toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Selon un rapport accablant, les Tunisiens sont la première communauté de djihadistes en Syrie !


Selon un rapport accablant, les Tunisiens sont la première communauté de djihadistes en Syrie !

Le dernier rapport « foreign fighters in Syria » (guerriers étrangers  en Syrie)  publié il y a quelques jours par Soufran Group,  un très respecté centre américain de recherche stratégique, renseignement et  veille sécuritaire, est accablant pour la Tunisie.

Parmi les principaux enseignements quantitatifs, on apprend que les djihadistes étrangers en Syrie sont autour de 12 000 combattants issus de 81 pays. Trois pays fournissent à eux seuls 58 % des effectifs totaux : Tunisie, Arabie Saoudite et Maroc. Avec une communauté estimée à 3000 djihadistes, les Tunisiens constituent le premier contingent étranger suivi des  2500 Saoudiens, 1500 Marocains, 800 Russes  et 700 Français.

Paradoxalement, les pays qui  comptent les plus de musulmans dans le monde (Indonésie, Pakistan, Malaisie, Inde, Bangladesh…) ne contribuent qu’à hauteur de quelques effectifs symboliques (moins de 100 en moyenne). En revanche, le nombre de djihadistes tunisiens a de quoi surprendre eu regard à la taille de la population. Quant à la Turquie, ce pays est davantage un point de débarquement et une base logistique mais ne contribue que modestement aux effectifs de djihadistes étrangers (à peine 400 Turcs)

L’analyse du profil de ces nouveaux recrutés montre qu’ils n’ont quasiment aucune expérience de la guerre avant leurs arrivées. Certains sont d’abord entraînés en Libye avant d’être envoyés au front.  Le rapport souligne également le poids  des réseaux sociaux dans l’embrigadement. Un embrigadement qui profite largement à trois groupes de djihadistes arabes, tous affiliés directement ou indirectement à Al Qaeda : « Ahrar al-Sham », « Jabhat al-Nusra » et un « Etat Islamique d’Irak et de la Grande Syrie ».

Principale menace ! Tout comme l’Afghanistan en son temps, la Syrie pourrait incuber une nouvelle génération de terroristes même si le rapport précise qu’en dépit de leur radicalisation beaucoup de ces djihadistes n’envisagent pas de lutte armée une fois de retour dans leur pays.

Pour la Tunisie, les effectifs communiqués qui sont une compilation des estimations officielles et d’autres données collectées par le renseignement (réseaux sociaux, services secrets…),  suscitent à la fois interrogations et inquiétudes. Comment les gouvernements successifs et particulièrement les services sécuritaires en fonction en 2012 et 2013 n’ont-ils pu identifier un départ aussi massif de 3000 jeunes ? Incompétences coupables ou complicités ?

Plus inquiétant, les autorités sécuritaires actuelles ne donnent pas  l’impression de prendre toutes les mesures pour neutraliser les dangers liés aux retours massifs de ces combattants fanatisés. A contrario du Maroc qui a résolument pris les devants et affiche la  carte de la fermeté ! C’est ainsi que les djihadistes marocains sont systématiquement emprisonnés à leur retour au pays dans l’attente de l’instruction de leur procès. Par ailleurs, les services secrets marocains sont très présents à la frontière turco-syrienne et collaborent étroitement avec les services des  pays européens (France en tête). Leur dernier fait d’armes : l’arrestation en mai dernier à la frontière turco-syrienne du plus célèbre des djihadistes marocains, Ahmed Chaara qui est en cours d’extradition  vers le Maroc.

En Tunisie, force est de constater que le démantèlement des réseaux de recrutement (associations…) ne rentre pas dans les priorités et la stratégie de l’actuel Ministre de l’intérieur. Là encore, le bon exemple nous provient du Maroc où la Chambre criminelle de Rabat vient de condamner le mois dernier, un réseau de 26 recruteurs djihadistes, à des peines lourdes allant de 5 à 20 ans de prison.

Si la Tunisie ne s’aligne pas très vite sur la position tout en fermeté du Maroc, les djihadistes marocains sur le retour pourraient être tentés de venir planter leur kalachnikov en Tunisie ou en Libye, des terres à ce jour plus clémentes !

 

Samir Bouzidi

http://www.tunisiensdumonde.com/a-la-une/2014/06/selon-un-rapport-accablant-les-tunisiens-sont-la-premiere-communaute-de-djihadistes-en-syrie/







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Selon un rapport accablant, les Tunisiens sont la première communauté de djihadistes en Syrie !

    1. NTUNDU

      Qui peut arrêter ce mouvement qui a comme origine le sang, une religion qui est issu du sang que leur mahomet avait offert à une personne inconnue rencontrée dans le désert et lui rassurant la victoire de cette religion si mahomet s’impose avec brutalité , voilà la reussite de cette religion qui ne recule pas

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap