toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La dictature de l’islam est en marche et l’Occident lui lèche les babouches. Par Salem Ben Ammar


La dictature de l’islam est en marche et l’Occident lui lèche les babouches. Par Salem Ben Ammar

Etre non-musulman en terre musulmane est un crime aujourd’hui, surtout depuis que ceux qui suivent scrupuleusement les prescrits de l’islam sont au pouvoir. Ainsi, tous les non-musulmans sont devenus des criminels potentiels, un peu comme Dreyfus condamné parce qu’il était juif, ou encore les juifs et les non-aryens en Allemagne nazie, ou plus près de nous les Hutus, ça devient plutôt manifeste depuis que les vrais musulmans règnent en maîtres absolus, qui s’inquiète de leur sort ? Personne. Surtout pas ceux qui favorisé leur arrivée au pouvoir. Obama actif sur le front des révolutions du printemps wahhabite, a bizarrement perdu sa voix pour pour rappeler ses protégés à la raison.

Quand Morsi avait adressé un ultimatum aux Coptes, les égyptiens authentiques, de choisir entre l’islam et l’exil, aucune voix ne s’en était émue, même pas celle du Vatican, parce que les Coptes, la plus vieille communauté chrétienne au monde ne sont peut-être pas des tout-à-fait chrétiens. Qui avait rappelé l’Egypte ses obligations conventionnelles en matière de respect des droits des minorités ? Silence radio là aussi.

Qui se préoccupe du sort des musulmans  condamnés à mort ou emprisonnés  pour délit de blasphème au nom de l’exception musulmane  en violation du droit international qui ne reconnaît pas un tel délit  ?  Les musulmans revendiquent en Occident  sous le regard approbateur des gouvernements islamo-compatibles, des partis de gauche et de droite parlementaire et des organisations des droits de l’homme,le droit à l’exercice de la liberté de conscience en vertu de la Charte Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen et de la laïcité tout en vouant une farouche hostilité aux libertés fondamentales et de culte ainsi que le droit à la différence chez eux jugées  incompatible avec la  charia, cette loi de la barbarie humaine.

Ce n’est certainement pas  Amnesty International et toutes ces ligues internationales des droits-machins qui vont exiger le respect absolu de ces mêmes droits par les pays musulmans, elles qui sont toujours si promptes à alerter leur opinion publique  des supposées exactions dont seraient victimes au Mali les ennemis du genre humain. Tout se passe comme si l’islam est au-dessus de la mêlée et n’a de compte à rendre à personne.

Comme le silence de cathédrale observé par la communauté internationale quant à la destruction des pans entiers de la mémoire historique malienne par les meutes islamisées. A moins que Tambouctou, l’exemple vivant de l’islam africain, celui du syncrétisme entre le christianisme, l’islam et les religions traditionnelles africaines, soit condamnée à disparaître pour ne pas devenir un modèle pour les musulmans en recherche d’autres voies plus humaines  et paisibles et moins contraignantes que celles que préconisent le Coran et les hadiths.  Comme si condamner les agissements pogromesques et les autodafés des Waffen SS à la mode musulmane serait offensant pour l’islam. On préfère se murer dans le silence de la lâcheté comme dans les années 30 en Allemagne nazie, plutôt que de dénoncer ces crimes de l’islam contre les populations civiles démunies et contre l’identité malienne.

Tout indique que l’islam bénéficie d’une véritable immunité juridique et politique sinon comment sinon expliquer ce régime de faveur dont bénéficie l’islam dans sa dimension islamiste tant au Mali, en Egypte, en Syrie, en, Tunisie, en Irak, en Libye comme partout ailleurs, y compris dans les cités-ghettos européennes  transformées en des des véritables Emirats salafistes. Il n’y a meilleur allié de l’islam velléitaire que la mansuétude et le laxisme dont font preuve les médias, les gouvernements occidentaux et les O.N.G. des droits de l’hommisme. Surtout ces dernières connues pour tirer plus vite que leur ombre à l’époque des Khadafi, de Moubarak et de  Ben Ali semblent totalement inhibées et tétanisées par l’islam radical que Juppé et Hilary Clinton ont cherché à enjoliver pour le rendre fréquentable aux yeux du monde entier.Aujourd’hui, elles ont perdu toute leur verve notamment en Tunisie où elles sont devenues complètement aphones alors qu’elles poussaient des cris d’orfraie sous Ben Ali alors que l’on embastille et on opprime au nom de l’islam. A se demander même que si elles n’étaient pas sa créature et qu’avec sa chute, elles n’ont plus aucune raison d’exister. Ou plutôt qu’elles ont peur de se voir accuser d’atteintes aux valeurs sacrées de l’islam, celles-là-même qui fondent les ségrégations, les discriminations, les lapidations, les amputations, le racisme, les inégalités, et l’ostracisme sur la base de la religion. Les mêmes qui attribuent aux musulmans la vertu de la pureté et aux non-musulman le caractère de l’impureté sur le modèle des lois raciales de Nuremberg 1935 et en vigueur en Arabie Saoudite et au Qatar et des pays qui appliquent la charia de la barbarie nazie.

Quoiqu’il en soit, l’humanisme et la tolérance ne sont pas les vertus premières des pays musulmans. Ils sont surtout soucieux des lois de l’islam, la charia, que du respect du droit à la différence et des libertés de conscience et d’expression. Quand ce n’est pas la prison ou la mort par pendaison pour les non-musulmans, c’est-à-dire ceux qui renient l’islam comme en Iran, c’est le statut de » dhimmi », un humain de seconde catégorie soumis à la protection du musulman, pour ceux sont issus des confessions monothéiste.

Et dire que les musulmans résidents en Occident bénéficient des mêmes droits que n’importe quel citoyen de souche européenne. Jamais ils ne font pression sur leurs pays pour abolir le traitement inhumain et dégradant des non-musulmans assimilés à une sous-catégorie humaine.

Quant à leurs actions en faveur de leurs concitoyens emprisonnés et exécutés pour des délits qui relèvent du champ des libertés humaines, elles brillent par leur absence. Ceci en dit long sur leur réelle capacité à s’impliquer dans une démarche républicaine et citoyenne tant dans leur pays d’accueil que dans leurs pays d’origine. Qui ne condamne pas souscrit. Ils sont certainement les premiers à approuver la politique discriminatoire et liberticide que mènent leurs gouvernements tandis qu’ils sont les plus jaloux de leurs droits en terre des droits de l’homme et du citoyen.

Salem Ben Ammar | mai 1, 2014 à 9:23   | Catégories: Uncategorized | URL:http://wp.me/p3CaYe-4BU/







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “La dictature de l’islam est en marche et l’Occident lui lèche les babouches. Par Salem Ben Ammar

    1. LACHKAR Norbert

      VOUS SAVEZ,L’ISLAM,C’EST COMME LE COMMUNISME DE L’EPOQUE.IL AVANCE JUSQU’A QU’IL RENCONTRE DE LA RESISTANCE ET ALORS LA,IL S’ARRETE ET ATTEND DE POUVOIR CONTINUER SUR LES SENTIERS DE LEUR BARBARIE.IL SUFFIT DE LES ARRETER DEFINITIVEMENT.POUR CE QUI EST DES ISLAMISTES,JE NE CROIS PAS QUE LE DANGER SOIT TRES GRAND CAR ILS ONT DES POIS CHICHE A LA PLACE DU CERVEAU.MEME PAS PEUR !!!!!!!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap