toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La France lance son plan anti-djihad. Par Soeren Kern


La France lance son plan anti-djihad. Par Soeren Kern

Image à la Une : Une affiche de al-Minbar, média djihadiste en ligne, menaçant le président français François Hollande .

Marine Le Pen a dit sur Radio RTL que le plan du gouvernement pour lutter contre les djihadistes français était «cosmétique» et restera inefficace tant que les contrôles aux frontières ne seront pas restaurés au sein de l’Union européenne.

D’autres se demandent qui va contrôler les données recueillies par le nouveau site web et la hotline, et comment l’information sera utilisée, en particulier quand il s’agit de jeunes qui n’ont pas été reconnus coupables d’un crime.

Loading...

Le gouvernement français a dévoilé un nouveau plan visant à empêcher les citoyens ou résidents français de mener le djihad en Syrie et dans d’autres zones de conflit dans le monde musulman.

Plus de 700 ressortissants et résidents français sont maintenant soupçonnés d’être combattants dans différentes parties du Moyen-Orient et en Afrique du Nord, dont au moins 500 dans la seule Syrie, selon les estimations du renseignement français.

Les hauts fonctionnaires français ont exprimé leur inquiétude croissante face à la menace potentielle que ces «ennemis de l’intérieur» radicalisés poseront lors de leur retour en France. Le gouvernement a également été critiqué pour ne pas avoir pris des mesures préventives contre le départ de ses ressortissants en premier lieu vers la Syrie.

Le Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a présenté un plan de lutte en plusieurs volets contre la radicalisation lors d’une réunion à son Cabinet le 23 Avril. Cette stratégie comprend plus de 20 mesures – celles ne nécessitant pas de nouvelle législation seront immédiatement mises en œuvre – visant non seulement à empêcher les citoyens français de rejoindre les combats en Syrie, mais aussi à lutter contre la radicalisation des jeunes musulmans français dès les premières étapes de l’endoctrinement.

L’une des principales dispositions du plan implique la création d’un centre de conseil avec assistance téléphonique et un site dédiés aux parents ou membres de la famille qui cherchent des conseils professionnels sur la façon de traiter les enfants susceptibles selon eux  d’être en voie de radicalisation.

La ligne d’urgence gratuite – qui aura recours à des psychologues, des travailleurs sociaux et des experts de l’islam radical – permettra aussi aux parents d’avoir l’aide immédiate de la police aux cas où des enfants mineurs tenteraient de quitter la France sans autorisation parentale.

Learn Hebrew online

Cette disposition vient en réponse à plusieurs tentatives récentes d’adolescents français de devenir djihadistes en Syrie. Dans un cas, une jeune fille de 14 ans originaire […] de Grenoble a été interceptée avec un billet aller-simple pour Istanbul à l’aéroport de Lyon le 25 Février, juste au moment où elle allait prendre l’avion. La police a été alertée après que la jeune fille eût envoyé à son père un texto disant qu’elle fuyait la maison parce qu’elle avait été choisie pour « rejoindre le djihad » en Syrie.

Dans un autre cas, deux adolescents de Toulouse sont partis en Syrie le 6 Janvier, le jour de la rentrée scolaire de l’année 2014, après avoir volé les cartes de crédit de leurs parents pour acheter des billets d’avion pour la Turquie. Les jeunes – âgés de 15 et 16 ans – ont été rapatriés en France le 26 Janvier et maintenant ils doivent répondre d’accusations de complot en vue d’une entreprise terroriste.

En tout, au moins 15 adolescents français ont tenté de se rendre en Syrie depuis que la guerre a débuté, en mars 2011, selon les services secrets français. Dans la plupart des cas, les parents disent qu’ils ne soupçonnaient pas leurs enfants d’être en voie de radicalisation.

Loading...

Le ministère de l’Intérieur affirme qu’il exhorte les parents à être plus vigilants en particulier sur le suivi des activités en ligne de leurs enfants. Le ministère encourage également les parents à contacter la hotline dès les premiers signes de radicalisation. Les noms des jeunes radicalisés seront enregistrés dans une base de données des personnes recherchées, un système destiné à les empêcher d’embarquer sur des vols à destination de zones extra-territoriales.

Cazeneuve prévoit également de poursuivre les recruteurs du djihad en ligne par l’intermédiaire d’une équipe d’enquêteurs spécialisés qui surveillera les forums de discussion djihadistes  et travaillera sous couverture pour infiltrer les cellules de recrutement.

Une autre proposition serait d’apporter des modifications à la loi française pour permettre à la police de confisquer les passeports des présumés djihadistes, et d’expulser les étrangers recruteurs de candidats djihadistes en France, en plus du gel de leurs avoirs.

«L’émergence d’une nouvelle génération de terroristes chevronnés susceptibles de frapper le territoire français exige une réponse préparée, ferme et efficace de l’Etat. Une réponse entièrement répressive ne suffit pas à endiguer le phénomène. Des actions préventives pour contrer les ‘prêcheurs de haine’ seront également mises en place,» a dit Cazeneuve lors de l’annonce de son plan le 23 Avril.

Un jour plus tôt, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius avait dit sur Radio RTL que près de 500 citoyens ou résidents français sont estimés avoir rejoint les combats en Syrie.

«C’est un sujet très important», a déclaré Fabius. «Maintenant, de plus en plus de jeunes gens partent [en Syrie] … Notre plan est d’attaquer le mouvement [à sa source] et redescendre toute la filière en aval. Nous allons identifier les jeunes gens pris sur ce chemin tragique. Nous allons effectuer des surveillances en ligne, nous devons les empêcher de franchir la frontière syrienne et nous assurer de leur retour et de  leur réintégration.»

La révélation de la stratégie anti-radicalisation du gouvernement intervient moins d’un mois après que la police française anti-terroriste ait contrecarré ce qui semble être une attaque imminente par un djihadiste de retour de Syrie. Selon la police, l’homme, identifié comme âgé seulement de 23 ans, du nom de Ibrahim B, s’apprêtait à frapper dans la région Côte d’ Azur. Quelque 900 kilos d’explosifs a été trouvé dans l’appartement temporaire du suspect près de Cannes. Il est actuellement en garde à vue.

Selon l’agence Reuters, précédemment en mars, un site islamiste a publié une série d’affiches appelant à des attaques contre la France et réclamant l’assassinat du président François Hollande, en représailles à la politique du pays au Mali et en République centrafricaine.

Le media en ligne djihadiste al-Minbar, un site islamiste bien connu, a créé six affiches dans le cadre d’une campagne intitulée «Nous ne resterons pas silencieux, ô France.»

Selon Reuters, l’une des affiches dit ceci:
«A nos loups solitaires en France, assassinez le président de l’incroyance et de la criminalité, terrifiez son gouvernement maudit, bombardez les et effrayez les, en soutien aux personnes vulnérables de la République centrafricaine.»

Dans ce contexte de menaces, les critiques du gouvernement français s’interrogent sur l’efficacité et même sur le motif de cette nouvelle stratégie. Certains disent qu’en dehors du centre de consultation téléphonique, le plan ne propose rien de neuf. D’autres se demandent qui va contrôler les données recueillies par le nouveau site web et la hotline et comment cette information sera utilisée, en particulier quand il s’agit de jeunes qui n’ont pas été reconnus coupables d’un crime.

Selon un expert du contre-terrorisme interrogé par le journal Le Parisien, le plan vise principalement à rassurer le public, «mais en termes d’efficacité dans la lutte contre le terrorisme, l’effet est nul.»

Un autre expert a déclaré au journal que le plan ne pourra pas empêcher de départs pour la Syrie car ceux qui sont déterminés à le faire peuvent prendre un bus et ainsi échapper aux contrôles de l’aéroport. En outre, même si les parents ou la police confisque les passeports des prétendus djihadistes, de faux documents sont faciles à obtenir.

D’autres encore estiment que le plan est un stratagème politique de Hollande visant à émousser la popularité croissante du parti anti- immigration Front National, qui a remporté un nombre record de sièges aux conseils de ville et mairies aux élections locales tenues en mars.

La Cheffe du parti Front National, Marine Le Pen a déclaré à Radio RTL que le plan du gouvernement pour lutter contre les djihadistes français restera inefficace tant que les contrôles aux frontières ne seront pas restaurés à l’intérieur de l’Union européenne.

«Le plan proposé est cosmétique», a déclaré Le Pen. «Il ne s’attaque pas au fond du problème, aux discours dans certaines mosquées qui sont de véritables appels au djihad. Le plan ne s’attaque pas non plus aux recruteurs et au financement des pays étrangers connus pour soutenir le fondamentalisme terroriste, comme le Qatar.»

Le Pen a également déclaré que le gouvernement est hypocrite. «La France a soutenu les fondamentalistes islamiques en Libye, a armé, fourni des armes et une assistance technique aux soi-disant rebelles syriens, tandis que 80-90 % de ces rebelles sont en fait liés à Al-Qaïda. Pourquoi sommes-nous en train de pleurer sur le lait renversé et de nous demander, pourquoi ces jeunes font le djihad ?»

“Il peut être nécessaire de créer une loi spécifique sur les mercenaires, comme le font certains pays », a ajouté Le Pen. Une telle loi interdirait ceux qui ont la nationalité française de s’engager dans des combats à l’étranger, pour des raisons financières ou idéologiques. Elle a également évoqué la possibilité de «suivre la très bonne initiative de David Cameron et de révoquer la nationalité française aux personnes reconnues coupables de participer à ce type de combat.»

L’accusation d’hypocrisie de Le Pen vient dans un contexte de rumeurs selon lesquelles le gouvernement français aurait payé 18 millions de dollars à ‘l’Etat islamique en Irak et au Levant (ISIS)’ – une émanation d’Al- Qaïda –  pour la libération le 20 avril de quatre journalistes français détenus en captivité en Syrie depuis plus de 10 mois.

Citant des sources de l’OTAN à Bruxelles, le magazine allemand Focus a rapporté le 26 Avril que l’argent de la rançon a été convoyé à Ankara par le ministre français de la Défense Jean- Yves Le Drian. Les responsables français rejettent vigoureusement que toute rançon a été versée, mais le quotidien français Le Parisien écrit que «Selon nos informations, la DGSE [service de renseignement extérieur français] a négocié directement avec le groupe rebelle. Il ne fait aucun doute qu’un paiement a été effectué.»

Par  Soeren Kern – 2 mai 2014 – Traduction Nancy Verdier

http://www.gatestoneinstitute.org/4296/france-anti-jihadist-plan

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “La France lance son plan anti-djihad. Par Soeren Kern

    1. sarfati

      Quand les media ne feront plus de propagande anti-israélienne et montreront les dangers de l’intégrisme pour les musulmans eux-même, on aura fait un grand pas ! Il faut les 2 pour arrêter le djihad sur notre sol.

    2. sarfati

      Aussi, quand nos gouvernements occidentaux s’opposeront aux prises de pouvoir d’autres gouvernements totalitaires au sein des organisations internationales, on aura aussi fait un progrès ! Ex: l’Iran pour s’occuper des Droits de l’Homme au sein des Nations Unies !

    3. Ixiane

      Les jihadistes ont décidé de ne plus se tuer entre eux : « nos ennemis ne sont pas d’autres musulmans, notre ennemi est l’Occident  » !

      Si j’ai bien compris, tant qu’ils se tuent entre eux , ils nous épargnent !!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *