toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Christophe Guilluy : «Cyniquement, nos dirigeants ont enterré les classes populaires»


Christophe Guilluy : «Cyniquement, nos dirigeants ont enterré les classes populaires»

 

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN – Dans un long entretien à FigaroVox, Christophe Guilluy revient sur le résultat des européennes et la réforme territoriale. Pour lui, la classse dirigeante n’a toujours pas pris la mesure de la crise économique, sociale et identitaire que traverse la France périphérique.

Christophe Guilluy est géographe et consultant auprès de collectivités locales et d’organismes publics. En 2010, son livre connaît un réel succès critique et plusieurs hommes politiques de droite comme de gauche affirment s’inspirer des analyses de ce dernier essai. Un documentaire intitulé La France en face, réalisé par Jean-Robert Viallet et Hugues Nancy, diffusé sur France 3 le 27 octobre 2013, est également très fortement inspiré de ce livre.

 

Extraits:

 

FigaroVox: Votre travail de géographe a mis en lumière les fractures françaises. Que vous inspire la réforme territoriale? Après la victoire de Marine Le Pen aux élections européennes, celle-ci répond-elle aux véritables enjeux?

Christophe Guilluy: Lorsqu’on connaît la crise économique, sociale, identitaire que traversent les catégories populaires sur les territoires de la France périphérique, ce débat médiatico-politique sur la bonne échelle régionale paraît totalement anachronique. L’ouvrier à 800 euros par mois qui habite au fin fond de la Normandie se moque de savoir si le duché de Normandie va être reconstitué.

Après le résultat électoral du 25 mai, lancer un tel débat, c’est dire aux Français, «je ne vous ai pas compris et je ne vous comprendrai jamais!».

Pourquoi 14 régions et non pas 6? Si on part du principe que pour être fort, il faut regrouper les régions, je propose de regrouper les 22 régions et d’en faire une méga région qu’on appellerait «la France»!

Quel rôle la question de l’immigration joue-t-elle dans ces nouveaux clivages sociaux et territoriaux?

Les logements sociaux des grandes villes se sont peu à peu spécialisés dans l’accueil des flux migratoires que ces catégories populaires, pourtant éligibles au parc social, cherchent à éviter. A la lisière des métropoles, celles-ci vivent dans des endroits moins valorisés foncièrement. Elles sont de moins en moins mobiles et quand elles sont propriétaires, la valeur de leur bien ne leur permet ni de vendre, ni d’acheter ailleurs.

Dans cette insécurité sociale et économique, leur toit et leur «village» restent leurs dernières protections. Du coup, le rapport à l’autre devient fondamental. Car, dans une société multiculturelle où «l’Autre» ne devient pas «soi», les gens ont besoin de savoir combien va être «l’Autre» dans leur village. Ce n’est pas quelque chose de typiquement Français, mais d’universel.

Posez la question de «l’Autre» et des flux migratoires dans n’importe quel pays, de la Chine à la Kabylie en passant par le Portugal, la réponse sera toujours la même: «je n’ai pas envie de devenir minoritaire chez moi».

Learn Hebrew online

C’est un ressort essentiel du vote FN et du vote dit populiste partout en Europe. Cela structure complètement la carte électorale et de plus en plus. L’exemple de la Bretagne est particulièrement intéressant. L’idée que les fondamentaux bretons, comme la culture catholique, protégeraient du vote FN est battue en brèche par la réalité. La conjonction de la crise économique et de l’immigration produit les mêmes effets que sur les autres territoires. En revanche, dans les grandes métropoles, le vote FN est moins important car c’est là que se trouvent les gagnants de la mondialisation.

Dis autrement, le multiculturalisme à 5000 euros par mois, ce n’est pas la même chose qu’à 500 euros par mois!

 

Pour l’interview dans son intégralité : ici

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *