toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Mahomet, le Coran et l’islam « pour les nuls ». Par David Belhassen


Mahomet, le Coran et l’islam « pour les nuls ». Par David Belhassen

De nombreux articles sur le Coran, l’islam et Muhammad (Mahomet) sont publiés sur le site Europe-Israël. L’article (ou plutôt la vidéo) de Eric Zemmour intitulé  “ Ouvrez le Coran à n’importe quelle page, il y a écrit il faut tuer les juifs et les chrétiens !” a, à juste titre, déchaîné les passions parmi les intervenants. Cependant la plupart des lecteurs de ‘Europe-Israël’ qui y ont déposé leurs commentaires, sont de culture ou de religion juive ou chrétienne, et ne sont pas obligatoirement des experts du Coran.

Il est donc facile à un propagandiste musulman d’intervenir et d’affirmer : « Mais non ! Votre traduction de tel ou tel verset du Coran n’est pas la bonne. Elle est hors de son contexte. Il faut la « recontextualiser ». Et puis, vous ne savez pas l’arabe. Il faut interpréter tel verset comme ceci et non comme cela  » etc… etc…

Ces allégations sont évidemment une manière de piéger le lecteur non arabo-musulman qui se retrouve dans le meilleur des cas en train d’escrimer et d’opposer sa « mauvaise interprétation occidentale » à « la bonne et authentique » interprétation de l’interlocuteur arabo-islamique. « Traddutore = Tradditore », n’est-ce pas ?

Dans ces conditions, le dialogue devient rapidement stérile et l’intervenant arabo-islamique peut se défiler sans coup férir.

C’est pourquoi je propose d’enjamber le traquenard et de parler de Mahomet, du Coran et de l’islam de manière la plus simple qui soit, « pour les nuls » en quelque sorte, et en faisant usage de bon sens, de logique, de cohérence, de rationalité, sans s’encombrer outre mesure de considérations (pseudo) spirituelles ou « d’herméneutique », de notes et références fastidieuses.

 

Muhammad était un bédouin de la tribu de Qoraysh, vivant près de la Mecque, au Hedjaz (Arabie saoudite de nos jours). Il serait né aux alentours de 570 et « Muhammad » n’est pas son vrai prénom mais un surnom honorifique qu’il s’est octroyé pour des raisons théologiques (sur lesquelles nous ne pouvons nous étendre).

A cette époque, la majorité des bédouins autochtones arabophones avaient des croyances polythéistes et pratiquaient le culte des astres (surtout lunaire) et de la Ka’aba. Mais le judaïsme et le christianisme étaient bien présents et les rabbins judaïques et les prêtres chrétiens s’affrontaient dans des joutes théologiques  interminables. Muhammad a été incontestablement influencé à la fois par les rabbins que par les prêtres, et les versets du Coran (rédigés par Muhammad ou par des scribes du cercle de ses « fidèles ») sont une mixture imbuvable de judaïsme et de christianisme, comme si elles étaient les deux mamelles qui ont allaité Mohammad.

A tel point que certains historiens et exégètes ont imaginé un maître à penser de Muhammad appartenant à une secte chrétienne judaïsante, ou le contraire à une secte judaïque christique.

Peu nous importe présentement, mais le fait est que l’on trouve dans le Coran plus d’accointances avec le Pentateuque (la Torah) et le judaïsme qu’avec les Evangiles et le christianisme, du moins tel qu’on connaît ce dernier depuis le IVème siècle. Parmi ces accointances, la prohibition du porc, les lois sur la menstruation de la femme, le respect du Shabbat, etc …

Par contre, le Coran cite textuellement la parole d’Evangile : « Ils n’entreront au paradis que lorsqu’un chameau passera par le trou d’une aiguille », ou encore évoque le statut de Jésus, considéré comme un grand prophète, ayant même l’aura du prophète eschatologique du « Jugement dernier ». Et cela, aucun rabbin n’a pu l’enseigner à Muhammad, et il ne fait nul doute qu’il l’a entendu chez un prêtre.

Mais ce qui est encore plus frappant et désarçonnant dans le Coran, est le nombre impressionnant d’anachronismes, d’erreurs, de bourdes, d’absurdités, de non-sens qui y pullulent. Jacob par exemple est considéré comme le fils d’Ismaël ! Et de la manière la plus déconcertante qui soit, le Coran parle de Myriam, la mère de Jésus comme s’il s’agissait de Myriam la sœur de Moïse et vis-versa.

Plus grave que cela. Le Coran ne sait pas comment épeler le nom de Ismaël et encore moins celui de Jésus qu’il écrit comme s’il s’était agi de Esaü, le frère de Jacob ! Ou encore lorsqu’il semble que Jésus est pris pour Josué, le successeur de Moïse !

Nous sommes dans un tel embrouillamini qu’on a l’impression que Muhammad a reçu en vrac ce que les rabbins et les prêtres lui racontaient et que dans sa tête tout s’est mélangé ! C’est d’ailleurs ce que lui reprochaient les bédouins de la Mecque qui conservaient leurs traditions polythéistes indigènes :  » Arrête Mohammad de nous bassiner et de nous ressortir les bobards que tu entends chez les Juifs et les Chrétiens ».

Muhammad se présente certes lui-même comme « le prophète illettré ». Mais cela ne veut pas dire qu’il était un sot. Loin de là ! Il a vite compris quel profit il pouvait retirer de l’animosité entre rabbins et prêtres. Il fallait donc les monter les uns contre les autres, et lui Muhammad en sortirait l’épingle du jeu. Il allait chez les rabbins, très pointilleux sur le monothéisme, et les caressait dans le sens du poil : « Ah les chrétiens, ce sont des « koufours » (hérétiques), ils aiment « ceux qui associent » (les polythéistes, selon la terminologie coranique) !  »

Puis, il allait chez les chrétiens et faisait de même en les flattant : « Ah ces juifs, ils ont rejeté les prophètes et Jésus. Vous par contre, vous êtes de vrais croyants ! » Et ainsi de suite, jusqu’au moment où il s’est senti suffisamment fort pour envoyer paître juifs et chrétiens et leur administrer un coup de pied au c…. bien placé. Ce qui est un euphémisme d’ailleurs, parce que à la place du pied, il a pris son épée pour les massacrer, comme à Médine ou à Khaybar.

Bref, Mohammad était un bédouin ignare certes, mais génial ! Il était également un débauché sexuel, doublé d’un pédophile sanguinaire, et j’en passe… L’important est que son ridicule Coran est devenu « le livre d’Allah par l’intermédiaire de l’Ange Gabriel et de son envoyé Muhammad » pour un milliard d’individus sur terre.

Comment cela est-il possible ? Ou plutôt, comment cela s’est-il passé ? Ces deux questions débordent largement du cadre de notre modeste article, mais je voudrais m’attarder sur deux points.

Le leitmotiv du Coran est toujours que les Juifs ont falsifié la Torah et que les chrétiens ont falsifié les Evangiles. Seul lui, Muhammad, a reçu de l’Ange Gabriel l’authentique et exclusive « Ecriture sainte », le Coran rédigé en arabe. Hallelouiah ! Hamdoulillah ! Deo gracias !

Deux exemples parmi tant d’autres :  » Juifs ! Vous avez modifié la Torah de Moïse ! Vous rendez licite ce qui est prohibé et prohibé ce qui est licite! Moïse n’a jamais dit que le chameau était interdit à la consommation ! »

Et ensuite, à l’endroit des chrétiens :  » Vous êtes des menteurs ! Jésus n’a pas été crucifié ! C’est un autre qui l’a été à sa place ! « . Et ainsi de suite, tout au long du Coran.

Il demeure néanmoins un point crucial que nous n’avons pas abordé dans ce résumé « pour les nuls  » : l’éthique ! Comment expliquer la violence d’Allah, le Dieu du Coran, de Muhammad et de l’islam et de son jihad barbare ? Au lieu de s’adoucir par rapport à Yahweh, le Dieu de Moïse, du judaïsme et du Pentateuque qui a été rédigé 1400 ans avant le Coran et où les récits de massacres supposés, n’ont pas eu lieu réellement et ne sont racontés qu’a posteriori pour des besoins théologiques, ce Allah disais-je n’a fait que s’encanailler au fil du temps !

Et comment expliquer que  500 après que « Dieu le Père » du christianisme a « donné naissance » à un Hébreu galiléen qui prêchait la miséricorde, le pardon et l’amour du prochain, les musulmans en soient encore à couper une main à un voleur de pain, à pendre un homosexuel et à lapider une femme adultère, et ce jusqu’aujourd’hui, au XXIème siècle et encore et toujours au nom de leur Allah forcené !!!

Devant une telle régression éthique, des musulmans modérés cherchent aujourd’hui la petite bête :  » Ce n’est pas Jésus qui a aboli la lapidation de la femme au Ier siècle, mais des prêtres chrétiens qui ont glosé le texte et introduit ce passage dans l’Evangile de Jean au IVème siècle. »

Cela est évidemment faux. Si dans certains manuscrits des Evangiles, le péricope sur la femme adultérine sauvée par Jésus (« Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre ») n’y est pas, c’est parce qu’au contraire il a été ôté par des évêques catholiques bigots et rétrogrades du IVème siècle qui craignaient « un relâchement des mœurs » et que « les femmes ne trompent leurs maris avec l’assentiment de Jésus-Christ » (sic!).

Ou encore, claironnent les musulmans : « Moïse aussi a recommandé de mettre à mort les homosexuels dans la Torah  » ! Sans évidemment ajouter que cela fait 2000 ans qu’aucun rabbin n’a ordonné, de facto, la pendaison d’un quelconque homosexuel, juif ou autre !

Mais voilà, ces billevesées confortent les musulmans prétendument « modérés » dans leur religion obscurantiste. Ils y trouvent prétexte pour ne pas bouger le doigt afin d’introduire quelques petits amendements au « texte sacré du Coran », et pour que l’humanisme dont ils se flattent et se gargarisent, puisse un tant soit peu montrer le bout de son nez.

Et qu’on ne nous abuse pas avec la nouvelle mode d’interpréter le Jihad comme « Guerre sainte intérieure dirigée contre les mauvais penchants ». Ce n’est qu’un plagiat de l’exégèse rabbinique de la « Guerre Sainte contre Amaleq », en tant qu’extirpation du principe du mal. Qu’on ne nous présente pas non plus le soufisme et ses derviches-tourneurs en quête d’un Dieu d’amour, comme quintessence de l’islam. Avant de se l’accaparer pour montrer patte blanche, l’orthodoxie musulmane a tout fait pour retrancher cette excroissance (voir le sort horrible qui fut réservé à El Hallaj le chantre du soufisme, supplicié à Bagdad en 922 après J.-C. pour avoir dit, entre autres, que Jésus et non Muhammad était un exemple à suivre !).

 

Finalement, musulmans modérés ou extrémistes, modernes ou arriérés, humanistes ou jihadistes, le problème n’est pas là. Le vrai problème, c’est la cruauté d’Allah, et la criminalité de Muhammad, de son Coran et de son islam exécrable.

 

David BELHASSEN
Ecrivain
belhassen







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 247 thoughts on “Mahomet, le Coran et l’islam « pour les nuls ». Par David Belhassen

    1. Nemo

      Ne me faites pas rire Kévin, je n’attends aucune « courbette » de la part d’une girouette … qui montre les dents dès qu’on souligne sa lecture univoque et littéraliste de « la Bible » (sic) !

      Ce n’est certainement pas avec des personnes comme vous que j’ai envie de discuter de Torah.

    2. Sabra Cadabra

      Comme on dit chez nous, les autochtones, indigènes d’Israël – Nasser a attendu Rabin.
      Vous vous ridiculisez de plus en plus avec vos tentatives d’intimidation dignes du non-regretté Arafat. Mon pays, les miens, vous a accordé des droits, remerciez-le au lieu de le diffamer dans le vôtre.

    3. Nejma

      Les autochtones indigènes d’Israël rire y en a qui font du copier coller de la terminologie Algérie française.

    4. David Belhassen

      Au pseudo Sabra. Si vous êtes un « indigène » d’Israël, moi je suis un esquimeau ! Votre couardise est tout, sauf israélienne !

    5. Nemo

      Pauvre Nejma …. vous ne savez même pas ce que veut dire le mot « sabra » ?!!!

      N’en déplaisent aux algériens expatriés qui font des complexes, les « sabras » sont les indigènes et les autochtones d’Israël car ils sont nés et ont grandi là-bas !

    6. Kevin Naïm

      @ Nemo

      Vous comprendrez aisément que, comparée au Dieu d’Israël, vous n’êtes même pas de la teneur d’un pet de vache.
      Cessez de vous prendre personnellement pour le vent auquel la girouette que je suis selon vous est censé obéir.
      Voilà qui pue l’auto-déification.
      Vous aviez décidé que j’étais votre poupée.
      Je ne suis ni la votre, ni celle de David.
      Le site est assez grand pour que vous vous trouviez une autre proie que la mienne supposée.
      Mes désaccords avec David restent, pour la plupart, intacts.
      Allez vous défouler ailleurs.

    7. Nemo

      @ Kévin

      Libre à vous de vous adonnez à ce veau d’or qui est le plaisir de l’invective … ça me laisse de marbre.

      Je vous ai proposé 2 points de vue différents, d’une manière tout à fait courtoise, et vous vous êtes dépêché d’enfourcher votre dada à l’assaut de moulins virtuels …

      Je vous laisse continuer à être ridicule, si ça vous fait plaisir.
      Bonne nuit, et faites de beaux rêves !!

    8. Nemo

      Pauvre Nejma … ouvrez n’importe quel bouquin d’ethnologie (cher à David) et vous trouverez les mots « indigènes » ou « autochtones » à toutes les pages sans aucune connotation péjorative !

      C’est vous qui vous trahissez qui vous êtes, en parlant de « l’Algérie française » !!

    9. Nejma

      David mon ami sabra n’est pas couarde ou couard,rappelez-vous l’image du chat et de la pelotte de laine.

    10. Nemo

      Relisez votre message 4 !
      « Les autochtones indigènes d’Israël rire y en a qui font du copier coller de la terminologie Algérie française. »

      C’est parfaitement stupide.

    11. Nemo

      Ce qui est stupide c’est votre mise en relation avec « l’Algérie française » … qui parle de vous !!

    12. Nejma

      Nemo euh suis née en France. Je n’ai pas connue l’Algérie française. C’était juste une boutade.

    13. Sabra Cadabra

      L’esquimau-citron amer méconnait-il non seulement l’orthographe et le sujet – ici c’est l’islam – mais aussi la société au sein de laquelle il vivrait?

    14. David Belhassen

      Le pseudo Sabra relève à présent les fautes de frappe orthographiques ?
      C’est tout ce qui reste au petit facho qui écrit « qui conque » en deux mots ?
      (Qui conque connaît un tant soit peu le sujet sait que la stratégie palestinienne n’a rien de nouveau.)
      Moi je vous l’aurait écrit en 3 mots : qui con que… Sabra Cadabra ? Sabra Cadabra !

    15. Sabra Cadabra

      Les responsables du site devraient re-considérer la collaboration avec un auteur qui insulte l’intelligence et le lecteur critique.

    16. David Belhassen

      Le pseudo Sabra se la joue aussi « délateur » ? Mais oui ! Allez-vous plaindre aux responsables du site. Mais n’oubliez pas également de m’envoyer vos coordonnées pour qu’on puisse en découdre devant une juridiction israélienne.

    17. Nemo

      Ouvrez votre propre forum,David, comme ça vous pourrez trier sur le volet vos lecteurs et commentateurs.
      Et vous emmènerez avec vous vos admirateurs, comme JBMC, le troll quenelleur, ou Nejma ….

    18. Sabra Cadabra

      You don’t have a case, Ahbal. Face it.
      J’ai toute la liberté de signaler qu’un texte n’est pas ce qu’il prétend.
      Ça ne vous arrange pas, évidemment, mais le devoir de retenue vous incombe au moins autant qu’à moi et vous avez dérapé. Tant pis pour votre crédibilité.

    19. Nejma

      Nemo faites- ceci faites cela allez ici allez là bas dites ceci dites cela et patati et patata.
      Saperlipopette, il y a des gens qui vous obéissent dans votre entourage?

    20. David Belhassen

      Au pseudo Sabra. Allez parler english avec vos petits copains islamistes.
      Le « case » n’est pas les sottises ignares que vous avez proférées sur mes articles sans rien comprendre de mes propos ou ma pensée, cela vous pouvez le faire autant que vous le voulez.
      Le « case » est de m’avoir attaqué personnellement en insinuant que je soutiens des positions fascistes. Et cela, après les combats anti-fascistes que j’ai menés toute ma vie, je ne le vous permettrai pas. D’autant plus que ce n’est pas un minable comme vous qui se cache derrière un pseudo qui pense pouvoir le faire impunément.
      C’est pourquoi je vous invite devant une juridiction israélienne.

    21. Sabra Cadabra

      La liberté d’expression est sacro-sainte en Israël, vous devriez le savoir.
      Toutes ces élucubrations n’ont aucun intérêt (ni sens d’ailleurs) et ne font que mettre en exergue un fanatique intolérant et peu crédible.

    22. Laurence

      Rien ne se passe comme je le souhaite!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
      Pourtant une journée c’est pas beaucoup

    23. Kevin Naïm

      @ Laurence

       » Rien ne se passe comme je le souhaite!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
      Pourtant une journée c’est pas beaucoup  »

      Comme disait Goldnadel : « les Juifs rendent fous, il faut le savoir. »

      http://www.youtube.com/watch?v=aeBQ9bz6Qeg

      Oubliant d’ajouter que les Palestiniens aussi (à moins qu’il ne l’ait sous-entendu).

      Pour ma part, je suis né dans les années 80.
      J’ai, en quelque sorte, « toujours » connu l’Etat d’Israël.
      J’estime qu’il ne m’est pas préjudiciable et que l’on trouve en son sein la plupart des structures législatives (sans rentrer dans le détail belliqueux) qui existent ici en France.
      Cela créé une proximité de fait, comme une sorte de jumelage.
      La seule différence notable réside dans la place qu’occupe le fait religieux.
      Mais si l’on revient à peine quelques décennies en arrière concernant l’Hexagone, le catholicisme y était encore particulièrement répandu.
      Moi aussi, Laurence, j’aimerais qu’on se foute la paix mutuellement.
      Malheureusement, des individus complètement étrangers (français) au dossier Israël-Palestine sont désormais pris d’une fièvre polémique qui confine au délire de masse, quel que soit le camp exagérément choisi.

    24. Kevin Naïm

      @ David Belhassen
       » Lorsqu’on parle de la Bible judaïque, il ne faut jamais perdre de vue qu’il est question d’un « canon de 24 livres ». Que ces 24 livres ont été écrits à différentes périodes, parfois des centaines d’années entre eux, et par différents courants de pensée, quelque fois même antagonistes. Que ce canon de 24 livres est arbitraire et qu’il a été soumis à des pressions par et entre les différents courants pour savoir si tel texte est « sacré » ou pas. »
      Qui est « on » lorsqu’il est question de Bible judaïque ?
      Concernant la délimitation du « canon » (les « livres » considérés en tant que restitution de la Parole divine), vous n’êtes pas sans savoir que les polémiques ne sont pas plus tendres entre « chrétiens » du NT à propos des textes qu’il convient de retenir ou de rejeter.
      J’ai assisté sur internet à des empoignades ahurissantes entre « défenseurs » de la Nouvelle Alliance. Poussant la discorde jusqu’à s’entredéchirer sur la question de la crucifixion (blasphémante dans les courants hyper-conservateurs à tendance mosaïque plus ou moins revisitée).
      Vous ajoutez :  » Par exemple, il y a tout une polémique autour du « Rouleau d’Esther ». Même dans la littérature talmudique qui pourtant encense le « Rouleau d’Esther »  »
      La « littérature talmudique »… On vous rétorquera, au sein de la « chrétienté », que le Talmud est aussi biblique que le Coran. Pour autant, le livre d’Esther (que vous appelez « rouleau ») est parfaitement admis dans la « librairie » de la Nouvelle Alliance
       » Il semble même que Yeshoua-Jésus ignore totalement ce livre et la fête de « Pourim ».  »

      Le livre d’Esther ne dit rien de fondamental par rapport au salut ou au messianisme.
      Le fait que Yeshoua ne mentionne pas cette partie de l’AT ne change rigoureusement rien à l’Évangile, déjà présent dans l’AT.
      Ce n’est pas parce que Jésus évite de répéter l’ensemble de l’AT qu’il en ignore le contenu.

      Vous ajoutez : « Même à l’intérieur du Pentateuque; on découvre des « évolutions », souvent même des contradictions, en dépit de l’effort d’harmonisation fait par le dernier rédacteur. »
      Vous négligez une chose que les croyants ne manqueront pas de vous rappeler, à tort ou à raison.
      Si Dieu n’a qu’une seule Parole, alors ses disciples ou « enfants » la reconnaîtront parmi les falsifications. Bibliquement il existe une raison logique à ce que tout ne soit pas correctement restitué. Puisque le don de la foi est un miracle venant d’en haut, savoir distinguer le vrai du faux est tout aussi miraculeux. Et Dieu, dans des conditions voulues depuis toujours, peut très bien décider que les choses seront voilées pour les uns bien que révélées à une poignée d’autres (« son peuple »). C’est pour cela qu’il endurcit le cœur de Pharaon, par exemple. Ou encore qu’il refuse les offrandes de Caïn.

      Proverbes 16:4  L’Éternel a fait toutes choses en sorte qu’elles répondent l’une à l’autre, et même le méchant pour le jour de la calamité.

      Romains 9:16  Cela ne vient donc ni de celui qui veut, ni de celui qui court; mais de Dieu qui fait miséricorde.

      Et la Bible met en garde contre ceux qui ajouteraient plus que de raison :

      Matthieu 7:15  Gardez-vous des faux prophètes, qui viennent à vous en habits de brebis, mais qui au-dedans sont des loups ravissants.

      Cela peut très bien s’appliquer à la « littérature talmudique » qui vous sert de référence commode (car, au fond, vous détestez autant les talmudistes que les obsédés de la Torah).
      Bref, le canon « chrétien » consiste en 66 livres (de Genèse à Apocalypse).
      Il n’existe aucune contradiction doctrinale dans ce cadre précis. Je dis bien AUCUNE (je vous mets au défi s’il le faut).
      Maintenant, si vous invitez le Talmud, ou la profession de foi des Témoins de Jéhovah, ou les ajouts dominicains, bénédictins, jésuites qui, accessoirement, s’opposent aux conceptions orthodoxes des pays de l’Est européen… Que vous y incorporez le Missel. Tout en le complétant par les considérations de parents d’élèves d’écoles privées lors des séances scolaires de catéchisme. Que vous invoquiez, en plus, les livres des Macchabées, tout en rappelant les mille nuances qui séparent chaque obédience protestante (variantes innombrables des irréconciliables luthéranisme et calvinisme). En effet, vous obtiendrez un bordel inqualifiable censé vous donner raison.
      Puis vous ajoutez :  » La notion première d’ethnie, qui est l’extension de la famille, du clan, de la tribu, a peu à peu évolué à partir de « peuple Hébreu » dans son sens le plus large, jusqu’à « Israël » qui n’englobait que les tribus hébraïques qui entrèrent dans la confédération politique nommée justement « Israël ». Et les Hébreux qui refusèrent d’appartenir à cette confédération politique furent petit à petit « exclus du peuple ».  »
      Contrairement à vous, je ne pense pas qu’il s’agisse d’une évolution. La Bible est extrêmement claire sur la désignation d’une branche adamique spécifique. Il n’y a jamais, à ce sujet, le moindre doute. Tant et si bien que le Messie en personne s’en réclame. Libre à chacun d’y croire ou pas, ce n’est pas la question. Mais le fait que le sauveur soit de la semence de David (tribu qui considérait la loi mosaïque) n’a rien d’accidentel ou d’involontaire. Dans le cadre des 66 livres évoqué plus haut, il n’y a rien de contradictoire ni de polémique : les choses sont annoncées bien avant qu’elle ne soit confirmées par les apôtres.

      Vous dîtes encore :
       » Le stade final de cette « évolution » dans l’Ancien Testament se trouve justement dans le Rouleau d’Esther où apparait pour la première fois le terme « judaïsants » (en hébreu = mityahadim). Là on voit un glissement sémantique vers l’acception « communautaire-confessionnelle ».  »
      Il n’y a pas de « glissement » à mes yeux. Il y a, au contraire, continuité. Vous vous agrippez à une formulation explicite qui, en réalité, existait déjà sous forme, au minimum (exagéré), de sous-entendu.
      Enfin, vous déclarez :
       » Un nouveau stade évolutif ou de ce « glissement sémantique », se trouve chez Shaül-Paul (et pas chez Jésus!) lorsqu’il se présente certes de manière ethnique ancienne comme « Fils d’Israël de la tribu de Benjamin », mais il ajoute une nouvelle dimension, celle de « verus Israël », commune aux Fils d’Israël et aux Gentils qui ont « la Foi dans leur Sauveur ».  »
      C’est là que je vois à quel point l’Evangile vous échappe. Je ne peux vous le reprocher : vous êtes athée.
      Paul n’ajoute AUCUNE dimension. Il ne fait que découvrir, suite à l’épisode du chemin de Damas, ce qu’il considérera a posteriori comme la seule et unique voie possible.
      Autrement dit, il fait l’aveu de s’être trompé toute sa vie. Il ne s’agit donc pas d’un « ajout » mais au contraire d’une révision en profondeur. Par ailleurs, Jésus n’a pas besoin d’en faire autant puisqu’il est, selon le NT, Dieu en chair. Je ne comprends même pas pourquoi vous comparez ainsi le pécheur à son Sauveur, si tant est que nous respections les principes bibliques propres au messianisme tel que le célèbrent pareillement les prophètes « avant » sa venue comme les apôtres « après » sa consécration.

    25. David Belhassen

      A Kevin. On ne peut dialoguer si votre « Foi » que je ne partage pas, vous sert d’argument. Ou vous refusez le dialogue avec un athée comme moi, et c’est votre droit, ou vous acceptez de mettre momentanément votre « Foi » de côté pour pouvoir dialoguer, c’est-à-dire chercher le dénominateur commun avec votre interlocuteur. Vous, étant croyant, et moi, étant athée, le seul dénominateur commun qu’il puisse y avoir entre nous est la « raison » ou le « ratio ».
      Tant que notre conversation ne s’amorce pas sur des bases rationnelles, nous nous engageons dans un dialogue de sourds.
      Si au contraire, notre dialogue commence par des bases rationnelles, il se pourrait bien que l’un parvienne à convaincre l’autre, ou que nous deux nous nous apercevions que nous sommes arrivés aux limites du ratio et alors arriverions nous à la conclusion que seule la « Foi » peut nous faire dépasser ou sublimer ces limites.

      C’est pourquoi je ne vois pas l’intérêt de répondre ne serait-ce même qu’à la problématique du « Rouleau d’Esther », livre que vous voyez comme une continuation fidèle au message biblique, et que je considère comme une très grave déviation, pour ne pas dire une totale contradiction avec ce message, y compris celui de la Nouvelle Alliance.

    26. Kevin

      @ David Belhassen

      « C’est pourquoi je ne vois pas l’intérêt de répondre ne serait-ce même qu’à la problématique du « Rouleau d’Esther », livre que vous voyez comme une continuation fidèle au message biblique, et que je considère comme une très grave déviation, pour ne pas dire une totale contradiction avec ce message, y compris celui de la Nouvelle Alliance. »

      Je suis prêt à vous entendre sur ce point. Car je ne suis pas certain que nous nous référions à la même source.
      Ne prenez pas, s’il vous plaît, mon insistance sur la « logique » biblique pour une offensive aveugle et gratuite. Mais il me plaît d’équilibrer vos assertions fort respectables en les confrontant à la « pensée » disons métaphysique qui n’a pas toujours été représentée par des fanatiques obsessionnels (je pense à Blaise Pascal, entre autres). Il ne m’est jamais venu à l’esprit de vous convaincre. En revanche, je cherche à savoir ce qui, dans votre discours, pourrait déstabiliser profondément un croyant (sans que vous envisagiez ce dernier comme étant immanquablement un farfelu ou un délirant : la science « dure » nous a aussi pondu quelques beaux spécimens d’illuminés du paradoxe. Evidemment, je n’estime pas que vous en fassiez partie).

    27. Kevin Naïm

      Laissez tomber, David.
      J’ai tout au plus le tiers de votre âge et pourtant je suis aussi fatigué qu’un vieillard à bout de souffle par ce genre de sujet.
      Tout ce cirque n’est au final qu’un prétexte de bavardage. Voilà qui fascine les Nejma, insupporte les Nemo et ne dépasse jamais les clivages habituels.
      Amusez-vous donc. J’ai cessé depuis longtemps de trouver ce type de récréation amusant. Bye

    28. David Belhassen

      Bonsoir Kevin.
      Je ne vous ai pas répondu plus tôt parce que je n’ai pas lu votre réponse. Vous n’avez pas en effet le tiers de mon âge et c’est la raison pour laquelle vous passez vite d’une humeur à une autre. J’étais comme vous dans ma jeunesse et je le suis malheureusement resté. Ce qui me joue des tours. Je comprends donc vos sautes d’humeur et je ne m’en offusque pas lorsque vous devenez désagréable et parfois blessant à mon égard après avoir été aimable et respectueux.
      Je ne suis pas du tout ici pour « m’amuser », mais parce que je pense qu’il est important d’échanger des idées entre « hommes de bonne volonté ». L’avenir de l’humanité dépend d’échanges d’idées.
      Celà-dit, j’ai écrit une critique détaillée sur le « Rouleau d’Esther » et la raison pour laquelle je pense que ce livre est une grave déviation de la Bible et qu’elle n’y a pas sa place dans le corpus biblique. Je ne peux la mettre ici car elle est trop longue. Je pourrais par contre vous l’envoyer par courriel. Voici mon adresse courriel : haivry arobase hotmail point com

    29. Kevin Naïm

      Bonsoir David,

      Le moins que je puisse dire, c’est que vous m’avez enfin cerné. Du moins au regard de mes humeurs. Merci pour cette leçon de tempérance. Et à très bientôt en dehors de cette tribune qui, finalement, appuie un peu trop sur mes nerfs les plus sensibles. En espérant qu’avec l’âge je finisse par être, comme vous, plus fleuve à peu près tranquille qu’impétueux volcan.

    30. Jennifer

      J’espère que les gens qui visitent ce site prendront conscience qu’il est en réalité de la pure propagande qui laisse encore une fois penser que vous les juifs ou/et israéliens sont les victimes alors qu’il n’est malheureusement plus à prouver que votre soit disant Etat d’Israël est un horrible régime d’apartheid et de répression démesurée envers les palestiniens et cet Etat est carrément illégitime étant donné que vous n’avez pas le droit de retourner sur la terre sainte. Ceci est contraire à votre dogme comme beaucoup de VRAIS juifs le clament mais étant donné que la plupart d’entre vous ne sont  »juifs » que de nom ou de culture cela vous est égal. L’Etat d’Israël a été crée avec l’avènement du sionisme, doctrine politique hostile à la religion juive et prônant l’athéisme. Pour répondre maintenant à cet article horrible qui n’est pas le reflet de la réalité, j’aimerais suggérer à David Belhassen, lequel devrait être arrivé à un âge de sa vie où l’on est sage, de se pencher un peu plus sur la religion musulmane car il parle de quelque chose qu’il ne connaît apparemment pas comme beaucoup de gens le font. Je pourrais rétablir la vérité point par point sur tout le contenu de votre article mais j’ai déjà assez perdu de temps à laisser ce commentaire alors que cela n’en vaut peut-être pas la peine. Un dernier conseil pour ceux qui me liront: arrêtez de croire ce que l’on vous dit et chercher par vous même la vérité.

    31. David Belhassen

      A Jennifer.
      J’espère que les gens qui visitent ce site prendront conscience qu’il est parfois investi par des convertis à l’islam tels que « Jennifer », devenus les porte-voix du panarabisme islamique par le biais de son fer de lance palestiniste.
      Ces néo-musulmans aspirent à poursuivre les crimes d’apartheid et de dhimmitude de leurs prédécesseurs mahométans.
      Et afin de parvenir à leurs fins criminelles, ils n’ont aucun scrupule. Ainsi ils « savent » faire la distinction entre « vraix juifs » et « faux juifs », sans doute grâce à la boule de voyance coranique qui voudrait que tous « leurs » juifs soient des collabos et des traîtres comme les « Netourei Qarta » antisionistes !
      Le fait de dénoncer la théologie de mort mahométane et l’occupation arabo-musulmane du Pays des Hébreux est insupportable à ces néo-musulmans prosélytes et propagandistes forcenés.
      Je vous invite donc « Jennifer » à « rétablir la vérité point par point ». Mais comme vous en êtes incapable parce que vous savez pertinemment n’avoir aucun argument à opposer au contenu de l’article, vous vous dérobez avec une pirouette de bigote effarouchée.
      Bas les masques Jennifer la néo-musulmane jihadiste ! Votre flagornerie et vos caresses dans le sens du poil, destinées à une infime minorité de judaïques antisionistes, ne trompent personne sinon vous-même !

    32. Europe-Israel.org

      Au pseudo « Daniel le converti à Ichmael » dont l’adresse email est: [email protected] et l’adresse IP est: 82.216.193.0 localisé rue du Pont des Loges à Metz chez Numéricable nous déposons ce jour une plainte contre vous pour propos antisémite, incitation à la haine et à la violence, appel au meurtre auprès des services de police spécialisés dans la traque internet.

      Nous verrons si vous faites autant le malin devant les tribunaux…

    33. tel aviv

      il faut donner une bonne image du judaisme,des juifs et des sémitess’il vous plait!
      comment avoir des alliés non juifs si on les critique.
      comment les faire aimer notre patrimoine?

    34. tel aviv

      concernant l’antisémitisme,SVP,quelqu’un peut il créer un article et nous détailler les démarches à suivre pour réclamer ses droits et punir la racaille?
      la liste des assos,si on peut être soutenu…

    35. Belle

      A Jennyfere,

      Pauvre jalouse inculte…

      Israel pays des juifs et non pas des squaters palestiniens…

      Renseigne toi si tu sais lire et va porter ton voile c’est ce que tu merites

      Ta haine est ta seule substance

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap