toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Pourquoi le « vivre ensemble », c’est fini ! : Interview de Christophe Guilluy


Pourquoi le « vivre ensemble », c’est fini ! : Interview de Christophe Guilluy

 

 

Après la bourrasque des élections municipales, quelle analyse faites-vous de l’état de crise politique et sociale du pays ?

La révolte gronde dans ce que j’appelle la France périphérique, c’est-à-dire les territoires qui sont à l’écart des grandes métropoles : bourgs, petites villes, la plupart des villes moyennes, une partie du périurbain et le monde rural. C’est une immense partie du territoire qui accueille 60% de la population et 80% des nouvelles catégories populaires : ouvriers, employés, petite classe moyenne en voie de paupérisation, jeunes et retraités issus de ces catégories.

Depuis quelques années, toutes les radicalités sociales et politiques viennent de cette France périphérique. Les bonnets rouges, par exemple, ne partent pas de Nantes, Brest ou Rennes, mais de Carhaix et du fin fond du Finistère. De même, la carte des plans sociaux est calée sur cette France de petits bourgs souvent méconnus. Et les poussées du FN aux municipales viennent, elles aussi, de ces territoires : Brignoles, Hénin-Beaumont, Béziers, etc.

Loading...

C’est une France des fragilités sociales et économiques favorable au social, mais uniquement pour sa communauté. Des électeurs qui développent un discours très hostile aux « fainéants », aux « assistés », et, en réalité, aux immigrés. On assiste à une critique paradoxale de l’Etat-providence par ceux qui en ont le plus besoin.

Aux municipales, la gauche s’est effondrée dans cette France-là, mais a bien résisté dans les grandes métropoles…

– La malédiction de la gauche, c’est d’avoir gagné la mairie de Paris en 2001. Aujourd’hui, si on veut gagner la France, il faut perdre Paris ! La logique métropolitaine repose sur la dynamique de l’économie-monde, et ça marche : on estime que deux tiers du PIB sont réalisés dans les métropoles, ce qui, in fine, permet des transferts vers les autres territoires.

Ces moteurs économiques ont mécaniquement attiré les populations les plus qualifiées en entraînant une gentrification du parc de logements privé, inaccessible désormais aux catégories modestes. Cette disparition de l’essentiel des classes populaires de ces lieux du pouvoir économique et culturel est au cœur du malaise français car, pour la première fois dans l’histoire, les catégories populaires ne vivent pas là où sont produites les richesses.

La disparition du parc privé « social de fait » n’est pas compensée par la construction de logements sociaux ; un parc social qui s’est spécialisé peu à peu dans l’accueil des populations immigrées et qui explique que ces territoires soient aussi les plus inégalitaires de France. Dans ces métropoles, l’ouverture, la mondialisation, est une bénédiction, les majorités électorales qui s’y dessinent favorisent donc mécaniquement le PS (Paris, Lyon, Lille, etc.), les Verts et la droite modérée (Juppé à Bordeaux, Moudenc à Toulouse…).

A vous entendre, dans les métropoles et les banlieues, c’est l’alliance des bobos et des immigrés qui fait gagner la gauche. Pourtant, aux municipales, les banlieues ont voté à droite…

Learn Hebrew online

– Cette « alliance objective », plus qu’une « alliance », est d’abord le fruit d’une géographie inédite puisque aujourd’hui deux tiers des immigrés extraeuropéens et plus de 60% des cadres se concentrent dans les agglomérations de plus de 200.000 habitants.

Ce qui est vrai, c’est qu’aux municipales les musulmans n’ont pas voté à gauche. Mais cette désaffection renvoie à une erreur de diagnostic sur le vote Hollande en 2012 (ou Royal en 2007). A l’époque, la communauté musulmane a voté à plus de 90% pour Hollande uniquement par rejet de Sarkozy. De la même manière, les « petits Blancs » qui ont rallié massivement Sarkozy en 2012 vivaient dans le fantasme d’un Hollande candidat des musulmans et des immigrés.

Il faut relativiser fortement les résultats des municipales en banlieue. Les gens ne votent pas. Les municipales en banlieue, ce sont des élections sans le peuple. Au contraire de la présidentielle de 2012, où les catégories populaires se sont déplacées, ce qui a permis la victoire simultanée des thèses de Patrick Buisson à droite et de celles de la fondation Terra Nova à gauche.

Loading...

Sur toutes ces questions ethnoculturelles, droite et gauche tiennent un discours officiel républicain mais ont des pratiques de campagne communautaristes. Or, aujourd’hui, les classes populaires se déterminent de plus en plus sur des questions identitaires. Donc, d’un côté, la gauche agite le spectre du racisme pour mobiliser les minorités, de l’autre la droite fustige l’islamisation pour séduire les « petits Blancs ».

Si les classes populaires se déterminent sur les questions identitaires et non plus économiques et sociales, le choix de Manuel Valls, c’est une bonne réponse de la gauche pour essayer de les reconquérir ?

– C’est le meilleur pour répondre à la demande d’autorité. Mais comme la question identitaire est aussi ethnoculturelle, il lui sera difficile de parler en même temps aux « petits Blancs » et aux musulmans. Autre difficulté, les attentes des électeurs musulmans sont à des années-lumière de celles de la gauche sociétale. Ils sont ancrés dans la tradition et réagissent exactement de la même manière que les « petits Blancs ».

Depuis vingt ans, la réislamisation des banlieues d’un côté et le vote FN de l’autre sont les deux faces de la même médaille. Aujourd’hui, chez les jeunes et dans les milieux populaires quelle que soit l’origine, la question identitaire est portée comme un étendard. Ces populations se nourrissent d’un bricolage ethnoculturel par effet miroir. Il marche pour tout le monde : le petit Blanc, le petit juif, le petit musulman, le petit Noir car l’identité, c’est aussi quelque chose que le regard de l’autre vous fait porter.

C’est la fin du modèle républicain ?

Ce modèle assimilationniste est mort. On assiste à l’émergence de la société multiculturelle. Nous, Français élevés au biberon du républicanisme, sommes très mal à l’aise avec cette réalité. Or la société multiculturelle, c’est une société où l’autre ne devient pas soi. Si l’autre ne devient pas soi, j’ai besoin de savoir combien va être l’autre. La crainte d’être ou de devenir minoritaire est une angoisse identitaire quelle que soit l’origine. Sur cette question, on est tous fondamentalement pareils : le cadre, l’ouvrier, le musulman… On peut avoir un discours de gauche, de droite ou d’extrême droite mais on réagit de la même façon.

Pourtant le vote FN est parfois massif dans des régions où il n’y a pas d’immigrés, et inversement il peut être faible là où il y en a beaucoup…

– Il faut rappeler dans quel contexte s’inscrit la montée du FN. Le dernier rapport de la CNCDH (Commission nationale consultative des Droits de l’Homme) confirme une tendance observée depuis plus de quinze ans, un rejet massif de l’immigration : 75% des sondés jugent qu’il y a trop d’immigrés. Cette question préoccupe la société tout entière et s’exprime différemment en fonction du lieu de vie, de la couleur politique et de la situation sociale. Mais il y a bien un point commun entre le vote frontiste et les pratiques de contournement de la carte scolaire : le rejet de l’immigration.

De la même manière, la localisation de l’immigration n’est pas un bon indicateur pour mesurer le vote FN. Il était très fort en Seine-Saint-Denis à la fin des années 1980 et il a reflué parce que les « petits Blancs » sont partis. Le potentiel électoral du FN s’est déplacé en Seine-et-Marne, dans le Val-d’Oise ou dans l’Oise, dans les lotissements pavillonnaires bas de gamme construits dans les années 1970-1980 pour accueillir notamment ceux qui fuyaient la petite couronne.

Ces électeurs peuvent vivre dans des villages où il n’y a pas d’immigrés, mais ils trimballent avec eux leur histoire et leur vote. Prendre sa valise, quitter l’endroit où l’on est né, c’est un acte très fort, source d’un fort ressentiment. Un déménagement, c’est encore plus violent qu’un vote. Cela signifie que les gens ne veulent pas d’un « vivre ensemble » qu’on leur impose, ce qui n’interdit pas rencontre et fraternité.

Mais aujourd’hui, et à l’exception des primo-arrivants, personne, pas plus les « petits Blancs » que les bobos, ne s’installe à La Courneuve ou à Clichy-sous-Bois. A bien des égards, la société multiculturelle française ressemble de plus en plus à celle qui existe en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis.

Et est-ce que c’est forcément la barbarie ou la guerre civile ?

– Non, c’est le paradoxe, « se séparer », c’est aussi refuser l’affrontement. D’ailleurs, les tensions ne sont vives que sur les rares « territoires de contacts » des catégories populaires. La poussée FN dans certaines petites villes pauvres du Sud ou du Nord repose avant tout sur un confit territorial non dit, exacerbé par des dynamiques démographiques différenciées.

Propos recueillis par Carole Barjon et Renaud Dély

 

tempsreel.nouvelobs







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Pourquoi le « vivre ensemble », c’est fini ! : Interview de Christophe Guilluy

    1. Robert Davis

      La première bataille,la première escarmouche des identitaires doit être de couper les vivres aux musulmans : plus une seule allocation surtout aux famille! Au premier enfant il faut leur mettre des amendes ou les renvoyer en afrique! Si le gouvernement refuse il faut lui couper les vivres aussi : une organisation dans laquelle les contribuables sont majoritaires doit lever les impôts PAS LE GOUVERNEMENT.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *