toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Made in Israël : Agriculture (vidéo)


Made in Israël : Agriculture (vidéo)

En 1867 Mark Twain  visita la Terre d’Israël. Connue alors sous le nom de Palestine. Voici comment il l’a décrite. « Une terre désolée, dont le sol pourtant riche, resté à l’abandon, est livré aux mauvaises herbes, une étendue silencieuse et désolée, pas un arbre, ni un arbuste à perte de vue. La Palestine stagne sur ses cendres, désolée et peu attractive.»

Aujourd’hui Mark Twain ne reconnaîtrait pas cette terre. Sur ce sol rocailleux, ces marécages, et même dans le désert  les israéliens ont crée des jardins, des vignobles, des fermes, avec les méthodes les plus innovantes au monde. « Il y avait dans ce pays tant d’énergie, de dynamisme, d’excitation, de nourriture, et de gens avec le sens de la famille, en somme, un sens d’appartenance.»

On a dit que l’Etat moderne d’Israël était né avec le Kibboutz. Il est naturel que la plupart des innovations d’Israël viennent du Kibboutz.
Le kibboutz est la pierre angulaire de beaucoup de choses qui existent et fonctionnent aujourd’hui dans la société israélienne. «Les gens sont revenus pour créer une société collective et égalitaire. Ces kibboutzim étaient une manière très efficace de défendre la terre, de donner aux jeunes la possibilité de s’engager dans l’agriculture; les juifs avaient interdiction dans la plupart des pays du monde de posséder et de cultiver la terre. Les juifs ne pouvaient être fermiers.  Pour cette génération de juifs, cultiver la terre dans un environnement collectif était incroyable.»

Avant qu’Israël ne devienne un Etat, les juifs sont venus par milliers sur des fermes communautaires. Mais quand ils sont arrivés dans cette Terre Promise, ce n’était précisément pas la Terre où coulaient le lait et le miel. Les plaines côtières étaient marécageuses, les collines de Galilée et de Judée étaient rocailleuses et la partie sud du pays était désertique:
« Depuis que le peuple d’Israël avait quitté sa terre il y a 2000 ans, le pays était resté à l’abandon. Nous voulions préserver et réhabiliter cette Terre Promise.»
Les pionniers juifs connurent plusieurs obstacles : des sols difficiles et des attaques de bédouins. Mais ils ont dû faire face à un autre ennemi plus dangereux qui a menacé l’existence de l’Etat juif avant même qu’il ne s’érige.  «Au début des années 1920, Israël était le foyer de moustiques porteurs de malaria. Ils avaient envahi les plaines côtières et la vallée du Jourdain, les seules terres que les juifs avaient pu acquérir puisque les arabes locaux avaient décidé qu’elles étaient inhabitables. En 1920 plus d’un tiers de la population juive de Palestine était atteinte de malaria.»
Alors, il n’y avait pas d’autres choix. Ils se sont mis au travail. Ils ont drainé les marécages et étendu les terres cultivables en puisant l’eau des marécages pour en faire des canaux d’irrigation et interrompre la prolifération des moustiques. Ce fut un tel succès qu’une commission de la Ligue des Nations a  visité la Palestine pour voir comment ils avaient fait.

Moins de 20 ans après la déclaration de l’Etat d’Israël, le pays était officiellement libéré de la malaria. Une fois la menace de la malaria écartée, les pionniers purent se mettre à faire fleurir le désert. Sur les plaines côtières, les marécages furent remplacés par des plantations. La vallée du Jourdain, jadis terre de malaria, devint le jardin nourricier du pays. Du désert du Négev, ils firent un jardin fleuri avec de nouvelles forêts et des vignes. L’Arava, jadis un des lieux les plus désolés d’Israël,  devint le site d’une extraordinaire production de légumes.
« Tout cela fut accompli dans les premières 20 années de l’existence du pays. Et pendant ce temps, le niveau de vie de la population a doublé.  Et maintenant, ils utilisent leur expérience pour aider les autres pays.»

Dans les années 70, ils ont crée une nouvelle espèce de tomate – cerise très résistante aux maladies et capable de rester longtemps sur les étales des magasins. Ils ont aussi cultivé une nouvelle sorte de pomme de terre qui peut pousser dans les pays chauds et désertiques et irriguée à l’eau de mer. Ces légumes sont maintenant cultivés dans les pays désertiques comme la Jordanie, l’Egypte et le Maroc.

Les scientifiques n’ont pas seulement trouvé les moyens de créer de nouvelles qualités de récoltes, ils ont aussi crée des moyens nouveaux pour les préserver.  Des protections pour les grains (GrainPro Cocoons) fournissent les moyens de protéger les grains et les récoltes à peu de frais pour les préserver de l’humidité, de l’air, des insectes.  Les cocons de protection israéliens sont  utilisés par des pays africains, asiatiques et même le Pakistan, une nation sans liens diplomatiques avec Israël.

«Avec le temps, les kibboutz se mirent à changer. Toute la société israélienne commença à changer, plus capitaliste, plus axée sur l’entreprise libre, individuelle, prenant ses propres responsabilités et faisant profiter toute la société. Un grand nombre de compagnies extraordinaires ont été construites dans les Kiboutzim.» Une de ces compagnies fait maintenant des affaires dans le monde entier.

Il y a 12 ans, vous pouviez demander, personne ne savait ce qu’organique voulait dire. Ici nous faisons de la culture organique depuis 40 ans ».

Learn Hebrew online

Le Kibboutz Sede Elyyahu a été crée par des réfugiés allemands en 1934 et beaucoup de ses premiers membres étaient des rescapés de l’Holocauste.  «C’est le premier problème que nous avons eu quand nous avons commencé l’organique. Que faire si on n’utilise pas de produits chimiques?» C’est le premier problème quand nous avons commencé les méthodes organiques était qu’est-ce qu’on fait quand on n’utilise pas de produits chimiques. Comment se débarrasser des parasites organismes pathogènes ?»
La réponse fut de combattre les parasites avec d’autres parasites. «Tout chose dans la nature a son ennemi naturel. Comment trouver les prédateurs des parasites qui détruisent nos récoltes ?».
Ils ont commencé à élever des insectes dans les hangars du Kibboutz. L’idée était d’élever des prédateurs pour détruire les parasites qui détruisent les récoltes. Le résultat fut une nouvelle société appelée BioBee.  « Nous allions voir les fermiers et nous leur demandions s’ils voulaient acheter des bestioles. Ils répondaient ‘vous êtes fous, nous avons des insectes partout dans les champs, et vous voulez qu’on en achète encore ! ’»
Finalement les fermiers d’Israël les suivirent ainsi que d’autres dans 32 pays. En Californie 60%  des champs de fraises sont traités avec des produits de BioBee.
L’entreprise a aussi trouvé les moyens de traiter un autre insecte, grand prédateur régional : le puceron de la méditerranée.  «Nous prenons les mâles que nous stérilisons et nous les relâchons dans la nature, il n’y a pas de nouvelle génération et progressivement nous réduisons la population sans utiliser de produits chimiques puissants.»  [La guêpe parasite a une seule mission dans sa vie : tuer les pucerons, qui se nourrissent de la sève des plantes. Ce prédateur pond ses oeufs dans le corps des pucerons, la larve croit dans son corps et le tue. Du puceron mort nait une nouvelle guêpe qui s’attaque aux autres pucerons]

Un autre problème agricole a été résolu pour la pollinisation des plantes de serres.
«L’exemple classique est comment générer une plante. Dans la nature la pollinisation se fait par le vent.  En Israël la majorité des tomates ne poussent pas dans les champs mais poussent dans des serres. Il n’y a pas de vent, de pollinisation naturelle. Nous avons dû trouver d’autres méthodes  de pollinisation.»
La solution fut d’élever des abeilles bourdons.

« Elles collectent le pollen pour se nourrir. Elles doivent aller travailler même quand il fait froid. Elles n’ont pas de réserve de miel. Nous économisons l’argent des cultivateurs car au lieu de payer des gens, nous utilisons ces abeilles. Et les abeilles, à l’inverse des hommes, ne manquent pas une seule fleur. Alors quand les fermiers ont commencé à utiliser les abeilles pour la pollinisation, la production des tomates a augmenté de 25%. En hébreu nous disons ‘Quelle magnifique création de D.’ Cela montre que chaque chose a une raison d’exister. Ces petites bêtes, ce qu’elles font est extraordinaire, pour nous, pour les fermiers, pour l’environnement, pour le monde»

Le Kibboutz Sede Elyyahu a non seulement ciblé les insectes, il a aussi trouvé  une méthode innovante pour supprimer les rongeurs.
«Notre méthode était de prendre du poison et d’aller sur les routes, le mettre à la petite cuillère dans chacun des trous. Ce n’était pas écologique. En cas de pluie et d’irrigation des champs, tout ce poison allait dans la terre. Quelle était la solution naturelle pour les rongeurs ? La solution naturelle a été la chouette des granges; c’est un prédateur extraordinaire. Deux chouettes peuvent capturer de 2000 à 5000 souris par an. C’est beaucoup de rongeurs.»
Il y avait un seul problème avec les chouettes. «Elles s’envolent.»

« En Jordanie ils les chassaient. Ils sont très superstitieux avec les chouettes qui sont annonciatrices de la mort. Quand ils voyaient une chouette, ils lui tiraient dessus. Nous sommes allés en Jordanie il y a 20 ans pour voir ce que l’on pouvait faire avec eux. Il a fallu expliquer, leur montrer ce que nous faisions et depuis nous coopérons avec les jordaniens et l’Autorité palestinienne. Nous avons plus de 2000 granges à chouettes dans tout le pays. C’est une expérience de coopération extraordinaire. La Chouette des Granges EST le symbole de la paix. Si vous voulez sauver l’environnement, aider le monde, vous ne pouvez garder ces choses pour vous-mêmes, vous devez les partager. En aidant les autres, nous nous aidons aussi.»

Israël veut aider l’Afrique à faire fleurir le désert.

Afriqueisrael

Adaptation Nancy Verdier pour Europe-Israël

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec mention de la source et lien actif

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Made in Israël : Agriculture (vidéo)

    1. leonard

      je cultive la tomate au cameroun je veus alle loin dans mon domain j ai ve me avoir de votre aide pour les innovations

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *