wehrmacht prenait soin, comme Tsahal aujourd’hui, de sécuriser les routes menant au ghetto pour y faire parvenir sans encombre les transports quotidiens de vivres, de médicaments, d’aides humanitaires… Le jour viendra -et il est déjà venu en Turquie-, où on ne se réfèrera plus à l’apocalypse nazie que pour incriminer Israël, le sionisme et les juifs. Je n’arrive pas à croire en Dieu, mais ce retournement du devoir de mémoire me parait être une preuve très convaincante de l’existence du diable.

Il existe des communautés juives et musulmanes dans de nombreux pays européens. Or, le conflit israélo-palestinien prend une acuité particulière en France, où les manifestations pro-palestiniennes se sont soldées par des violences. Ce conflit extérieur ferait-il éclater au grand jour «l’identité malheureuse» de notre pays que vous avez décrit dans votre livre?

Learn Hebrew online

Formés par le «victimisme» contemporain à ne rien comprendre et à ne rien savoir de tout ce qu’entreprend le Hamas contre la solution de deux Etats, certains manifestent très sincèrement aujourd’hui leur solidarité avec la population de Gaza sous les bombes.

Mais, pour beaucoup, ces manifestations ne sont rien d’autre que l’occasion d’exprimer leur haine des juifs, de la République et des «sionistes qui gouvernent la France.»

Quand ils ne s’en prennent pas à des synagogues, ces personnes font, afin d’être bien comprises, des quenelles avec des roquettes qassam en carton. De manière générale, il y a dans le monde arabo-musulman, une tendance très forte aujourd’hui à fuir toute remise en question dans la recherche éperdue d’un coupable. Si les choses vont mal, c’est la faute des juifs. Il faut donc leur faire la guerre. Ce choix de l’esprit du djihad contre l’esprit critique est une calamité pour l’occident et pour l’islam. Il faudrait soutenir ceux qui, de l’intérieur, ont le courage de dénoncer une telle attitude, comme l’écrivain algérien Boualem Sansal, et non ceux qui l’incarnent, comme le leader du Hamas Khaled Mechaal.

On a entendu dans les rues de Paris le cri «mort aux Juis». Le phénomène est-il comparable à l’antisémitisme des années 30 ou est-il davantage le prétexte d’un communautarisme «anti-français» qu’on a vu à l’oeuvre chez certains supporters franco-algériens après les matchs de leur équipe?

Loading...

L’antisémitisme des années trente agonise et la grande solidarité antiraciste des années quatre-vingt a volé en éclats. On a affaire aujourd’hui à l’antisémitisme de ceux qui se disent les damnés de la terre, d’où l’embarras des progressistes. Ils n’en reconnaissent l’existence qu’à contrecœur et quand ils ne peuvent plus faire autrement. Ainsi parlent-ils aujourd’hui de «nouvel» antisémitisme pour un phénomène qui existe depuis près de trente ans. Cette haine ne vise d’ailleurs pas que les juifs. On l’a vu lors des manifestations qui ont suivi les victoires de l’Algérie dans la Coupe du monde, des rodéos de voiture au remplacement des drapeaux français par les drapeaux algériens sur les édifices publics, comme à Provins par exemple. Il s’agissait d’exprimer tout ensemble sa fierté nationale et son mépris pour la nation où l’on vit.

En taxant d’antisémitisme toute critique d’Israël, certains membres de la communauté juive n’ont-ils pas, depuis des années, pris le risque d’alimenter la concurrence victimaire?

Je critique la politique israélienne. Je plaide sans relâche depuis le début des années quatre-vingt pour la solution de deux Etats. Je condamne la poursuite des constructions dans les implantations en Cisjordanie. Je dis que l’intransigeance vis-à-vis du Hamas devrait s’accompagner d’un soutien effectif à l’autorité palestinienne. Cela ne m’empêche pas d’être une des cibles favorites du «nouvel» antisémitisme.

Selon Pascal Boniface, de nombreux français non-juifs, en particulier les musulmans, ont le sentiment qu’il y a un «deux poids, deux mesures» dans la lutte contre le racisme et que les actes antisémites font l’objet d’un traitement médiatique plus conséquent que les autres actes racistes. Partagez-vous son point de vue?

Je crois, au contraire, qu’au nom de la lutte contre l’islamophobie, on sous-estime systématiquement la haine dont les juifs et la France font l’objet dans toujours plus de territoires de la République. Il faut des manifestations comme celles de Barbès et de Sarcelles pour qu’on en mesure, temporairement, la réalité et l’ampleur.

Plus largement, une partie de la gauche «antiraciste» a abandonné le combat pour l’égalité des droits au profit de la défense des particularismes, voire des communautarismes. Ne porte-t-elle pas une lourde responsabilité morale dans la grave crise identitaire que traverse la France?

C’est une responsabilité très largement partagée. A droite aussi la tentation est grande de préférer les accommodements prétendument raisonnables à la défense de la République et ce sont aujourd’hui des ministres de gauche, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, qui se montrent intransigeants en cette matière au mépris de leurs intérêts électoraux comme le leur rappelle avec inquiétude la fraction Terra nova du parti socialiste.

Derrière le rejet d’Israël par une partie de la gauche française, faut-il voir un refus de l’identité, de l’Etat-nation et des frontières?

Dans un article publié en 2004 dans la revue Le Débat, l’historien anglais Tony Judt écrivait que «dans un monde où les nations et les hommes se mêlent de plus en plus et où les mariages mixtes se multiplient, où les obstacles culturels et nationaux à la communication se sont presque effondrés, où nous sommes toujours plus nombreux à avoir des identités électives multiples, et où nous nous sentirions affreusement gênés s’il nous fallait répondre à une seule d’entre elles ; dans ce monde, Israël est véritablement un anachronisme.» De même que Saint-Paul s’indignait du refus juif de la religion universelle, nos multiculturalistes voient Israël comme un obstacle ethno-national à la reconnaissance définitive de l’Homme par l’Homme. Mais le monde humain n’est ni un supermarché, ni un dépliant touristique. Qu’est-ce que le multiculturalisme derrière le United Colors of Bennetton et la joyeuse disponibilité de toutes les cuisines, de toutes les musiques, de toutes les destinations? C’est le choc des cultures, et dans ce choc, les juifs où qu’ils soient, quoi qu’ils disent et quoi qu’ils fassent, sont en première ligne.

* Jcall rassemble les citoyens juifs européens qui aspirent à une paix au Proche-Orient fondé sur un accord entre Israéliens et Palestiniens, selon le principe «deux peuples, deux Etats»

 

lefigaro.fr







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Alain Finkielkraut : «Au nom de la lutte contre l’islamophobie, on sous-estime la haine des Juifs et de la France»

    1. moka

      Bien que touts les palestiniens n ont pas votés pour le hamas(il existe aussi des palestiniens chrétiens persécutés par le hamas),dommage que personne n ait pensé à une manif rassemblant juifs ,chrétiens, musulmans qui veulent la paix pour les deux communautés sans pourtant être pro israélien ou palestiniens. Qui appellent à un cessé le feu des deux armées, naïve comme idée mais peux s’avérer utile pour calmer les esprits. Une paix pour tous . Même si ils sont une petite minorité à vouloir la paix avec Israël et les juifs qui subissent les tirs de roquettes incessantes et cette petite minorité qui veule vivre en paix et doit subir le mauvais choix des leurs qui ont votés pour des terroristes du hamas. J aime Israël et suis triste de voir tant d acharnement médiatiques négatifs.

    2. sultana cora

      J’ai beaucoup d’estime -et plus que ça, de l’affection- pour lui, mais il a gardé de sa jeunesse et de son parcours une propension au rêve. En fait, ce qui le fait le plus souffrir, ce n’est pas de voir ses rêves ne pas se réaliser, c’est de savoir au fonds de lui-même qu’il se trompe et que ce sont les bases de ses rêves qui sont fausses
      c’est évidemment beaucoup moins douloureux de dénoncer « l’intransigeance » d’Israël que d’admettre que le cerveaux de ceux qu’il considère comme faisant partie des « damnés de la terre » est complétement inhumain , qu’il a été trompé et que cela devient tellement évident qu’il ne peut même plus se le cacher!
      bien sûr, ce n’est pas leur faute, c’est le résultat de siècles d’endoctrinement par cette idéologie auprès de laquelle on voit aujourd’hui que le nazisme commence à faire pale figure!
      bien sûr, ils ne sont pas tous endoctrinés, mais ceux qui ne le sont pas s’enfuient à toutes jambes de cette emprise!
      et bien sûr, nous n’allons pas attendre qu’ils redescendent sur terre en retrouvant leur libre arbitre parce que, bien sûr, le temps qu’ils fassent ce travail sur eux-mêmes ils se jetteront sur nous pour nous massacrer, juifs, chrétiens, athées , démocrates, libéraux et même leurs complices occasionnels : toutes les gauches !
      et leur plus puissant moteur dans cette entreprise de destruction de nos sociétés , ce qu’ils appellent le jihad, c’est par-dessus tout « l’instinct de razzia » : voler ce qu’on n’a pas construit!!
      alors, il faut bien qu’il finisse par admettre, lui et tous les rêveurs charmants ou exaspérants, qu’au-delà de tout ce qui peut être développé comme considérations géopolitiques et moralisatrices, le moteur le plus puissant qui nous anime, nous, celui qui sous-tend nos actions et notre combat, c’est quelque chose de très simple et c’est même la première des lois naturelles, « l’instinct de survie » qui est le moteur de la perpétuation de l’espèce!

    3. Elia

      Finkielraut n’a pas encore compris le but de l’islam !
      Le désir d’un état palestinien n’est que prétexte pour mieux éliminer l’état juif.
      Imaginez ce que ça pourrait être un état islamiste en Judée-Samarie dirigé par ces terroristes ! Ça serait suicidaire pour Israël.

      Un excellent commentaire, d’ailleurs, de 2008, ci-dessous :

      Une nouvelle preuve de l’incapacité chronique des « spécialistes » français à analyser de façon rationnelle le conflit israélo-arabe.

      Pour quelles raisons, après qu’Israël se soit amputé de Jéricho & de Hébron, les deux villes les plus importantes du judaïsme, faut-il faire don de la moitié de Jérusalem à des barbares ?

      Jérusalem est la capitale d’Israël depuis plus de 3.000 ans alors que les « palestiniens » ne se sont découvert une identité nationale que depuis une trentaine d’années, alors, pourquoi une telle exigence ?

      J’écris pour la énième fois sur ce blog que le conflit israélo-arabe n’est pas lié à un problème de territoires & qu’Israël n’occupe que 0,1% de la surface du Moyen Orient.

      Non, le véritable problème tient au fait que les arabes de cette région ne supportent pas qu’un état non musulman, juif qui plus est, existe dans leur proximité. La voilà la réalité.

      Israël pourra donner l’ensemble de son territoire à ces barbares, même s’il ne conserve qu’un seul immeuble, ils trouveront que c’est trop !

      Le monde arabe a créé depuis 60 ans le « problème palestinien » & continue à l’entretenir à tout prix, pour maintenir la région sous pression, tout en utilisant ce bouc émissaire qu’est Israël, pour tenter un semblant d’unité arabe contre lui; Nasser a usé et abusé de cette situation jusqu’à sa disparition.

      Tant que le monde arabe n’aura pas intégré le fait qu’un état juif vit dans sa proximité, aucune paix avec les arabes de Palestine ne sera possible.

      Il est d’ailleurs curieux de constater la remise au goût du jour d’un « état binational » un vieux mythe sorti de la naphtaline par nos zélites dont les pendules ont du mal à se mettre à l’heure. Ces attardés mentaux ont du mal à comprendre qu’Israël refuse de se suicider à 60 ans pour laisser son territoire & sa population sous la botte d’islamistes enragés qui se déchaineront & commettront des massacres effroyables si ce fantasme prôné par l’ImMonde & consorts, se réalisait.

      Concernant la construction du Mur de Sécurité, dommage qu’il n’ait pas été construit plus tôt, cela aurait évité l’assassinat de centaines d’innocents, massacrés par des fous furieux qui vivent dans l’irrationel, le fantasme, la martyrologie, le mensonge, le goût de la mort & de mises en scène de pseudo assassinats comme on a pu le voir avec Al Dura & lors du « génocide » de Jénine où on peut voir des « morts » tomber de leurs civières & se relever pour y remonter rapidement. Du vrai Pallywood quoi !

      Netchayev

    4. Yéochoua

      Bof. Ce qu’il y a de douloureux, dans les concessions de Sharon, ce sont les résultats sur la période post-concessions, et c’est exactement ce que nous vivons en ce moment. Le camp qui se fait appeler camp de la paix n’est autre que le camp de la guerre et de la désolation. La douleur des concessions : ce sont les bombardements sur le pays, l’impossibilité de travailler, de récolter, la guerre imposée par la haine antijuive où nos citoyens sont appelés sous les drapeaux et dont tous ne reviennent pas vivants, mais c’est aussi la recrudescence de l’antisémitisme mondial.
      Nous, peuple de la mémoire, n’oublierons jamais que l’un des arguments majeurs des partisans des concessions territoriales consistait à prétendre qu’en nous montrant conciliants envers nos ennemis, même si la terre en réalité nous appartient, nous aurions pour résultat une sympathie à l’échelle mondiale envers les Juifs, et que la fin de l’antisémitisme à l’étranger valait bien quelques concessions.
      Pour ce qui est de l’argument de ce Lewis cité dans l’article, qui prône la séparation entre les populations en Etats distincts, faut-il comprendre que les Arabes israéliens doivent être déchus de leur nationalité et déménager vers l’Etat arabe préconisé?

    5. Cat Ola Hadacha

      Finkie je t’adore pour tes livres, depuis le Juif imaginaire jusqu’a l’Identite malheureuse, en passant par Ralentir Mots Valises et La defaite de la pensee…Pour ton courage, a ramer aussi energiquement a contre-courant dans le fleuve de la pensee unique en France. Pour Repliques, aussi, sur France-Cul, et pour toutes les emissions de tele ou tu deploies un courage quasi-surhumain pour ne pas perdre ton sang-froid, par ex en face de ce salopard de Plantu, poil au nez. Bref, je te kiffe grave. Mais en politique, fais-nous plaisir, tais-toi, tu ne dis que des betises, comment as-tu pu gober cette blague a deux balles, (pan ! pan !) … »deux etats pour deux peuples », tu n’as rien compris et tu te compromets grave avec les guignols de JCall. Va lire un peu Schmuel Trigano et ses potes de Raison Garder, ecrire c’est bien mais sur certains sujets c’est bien de lire aussi, ca repose et ca evite de passer pour un con sur certaines questions comme la politique de l’Etat d’Israel.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *