toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Sur-représentation des Musulmans dans les prisons européennes, mythe ou réalité?


Sur-représentation des Musulmans dans les prisons européennes, mythe ou réalité?

Selon une étude parue dans The Independent le 28 mars, en Grande Bretagne, les Musulmans représentaient en 2012 13.1% de la population carcérale, soit plus de 3 fois leur proportion dans le pays.

Avec 11 248 détenus sur 86 068, les musulmans sont le second groupe le plus présent dans les prisons britanniques après les Chrétiens, qui sont cependant 61% de la population du pays :

TY0doWB

Il y a eu la tristement célèbre révélation de Eric Zemmour selon laquelle les musulmans et les noirs remplissent les 3/4 des prisons, et qui qui lui valu un procès pour abus de liberté d’expression.

Loading...

La punition a rempli sa mission : plus aucune personnalité politique ou médiatique n’ose évoquer le sujet par peur d’être médiatiquement lynchée, et peu importe la réalité derrière l’interdit : la police de la pensée a décidé que les Français n’ont pas le droit à cette information.

Mais la France n’est pas le monde.

Dans le club fermé des grandes démocraties dont la France ne satisfait pas aux critères d’admission, la Grande Bretagne publie ce genre de statistiques par race et par religion – (tout en étant moins raciste et moins sectaire).

Et que disent ces statistiques ?

• Les musulmans représentent 4,7% de la population de Grande Bretagne et de Wales, pourtant, 14% des prisonniers sont musulmans soit un prisonnier sur 7 en moyenne.

• Mais dans certaines prisons, la proportion d’islamiques incarcérés dépasse 1/3, et à Whitemoor, une prision de catégorie A du Cambridgeshire, ils représentent 43 % de la population carcérale.

Learn Hebrew online

• La population musulmane est passée de 5 502 musulmans (7,7 %) en 2002 à 11 729 in 2013 (14%) et elle continue à progresser rapidement en raison du grand nombre de jeunes musulmans dans les prisons pour mineurs.

• D’autres prisons britanniques ont une proportion de détenus musulmans très élevée. La prison Isis en a 34%, et celle de Feltham 33%, et sont toutes les deux situées à Londres.

• Les recherches suggèrent qu’environ 1/3 des musulmans incarcérés sont originaires des Caraïbes ou d’Afrique.

Loading...

• Le ministre de la justice du cabinet fantôme, Sadiq Khan en commentant ces statistiques a déclaré : “Il est stupéfiant et très préoccupant qu’un détenu sur sept soit musulman. Ca doit être comparé au fait que seulement un anglais sur vingt est musulman. » Il a ajouté que « la complaisance du gouvernement [sur cette question] est à couper le souffle”.

Les experts pénaux attirent en outre l’attention sur le fait qu’il y a un grand nombre d’adolescents et de jeunes hommes d’origine pakistanaise et du Bangladesh dans la catégorie des délinquants la plus représentée, celles de 15/ 25 ans.

Les Pays-bas n’ont pas non plus cette hypocrisie française de cacher les problèmes pour faire croire qu’ils n’existent pas.

Ainsi, un rapport du Ministère de l’intérieur publié en 2011 constatait que 40% des immigrants marocains de 12 à 24 ans ont été arrêtés, emprisonnés, poursuivis en justice, et pénalement punis durant les cinq années précédentes.

Dans les quartiers de Hollande ou la majorité des résidents sont d’origine marocaine, la délinquance des jeunes peut même atteindre les 50%. De plus, la délinquance des adolescents d’origine marocaine n’est pas limitée aux hommes. Les jeunes filles et les jeunes femmes sont de plus en plus impliquées dans les activités délictuelles.

Selon le rapport sur les Marocains des Pays Bas la plupart des jeunes marocains d’origine impliqués dans la délinquance et les activités criminelles sont nés en Hollande. Cela veut dire que les enfants d’immigrants marocains ne sont pas intégrés dans la société néherlandaise, et confirme que la Hollande paye très cher l’échec de l’approche multiculturelle de son immigration.

Une journaliste hollandaise, Fleur Jurgens s’est risquée, dans son livre « le drame marocain » à poser la question : qui est responsable de cette écrasante majorité de délinquants et criminels musulmans dans la société hollandaise.

Pour elle, la responsabilité est partagée entre deux groupes :

Les Marocains, qui n’assument rien, rejettent la faute sur les autres, et se plaignent que les Hollandais sont responsables de leurs malheurs, et la gauche multiculturaliste, qui décrit les Marocains comme des victimes sans défense d’une société injuste.

Jurgens, on s’en doute, détruit méticuleusement dans son livre les mythes multiculturels, et les accuse d’avoir empêché la mise en place de solutions durables.

Le premier mythe est de soutenir qu’il n’y a pas de problème avec l’immigration. Quand plus de 60% des jeunes marocains de 17 à 23 ans quittent l’école sans formation professionnelle ni compétence de base, quand le chômage des jeunes marocains (l’auteur emploi le terme marocain par raccourci, mais parle en fait des jeunes hollandais d’origine marocaine) avoisine les 40%, et quand plus de 60% des hommes marocains entre 40 et 64 ans vivent d’aides sociales et de subsides de l’état, alors c’est un mythe que de dire qu’il n’y a pas de problème marocain. Ne pas reconnaitre qu’il existe un problème avec les Marocains, c’est également décider de ne pas chercher à le régler. Donc il va se développer, s’amplifier, jusqu’à devenir catastrophique.

Le second mythe serait que les immigrés et leurs descendants vont vers la délinquance et le crime parce qu’ils sont rejetés par le monde du travail, qu’ils sont victimes du délit de faciès, et sont discriminés dans le monde du travail. A cela, Jurgens rappelle poliment à ses contradicteurs que les Pays Bas accueillent et ont accueillis des immigrants venant de nombreux pays différents, et qu’ils trouvent tous du travail.

Le troisième mythe soutient que les parents musulmans ne peuvent pas contrôler la conduite de leurs enfants car ce n’est pas dans leur culture. Là encore, Jurgens refuse l’argument et rappelle que de nombreuses filles marocaines se plaignent d’être victimes d’une intense pression sociale, ce qui montre que la société musulmane tourne autour de la famille, et qu’elle est très structurée autour de valeurs fortes.

Le quatrième mythe est que les Pays Bas ont une dette morale vis à vis des immigrants maghrébins du fait qu’ils ont été recrutés quand on avait besoin d’eux dans les années 70. Jurgens réfute cet argument en rappelant que la population immigrée actuelle est venue de sa propre volonté bien après la fin des années 70.

Bien-sûr, il n’est pas interdit de faire un parallèle entre la situation des Pays Bas et la France, dont la maladive censure interdit de chercher à comprendre ce qui lui arrive et comment se guérir.

 © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

independent.co.uk/number-of-muslims-in-prison-doubles-in-decade-to-12000

http://www.gatestoneinstitute.org/2624/moroccan-crime-netherlands







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *